Indoctrination

Escuela Grind

20/03/2019

Armageddon Label

Aujourd’hui (oui, les chroniques ne sont pas comme le pain, elles ne sont pas cuites au petit matin), c’est la journée du câlin. D’esprit décidément chafouin, j’ai décidé de m’exprimer en alexandrins pour vous introduire à nos amis de l’après-midi qui sont forcément très mécontents.

« Si la vie est trop veule, que ton destin s’empâte,

Prends donc ça dans ta gueule, et va faire cuire des pâtes ».

Poésie. Ainsi vont les américains d’ESCUELA GRIND mené par la vociférante Katerina qui comme l’ouragan trépasse plutôt que de se rendre. Avec un nom pareil, et d’ibères promesses de merveille, nous aurions pu concevoir le groupe originaire d’un pays de l’espoir, Espagne, Colombie, Brésil, Argentine ou Pérou, itou. Mais point du tout, puisque ces maniaques du bruit fou viennent en fait de plusieurs états d’Amérique, comme Eric, alors même que leur base centrale de diffusion est New-York, la ville de déraison. Cessons donc là les prétentions littéraires et les rimes paires pour mieux se concentrer non sur les câlins, mais sur la grosse mandale que viennent de me coller ces marsouins. Après avoir donné leurs premiers shows new-yorkais en 2016, ces musiciens qui sont loin d’être des débutants de la scène bruitiste US se sont donné la peine de graver pour la postérité un LP qui de ses intentions à sa formalisation, n’est que bruit et fureur, horreur et Crossover. Du Grind donc, mais traité par des esthètes de la fusion, qui selon leur bio Facebook, aiment le bordel de saison. C’est ainsi que le groupe se revendique du Hardcore, du Punk, du Powerviolence, du Fast et du Mincecore, du Death Metal, du Dbeat, du Noise et du Grindviolence, ce qui en cette journée du câlin vous garantit quelques contacts très rapprochés entre vos tympans et le néant. Assourdissant, le mot est faible pour décrire la déflagration qu’est Indoctrination, mais autant admettre deux choses. Le résultat est en adéquation avec des textes impliqués socialement et politiquement, et avec une vision extrême de l’extrême, que ces olibrius défendent bec, ongles, blasts et cris.

On retrouve donc au line-up les figures plus ou moins connues de l’underground que sont Katerina Economou (chant), Jesse Fuentes (KILL THE CLIENT, CREATOR, DESTROYER, batterie), Jason Balthazar Eldridge (HEARSE, guitare/bruits), et Kris Morash (YOUR BRAIN ON DRUGS, basse/guitare), qui pris indépendamment ne sont déjà pas commodes, mais qui ensemble ne savent pas dans quel état j’erre après avoir subi leur colère. Au menu de ce premier jet de bile, des fulgurances, des blasts, de l’ire concentrée, des passages bien sombres et glauques, du poisseux, soit la crème de la crème du bordel mais pas pris au pied de la lettre. Car si les ESCUELA GRIND sont Grind, comme leur nom l’indique finement, ils sont aussi Noise et Punk dans l’âme, soit une sorte de pulsation permanente renvoyant aux pires exactions de FULL OF HELL et autres tarés comme THE KILL qui ne pensent qu’à tout cramer, en poussant sur le gros bouton rouge. Rythmiquement parlant, cet album est une mine de cassures, de ruptures, un peu dans l’optique d’un Techno-Grind réduit à son état sauvage, baignant dans son jus de ressentiment. D’ailleurs, saluons la performance homérique de Jesse Fuentes qui ne ménage pas ses coups de baguettes et qui s’affole à la moindre occasion. Mais un bon album de Grind/Noise/Powerviolence ne serait rien sans un/une vocaliste de légende, et admettons que la terrifiante Katerina Economou manie le micro et les invectives comme personne. La chanteuse/hurleuse se donne du mal et calque son phrasé diabolique sur cette batterie atomique, déversant à pleins poumons son dégoût de la société et des injustices apparentées. D’ailleurs, dès « Inspirational Significance », les slogans choc à la NAPALM DEATH fusent, avec un énorme « Groupthink, indoctrinate, deep state, self-immolate » braillé comme à la parade. C’est court, immédiat, efficace.

Le néophyte ou l’amateur de Grind traditionnel seront peut-être perdus dans cette jungle de sons tournants et de revirements de tempo. Mais l’esthète et l’amateur éclairé sauront reconnaître la créativité de musiciens qui n’ont pas envie de répéter en moins bien ce qui a déjà été lapidé en mieux, et c’est pour ça que les morceaux d’Indoctrination sont tous (ou presque) identifiables. Loin de la soupe bouillante servie dans la gueule par une marâtre la clope au bec, cet album ménage le suspens, fait monter la tension, joue l’oppression et l’étouffement, se rapprochant de la scène Indus anglaise des GODFLESH au moment de nous offrir une transition vraiment stressante (« Indoctrinate »). Et si la durée de l’album vous étonne au vu du genre et du nombre de morceaux, ne soyez pas surpris. Ceux-ci ne dépassent jamais les deux minutes, restent souvent juste au-dessus de l’unité, puisque c’est la très longue outro « Indoctrinated » qui se cogne dix minutes à elle toute seule. Rappelant aussi à ce moment-là les sorties de piste de NAPALM DEATH qui n’hésitait jamais à boucler ses fins d’albums 90’s par un gros truc maousse, les ESCUELA GRIND nous la jouent Ambient morbide et assourdissant, avec feedback, percussions éparses, grondements divers histoire de bien nous laisser un goût amer. Mais comme ils ne sont pas totalement sadiques, ils en rajoutent une brève louche avec le très groovy « Honorkilling », et referment la porte comme ils l’avaient ouverte, bruyamment. Et je me permettrai de terminer cette chronique comme je l’ai commencée, en alexandrins :

« Ne fais pas la fine bouche, que ta conscience se perde

Remets en une bonne couche, et va manger ta merde ».                   

            

Titres de l’album :

                         01. Inspirational Significance

                         02. Hyper-Victim

                         03. Private Vice Public Benefit

                         04. Zalongo

                         05. Incel Circle Jerk

                         06. A Ladder of Seven Rounds

                         07. These Leeches

                         08. Indoctrinate (Interlude)

                         09. Your Beneficial Hate

                         10. Lines in Sand

                         11. In a Locked Room

                         12. Farinha

                         13. To Live and Die in Shittsfield

                         14. Million Year Picnic (M.O.S.H.)

                         15. These Insects Lived Like Men

                         16. Indoctrinated (Outro)

                         17. Honorkilling (Bonus Track)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2020 à 18:56
78 %    173

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07