The Ronin

Bushido Code

16/04/2021

Upstate Records

1) Le bushido est le code des principes moraux que les guerriers japonais (samouraïs et bushi) étaient tenus d'observer

2) Un rōnin (浪人, 牢人?) était, dans le Japon médiéval, un samouraï sans maître.  

Bon, tout ça fait beaucoup de Japon pour un groupe américain. Il n’y a aucun mal à s’intéresser à la culture ancestrale nippone, au contraire, mais lorsqu’on provient de Pennsylvanie et de Caroline du Nord, le voyage est peut-être un peu long pour faire ses armes à l’ancienne. Ce qui n’empêche guère les thrasheurs de BUSHIDO CODE de nous en donner pour notre sabre avec leur musique violente et concentrée, qui n’est pas sans rappeler une synthèse des courants Thrash en vogue depuis les années 90.

The Ronin nous raconte donc l’histoire de Da Shi, rōnin fictionnel qui traverse le temps à la recherche d’un guerrier suffisamment doué pour donner la mort. Un thème qui en vaut un autre et qui a le mérite de nous éloigner des turpitudes habituelles du Thrash, entre monstres et zombies et/ou préoccupations sociales et environnementales. Une optique fictive qui nous entraîne dans une histoire assez courte, étalée sur moins de trente minutes, mais qui suffit largement pour entrevoir le potentiel de cette jeune formation, dont la naissance remonte à quelques années. C’est après un EP en deux volumes que le groupe s’est donc lancé dans le grand bain, après avoir lâché les deux tomes de The Dying Virtues, et il est clair que les musiciens ont acquis suffisamment d’expérience pour prétendre assurer sur grande largeur. Et si leur thème se veut original, leur musique ne l’est pas moins, avec son mélange de Death nineties, de Thrash à la Bay Area, et de Hardcore velu made in NYC.

Crossover global ? On peut voir la chose ainsi, et entre des couplets qui jouent la lourdeur du Hardcore méchamment métallisé, et des soli posés dans la lignée californienne, BUSHIDO CODE picore un peu partout, mais nous offre un rendu cohérent. Cohérent certes, sauvage indéniablement, mais encore un peu trop « bloc » pour être apprécié à sa juste valeur. Le quintet (Shaun Holo - basse, Rocco Legato - batterie, Derrick Voricci & Kyle Bull - guitares et Mike Ledet - chant), est encore un peu rigide en version instrumentale, et le chant râpé et streetcore de Mike Ledet n’aide pas vraiment les thèmes à décoller, le tout restant au ras du trottoir pour impressionner comme un pitbull affamé. Du coup, la bande-son n’est pas toujours en adéquation avec le concept choisi, qui aurait mérité plus de nuances, que l’on retrouve quand même au détour de quelques morceaux, dont le lourd et emphatique/dramatique « Prelude To Battle ». Ce court instrumental offre d’ailleurs une bouffée d’air frais mélodique non négligeable, et son amertume nous permet de nous rapprocher de cette histoire d’honneur et de mort avec plus d’acuité.

Heureusement, la seconde partie de ce court LP nous permet de nous échapper un peu du carcan construit par le groupe sur les premiers morceaux, et entre le lyrisme poussé de « 1600 » et les embardées purement Core de « Harvest », l’ambiance change, et l’attention est redoublée. Plus à l’aise dans ce répertoire varié que sur les coups de boutoir systématiques d’entame, les américains révèlent donc un visage séduisant, qui grimace Hardcore pour mieux frapper Thrash.

« Loyalty » accentue cette impression de rage trop longtemps contenue, et les licks mélodiques à la guitare tissent un canevas d’arrangements d’arrière-plan assez finaud, et en restant systématiquement sous la barre des quatre minutes, le groupe gagne en concision ce qu’il perd en originalité. Ce qui ne nous épargne pas la boucherie finale de « Benevolence », condensé Crossover comme on en faisait dans les années 2K, avec splendide solo à la Rocky George, et riffs lourds en soutien.

Loin du sans-fautes, The Ronin est toutefois suffisamment intéressant pour lancer la carrière des BUSHIDO CODE, dont le code d’honneur prône des valeurs de sincérité dans la brutalité. Complètement Thrash n’Groove, assez Hardcore pour montrer les dents, ce premier long mérite qu’on s’y attarde, spécialement dans sa seconde partie qui illustre bien la montée en puissance de la quête de Da Shi. Le seppuku n’est donc pas pour demain. 

          

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Ronin

02. Aftermath

03. Stench of Cowards Rot

04. Relic War

05. Prelude To Battle (instrumental)

06. 1600

07. Harvest

08. Loyalty

09. Benevolence


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/06/2022 à 15:28
75 %    72

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01

gasdf

Jamais aimé ce style pseudo-brutal et ce groupe.

06/08/2022, 21:08

Muqueuse chiasseuse

Gatecreeper, c'est du pseudo death d'homosexuel variolé du singe.

05/08/2022, 21:07

Muqueuse chiasseuse

Deux doigts coupe-faim.

05/08/2022, 21:04