Boiling Solitude

Valtozash

12/11/2021

Autoproduction

On sait depuis longtemps que le métissage sied bien au Metal. Et la Fusion, ou le Crossover selon votre terme préféré ont produit des albums considérés à juste titre comme des classiques qu’il serait vain d’énumérer ici. Mais s’il est un style qu’on imaginait mal s’accommoder avec la puissance et la violence du Metal, c’est bien le Jazz. Pourtant, depuis les exactions de la famille Ipecac, les délires de Jon ZORN, et les déviances multicolores de SHINING, le Jazz a prouvé que son ADN était tout à fait compatible avec celui du Metal extrême, pour peu qu’il soit joué à la manière d’Ornette Coleman : free.  

En effet, le Free Jazz comme son nom l’indique, avec ses envolées chromatiques et ses dissonances est le petit ami parfait pour une belle femme métallique aux contours charnus, mais au profil irascible et instable. Les deux génèrent évidemment beaucoup d’électricité durant leur union, des fulgurances en triphasé à faire sauter les plombs d’une usine de fonte, mais aussi des embrassades sous le gui d’une douceur incroyable lorsque madame exprime tout son amour pour les watts les moins amplifiés. Et il n’est donc guère étonnant de constater que l’ensemble australien VALTOZASH célèbre cet amour avec une acuité sans précédent, en trouvant le juste équilibre entre le caractère foncièrement viril du Metal, et les sinuosités charnelles mais sauvages du Free Jazz.

VALTOZASH is the world's first jazz-metal big band   

 

C’est ainsi que se présente ce petit orchestre de Brisbane City, en toute humilité. Composé d’une trame instrumentale en trio classique (James McIntyre - guitare, Zac Sakrewski - basse et Ben Shannon - batterie) sur laquelle viennent se greffer toute une famille de cuivres complètement barges, mais capables, avec pas moins de six saxos (Julian Palma, Martin Kay, Andrew Ball, Connor Sharpe, Yori Dade, David Cox), cinq trompettes (Zac Chambers, Simon Ward, Philip Harden, Jacob Hills et Dan Brown), et quatre trombones (Moniqua Lowth, Jamie Kennedy, Antony Visser et Seans Mackenzie), VALTOZASH est le genre de groupe un peu fou dont la vision de la musique s’accorde mal avec une normalité commerciale. Vu de l’extérieur, tout ceci ressemble à un pari désespéré, une communion impossible entre deux publics bien différents, mais vu de l’intérieur, on comprend immédiatement pourquoi les australiens ont cru pouvoir unir les mains des deux familles en toute confiance.

Ainsi, la doublette « Boiling Solitude » / « Too Many Eggs, Too Many Baskets » démontre en douze minutes pourquoi ce mariage est valide et soutenu par moult témoins. Sur une assise rythmique totalement Extreme Metal, le groupe s’amuse de ses propres digressions, mais propose une magnifique complémentarité entre les instruments, et ose des arrangements dignes d’une BO de road-movie improbable, quelque part entre Sydney et Melbourne. Un road-movie qui sent bon la poussière, le désert, les confessions intimes, les longs silences de nuit pudiques, et cette musique s’envole vers des paysages tantôt luxuriants, tantôt ascétiques et désolés.

Le génie du groupe, outre sa capacité instrumentale largement au-dessus de la moyenne, est d’avoir joué crânement sa carte de big-band sans retenue. Les passages violents sont dignes d’un Death autrichien, tandis que les passages vraiment jazzy nous ramènent parfois à la Nouvelle-Orléans, en plein mardi-gras, avec ses touristes amusés et ses locaux pas dupes. On pense aux passages les plus cartoonesques du Devin Townsend de « Bad Devil », on pense à un DIABLO SWING ORCHESTRA plus trash et moins obsédé par le vaudou et la danse de bal, mais on pense aussi parfois au Zeuhl si cher à Christian Vander et ses suiveurs, lorsque les chœurs fantomatiques prennent le dessus sur l’instrumentation déjà très dense.

L’autre coup de génie du groupe, est d’avoir laissé quelques parties de chant libres, afin que la voix monstrueusement grave et glauque de Cameron Whelan fasse son office d’outre-tombe. La voix caverneuse du vocaliste confère une patine encre plus agressive au concept, et domine de son timbre raclé quelques passages qui n’en deviennent que plus intenses. Mais le réel talent des musiciens est d’avoir agencé leur album comme un tout découpé en parties, et non pas d’avoir assemblé des parties pour en faire un tout.

Boiling Solitude est donc une longue symphonie pas si folle qu’il n’y parait au départ, avec des moments de pure musicalité, comme ce « Witness Me », au groove incroyable, qui laisse une rythmique totalement Heavy et déconstruite soutenir un ballet de trompettes et de saxos pour produire une sorte de proto-Funk totalement contagieux et euphorique.

Vous l’aurez donc facilement compris tout ceci n’est pas qu’un fantasme de musicien, et le grand public peut largement y trouver son compte. Entre les allusions au véritable Jazz tel qu’il était pratiqué dans les années 70, les stridences de son cousin tordu le Free qui mettra l’écume aux lèvres des fondus de l’équilibrisme, et les poussées de fièvre Metal toujours atténuées par une mélodie sous-jacente, Boiling Solitude est une œuvre riche et dense, qui trouve son acmé sur le long « Pedalling E », qui pendant neuf minutes s’amuse avec les possibilités du mi sans manque d’inspiration. Les soli sont magnifiques, les anches sont chaudes et caressées par des lèvres expertes, les percussions malmenées par un batteur qui frappe ses peaux au lieu de les caresser, et on ressort de l’écoute de cet album galvanisé, heureux, et certain que le monde peut parfois réserver de belles surprises, pourvu qu’on accepte l’ouverture aux autres.

Et le ballet final outrancier et hystérique de « Through the Fire and Flames » de nous convier à une dernière danse autour du feu, célébrant l’unisson des cuivres dans un orgasme des sens. Magnifique, époustouflant, énergique, fou, cet album des australiens est le meilleur remède à la morosité ambiante. Et sans prescription, ni effets secondaires.

             

                                                                                                                                                                                           

Titres de l’album:

01. Stefulj

02. Boiling Solitude

03. Too Many Eggs, Too Many Baskets

04. Children of Fuel

05. Witness Me

06. Pedalling E

07. Through the Fire and Flames


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/12/2021 à 17:38
95 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01