Descend into Darkness

Thicket

10/08/2019

Autoproduction

Alors eux, ils ont une bonne tête. Certes et j’en conviens, ce n’est pas le type d’argument objectif qui permet de juger une œuvre, mais ils ont VRAIMENT une bonne tête. Et après écoute de leur premier long, je me rends compte qu’ils sont aussi très honnêtes dans leur bio. Non mais sérieusement, regardez-les, ils donnent clairement envie de devenir leur pote avec leur sourire à pleines dents, et leur façon de poser naturellement pour des photos promo. Le genre de types qu’on croise au bar un samedi soir, avec qui on boit quelques bières, et desquels on s’attache immédiatement, et pour longtemps. Fondé en 2011 du côté d’Orlando, Floride, THICKET s’est assez vite épanché musicalement puisqu’on trouve trace de sa première production dès l’année suivante avec le premier court Razorblades and Leaves. Trois ans plus tard, Tales From The Tomb prend la suite, avant que 2017 ne fête la publication de Tides of Pestilence. Et c’est très logiquement, et en respectant cette trajectoire ascendante que Descend into Darkness vient compléter le tableau, mais plutôt qu’une descente dans les ténèbres, ce premier long serait plutôt une montée vers l’euphorie, tant la musique des américains est violente mais joyeuse, et surtout, faite d’humeurs et d’alternance entre les styles. C’est d’ailleurs ce point qui m’a permis de comprendre à quel point ce quatuor jouait la carte de la franchise, en affirmant dans sa courte bio avoir commencé sa carrière sous des auspices purement Thrash, avant de dévier vers une approche plus complète. C’est donc à une sorte de synthèse parfaite à laquelle nous avons droit aujourd’hui, avec ces sept morceaux aussi convaincants qu’ils ne sont groovy, et ce premier LP à de faux-airs de passage en revue de capacités manifestes.

Jake Jordan - chant/guitare, James Marks - batterie, Tabatha Marks - basse et Kevin Webb - guitare ne sont donc pas des gens coincés dans des certitudes, et nous démontrent en à peine une demi-heure qu’ils sont plus ouverts que la moyenne, sans perdre de leur cohérence. Mais quel plaisir assez rare de passer d’une attaque Groove Thrash de la trempe de « Isolation » à un essai presque Cyber Metal dansant de l’envergure de « Fall of Illusion » sans avoir le sentiment d’écouter une compilation recensant les valeurs montantes de Floride. Capables de suggérer des accointances avec le Big4 et la nouvelle génération des HAVOK, et une fascination pour le Metal rythmique germain des OOOMPH et RAMMSTEIN, les THICKET ne se préoccupent que d’une seule chose, l’efficacité de leur musique, et citent indifféremment METALLICA, DEATH, GHOST, HAVOK, AVENGED SEVENFOLD, THE GREAT DISCORD, ou REVOCATION pour situer leur démarche, ce qui en dit long sur leur ouverture d’esprit. Doté d’une production at home tout à fait correcte, qui met bien en valeur la profondeur de la rythmique James et Tabatha Marks, et la précision des soli dégainés par Jake et Kevin, Descend into Darkness est un petit plaisir pas du tout coupable, qui nous entraîne à la frontière d’un Heavy Thrash old-school et d’un Metal plus contemporain, sans jouer les indécis. Nous avons même droit à des breaks presque Jazz-Rock parfaitement incongrus, mais totalement jouissifs (« Penance », qui démontre s’il en était besoin que les gus ont un bagage musical solide), mais ce qui fascine le plus chez les floridiens, c’est cette capacité à trouver des licks vraiment accrocheurs, qu’une section rythmique solide et inventive met parfaitement en valeur. Flirtant d’ailleurs parfois avec le Crossover tout en cédant à la séduction de soli baroques, le quatuor fait feu de tout bois et compose de vrais morceaux et pas de simples prétextes, et n’a retenu du Thrash que son groove gluant et sa puissance.

On savoure donc des chansons aussi pertinentes qu’évolutives, à l’image de l’irrésistible « Death's Embrace », faisant le lien entre hier et aujourd’hui, avec toujours ce phrasé de chant qui relie les instruments entre eux, et qui permet de travailler des ambiances différentes mais complémentaires. Mais on se rend vite compte des capacités en découvrant le tonitruant « Eat the Rich » en intro, qui caracole avec mesure mais qui avance avec emphase, laissant les guitares/machettes déboiser pour tout ratiboiser ensuite d’une double grosse caisse efficiente. Thrash donc, dans le fond, mais plus Metal dans les faits, la musique des THICKET est beaucoup moins humble qu’il n’y parait, et développe des trésors d’efficacité et d’ingéniosité, mettant sous la lumière des musiciens au talent d’instrumentiste indéniable et des compositeurs habiles. Et comme l’album stoppe son timing assez rapidement, l’effet produit est encore plus flagrant, à tel point qu’on regrette que dix ou quinze minutes supplémentaires n’aient pas été ajoutées. D’autant plus que le LP se termine par un dernier massacre légèrement Hardcore sur les bords, où tous les aspects les plus virils ont été accentués. « Descend into Darkness » est donc la clôture idéale d’un disque très surprenant, qui risque d’être noyé dans la masse de la production, alors qu’il mérite bien plus d’attention que d’autres sorties à la promotion plus importante. Et bien qu’il reste encore quelques points à perfectionner, notamment au niveau des chœurs, tout est déjà méchamment en place et très carré, avec quelques interludes, des crises d’arpèges en son clair, des transitions bien amenées, et surtout, un sens du rythme très prononcé qui en dit long sur les possibilités. Quand je vous disais qu’ils avaient une bonne tête ces quatre-là. Et comme le dit l’adage, ils en ont l’air, mais ils ont aussi la chanson.     

 

Titres de l’album :

                       1.Eat the Rich

                       2.Isolation

                       3.Fall of Illusion

                       4.Penance

                       5.Death's Embrace

                       6.Synchronicities

                       7.Descend into Darkness

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/11/2019 à 14:40
80 %    281

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42