Black Rose Maze

Black Rose Maze

08/07/2020

Frontiers Records

Comme déjà dit des centaines de fois, le chroniqueur se base parfois sur des éléments très superficiels pour juger de l’importance d’une sortie. Une sale pochette peut éventuellement l’éloigner d’un bon album, et celle décorant le premier LP du projet presque solo BLACK ROSE MAZE est de celles qui n’incitent pas le réfractaire au Metal symphonique à faire un effort et saisir son clavier. Avec cette cantatrice en robe d’apocalypse sur fond de décor de soie, ou l’inverse, ce LP empestait les vocalises en arabesque et les riffs prétextes à une mise en avant d’un talent vocal supposément hérité de l’opéra le plus puriste, soit l’ennui total pour qui attrape des boutons rien qu’à l’évocation des noms NIGHTWISH ou THEATRE OF TRAGEDY. Mais heureusement, les bios sont là pour donner des indices supplémentaires, et c’est très logiquement qu’après avoir lu les arguments promotionnels relatifs à cette sortie, j’ai jugé plus qu’opportun de lui consacrer quelques lignes. Si je vous dis Alessandro Del Vecchio à la production, basse, claviers, composition, vous aurez immédiatement rattaché la chose au label Frontiers, et ce réflexe est effectivement le bon. Mais si le producteur maison est impliqué jusqu’au bout des cheveux dans ce projet, ce groupe n’en est pas pour autant le nouveau super concept lancé par Serafino, mais le premier véritable effort anglophone solo de la chanteuse Rosa Laricchiuta. Face à vos minois plein d’interrogations que je devine derrière mon écran, je tiens à préciser que Rosa est parfaitement inconnue dans nos contrées, mais qu’elle est déjà une star montante dans son Canada natal. Née à Montréal, la chanteuse a en effet rallié la finale du télé-crochet « La Voix », l’équivalent de « The Voice » chez nos cousins du froid, et elle a pu partager la scène avec des pointures de la trempe de DEF LEPPARD, Kelly CLARKSON, Jean LELOUP et son idole, Melissa ETHERIDGE.

Déjà auteure d’un premier effort solo en français en 2015, qui portait seulement son prénom, la chanteuse a ensuite privilégié la langue de Shakespeare pour son  second EP, Free, paru en 2017, puis elle s’est mise au travail pour offrir à son public de plus en plus fourni une véritable œuvre ambitieuse, rassemblant un maximum de ses compositions, mais aussi d’autres offertes par Clif Magness (Steve PERRY, Avril LAVIGNE), Nasson (CHAOS MAGIC, SINNER'S BLOOD) et bien évidemment Alessandro Del Vecchio (HARDLINE, JORN, REVOLUTION SAINTS). Un album aux couleurs d’un Hard Rock moderne, incisif, qui n’oublie toutefois pas l’importance des grands anciens, et qui porte évidemment la griffe de sa célèbre maison de disque, rappelant par la même le premier LP d’ELECTRIC MOB, avec un autre concurrent de The Voice, Renan Zontan. Frontiers se recyclerait-il dans le formatage Hard des gloires de la télévision ? C’est ce qu’il semblerait, mais n’oublions pas avant tout que si ces artistes sont allés aussi loin sur les marches de la célébrité du petit écran, c’est qu’ils ont une voix, de celles qu’on n’oublie pas, et autant dire que de ce côté-là, Rosa Laricchiuta est plutôt gâtée par la nature. Son timbre ressemble à une synthèse de toutes ces chanteuses qu’on aime tant, les Doro, Pat Benatar, Alannah Myles, et toutes celles qui n’oublient pas la puissance au placard, sans délaisser la délicatesse et les modulations. On a même parfois le sentiment d’écouter un album chanté conjointement par David Coverdale et Lita Ford, tant l’organe de la canadienne à cette dualité androgyne qui lui offre un éventail de possibilités impressionnant.

Musicalement, les pistes proposent bien sûr un Hard Rock typiquement européen, fier, racé, légèrement lyrique sur les bords, et symptomatique de toutes les productions italiennes de ces dix dernières années. Avec un son élaboré par le maître des lieux en personne, BLACK ROSE MAZE sonne imposant, avec ses guitares rugissantes et sa rythmique surpuissante, mais en bon capitaine, Alessandro s’est aussi adapté à la personnalité artistique de sa chanteuse, lui offrant des espaces plus grands parfois en refusant la compression trop prononcée, ce qui permet à Rosa de proposer un Pop-Rock qui lui est plus coutumier (« Only You »). Mais ne vous y trompez pas, l’ensemble sonne comme un véritable album de Hard-Rock, convaincant, agressif, mais qui a été agencé avec intelligence pour laisser place aux différentes états d’esprit de l’interprète. C’est ainsi que cet éponyme commence par un véritable hymne qui font les vraies entames de concert les plus probantes, et « In The Dark » de nous secouer la tignasse tout en nous donnant un aperçu du talent vocal de Rosa. Son chant puissant et légèrement éraillé parfois convient parfaitement aux écrins qu’elle s’est elle-même taillés, et s’adapte à merveille aux compositions extérieures, tout en s’accordant encore une fois d’un duo, avec la légende Jeff Scott Soto, venu taper le duel sur « Laws Of Attraction ». Entre Hard dur, AOR renforcé, et Pop-Rock boosté, BLACK ROSE MAZE montre tous les aspects de la personnalité de cette chanteuse attachante, au coffre impressionnant, et le voyage évoque parfois JOURNEY, REVOLUTION SAINTS, et d’autres références plus cachées que chacun saura dénicher au moment voulu.  

Le problème de ce genre d’album est généralement sa trop grande diversité, ou au contraire, sa trop évidente linéarité. Allessandro et Rosa ont très intelligemment évité le problème, le premier en élaborant un son s’adaptant à tous les styles mais gardant un fil rouge fermement en main, et la seconde en proposant des chansons variées, mais toute unie par un même thème : sa propre expérience, et son combat dans l’ombre pour enfin vivre de sa passion, après des années de petites scènes. Car si Rosa s’est fait remarquer à la télévision, elle n’en a pas moins ramé pour en arriver là, ce qui fait que son interprétation bénéficie d’une incroyable maturité. On le sent vocalement sur des morceaux comme « Let Me Be Me », en forme d’aveu, ou « Look At Me Now », plus intimiste et révélateur des intentions de la chanteuse. Se faire remarquer oui, mais par son talent et non son opportunisme, et tout l’album passe agréablement, réservant parfois des surprises, comme cet endiablé « Maze », plus Heavy que la moyenne, et avec un backing-band solide (Andrea Seveso - guitare, Michele Sanna - batterie et bien sûr Alessandro Del Vecchio - basse et claviers, la crème des requins transalpins), Black Rose Maze enchante, touche, émeut parfois, donne des fourmis dans les pieds (« You Can't Stop Me »), et nous laisse avec des étoiles dans les oreilles et des nuits mélodiques enivrantes (« Call Me Now »). Un premier album solide, qui témoigne du passé d’une chanteuse enfin parvenue au stade de révélation indéniable, et dont la voix n’a pas fini de faire chavirer les cœurs de rockeurs du monde entier.                

       

  

Titres de l’album:

01. In The Dark

02. Laws Of Attraction (Feat. Jeff Scott Soto)

03. Let Me Be Me

04. Free

05. Look At Me Now

06. Maze

07. Let Me Go

08. Only You

09. Earth Calling

10. You Can't Stop Me

11. Call Me Now


Facebook officiel


par mortne2001 le 03/08/2020 à 17:40
80 %    926

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49