Chronique express vol.152.

Parler d’un groupe de Hardcore autrichien qui vient de sortir un nouvel LP de douze minutes pour neuf titres ne devrait pas prendre plus de neuf à douze minutes de mon temps. Mais je signale quand même la sortie du nouvel effort des STRAFPLANET (Planète du crime en VF), Freizeitstress (Le stress des loisirs en VF), parce qu’en termes de Core énervé à tendance Crust, vous aurez du mal à trouver mieux. Il est certain que le style accusant plus de quarante ans d’existence mine de rien, il est difficile d’innover, mais en faisant parler la haine et en l’accommodant d’un panache instrumental plein de rage, il est toujours possible de le transcender pour le garder d’actualité. Et dire que ces originaires de Graz débordent de colère est d’un lénifiant euphémisme, puisque leurs morceaux sont autant de pavés jetés à la face d’un libéralisme galopant. L’Europe centrale n’échappe donc pas à la désillusion générale, et se rebelle face à cette conception d’homme en tant que produit de consommation, qui achète docilement tout ce qu’on lui vend, sans prendre le temps de réfléchir un instant. Mais vous non plus n’aurez pas l’occasion de beaucoup vous creuser la tête en lâchant vos oreilles sur ce LP sans pareil, qui pendant une grosse dizaine de minutes emprunte au vocable Crust sa vitesse et à l’idiome Punk Hardcore sa rugosité. Après une première tape publiée en janvier 2014, les autrichiens nous ont proposé un split 7’’ en compagnie des SICKMARK, ARNO X DUEBEL, DERBE LEBOWSKI, HANS GRUBER, CREVASSE, BATTRA//, CAPTAIN CAVEMAN, et WORMHEAD (Noncommunicative Violence, juin 2015), avant de repartir en solo via un nouveau single perso, Big Feelings en août 2016. C’est donc gonflés à bloc qu’ils nous en reviennent aujourd’hui, sûrs de leur fait et les batteries aux accus puissants, développant une belle hargne qui prend corps autour de neuf titres relativement courts, mais denses et tendus comme des slogans convaincus.

Impossible de rester de marbre face à la débauche de violence de ce Freizeitstress, à la pochette noir et blanc intrigante de nostalgie d’enfance. En voyant ces gamins jouer à saute-mouton en pleine rue, on oublierait presque que de nos jours elles sont inondées de la tristesse de sans-abris et de citoyens aigris, partant au travail comme on va à l’abattoir, mais elle est en parfaite adéquation avec le message fortement politisé de ces activités énervés. Si certains sites se sont plu à voir en ce groupe de teigneux des contemporains de GLASSES, PUNCH ou GOUGE AWAY, vous pouvez quand même les situer comme il vous plaît, leur musique restant suffisamment générique pour ne pas souffrir d’une comparaison quelconque. Mais pas de soucis, dès l’entame rageuse « Don’t Complain », les dés sont jetés, et les riffs bien tassés. Les titres ont beau rester sous la barre des deux minutes, ils n’en sont pas moins truffés d’idées et débordant de feedback dégueulé, histoire de rester fidèle à une éthique bruitiste parfaitement appréciée. Avec derrière le micro une vocaliste aux poumons surchauffés, et doté d’une rythmique à l’abattage forcené, les STRAFPLANET jouent crânement leur carte de groupe emblématique d’une scène toujours aussi révoltée, qui catapulte le « no future » des punks aînés sous la grisaille d’un vingt-et-unième siècle déjà usé. On virevolte de plans en mid en accélérations typiquement Crust, sans choper le vertige ni le tournis, mais le tout laisse quand même les idées claires et une sale envie d’aller cramer les vestiges d’une société encore soumise aux diktats du capitalisme.

Nageant en suivant le courant du DIY, cette bande de furieux n’hésite pas à en rajouter, en empilant des breaks, de soudaines cassures de rythme pour ne pas nous laisser danser sur le même pied, et peut se targuer d’une intensité maintenue et d’une saine colère entretenue. Ainsi, de petits pamphlets comme « Subject And Order » rappellent même les moments les plus incontrôlables de REFUSED, traités au prisme DISCHARGE, le tout avec une belle énergie à l’anglaise. Ces lascars posent les questions qui fâchent (« Not A Commodity ? »), sur fond de Space Punk à la distorsion lâche, avant de se répandre en une sorte de Powerviolence par intermittence sans contrôle ni papiers. Mais ils savent aussi manier la régularité, qui nous replonge dans les affres de la scène US des années 80, en se reposant sur des structures éprouvées, mais toujours aussi remontées (« Servants Of The People »). Osant même parfois chatouiller le spectre d’un Street Punk à la mine renfrognée et à la linéarité agacée (« Klassenfeind »), ce premier longue-durée est donc largement assez varié pour plaire à tout le monde, séduisant les plus radicaux pour mieux amadouer les plus timorés, dans une politique de rassemblement des masses pour faire bouger les choses un peu trop figées. Et une fois le temps imparti dépassé, on se prend vraiment à regretter que la chose n’ait pas plus duré, tant la tension nous a scotché à notre chaise, avant qu’on ne la fasse valdinguer pour mieux pogoter. Une sacrée dose de Punk à tendance Fast’n’Crust qui vaut vraiment la peine d’être écoutée, d’autant plus qu’elle est disponible gratos sur le Bandcamp du groupe. Mais pour une dizaine d’euros plus fdp, vous pouvez vous procurer la version vinyle, ce qui permettra aux amis autrichiens de continuer le combat. Et dire qu’il n’est pas gagné est un doux euphémisme…Alors autant les encourager à continuer à hurler, d’autant plus qu’ils le font avec une saine fermeté.


Titres de l'album:

  1. Don't Complain
  2. Apologetical Fairytale
  3. Freizeitstress
  4. Ehrensache
  5. Subject and Object
  6. Not a Commodity?
  7. Verlierertyp
  8. Servants of the People
  9. Klassenfeind

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/03/2018 à 17:58
80 %    236

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Last Autumn's Dream

Secret Treasure

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Le Entombed classique ! Pas le AD !


Entombed ou Entombed AD ???


Super nom.
Super groupe.
Superbes albums.
Superbes covers.
Rien à redire quoi...


Intéressant à lire et bonne découverte de label


vivement les autres interviews! chouette idée!


"sorte de copie non-conforme du MARDUK le plus impitoyable et retors, celui de Rom 5 :12, soit la quintessence d’un Black qui souhaite s’extirper de sa condition de polichinelle horrifique"

Alors là, entièrement d'accord ! Rom est le chef d'oeuvre absolu des suédois. Et un des me(...)


kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)


@ Jus de Cadavre : héhé ouais, je sais. Et ce n'est peut-être pas dans les coms d'une news sur Shining qu'il est le plus approprié d'en parler... Mais ça me paraissait important à soulever comme question, sur le moment.
A titre perso, il me semble qu'acheter, partager, diffuser, aller vo(...)