Iron and Oak

Greystone Canyon

08/03/2024

Rockshots Records

L’Australie s’y connaît en matière de Rock. Je ne vous ferai pas l’injure de vous citer ses représentants les plus amplifiés, puisque vous les connaissez aussi bien que moi. Ce grand pays aux larges étendus sèches est l’un des plus ardents défenseurs d’une musique simple, directe, sans chichis, reposant sur une base Rock traditionnelle sur laquelle viennent se greffer des éléments plus mélodiques et/ou puissants. GREYSTONE CANYON est donc le digne héritier de ses ancêtres, et nous délivre avec Iron and Oak un message clair : la distorsion est certes reine, mais n’exclue pas la finesse. En découle un disque fort et sensible à la fois, comme seuls les musiciens nationaux peuvent en produire.

Ne craignez toutefois pas un énième AC/DC soundalike. Non, le quatuor (Darren Cherry – guitare/chant, Richard Vella – guitare, Dave Poulter – basse et Sham Hughes – batterie) a su se construire un univers bien à lui, assez cosy, et dont les boiseries ressemblent à celle d’un bar en périphérie de Melbourne ou Sydney. On sent donc la sueur qui perle sur les fronts, la chaleur dispensée par cet attroupement du vendredi/samedi soir, les échos d’un passé illustre, et l’urgence d’une musique honnête, jouée avec le cœur et les tripes.

Six ans après While The Wheels Still Turn, GREYSTONE CANYON remonte donc à cheval pour parcourir les grandes distances australes, et en ramener des souvenirs, des humeurs, et des impressions qui forment l’ossature de ce deuxième longue-durée. Entre Hard Rock classique, Southern Rock épais et Néo-Grunge assumé, Iron and Oak syncope, chaloupe, assume ses références, et se pose en constat sincère d’une époque qui a cruellement besoin de pureté et d’intentions nobles.

Si le son est rond et légèrement granuleux, c’est pour mieux servir un propos parfois amer, tout du moins mélancolique. Le décalage entre le propos Rock très puriste et cette ambiance jaunie héritée des nineties et de la scène alternative rock est donc le moteur de cette réalisation, qui pourra fédérer des publics avides de sons bruts, mais de sentiments tamisés.

Mixé par le primé Glen Robinson (QUEENSRYCHE, VOIVOD), Iron and Oak a un spectre large, et une précision qui permet d’apprécier le moindre des arrangements, même si les structures basiques sont calées sur le parti d’un binaire efficace et pulsé. Néanmoins, les syncopes se fraient aussi une place au banquet, ce qui permet de rapprocher les australiens d’OUR LADY PEACE, des STONE TEMPLE PILOTS, et de tout un pan de la culture US de ces trente dernières années. Ce constat est particulièrement probant sur « Breathe Again », dont l’amertume prononcée nous replonge dans le marasme des sentiments d’une décennie désabusée, et vouée aux gémonies d’une apathie résignée.

Les influences mentionnées par l’agence de promotion sont aussi diverses qu’incongrues. On entend parler d’Ozzy Osbourne, de LED ZEP, de MEGADETH, sans que l’on sente vraiment l’importance de ces références dans cette musique authentique et ciselée. Mais l’énergie, les harmonies, l’autorité d’un soliste qui n’en fait jamais trop, et le côté traînant et plein de spleen d’un chant émotif font de cet album un grand melting-pot d’époques et de tendances, comme si les réflexes australiens se confrontaient à l’attitude américaine.

De fait, ne vous attendez pas à tomber sur le tube de l’été. A moins de considérer SHIHAD comme un mastodonte des charts, il est impossible de voir en GREYSTONE CANYON la nouvelle sensation à la mode, même si quelques attitudes PEARL JAM (« Sky is Falling ») rapprochent le projet des poids lourds 90’s.

Ambitieux, le quatuor se souvient aussi des effluves acoustiques du ZEP sur « Raging Waters », inspiration traitée façon NOLA, avec grosses guitares et pénombre Seattle garantie. D’ailleurs, le quatuor n’a pas choisi la voie la plus facile, en terminant son album par quatre morceaux de plus de six minutes. Mais loin du remplissage ou de l’excès de zèle, cette tétralogie finale nous permet de partir pour un ailleurs qu’on ne souhaite pas ici, dans un pays où la vérité est obligatoire, et la pureté des sentiments érigée en vertu cardinale.

Avec des rythmes chaloupés, ou un up tempo nerveux, GREYSTONE CANYON dévoile les étapes d’un road-trip grandeur nature, traversant l’Australie comme un aventurier bien préparé. La fournaise diurne est donc remplacée par la froideur nocturne, lorsque le soleil se couche sur les grandes étendues et que le feu prend son relais.

De nombreuses ruptures et cassures, sans ralentir la progression, lui confèrent une aura presque mystique, lorsque les guitares se fondent dans la pénombre pour distiller leurs mélodies à la TEMPLE OF THE DOG (« Reborn »).

Binaire classique, Classic Rock ludique (« Over and Over »), fausse ballade vraiment nerveuse en réminiscence des hits jumpy du Billboard des années Post-Wave (« No Saint »), le répertoire est varié, carré, soigné, peaufiné, mais toujours viscéral et rageur. On sent la force émaner d’un couple de guitares qui se complètement à merveille et qui reproduisent le son live du JAM à la croche près. Les Etats-Unis, l’Australie, l’Europe, tout se mélange dans cette inspiration métissée qui donne lieu à des joutes musicales fascinantes.

Un disque à écouter lorsque les heures passent, et que les mots n’ont plus cours sous la lune des plaines australes. Les yeux dans le vide, le cœur ralentissant son rythme, une nuit étoilée, et un sac qui sert d’oreiller. Bienvenue dans le monde de ceux qui ne parlent que lorsqu’ils ont quelque chose à dire. 

    

     

Titres de l’album:

01. Vultures

02. Price on Your Head

03. We all Become Yesterday

04. Breathe Again

05. Sky is Falling

06. Raging Waters

07. Reborn

08. Over and Over

09. No Saint


Facebook officiel


par mortne2001 le 21/05/2024 à 18:46
82 %    73

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49