Une signature sur MelodicRock Records est plus ou moins l’équivalent d’un paraphe sur un contrat Frontiers. Pour l’auditeur potentiel, cela signifie beaucoup, et surtout, des choses précises, des images musicales affinées, et la certitude de faire le plein de Hard Rock classique mais de grande classe. Dès lors, si je vous dis que Tony MITCHELL nous offre son nouvel effort en presque solo sur la maison de disques précédemment énoncée, vous saurez exactement à quoi vous attendre. Et si en sus, vous êtes un musicologue averti, vous connaitrez déjà le nom de ce multi-instrumentiste, et serez capable de citer les nombreux projets auquel il a donné naissance ces vingt dernières années, sans avoir à trop réfléchir. Pour les plus anciens, Mitchell était la voix de KISS OF THE GYPSY, groupe éphémère à l’unique album éponyme publié par la major Atlantic en 1992, époque trouble assurant la transition entre le Hard made in MTV et le Grunge made in Seattle. Pour les autres, ayant plus ou moins suivi le parcours du bonhomme, c’est aussi un musicien qu’on retrouve derrière les noms de MITCHELL, ONE, KINGDOM OF DEADMEN, BONEYARD ZOMBIES, SYD ZILLA, et plus récemment des DIRTY WHITE BOYZ, soit un vétéran de la scène mélodique européenne. Plus qu’un nom donc, Tony MITCHELL est une appellation, un sceau apposé sur un courrier adressé à tous les fans d’un Rock dur mais smooth à la fois, et la sortie de ce nouvel album en solo, le premier depuis 2011, sera une excellente nouvelle, et surtout, la garantie d’une écoute confortable, entre riffs acérés et chant apaisé, le tout emballé dans de riches arrangements, témoignant de la participation de guests à foison. Si Tony reste le maître d’œuvre indéniable de ce Beggars Gold, promettant des richesses aux pauvres hères que nous sommes, le casting de sa conception permet d’y intégrer les empreintes musicales de Chris Hunt, Paul Hume, James Marsh et Tim Manford aux guitares solo, d’Eddie Anthony à la batterie, de Daniel Sings au saxophone sur « Someone Like You » et de Sue Willetts au chant sur « What You Make It ». Soit une belle brochette de performers, pour un album qui ne trahit en rien les convictions de son compositeur principal.

Compositeur, et prolifique de surcroit. Malgré treize morceaux pour plus d’une heure de musique, on apprend vite en traînant sur la toile que vingt-deux titres avaient été composés pour Beggars Gold, avant que le prolixe anglais ne réduise la quantité pour augmenter la qualité. En résulte un album malheureusement toujours un peu long, qui aurait gagné à être amputé d’un bon quart d’heure et de trois morceaux pour devenir le classique qu’il aurait pu être. Non que les chansons deviennent vite des redites, ce qui est parfois le cas quand même, mais autant dire que certaines idées déjà bien usées à l’origine se voient réutilisées à intervalles réguliers, comme pour boucher des trous qui n’en avaient pas forcément besoin. Mais pas d’inquiétude à avoir, et au regard du parcours du bonhomme, ce nouveau LP en solo est d’une forte teneur en harmonies, en mélodies, louchant méchamment vers les années de gloire du genre, sans tourner le dos à des arrangements électroniques contemporains qui font du bien. Et l’écart séparant les conceptions AOR américaines des envies électriques européennes est d’ailleurs clairement marqué par le fossé séparant des titres juxtaposés comme le surpuissant et presque alternatif « Blind » (qu’ANGRA se serait fait un plaisir d’incarner), et le plus formel et délicat « What You Make It », qui à eux deux mesurent la distance qui sépare le passé du musicien de son présent. Très au fait des exigences usuelles de notre époque, Tony n’a donc pas hésité à tremper la plume de son respect dans les eaux des attentes du public avide de Melodic Rock moderne, et propose donc un panachage intéressant, faisant la jonction entre ses débuts Hard-Rock plutôt anonymes (mais réévalués par la suite) et sa réputation actuelle de musicien polyvalent (en sus du chant, l’homme assure les parties de guitare, de basse et de claviers). Mais comme je le disais en amont, et malgré un désir d’épurer pour mieux concentrer, l’album reste encore un peu long, et il conviendra après une écoute exhaustive de n’en retenir que ses haut-faits pour se fabriquer une compilation qui aurait pu/dû être la version définitive de ce disque plutôt attachant.

Pourtant, tout est passé en revue en termes de Hard Rock mélodique, et d’AOR musclé. De la ballade estampillée MAGNUM/FOREIGNER, qui ne recule devant aucun détail lacrymal pour nous prendre au cœur (« Someone Like You », le genre de tube que les 80’s adoraient et adulaient au point de les laisser grimper au sommet du Billboard), jusqu’au burner up in time qui ne cache en rien ses accointances Glam, en prenant quand même soin de les maquiller d’un fond de teint AOR à la ECLIPSE/W.E.T. (« Our Song »), en passant par des choix plus risqués et culottés comme ce très électronique « In Everyone Of Us », qui semble vouloir réconcilier les générations X et Y. Tony ne s’est donc pas moqué de son public, et nous offre un condensé de carrière un peu en forme de best-of déguisé, qui multiplie les allusions à sa trajectoire passée, et à ses travaux futurs qui à n’en point douter, délivreront aussi leur lot de surprises. La production, parfois un peu défaillante lorsque la puissance s’exprime à plein régime, et qui a tendance à tasser les guitares pour les écraser par les harmonies vocales, ne dessert pas vraiment les morceaux les plus mordants, mais atténue leur potentiel sauvage en les faisant rentrer dans le rang, sous-mixant des soli qui auraient sans doute mérité plus de place pour prendre leur envol. En acceptant certains interludes plus enjoués et moins englués dans des prises de position statiques, Tony titille même la corde sensible d’un groove méchamment balancé, et « Fire Me Up », de nous apporter ce petit plus d’énergie dont la fin de l’album avait cruellement besoin, joignant des mains son unique album en tant que KISS OF THE GYPSY et les EXTREME/LED ZEP/BADLANDS. Certes, et avec un timing titillant souvent les cinq minutes, on prend parfois son mal en patience, mais la versatilité permet d’occulter certaines longueurs prononcées, spécialement lorsque l’originalité pointe le bout de son nez sur le gluant « Take a Look at me Now », qui épouse le bastringue sans perdre de sa classe mélodique en meringue.

Rien de farouchement novateur, mais de l’envie, et une certaine fraîcheur, qui permet à ce LP de terminer sur les chapeaux de roue, et de nous ramener des années en arrière, lorsque le Hard des années 80 se musclait pour affronter une décennie en hécatombe à venir (« Welcome To The Revolution », parfaite conclusion). Si l’on met donc de côté une charnière centrale qui marque un temps d’arrêt, et certains segments qui n’osent pas vraiment se débarrasser d’automatismes un peu trop marqués, Beggars Gold incarne une vision décomplexée de la scène mélodique mondiale, et replace au-devant de la scène un musicien très capable et très sympathique, qui aurait sans doute mérité mieux qu’un parcours en demi-teinte. Mais on ne réécrira jamais le passé, alors autant se focaliser sur le présent de Tony MITCHELL, un présent bigarré, électrifié, qui saura contenter tous les amoureux d’une musique léchée, mais assez virile pour décoiffer.   

 

Titres de l'album :

                           1. Playing With Fire

                           2. Never Say Die

                           3. Blind

                           4. What You Make It

                           5. Someone Like You

                           6. Our Song

                           7. Stone By Stone

                           8. In Everyone Of Us

                           9. Wildside

                           10. Fire Me Up

                           11. Beggars Gold

                           12. Take A Look At Me Now

                           13. Welcome To The Revolution

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/10/2018 à 16:13
78 %    109

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.