Shadow Soul

Dead Head

29/03/2024

Hammerheart Records

C’est vrai qu’on aime bien prendre son petit-déjeuner tranquille le matin. Beurrer ses tartines, faire chauffer l’eau, sortir les croissants ou la brioche du placard (où les saucisses/haricots pour nos amis anglais et allemands), et apprécier ce moment de calme avant d’affronter le reste de la journée. En gros, comme le disait notre suisse préféré Stephan Eicher, « Déjeuner en Paix ».

Ou pas.

J’avoue aimer ce petit instant de quiétude post-réveil. Mais de temps à autres, lorsque le besoin d’énergie se fait sentir et que la vitamine C n’est disponible qu’en format agrume, je me plonge dans l’actualité brutale pour en extirper les protéines dont j’ai besoin, et l’oméga 3 aussi. Et ce matin justement, pris par surprise dans le menu des Bandcamp, je suis tombé sur le nouvel EP/LP des bataves de DEAD HEAD, l’un de mes groupes fétiches, qui justement, s’est manifesté tout à fait au hasard pour m’aider à marcher du bon pied.

Pour les accros, DEAD HEAD c’est un label de qualité. Deux premiers albums d’une densité rare, suivis par une discographie plutôt riche, et plus de trente ans de carrière. Mais aussi, une présence erratique sur la scène, avec une longue attente entre deux nouveautés, soit la frustration ultime pour des fans habitués à être rassasiés avec régularité. Mais les mets les plus fins sont aussi ceux qui nécessitent le plus de préparation, et deux ans à peine après le monstrueux Slave Driver, le quatuor de Zwolle nous sert une nouvelle mise en bouche épicée, qui va ruiner bien des estomacs et des intestins.

Hans Spijker (batterie), Robbie Woning (guitare), Ronnie Vanderwey (guitare) et Ralph de Boer (basse/chant), soit trois-quarts du line-up d’origine, reviennent donc sur le devant de la scène avec un interlude tout à fait charmant. Huit titres de pur Thrash/Death agrémentés de mélodies prononcées, pour un réveil tonitruant à faire exploser ce satané truc aux deux cloches qui sonne toujours beaucoup trop tôt.

Shadow Soul est donc selon les sites un format moyen ou long, mais en connaissant le parcours des gus, on sait que ces vingt minutes et quelques ne peuvent incarner un album complet. Mais on s’en contente sans faire la fine bouche, puisque la livraison sent bon, et attaque les naseaux et le palais sans complaisance. On retrouve donc tout ce qui a fait le charme de ce groupe encore trop sous-estimé, ces rythmiques solides, ces guitares qui s’affairent sans compter leurs efforts, et ce chant raclé et vicieux qui sublime des compositions plus fines qu’elles n’en ont l’air.         

Et le groupe a très bien élevé son nouveau bébé, puisque celui-ci crie beaucoup, s’agite comme un damné, mais se montre persuasif lorsqu’il réclame son lait. Il lui arrive même de se taire quand l’heure de la sieste arrive, moment de repos sonorisé par l’instrumental « Defiance », qui sert en quelque sorte de césure à l’hémistiche.

Mais cette délimitation est bien la seule à prôner une accalmie. Le reste du tracklisting cavale rapidement, s’arrête brutalement, et reprend sans calmants, pour nous faire surfer sur la vague Thrash/Death des années 80/90, avec toujours en exergue ce parfum DEMOLITION HAMMER, SADUS, RECIPIENTS OF DEATH, INCUBUS, en version moins grognon et plus ronchon.

Toujours un peu technique sur les bords, le quatuor n’aime rien tant qu’agrémenter sa folie de quelques arabesques bien placées, comme ces interventions qui rappellent le vibrato furieux de Kerry King (qui n’a pas joué de basse sur cet album, je tiens à le préciser). Ce qui donne lieu à de petits massacres Thrash en règle, comme ce furieux « The Age Of Hype », très eighties et qui se donne à fond sans déborder du cadre de coloriage. Une couleur un peu marron d’ailleurs, comme du sang séché, et quelques manifestations plus insistantes, « The Run » et sa première partie Heavy comme une enclume, ou encore « Caverns of Fate » qui n’est pas sans évoquer le groove du vieil EXHORDER.

Tout ça est donc très recommandable, mais on en vient rapidement à regretter la brièveté de l’apparition. Surtout que DEAD HEAD nous a encore réservé des saillies nettes et violentes (« Opulent Disruption »), et quelques hommages à l’ancienne génération via la citation de MORBID SAINT sur l’impitoyable « Litany Of The Weak ».

Un retour en toute discrétion, pour un EP qui est un produit de saison. Le printemps a beau nous réchauffer de ses floraisons, DEAD HEAD continue de décapiter toutes les fleurs qui dépassent du grillage. Alors faites attention à vos doigts, ils peuvent parfois montrer trop d’enthousiasme dans la taille maison.

Mais Dieu que c’est bon. Encore meilleur qu’un café dans lequel on trempe son saucisson.      

   

 

Titres de l’album:

01. Litany Of The Weak

02. Serpents Of Fame

03. Caverns of Fate

04. Defiance

05. The Age Of Hype

06. The Run

07. Opulent Disruption

08. Dark Emptiness


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/05/2024 à 18:07
82 %    302

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
29/05/2024, 22:14:21

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49