Vu de loin, toute l’affaire empestait le concept rance. Rien qu’en apposant ce trop fameux sceau de Brutal Pop sur l’enveloppe de l’argument promotionnel, le groupe tenait à distance les vieux briscards à qui on ne la fait plus, et empêchait les amateurs de nouveauté de rappliquer, certainement échaudés par d’autres accroches de tête de gondole mensongère. On connaît le principe de la vente forcée, on vous colle un truc entre les mains, une idée piquée ou traînant dans l’air depuis des lustres, mais flanquée d’un nouveau packaging, d’un beau logo et d’un slogan qui pique les yeux. Parce que soyons lucide, en 2019, tout a déjà été entendu pour qui s’est vraiment intéressé à la musique populaire depuis son émergence. Alors quel besoin d’avoir recours à des subterfuges pour vendre un produit qui de toute façon, sera acheté selon le bon vouloir d’une clientèle qui en a marre d’être prise pour telle ? Alors, qu’en est-il finalement de SUN et de sa Brutal Pop qu’on aimerait bien nous faire passer pour le big bang de cette fin d’année, alors même que le duo existe déjà depuis deux ans ? Un groupe qui sur le papier semble avoir bénéficié d’un piston de choc, celui des chouchous de THE DØ, qui a arpenté les grandes scènes (Rock en Seine, Avignon, les Transmusicales), et qui aujourd’hui propose donc son premier EP, intitulé du style bâtard même qui a fait sa réputation. Et je me méfie des réputations, puisque chaque semaine, les boites de promo tentent de nous refourguer la prochaine merveille à la mode que le grand public va s’arracher. Sauf que le grand public, nous, on s’en fout et que seule la musique compte. Et cette musique aujourd’hui va enfin plus loin que le seul clip branché de « Higher Fire » qui était jusqu’à présent le seul encart de pub du duo.

J’ai lu sur le net que les SUN étaient les enfants musicaux d’ABBA et PANTERA. Je n’ai rien contre l’enthousiasme, mais il n’en est rien, ni dans le fond ni dans la forme. A la rigueur, SUN serait plus proche d’une fusion entre TOKYO TABOO et les WHITE STRIPES, le tout sous couvert d’une caution vocale de Tairrie B. On sait que sur leur page Facebook, les deux acolytes (Karoline Rose - chant/guitare/composition, Nico Defer - batterie) aiment à citer des influences disparates pour accentuer le caractère singulier de leur démarche (MORBID ANGEL, THE BEATLES, IMMOLATION, HOLE, ABBA, RIHANNA), mais concrètement, et musicalement, les parallèles incongrus ont-ils lieu d’être ? Oui et non, puisque le mélange est déséquilibré, et que la plupart du temps, ce mixage entre la douceur de la Pop et la brutalité du Metal est décalé et épars. D’ailleurs, plus que de la Pop lorsque les cris et les gros riffs n’ont pas droit de cité, je parlerais plus volontiers de Rock un peu garage, parfois aux teintes modernes et électro, comme le confirme le définitivement nineties « Higher Fire ». Loin de proposer les harmonies célestes d’ABBA et les coups de rein de GOJIRA, le groupe se propose de durcir le côté alternatif de la vague des Riot Grrrls d’un côté, et de teinter de rose leur romantisme de l’autre en assouplissant la rugosité, pour proposer une sorte d’Alternative Pop aux intonations certes brutales, mais au contexte assez classique. On peut penser à une version très énervée des SHONEN KNIFE, ou à une Courtney Love en pleine thérapie dans un stage rehab en compagnie des KITTIE, mais en tout cas, et désolé de le souligner encore une fois comme un mantra, mais impossible de voir en cet EP une quelconque allusion Metal sérieuse et solide.

Est-ce pour autant que la musique de Brutal Pop ne mérite aucune attention et se fond dans un décor déjà trop anonyme ? Non, car heureusement pour nous, Karoline Rose est une musicienne intelligente, et talentueuse et qu’elle ne s’est pas contentée de plaquer trois barrés sur deux hurlements. La compositrice a soigné son approche, et dévoile même un certain flair sur le final « Enemy », qui pourrait bien incarner un avenir plus radieux et original pour elle et son compagnon de studio. Produit par Dan Levy (THE DØ, JEANNE ADDED, LAS AVES), le tuteur de toujours, ce premier EP ne manque pas de charme, une fois que l’argument commercial de base est oublié. Car il est inutile de penser Brutal Pop pour aimer Brutal Pop, il suffit en effet d’aimer une musique combinant la séduction brute du Garage Rock et la virilité du Rock alternatif le plus couillu, même si les moments les plus agréables du court métrage en sont les opposés les plus radicaux. Je reste donc après écoute sur la certitude que « I Killed My Man » serait l’illustration parfaite d’un road movie US au soleil couchant et aux personnages amers, et que « Enemy » avec son gonflement final est finalement l’assertion de fin la plus logique pour le groupe. Vocalement, Karoline convainc, avec sa puissance indéniable, son charme vénéneux et ses inflexions brutales, capable de tout chanter avec talent, et d’insuffler de la passion dans ses textes. Car c’est évidemment elle le point de focalisation de SUN, sa force créative, son moteur artistique. Et la musicienne franco-allemande démontre avec panache qu’elle a une culture musicale solide, parvenant parfois à piquer à Devin un riff redondant, tout en exigeant de Nico qu’il se montre jumpy et disco (« Fast Car »). Alors non, le concept n’est pas une épiphanie, non, SUN n’a absolument rien inventé de neuf, mais recycle avec beaucoup d’aisance des influences multiples, tout en proposant des chansons au format Pop qui tiennent largement debout. Et c’est bien ça le plus important.

Attendons maintenant que la hype ne passe, et que le duo se fende d’un LP complet. Mais finalement, vous pouvez y aller et écouter Brutal Pop. Vous n’aurez ni du brutal ni de la Pop, mais ça n’est pas si grave.     

        

Titres de l’album :

                      01.I Killed My Man

                      02. Fast Car

                      03. Higher Fire

                      04. Enemy

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/12/2019 à 14:30
78 %    68

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...