Il est facile d’oublier qu’un style originel, expurgé de toute volonté d’interconnexion et d’ouverture sur des éléments extérieurs en représente souvent la quintessence inégalée. Ce qui signifie en substance qu’une approche formelle, quoique souvent promise à une impasse créative, peut résulter en l’élaboration d’une œuvre riche, aux qualités exponentielles, sans vraiment chercher à remettre en cause les dogmes de base, ce qui au premier regard pourrait constituer un handicap. Et les groupes choisissant cette voie, se fermant ainsi un nombre conséquent de portes, ne peuvent compter que sur leur propre talent de compositeurs et d’instrumentistes pour proposer un travail digne d’intérêt, tâche ardue s’il en est, considérant que la plupart des extensions du Metal moderne ont déjà dit tout ce qu’elles pouvaient dire. Mais en pouvant compter sur une poignée de musiciens intègres, appartenant ou non aux premières générations, le dit-genre s’offre une renaissance perpétuelle, au travers de constructions d’apparence classiques, mais au fond suffisamment novateur dans le respect pour susciter l’intérêt. Alors, en mettant de côté l’expérimental, l’avant-garde, la fusion, le psychédélisme, et en refusant de sombrer dans les affres du minimalisme outrancier, le Black Metal peut encore s’enorgueillir de compter en ses rangs des combos défendant corps et âme l’esprit originel des 90’s, celui-là même qui souffla sur les braises de la première vague nordique pour enflammer le monde. Nous pourrions évidemment parler de MARDUK, quoique enfant légitime de cette fameuse première vague, qui en 2018 continue de tracer sa route sans accepter de diluer sa musique dans un chaudron de concessions quelconques, mais il nous est aussi possible, en regardant plus loin, de parler des écossais (ex-australiens) de BARSHASKETH, qui depuis presque dix ans restent fidèles à une éthique passionnée, et nous offrent des albums d’une violence indéniable, tout en cherchant à moduler leur optique sans trahir leur crédo. Et avec ce quatrième album, le quartet pousse encore plus loin ses exigences de perfection, signant de là-même son meilleur album depuis son émergence.

BARSHASKETH, pour les néophytes fut d’abord envisagé comme projet solo de Krigeist (BELLICISTE, BRON, DUNKELHEIT, SVARTGREN, ex-CATHEDRA, ex-BLOOD OF THE MOON), exilé de Wellington à Edimbourg. Après avoir publié deux démos coup sur coup (As Flesh Becomes Earth et Barshasketh, en 2009), l’homme a enfin réuni ses forces pour se concentrer sur un premier longue-durée, Defying the Bonds of Cosmic Thraldom, paru en 2010. Et si ce LP contenait déjà les graines de la discorde à venir, c’est évidemment Sitra Achra qui marqua les esprits, avant que le label allemand W.T.C ne récupère le bébé et ne produise Ophidian Henosis, que les webzines spécialisés du monde entier ne manquèrent pas d’encenser. A juste titre, puisque ce troisième chapitre semblait prouver que la marge de progression de BARSHASKETH était encore énorme, malgré d’effarantes qualités d’efficacité et de créativité dans le formalisme. Et c’est donc très légitimement que la maison de disques allemande continue sa route avec le groupe aujourd’hui devenu quatuor, pour nous offrir ce quatrième volume éponyme, qui en dit long de son titre sur les aspirations personnelles du groupe. Aujourd’hui rassemblés autour de Krigeist (guitare, basse et chant) se retrouvent donc Guillaume Martin (guitare, depuis 2011), Ben Brown (basse, depuis 2013) et le nouveau batteur finlandais Nagh, qui forment donc l’incarnation nouvelle de BARSHASKETH et peut-être l’une des plus performantes. Et sans vraiment chambouler ses plans, le groupe continue de croire en des valeurs séculaires pour prouver que le BM des années 90 peut encore déchaîner les passions et fédérer les fidèles, qui ne se retrouvent pas forcément dans la production actuelle, entièrement dévouée à la mutation et à l’acceptation de styles extérieurs. Pas de triche donc ici, rien que de la pureté, et pourtant, impossible de ne pas voir en Barshasketh une volonté d’oser, de briser les tabous, et de recentrer les débats autour d’une musique qui si elle est connue depuis longtemps, peut encore se montrer efficace, d’une violence proportionnelle à ses aspirations mélodiques, et digne de figurer dans les livres d’histoire d’un extrême qui saura saluer le travail accompli. On y retrouve évidemment la personnalité du groupe, qui reste collée à cette volonté de transcender des valeurs anciennes, mais aussi ce désir ardent de pousser le genre dans ses derniers retranchements, en l’obligeant à faire face à son illustre passé pour mieux regarder vers un avenir qui peut se montrer aussi clément que celui des défricheurs.

Centré autour du concept de Be’er Shachat, duquel dérive le nom même du groupe, Barshasketh propose d’aborder le concept du pit of corruption, idée ésotérique aux multiples facettes qui illustre la présence du « moi » dans un processus cyclique passant par des phases de destruction, de purification et éventuellement d’une renaissance, concept que les livres spécialisés et la toile vous expliqueront mieux que moi. Mais ce concept est judicieusement illustré par la musique présentée dans ces huit morceaux, qui atteignant presque l’heure de jeu, permettent de s’immerger dans une philosophie intéressante. Et il peut même illustrer la démarche d’un groupe qui accepte les étapes de son parcours, ses moments de bruit et ses silences forcés, et qui cherche à chaque nouvelle étape à progresser sans renier ses fondements les plus cruciaux. Et en cinquante-quatre minutes, BARSHASKETH prouve qu’il est capable de proposer du neuf sans bousculer le passé, et rester ce groupe important qu’on a toujours connu. Evidemment, pour les fondamentalistes, rien de neuf sous le soleil noir du Black Metal, puisqu’une fois encore, les plans classiques du genre sont utilisés de façon pertinente, et nul ne sera surpris de retrouver cette alternance de passages atmosphériques et mélodiques, et ces soudains apaisements harmoniques, contemplatifs et martiaux, qui sont la trademark du quatuor comme les éléments de base du genre. Et sans vouloir tomber dans les comparaisons qui ne feraient pas honneur aux artistes, il est facile de voir en Barshasketh une sorte de synthèse géante des tendances en vogue à l’orée des années 2000, et des corrélations entre leur propre art et celui de TAAKE, de MARDUK, d’EMPEROR, et autres chantres d’une noirceur historique. Pourtant, et malgré ces quelques repères, la musique de BARSHASKETH est toujours aussi unique, aussi classieuse que sauvage, et difficilement copiable dans les faits, puisque reposant sur une base instrumentale à la perfection indéniable, et à une volonté d’élargir les horizons sans sortir de son champ de perception.  

Chaque morceau de ce quatrième chapitre semble parfaitement s’imbriquer dans le précédent, et le long crescendo qu’offre cet éponyme effort est une sorte de cycle en lui-même, et métonymie d’un parcours unique en soi. Il fonctionne comme une longue suite de violence intelligente, avec des sentiments retranscrits en musique, et des humeurs, des états de fait, mais aussi des performances individuelles et collectives fameuses, flirtant parfois avec la technique la plus poussée, comme sur l’hypnotique « Rebirth », qui dame le pion à bien des formations de l’époque. Arrangements travaillés, arpèges doucereux, rythmique évolutive, pour un creuset d’inspiration sans cesse renouvelé, et parachevé par un final aux proportions dantesques, ce « Recrudescence » qui en dit long de son approche progressive sur la vision à long terme. Impossible de trouver la moindre faille dans cette imbrication de riffs tantôt acides, tantôt francs, toujours massifs et parfois déviants, et si la logique de progression est d’une pertinence troublante, l’aspect foncièrement viscéral de l’ensemble frappe les esprits, transformant de fait Barshasketh en cycle ininterrompu, et BARSHASKETH en créature à la mutation perpétuelle. Plus qu’une réussite, ce quatrième album est un achèvement en soi, et surtout, la preuve que le BM de la seconde vague peut se prévaloir d’une présence toujours aussi proéminente dans un monde artistique underground voué aux prises de risques qui ne s’avèrent pas toujours payantes.   


Titres de l’album :

                         1. Vacillation

                         2. Resolve

                         3. Consciousness I

                         4. Consciousness II

                         5. Ruin I

                         6. Ruin II

                         7. Rebirth

                         8. Recrudescence

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 13/01/2019 à 17:52
90 %    288

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...