Alors eux, ils ont une bonne tête. Certes et j’en conviens, ce n’est pas le type d’argument objectif qui permet de juger une œuvre, mais ils ont VRAIMENT une bonne tête. Et après écoute de leur premier long, je me rends compte qu’ils sont aussi très honnêtes dans leur bio. Non mais sérieusement, regardez-les, ils donnent clairement envie de devenir leur pote avec leur sourire à pleines dents, et leur façon de poser naturellement pour des photos promo. Le genre de types qu’on croise au bar un samedi soir, avec qui on boit quelques bières, et desquels on s’attache immédiatement, et pour longtemps. Fondé en 2011 du côté d’Orlando, Floride, THICKET s’est assez vite épanché musicalement puisqu’on trouve trace de sa première production dès l’année suivante avec le premier court Razorblades and Leaves. Trois ans plus tard, Tales From The Tomb prend la suite, avant que 2017 ne fête la publication de Tides of Pestilence. Et c’est très logiquement, et en respectant cette trajectoire ascendante que Descend into Darkness vient compléter le tableau, mais plutôt qu’une descente dans les ténèbres, ce premier long serait plutôt une montée vers l’euphorie, tant la musique des américains est violente mais joyeuse, et surtout, faite d’humeurs et d’alternance entre les styles. C’est d’ailleurs ce point qui m’a permis de comprendre à quel point ce quatuor jouait la carte de la franchise, en affirmant dans sa courte bio avoir commencé sa carrière sous des auspices purement Thrash, avant de dévier vers une approche plus complète. C’est donc à une sorte de synthèse parfaite à laquelle nous avons droit aujourd’hui, avec ces sept morceaux aussi convaincants qu’ils ne sont groovy, et ce premier LP à de faux-airs de passage en revue de capacités manifestes.

Jake Jordan - chant/guitare, James Marks - batterie, Tabatha Marks - basse et Kevin Webb - guitare ne sont donc pas des gens coincés dans des certitudes, et nous démontrent en à peine une demi-heure qu’ils sont plus ouverts que la moyenne, sans perdre de leur cohérence. Mais quel plaisir assez rare de passer d’une attaque Groove Thrash de la trempe de « Isolation » à un essai presque Cyber Metal dansant de l’envergure de « Fall of Illusion » sans avoir le sentiment d’écouter une compilation recensant les valeurs montantes de Floride. Capables de suggérer des accointances avec le Big4 et la nouvelle génération des HAVOK, et une fascination pour le Metal rythmique germain des OOOMPH et RAMMSTEIN, les THICKET ne se préoccupent que d’une seule chose, l’efficacité de leur musique, et citent indifféremment METALLICA, DEATH, GHOST, HAVOK, AVENGED SEVENFOLD, THE GREAT DISCORD, ou REVOCATION pour situer leur démarche, ce qui en dit long sur leur ouverture d’esprit. Doté d’une production at home tout à fait correcte, qui met bien en valeur la profondeur de la rythmique James et Tabatha Marks, et la précision des soli dégainés par Jake et Kevin, Descend into Darkness est un petit plaisir pas du tout coupable, qui nous entraîne à la frontière d’un Heavy Thrash old-school et d’un Metal plus contemporain, sans jouer les indécis. Nous avons même droit à des breaks presque Jazz-Rock parfaitement incongrus, mais totalement jouissifs (« Penance », qui démontre s’il en était besoin que les gus ont un bagage musical solide), mais ce qui fascine le plus chez les floridiens, c’est cette capacité à trouver des licks vraiment accrocheurs, qu’une section rythmique solide et inventive met parfaitement en valeur. Flirtant d’ailleurs parfois avec le Crossover tout en cédant à la séduction de soli baroques, le quatuor fait feu de tout bois et compose de vrais morceaux et pas de simples prétextes, et n’a retenu du Thrash que son groove gluant et sa puissance.

On savoure donc des chansons aussi pertinentes qu’évolutives, à l’image de l’irrésistible « Death's Embrace », faisant le lien entre hier et aujourd’hui, avec toujours ce phrasé de chant qui relie les instruments entre eux, et qui permet de travailler des ambiances différentes mais complémentaires. Mais on se rend vite compte des capacités en découvrant le tonitruant « Eat the Rich » en intro, qui caracole avec mesure mais qui avance avec emphase, laissant les guitares/machettes déboiser pour tout ratiboiser ensuite d’une double grosse caisse efficiente. Thrash donc, dans le fond, mais plus Metal dans les faits, la musique des THICKET est beaucoup moins humble qu’il n’y parait, et développe des trésors d’efficacité et d’ingéniosité, mettant sous la lumière des musiciens au talent d’instrumentiste indéniable et des compositeurs habiles. Et comme l’album stoppe son timing assez rapidement, l’effet produit est encore plus flagrant, à tel point qu’on regrette que dix ou quinze minutes supplémentaires n’aient pas été ajoutées. D’autant plus que le LP se termine par un dernier massacre légèrement Hardcore sur les bords, où tous les aspects les plus virils ont été accentués. « Descend into Darkness » est donc la clôture idéale d’un disque très surprenant, qui risque d’être noyé dans la masse de la production, alors qu’il mérite bien plus d’attention que d’autres sorties à la promotion plus importante. Et bien qu’il reste encore quelques points à perfectionner, notamment au niveau des chœurs, tout est déjà méchamment en place et très carré, avec quelques interludes, des crises d’arpèges en son clair, des transitions bien amenées, et surtout, un sens du rythme très prononcé qui en dit long sur les possibilités. Quand je vous disais qu’ils avaient une bonne tête ces quatre-là. Et comme le dit l’adage, ils en ont l’air, mais ils ont aussi la chanson.     

 

Titres de l’album :

                       1.Eat the Rich

                       2.Isolation

                       3.Fall of Illusion

                       4.Penance

                       5.Death's Embrace

                       6.Synchronicities

                       7.Descend into Darkness

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/11/2019 à 14:40
80 %    231

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Dawn

Haven of Lies

Carcariass

Planet Chaos

Cianide

Unhumanized

Ross The Boss

Born Of Fire

Worm

Gloomhole

Myrkur

Folkesange

Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

J'irais Mosher chez vous ! Episode 3 : Thaïlande

Jus de cadavre / 06/04/2020
Asie

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Putain merde j'espère qu'il va s'en remettre très vite


Un petit côté cold-wave sur les couplets pas dégueu. M'en vais creuser ça, c'est hyper original en tout cas.


@wildben : déjà, merci du compliment ! ;-) Et oui, tout à fait d'accord avec toi. C'est assez dingue cette façon qu'ils ont de rendre aussi mélodique et efficace une musique si technique. Moi aussi, j'étais un peu dubitatif sur ce "Letters from the Trenches" et en fait il arrive pile au bon mo(...)


Oui, c'est dansant


Le mec est infirmier Psy il me semble non ?
Ceci expliquant sans doute cela...


Je vais le dire avec beaucoup moins de talent que l'auteur de la chro mais cet album déchire, le plus frappant étant cette sensation incroyable de fluidité. Bien que complexe, la musique reste toujours efficace et "évidente". Même le titre en écoute, qui me lassait dubitatif lors de sa mise en(...)


@Buck Dancer : ça j'en doute pas ! L'Amérique du sud c'est un Eldorado (sans mauvais jeu de mot...) metallique !


Jus De Cadavre, en Amérique du Sud tu as de quoi t'amuser aussi, je pense.


Super report ,ça donne envie d'aller dans le pit et secouer de la tête là-bas


Comme indiqué, invraisemblable. Il n'a pas respecté le confinement en faisant de la nage en eaux-vives. Ceci étant, pas vraiment de risque qu'on en parle en ce moment, et l'image du metal, pfff, hein.


C'est plutôt bien foutu mais la thématique me laisse perplexe. Black et médieval, yep, mais figure chrétienne telle que la Jeanne… Quoique, cette période est étroitement liée à la chrétienté en Europe… Merde. M'enfin ça me laisse perplexe quand même.


Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.


J'ai acheté l'album. Tous les morceaux sont dans la même veine. C'est ultra massif et cohérent avec des riffs simples mais accrocheurs et pas ennuyeux (en tous cas, chez moi ça tourne en boucle et je ne m'en lasse pas).


@Grinder : bien sûr ! Après ça serait moins exotique et original forcément... et certainement plus difficile aussi.
En Asie les gens étaient du genre très avenants pour discuter (c'est pas tous les jours qu'un blanc bec va leur poser des questions chez eux sur leur passion). En Scandinav(...)


Amalie McKennitt.


Effectivement, la chanson en écoute est excellente.
Avec un soupçon de Bolt thrower et Goatess?


Ca te dirait pas un "J'irai mosher chez vous en Suède / Norvège / Finlande" ?


Thanks ! Ca permet de voyager en ces temps compliqués ;-)


Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.


Je suis également Trepalium depuis longtemps, le premier album. Il ne faut pas oublier l'EP sorti en 2015 et renommé "Damballa's Voodoo Doll", ultime enregistrement avec Kéké qui replongeait puissamment dans l'instrumentation Jazzy. J'ai la franche impression que depuis huit ans le groupe est d(...)