Indoctrination

Escuela Grind

20/03/2019

Armageddon Label

Aujourd’hui (oui, les chroniques ne sont pas comme le pain, elles ne sont pas cuites au petit matin), c’est la journée du câlin. D’esprit décidément chafouin, j’ai décidé de m’exprimer en alexandrins pour vous introduire à nos amis de l’après-midi qui sont forcément très mécontents.

« Si la vie est trop veule, que ton destin s’empâte,

Prends donc ça dans ta gueule, et va faire cuire des pâtes ».

Poésie. Ainsi vont les américains d’ESCUELA GRIND mené par la vociférante Katerina qui comme l’ouragan trépasse plutôt que de se rendre. Avec un nom pareil, et d’ibères promesses de merveille, nous aurions pu concevoir le groupe originaire d’un pays de l’espoir, Espagne, Colombie, Brésil, Argentine ou Pérou, itou. Mais point du tout, puisque ces maniaques du bruit fou viennent en fait de plusieurs états d’Amérique, comme Eric, alors même que leur base centrale de diffusion est New-York, la ville de déraison. Cessons donc là les prétentions littéraires et les rimes paires pour mieux se concentrer non sur les câlins, mais sur la grosse mandale que viennent de me coller ces marsouins. Après avoir donné leurs premiers shows new-yorkais en 2016, ces musiciens qui sont loin d’être des débutants de la scène bruitiste US se sont donné la peine de graver pour la postérité un LP qui de ses intentions à sa formalisation, n’est que bruit et fureur, horreur et Crossover. Du Grind donc, mais traité par des esthètes de la fusion, qui selon leur bio Facebook, aiment le bordel de saison. C’est ainsi que le groupe se revendique du Hardcore, du Punk, du Powerviolence, du Fast et du Mincecore, du Death Metal, du Dbeat, du Noise et du Grindviolence, ce qui en cette journée du câlin vous garantit quelques contacts très rapprochés entre vos tympans et le néant. Assourdissant, le mot est faible pour décrire la déflagration qu’est Indoctrination, mais autant admettre deux choses. Le résultat est en adéquation avec des textes impliqués socialement et politiquement, et avec une vision extrême de l’extrême, que ces olibrius défendent bec, ongles, blasts et cris.

On retrouve donc au line-up les figures plus ou moins connues de l’underground que sont Katerina Economou (chant), Jesse Fuentes (KILL THE CLIENT, CREATOR, DESTROYER, batterie), Jason Balthazar Eldridge (HEARSE, guitare/bruits), et Kris Morash (YOUR BRAIN ON DRUGS, basse/guitare), qui pris indépendamment ne sont déjà pas commodes, mais qui ensemble ne savent pas dans quel état j’erre après avoir subi leur colère. Au menu de ce premier jet de bile, des fulgurances, des blasts, de l’ire concentrée, des passages bien sombres et glauques, du poisseux, soit la crème de la crème du bordel mais pas pris au pied de la lettre. Car si les ESCUELA GRIND sont Grind, comme leur nom l’indique finement, ils sont aussi Noise et Punk dans l’âme, soit une sorte de pulsation permanente renvoyant aux pires exactions de FULL OF HELL et autres tarés comme THE KILL qui ne pensent qu’à tout cramer, en poussant sur le gros bouton rouge. Rythmiquement parlant, cet album est une mine de cassures, de ruptures, un peu dans l’optique d’un Techno-Grind réduit à son état sauvage, baignant dans son jus de ressentiment. D’ailleurs, saluons la performance homérique de Jesse Fuentes qui ne ménage pas ses coups de baguettes et qui s’affole à la moindre occasion. Mais un bon album de Grind/Noise/Powerviolence ne serait rien sans un/une vocaliste de légende, et admettons que la terrifiante Katerina Economou manie le micro et les invectives comme personne. La chanteuse/hurleuse se donne du mal et calque son phrasé diabolique sur cette batterie atomique, déversant à pleins poumons son dégoût de la société et des injustices apparentées. D’ailleurs, dès « Inspirational Significance », les slogans choc à la NAPALM DEATH fusent, avec un énorme « Groupthink, indoctrinate, deep state, self-immolate » braillé comme à la parade. C’est court, immédiat, efficace.

Le néophyte ou l’amateur de Grind traditionnel seront peut-être perdus dans cette jungle de sons tournants et de revirements de tempo. Mais l’esthète et l’amateur éclairé sauront reconnaître la créativité de musiciens qui n’ont pas envie de répéter en moins bien ce qui a déjà été lapidé en mieux, et c’est pour ça que les morceaux d’Indoctrination sont tous (ou presque) identifiables. Loin de la soupe bouillante servie dans la gueule par une marâtre la clope au bec, cet album ménage le suspens, fait monter la tension, joue l’oppression et l’étouffement, se rapprochant de la scène Indus anglaise des GODFLESH au moment de nous offrir une transition vraiment stressante (« Indoctrinate »). Et si la durée de l’album vous étonne au vu du genre et du nombre de morceaux, ne soyez pas surpris. Ceux-ci ne dépassent jamais les deux minutes, restent souvent juste au-dessus de l’unité, puisque c’est la très longue outro « Indoctrinated » qui se cogne dix minutes à elle toute seule. Rappelant aussi à ce moment-là les sorties de piste de NAPALM DEATH qui n’hésitait jamais à boucler ses fins d’albums 90’s par un gros truc maousse, les ESCUELA GRIND nous la jouent Ambient morbide et assourdissant, avec feedback, percussions éparses, grondements divers histoire de bien nous laisser un goût amer. Mais comme ils ne sont pas totalement sadiques, ils en rajoutent une brève louche avec le très groovy « Honorkilling », et referment la porte comme ils l’avaient ouverte, bruyamment. Et je me permettrai de terminer cette chronique comme je l’ai commencée, en alexandrins :

« Ne fais pas la fine bouche, que ta conscience se perde

Remets en une bonne couche, et va manger ta merde ».                   

            

Titres de l’album :

                         01. Inspirational Significance

                         02. Hyper-Victim

                         03. Private Vice Public Benefit

                         04. Zalongo

                         05. Incel Circle Jerk

                         06. A Ladder of Seven Rounds

                         07. These Leeches

                         08. Indoctrinate (Interlude)

                         09. Your Beneficial Hate

                         10. Lines in Sand

                         11. In a Locked Room

                         12. Farinha

                         13. To Live and Die in Shittsfield

                         14. Million Year Picnic (M.O.S.H.)

                         15. These Insects Lived Like Men

                         16. Indoctrinated (Outro)

                         17. Honorkilling (Bonus Track)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2020 à 18:56
78 %    389

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00