Il existe selon le site Encyclopaedia Metallum dix-huit groupes se nommant DESOLATION de par le monde, en activité ou pas. Brésil, Canada, Chili, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Mexique, Norvège, Etats-Unis, Angleterre, soit un bon territoire couvert, et deux occurrences en Suède. Heureusement, il est facile d’y faire la différence entre les deux, puisque l’un est un groupe de Heavy n’ayant sorti qu’une seule démo en 1985, et l’autre, celui qui nous intéresse cet après-midi. Homonymie assez fascinante pour un baptême consensuel, mais un parcours atypique pour ce combo de Kramfors, dont les origines remontent à l’orée des années 90, avec comme d’habitude une première partie de carrière beaucoup moins prolifique que la seconde. Deux périodes bien distinctes donc, l’une de 1990 à 1994, et l’autre de 2014 à aujourd’hui, comme si les moyens qui manquaient à l’époque avaient enfin pu être trouvés, et c’est donc un deuxième longue-durée que nous fêtons aujourd’hui via ce Screams of the Undead qui entérine donc le retour de cette horde sanguinaire venue de Suède. Avec une seule démo publiée en 1993, Church of Sin, les DESOLATION auraient donc pu ne rester qu’une petite notule de bas de page sur un fanzine local, mais leur détermination à revenir à la vie a tout de l’obstination d’un zombi claustrophobe ne souhaitant pas passer sa mort entre quatre planches vermoulues. Zombi, mort, un vocabulaire qui sied d’ailleurs admirablement bien aux suédois, qui se concentrent sur un Death Metal des plus formels, de celui qu’on jouait dans les années 90 au niveau national, et couvrant donc une large période pour un Crossover pas inintéressant du tout.

Distribué conjointement par deux labels locaux, I Hate et Growls From The Underground, Screams of the Undead bénéficie donc d’un soutien sans failles de l’underground justement, qui croit dur comme fer à ces cris de morts-vivants émergeant d’un vieux cimetière côtier. Leur label principal les compare d’ailleurs à une sorte de mélange entre DISMEMBER et EDGE OF SANITY, ce qui en dit assez long sur la jonction opérée par les DESOLATION entre les débuts du style dans leur pays, froids et rigides, et son extension plus mélodique des mid et end 90’s via l’increvable Dan Swano. Dans les faits, cette relation se retranscrit par un instrumental combinant la puissance hivernale des premiers méfaits d’ENTOMBED, UNLEASHED et autres DISMEMBER, et la séduction venimeuse et harmonique de la seconde vague Death nationale, ce qui a le don de produire un effet maximal évitant la déconvenue old-school d’une redite un peu trop redondante ces temps-ci. Mais la fondation du groupe légitimant tout à fait ce regard en arrière, il n’y a pas grand-chose d’opportuniste à reprocher au quatuor (Mattias Lilja - basse/chant, Eddy Wiklund - batterie, Kai Puskala  et Peter Näslund - guitares), qui fait encore ce qu’il a toujours su faire de mieux, en prolongeant le travail déjà entrepris sur son premier long, Decapitated, publié il y a deux ans. On y trouvait donc les fondations de ces attaques toujours franches, qui empestent la HM-2 et les riffs congelés à peine sortis du frigo pour être dégustés, ces cassures rythmiques en accélération/décélération, et ce chant caverneux mais intelligible, qui rapproche donc les DESOLATION de la seconde vague de Death suédoise d’il y a vingt ans.

Agression et mélodie, mais dosées de façon homéopathique, beaucoup d’envie et d’énergie dans le jeu, pour une production assez sèche et rêche, aux graves toutefois appuyés et aux médiums exagérés, à tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter un split entre AT THE GATES, EDGE OF SANITY et MAYHEM (« Maniac »), à cause de cette petite touche Black qui vient assombrir un ciel déjà chargé. Pas forcément puristes les suédois, au point d’accepter un peu tout le legs extrême de leur propre pays, même si leur entame reste classique et farouche, avec son riff écrasant en intro et sa circonvolution de guitares en arrière-plan (« Macabre Slaughter »). Pas de doute, les musiciens savent composer des morceaux courts qui cognent, densifiant parfois leur propos pour afficher des ambitions plus épiques (« There Will Be Blood », l’un des plus violents, mais aussi le plus proche du ENTOMBED de Clandestine), ou au contraire, se bornant à ce que le style connaît de plus barbare pour nous éclater les dents (« The Ritual », assez proche de DEICIDE, en version plus mélodique s’entend), pour finalement en proposer une synthèse générique probante et complète. Avec quelques samples qui distillent une ambiance un peu glauque et digne d’une bande-originale lourde et sentencieuse à la Romero (« Screams of the Undead », et son légendaire « Quand il n’y a plus de place en enfer, les morts… » bla, bla, mais toujours efficace dans le contexte), une pincée de mid-tempi qui écrasent tout sur leur passage («The Pharao », qui s’affole brutalement comme s’il se souvenait de son retard DISMEMBER sur la pendule CARCASS), et surtout, des accointances prononcées envers la scène floridienne qui se manifestent autour de riffs précis et d’arrangements caverneux, Screams of the Undead est donc professionnel et honnête de bout en bout, et délivre ce qu’on attend de lui, sans toutefois faire preuve d’une imagination débordante.

Mais dans le marasme old-school actuel le confinant à la retape pure et simple dans la brocante des souvenirs, quelques efforts sont toujours louables et appréciables. C’est ainsi que vous pouvez accorder votre confiance aux  DESOLATION, qui s’ils partagent leur patronyme avec quelques collègues lui redonnent ses lettres de noblesse, affichant une belle crédibilité, et des possibilités concrètes.     

 

Titres de l’album :

                        1.Macabre Slaughter

                        2.Nightstalker

                        3.Beyond Death

                        4.Aokigahara (Forest of the Dead)

                        5.There Will Be Blood

                        6.The Ritual

                        7.Maniac

                        8.Screams of the Undead

                        9.The Pharao

                       10.Diabolical Resurrection

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/11/2019 à 17:29
75 %    198

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !


J'veux les voir a Avignon.


RIP il rejoint son fils perdu trop tôt.


+1 j'aurai bien fait les deux... du coup ce sera Testament et compagnie pour moi


YOTH IRIA : avec des anciens de ROTTING CHRIST et NECROMANTIA.


Sympa, cette brochette. Bon, un peu déçu par le SDI. Assassin, à ne pas confondre avec l'Allemand. Sympa, vu l'exotisme de la chose.


Le même jour qu'Exodus/Testament/Death Angel à Toulouse. Quel dommage !


Vivement leur prochain album !


Je les avais vus en 2012 sur une affiche anthologique, c'était bien Heavy et mélodique sur les bords.


Pareil, un grand album, comme tous les Heathen ! L'inédit vaut-il l'achat, pour ceux qui ont déjà l'album d'origine ?


'Victims of deception' est excellent !! Un groupe sous-estimé. J'en veux pour preuve la faible affluence devant la scène lors de leur passage au Hellfest. Mais, ayant déjà ce nouvel album (tout de même initialement paru en 2010), j'aimerais savoir ce que vaut l'inédit. Cela dit, ce disque, c'e(...)


Mon petit chouchou " Dark Night (of the Soul) " que j'écoute en boucle. superbe !