Les dernières heures de 2017 meurent l’une après l’autre, et la nuit pointe le bout de sa tempête Carmen qui doit s’abattre d’un instant à l’autre sur la région. C’est dans ce contexte que j’écris ma dernière chronique de l’année, qui une fois de plus se voit consacrée à un style qui aura marqué mes douze derniers mois de rédaction acharnée. J’ai régulièrement abordé le cas du Black Metal dans ces colonnes, faisant de moi son plus ardent défenseur au sein de la team, et il n’est pas anormal que ma conclusion annuelle en fasse encore grand cas. Demos, splits, EP, LP, tout y sera passé, et je me replonge aujourd’hui dans les racines du genre en taquinant ses fondements finlandais, au travers de la première réalisation longue durée d’un collectif, sorte de super groupe initié par son label, l’historique Kuunpalvelus. On retrouve donc aux commandes de FROZEN GRAVES des habitués de l’écurie et de la scène, puisque ses membres font ou on fait partie d’entités connues comme COSMIC CHURCH, CIRCLE OF OUROBORUS et CENOTAPHE, tous hébergés par la maison de disque locale qui croit dur comme fer en ce nouveau concept qu’on pourrait presque qualifier de supergroupe underground. Fondé en 2014, FROZEN GRAVES s’articule donc en trio, autour des figures de proue Luxixul Sumering Auter (Batterie/claviers, ASYMMETRY, AURA SATURNAL, et ex-COSMIC CHURCH), Vandra (guitare, chœurs, ASYMMETRY) et Déchéance (chant, CENOTAPHE, NECROPOLE), tous trois rompus à l’exercice de l’extrême, et affectionnant un son froid et rigide comme leur nom l’indique. Et c’est un euphémisme d’affirmer que la musique de Frozen Graves est adaptée à sa description, puisqu’elle suggère à merveille la caresse froide du marbre d’une sépulture, d’un vieux cimetière de Tampere, un matin d’hiver un peu plus rigoureux que les autres.

Froide musique certes, mais aussi triste et atmosphérique, et résolument étrange. Fascinante dirais-je même, par cette juxtaposition d’âpreté purement Black matinée de volutes de claviers d’ambiance, qui porte ses accents au plus profond de la nostalgie post-mortem, comme une dernière prière adressée à quelqu’un qui ne l’entendra plus. Aucune lumière ne filtre de ces longs morceaux qui se divisent en plusieurs catégories, évitant ainsi la redondance d’un BM connu d’avance. Si les riffs savent s’abreuver à la source originelle des MAYHEM et autres BURZUM, et si le son paie son tribut aux racines nordiques plus gelées qu’une rivière glacée, si la rythmique oscille entre blasts maladifs et mid tempo rachitique, l’atmosphère qui se dégage de ce premier LP est très prenante, un peu comme une ballade dans les couloirs d’une nécropole abandonnée, sans aucun visiteur alentour pour partager votre mélancolie. On y retrouve la touche Euronymous des débuts, mais aussi l’emprunte tangible de la première vague de BM canadien, pour cette rigidité presque cadavérique qui fige les morceaux les plus violents à des travers de brutalité. Rien de foncièrement nouveau évidemment, ce que démontre à merveille « Eye On The Flesh », lâché en éclaireur fatigué, de sa litanie à la BATHORY, renforcée d’une production caverneuse renvoyant le chant au rang de simples effluves planant dans le lointain. Les riffs n’ont rien non plus de novateur, préférant la plupart du temps virevolter comme des corbeaux décharnés, tandis que les rares arrangements notables sont ceux de ce fameux clavier qui s’impose de son acidité à intervalles réguliers.

Pourtant, malgré cette absence de surprise, le disque plaît, et séduit. Il séduit comme une idée suicidaire qui trotte dans un crâne qui a trop souffert, et qui risque d’émerger en tant que seule issue possible une fois la nuit tombée. Il séduit comme des idées noires qu’on ressasse indéfiniment (« Sea Crypt »), ou comme un périple au plus profond d’enfers personnels qui accentuent le nihilisme ambiant (« Enter The Brotherhood »). Et si la plupart du temps, les morceaux restent dans une mesure assez formelle, ils ne peuvent s’empêcher de citer Quorthon (« Stillwork »), dont ils confrontent les idées à l’obscurantisme d’un CELTIC FROST encore plus impénétrable que d’ordinaire. Mais en version longue, le trio convainc de la même façon, en agençant ses idées pour ne pas trop les répéter, et ainsi parvenir à nous provoquer par un excès d’acidité, et par un son si aigrelet que les côtes percent au travers des sillons. Ainsi, le final « Burial Silence » profite d’un riff répété à l’envie pendant plus d’une minute et dix secondes, avant de se livrer à une course finale à l’embaumement, rythmée de blasts, de notes de synthé éparses, et du même motif guitaristique en arrière-plan. C’est hypnotique, pour le moins, concentrique, et surtout, maléfique, dans ses intentions comme dans son rendu. De la même façon, « Eaters of Flesh » se veut encore plus caverneux, avec cette guitare qui semble souffrir d’un mixage la condamnant à l’anorexie, tandis que la caisse claire de la batterie se fond dans les fréquences d’une grosse caisse sans aucun écho ou profondeur. C’est assourdissant parfois, mais attachant, si le mot se permet, et finalement, on se laisse happer par cette symphonie presque minimaliste qui valide le concept en tant que tel.

Les esprits chagrins n’y verront qu’une redite pas forcément indispensable, mais les plus passionnés sauront y reconnaître ce fameux son finlandais, si froid et abrupt, mais non dénué de quelques ornements moins ascétiques. Ainsi, l’écurie Kuunpalvelus peut être satisfaite de l’union de ces trois musiciens, qui réconcilient le Black le plus impénétrable à l’atmosphérique imprenable, dans une danse qui vous laisse les doigts congelés et le cœur serré. Et c’est ainsi que s’achève mon année 2017, qui une fois de plus aura consacré quelques valeurs sures, mais aussi révélé des noms un peu moins exposés. Et surtout, qui aura confirmé que le BM a encore de belles lunes devant lui. Des lunes froides, cela va sans dire…


Titres de l'album:

  1. Introduction
  2. Sea Crypt
  3. Eye On The Flame
  4. Eaters Of Flesh
  5. Enter The Brotherhood
  6. Stillwork
  7. A Dying Pujari
  8. Burial Silence

Soundcloud label


par mortne2001 le 15/01/2018 à 17:58
75 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Suffocation Of Soul

Macabre Sentence

Unitra

Lock Up Your Daughters

Closet Witch

Closet Witch

Vhs

The New Batch

Misanthropic Rage

Igne Natura Renovatur Integra

Crystal Tears

Decadence Deluxe

Agathos

Nihil Est

Juggernautt

Infierno y Gloria

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

Wolves In The Throne Room

19/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Skaphos + Deos + From Hell With Love

19/06 : Le Blogg, Lyon (69)

Evil Invaders + Desdemonia + Voorhees

21/06 : Place Du Luxembourg, Thionville ()

Arkona + El Colosso + Captain Ivory

21/06 : Square Albert Ehm, Sélestat (67)

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !


lamentable d'associer le metal à cette daube de jeu video... désolant


Les copains ! Cela fut encore bien plus folklorique que les échos que j'ai eu de vive voix.


C'était énorme !!! Des gars d'à peine 30 ans qui ont tout compris à l'esprit de la scène avec un tel chanteur, fallait vraiment pas louper ça.
Surtout pour 5€.
La claquasse tout simplement.


D'après les nouvelles données par le groupe, ils sont tombés en rade de van pour la suite de la tournée et notamment la dernière date en Pologne. Old school Death Metal jusqu'au bout !
Sinon avec Youpimatin, on a pris une claque monumental devant ces 5 gars qui vraiment envoient du lourd.


Merci d’avoir partagé votre périple si extrêm avec passion et sincérité - miss you et grosses bises


Bravo les gars ! Merci de nous avoir fait partager ces moments uniques;


Une pochette aux petits oignons!


Nous offrons bien évidemment une tribune à tous les groupes qui veulent partager leur expérience ! Si certains sont intéressés : contact@metalnews.fr


Super report! J'espère que vous allez réitérer l'expérience avec d'autres groupes c'est franchement super à lire!


Ouais, c'est énorme ce genre d'aventure ! Merci au groupe !


Excellent report, passionnant à lire !


Peut-être que ça ne passe pas par Doomstar Booking à Montpellier...


Albert pardon...