Alors eux, ils ont une bonne tête. Certes et j’en conviens, ce n’est pas le type d’argument objectif qui permet de juger une œuvre, mais ils ont VRAIMENT une bonne tête. Et après écoute de leur premier long, je me rends compte qu’ils sont aussi très honnêtes dans leur bio. Non mais sérieusement, regardez-les, ils donnent clairement envie de devenir leur pote avec leur sourire à pleines dents, et leur façon de poser naturellement pour des photos promo. Le genre de types qu’on croise au bar un samedi soir, avec qui on boit quelques bières, et desquels on s’attache immédiatement, et pour longtemps. Fondé en 2011 du côté d’Orlando, Floride, THICKET s’est assez vite épanché musicalement puisqu’on trouve trace de sa première production dès l’année suivante avec le premier court Razorblades and Leaves. Trois ans plus tard, Tales From The Tomb prend la suite, avant que 2017 ne fête la publication de Tides of Pestilence. Et c’est très logiquement, et en respectant cette trajectoire ascendante que Descend into Darkness vient compléter le tableau, mais plutôt qu’une descente dans les ténèbres, ce premier long serait plutôt une montée vers l’euphorie, tant la musique des américains est violente mais joyeuse, et surtout, faite d’humeurs et d’alternance entre les styles. C’est d’ailleurs ce point qui m’a permis de comprendre à quel point ce quatuor jouait la carte de la franchise, en affirmant dans sa courte bio avoir commencé sa carrière sous des auspices purement Thrash, avant de dévier vers une approche plus complète. C’est donc à une sorte de synthèse parfaite à laquelle nous avons droit aujourd’hui, avec ces sept morceaux aussi convaincants qu’ils ne sont groovy, et ce premier LP à de faux-airs de passage en revue de capacités manifestes.

Jake Jordan - chant/guitare, James Marks - batterie, Tabatha Marks - basse et Kevin Webb - guitare ne sont donc pas des gens coincés dans des certitudes, et nous démontrent en à peine une demi-heure qu’ils sont plus ouverts que la moyenne, sans perdre de leur cohérence. Mais quel plaisir assez rare de passer d’une attaque Groove Thrash de la trempe de « Isolation » à un essai presque Cyber Metal dansant de l’envergure de « Fall of Illusion » sans avoir le sentiment d’écouter une compilation recensant les valeurs montantes de Floride. Capables de suggérer des accointances avec le Big4 et la nouvelle génération des HAVOK, et une fascination pour le Metal rythmique germain des OOOMPH et RAMMSTEIN, les THICKET ne se préoccupent que d’une seule chose, l’efficacité de leur musique, et citent indifféremment METALLICA, DEATH, GHOST, HAVOK, AVENGED SEVENFOLD, THE GREAT DISCORD, ou REVOCATION pour situer leur démarche, ce qui en dit long sur leur ouverture d’esprit. Doté d’une production at home tout à fait correcte, qui met bien en valeur la profondeur de la rythmique James et Tabatha Marks, et la précision des soli dégainés par Jake et Kevin, Descend into Darkness est un petit plaisir pas du tout coupable, qui nous entraîne à la frontière d’un Heavy Thrash old-school et d’un Metal plus contemporain, sans jouer les indécis. Nous avons même droit à des breaks presque Jazz-Rock parfaitement incongrus, mais totalement jouissifs (« Penance », qui démontre s’il en était besoin que les gus ont un bagage musical solide), mais ce qui fascine le plus chez les floridiens, c’est cette capacité à trouver des licks vraiment accrocheurs, qu’une section rythmique solide et inventive met parfaitement en valeur. Flirtant d’ailleurs parfois avec le Crossover tout en cédant à la séduction de soli baroques, le quatuor fait feu de tout bois et compose de vrais morceaux et pas de simples prétextes, et n’a retenu du Thrash que son groove gluant et sa puissance.

On savoure donc des chansons aussi pertinentes qu’évolutives, à l’image de l’irrésistible « Death's Embrace », faisant le lien entre hier et aujourd’hui, avec toujours ce phrasé de chant qui relie les instruments entre eux, et qui permet de travailler des ambiances différentes mais complémentaires. Mais on se rend vite compte des capacités en découvrant le tonitruant « Eat the Rich » en intro, qui caracole avec mesure mais qui avance avec emphase, laissant les guitares/machettes déboiser pour tout ratiboiser ensuite d’une double grosse caisse efficiente. Thrash donc, dans le fond, mais plus Metal dans les faits, la musique des THICKET est beaucoup moins humble qu’il n’y parait, et développe des trésors d’efficacité et d’ingéniosité, mettant sous la lumière des musiciens au talent d’instrumentiste indéniable et des compositeurs habiles. Et comme l’album stoppe son timing assez rapidement, l’effet produit est encore plus flagrant, à tel point qu’on regrette que dix ou quinze minutes supplémentaires n’aient pas été ajoutées. D’autant plus que le LP se termine par un dernier massacre légèrement Hardcore sur les bords, où tous les aspects les plus virils ont été accentués. « Descend into Darkness » est donc la clôture idéale d’un disque très surprenant, qui risque d’être noyé dans la masse de la production, alors qu’il mérite bien plus d’attention que d’autres sorties à la promotion plus importante. Et bien qu’il reste encore quelques points à perfectionner, notamment au niveau des chœurs, tout est déjà méchamment en place et très carré, avec quelques interludes, des crises d’arpèges en son clair, des transitions bien amenées, et surtout, un sens du rythme très prononcé qui en dit long sur les possibilités. Quand je vous disais qu’ils avaient une bonne tête ces quatre-là. Et comme le dit l’adage, ils en ont l’air, mais ils ont aussi la chanson.     

 

Titres de l’album :

                       1.Eat the Rich

                       2.Isolation

                       3.Fall of Illusion

                       4.Penance

                       5.Death's Embrace

                       6.Synchronicities

                       7.Descend into Darkness

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/11/2019 à 14:40
80 %    193

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !