L’avantage avec les groupes de Grind, c’est qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour les mettre en avant…Affirmez juste qu’ils sont bruyants, efficaces et bordéliques et les fans se rueront sur le produit en question.

De toute façon, je crois qu’on a fait le tour de la question depuis le début des années 90 non ?

Alors à quoi bon essayer de chercher de nouvelles formules alors même que les groupes du cru recyclent quasiment la même depuis les débuts de NAPALM DEATH, SORE THROAT et AGATHOCLES ?

Mais comme il faut bien faire son boulot et justifier de quelques lignes une entrée dans un webzine, on brode, on tartine, mais finalement, le résultat sera toujours le même.

Du bruit, du boucan, et un peu de bordel par-dessus.

Ce triptyque est parfaitement adapté à la situation matinale, et à cet EP des originaires de Lima, Ohio. Visiblement formé l’année dernière, LANDFILL ose donc donner une suite à sa première démo It’s A Beautiful Day At parue en octobre dernier, qui proposait trois minutes d’enfer caché sous une pochette sublime dépeignant une ravissante décharge ensoleillée.

Leur optique n’a pas vraiment changé en l’espace de quelques mois, et leur Grind complètement affolé atteint même de nouveaux sommets, tout en se permettant quelques clins d’œil assez savoureux.

Le premier, et pas des moindres, dissimulé sous un titre qui lui ne fait pas grand mystère de son allusion aux TOTAL FUCKING DESTRUCTION, ose un « Zen And The Art Of Shitting Teeth » qui rappellera sans aucun doute quelque chose aux initiés, et qui justement, se veut le morceau le plus développé et « musical » du lot.

Ambiance grondante, grosse basse à la Shane Embury, grognements bien sentis, et son délicieusement analogique pour une entame qui ne met pas en confiance, mais là est justement le but du jeu.

On se surprend d’ailleurs à trouver une musicalité derrière cet énorme riff classique, avant bien sûr que les débats ne dégénèrent en accès de colère Powerviolence un peu Crust sur les bords, mais diablement énergique et enthousiaste.

Blasts, cris de belette, et un peu moins de trois minutes de fièvre jaune pour une présentation assez véhémente, mais plus riche que la moyenne.

Mais ce serait mal connaître ces flingués que de croire qu’ils vont garder en vue la piste du Powerviolence travaillé, puisque dès « Centipede », le propos s’emballe, et les huit morceaux suivants, ne dépassant jamais la minute se vautrent dans un Grind boucanier et paillard, qui ose quand même quelques plans un peu plus mid que la moyenne (« Kali Yuga »).

De là, impossible de faire un tri et autant assimiler les titres comme un bloc énorme pris dans la face, même si certains font montre d’une intensité et d’une folie rythmique et vocale assez remarquable (« Phantom Limbic System », « Gallon Tank »).

Un brin d’AGATHOCLES remixé à la sauce US (« Washing Without Soap », pas pratique pour avoir les mains propres), et inévitablement, l’effort se termine par un « Untitled » qui se complait dans quatre minutes de gargouillis et autres bruits de l’espace divers, comme la bande son d’un Star Trek mixée par un alien peu au fait d’une musicalité quelconque.

LANDFILL, ou la énième sortie Grind du mois. C’est sympathique, ça meuble dix minutes de votre vie, c’est certainement plus intéressant que quatre-vingt pour cent de la production globale, mais on demande un petit effort pour que le timing ne soit pas gonflé par une outro aussi lénifiante d’inutilité.

Avec quelques morceaux bien sentis et bargeots de plus, le constat eut été plus clément, mais tout ça vous laisse quand même avec un peu plus de cinq minutes de Powerviolence/Grind américain suffisamment atteint pour prendre votre pied ou celui de votre voisin.

Et remarquez que j’ai quand même réussi à placer plusieurs paragraphes pour en parler. Comme quoi, le Grind prend plus de place par écrit qu’il n’en nécessite sur support.

 Je suis fort, très fort.


Titres de l'album:

  1. Zen And The Art Of Shitting Teeth
  2. Centipede
  3. Southpaw Doxxer
  4. Kali Yuga
  5. Goosebumps Books And Nu Metal
  6. Standing Army Of Elastic Waistbands
  7. Phantom Limbic System
  8. 10 Gallon Tank
  9. Washing Without Soap
  10. Untitled

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/01/2017 à 15:31
65 %    358

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.