Üden Vilú

Vilú

28/10/2021

Umbrium Recs

Voilà donc une découverte intéressante en provenance du Chili, pays qui comptait jusqu’il y a peu deux groupes se nommant VILU. L’un avec accent, celui dont nous allons parler aujourd’hui, l’autre sans, et one-man-band plus porté sur le Black Metal. le VILU du jour se concentre quant à lui sur un Death/Thrash des plus fumasses, avec en cadeau bonus, une vocaliste complètement possédée par ses textes, et qui hurle comme une Angela Gossow constipée des grands jours. Toutefois, aucune confusion à craindre entre les chiliens et ARCH ENEMY, bien que certains points communs puissent éventuellement les rapprocher. Cette soif de violence notamment, ces accélérations fulgurantes, mais avec VILU, aucune chance de tomber par hasard sur une section mélodique destinée à séduire les plus sensibles : la musique des chiliens est impitoyable, chantée en espagnol, et ramone les conduits plus efficacement qu’un aiglefin passant par la cheminée.

Fondé en 2014, ce quatuor s’est montré jusque-là assez discret, ne dispensant que deux démos en sept ans. Mais rapidement, le besoin de s’exprimer en longue-durée s’est fait ressentir, et grâce au tirage en trois-cents copies du label national Umbrium Recs, VILU peut en 2022 nous exposer son point de vue en quarante minutes, toutes plus brutales et efficaces les unes que les autres.

Tralkan (batterie), Aline Snow (chant), Karina Ugarte (basse) et Gricelius Morales (guitare) font donc feu de tout bois pour nous prouver leur allégeance à un Crossover teigneux comme un tic accroché aux poils d’un chien errant. Avec une mixité totale dans le line-up, VILU joue l’équité, mais surtout la méchanceté instrumentale, laissant souvent place à un véritable déluge de feu et de lave. Evidemment, les chineurs en originalité en seront pour leurs frais, la brocante étant classique et aux étagères chargées d’objets de faible valeur, mais les traqueurs de puissance et autres collectionneurs de violence seront ravis de tomber sur l’album le plus percutant du moment.

En se concentrant sur l’aspect instrumental de l’entreprise, on prend acte de la mise en place parfaite, des breaks qui tombent au millimètre, de l’intensité globale, et de ces passages plus thrashy qui aèrent l’ensemble. On remarque aussi une grosse basse roulante et proéminente, et de l’inventivité dans les licks de guitare, ce qui permet au groupe de se distinguer de la masse. Loin de l’aplatissement facile et systématique, Üden Vilú joue la nuance, ose même des harmonies amères et inquiétantes (« Black Fire »), ne se limite pas à ruer dans des brancards déjà méchamment endommagés, et propose donc une bande-son tout à fait crédible. Là où le bât blesse, c’est lorsque les lignes de chant s’empilent sur le tas de colère, un peu vainement, même si elles confèrent une patine légèrement BM en arrière-plan.

Loin de moi l’idée de remettre en cause le talent d’une chanteuse qui sait galvaniser ses troupes, mais autant souligner l’absence de modulation de ses cris perçants et acides, qui finissent par ternir l’originalité d’un backing-band plus inventif que la moyenne.

Toutefois, malgré ce petit point noir sur le visage de la brutalité, le faciès grimaçant présenté par les VILU est suffisamment impressionnant pour effrayer les masses. Avec ce pas très subtil mélange de Death (beaucoup) et de Thrash (un peu), les chiliens se montrent sous un jour assez flatteur encore mieux mis en relief par une production brute et impeccable. Ils ont ce feu sacré consacré par des soli mélodiques mais inquiétants (« Con Fuego »), cette capacité à alourdir les débats pour les rendre terriblement Heavy, et cette légère pointe de complexité pour éviter l’écueil de l’agression gratuite et facile.

Quelques ambitions pour marquer le terrain de ses phéromones (« Victims of Life », évolutif et plus Thrash pour le coup), un feeling légèrement Hardcore mais qui accepte la vélocité d‘un Thrash plus avoué (« Divide y Gobernarás »), et finalement, Üden Vilú s’avère très digeste, malgré les insistances de sa chanteuse au timbre monocorde. Ça n’est pas encore le Pérou, mais le Chili s’en sort bien.

                                                                                                                                                                                  

                                 

Titres de l’album:

01. Vilú

02. Detrás de las Paredes

03. Alter Ego

04. Black Fire

05. Instinct, Rage Alive (I.R.A.)

06. Con Fuego

07. Victims of Life

08. Divide y Gobernarás


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/11/2022 à 17:51
75 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

GBH + All Borders Kill

RBD 26/01/2023

Live Report

ORGÖNE / PRESUMPTION / BARABBAS - Rennes

Jus de cadavre 18/01/2023

Live Report

Voyage au centre de la scène : MESTEMA

Jus de cadavre 15/01/2023

Vidéos

Sélection Metalnews 2022 / Bonne année 2023 !

Jus de cadavre 01/01/2023

Interview

Kollaps

RBD 19/12/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : METAL EXHUMATOR

Jus de cadavre 18/12/2022

Vidéos

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Saddam Mustaine

Ptdr de la censure envers Cannibal Corpse en 2023 XD

29/01/2023, 23:06

UnderWill

Thanks for the review! We really appreciate it, it means a lot for us. We´ve updated our social media, our Bandcamp page it´s up and running now: https://underwill.bandcamp.com/album/the-inevitable-end

29/01/2023, 21:23

NecroKosmos

Et pour revenir sur l'Allemagne, Cannibal Corpse est toujours frappé d'une interdiction, celle de jouer des titres de certains de leurs albums. Bref...

29/01/2023, 11:52

NecroKosmos

Tout à fait. Je me souviens d'un vieux concert de Mayhem (à Rennes, il me semble) où Necrobutcher faisait des saluts nazis en backstage alors qu'il était complètement bourré. David VINCENT de Morbid Angel à une époque vantait &agra(...)

29/01/2023, 11:51

Saddam Mustaine

Bof Mayhem tout ça ils jouent au Wacken par exemple 

27/01/2023, 20:55

Buck Dancer

En même temps ça peut se comprendre. On parle de l'Allemagne et de Nuremberg. Les conneries (ou pas) d'un mec bourré le bras tendu passe certainement moins bien, malgré ses excuses, que dans d'autres pays. J'imagine aussi qu'en Allemagne cette i(...)

27/01/2023, 18:45

Saddam Mustaine

La prochaine étape sera d'envoyer Phil Anselmo dans une prison isolé en Sibérie et même d'exilés sa famille sur une île déserte pendant plusieurs générations

27/01/2023, 18:01

Saul D

Je suis un gros fan de GBH (sur album), notamment des premiers disques...mais en concert, hum...j'ai vu quelques vidéos youtube, et le groupe joue au ralenti ( contrairement à Exploited), donc je ne suis pas pressé de les voir en live...après, 40 ans d'existe(...)

27/01/2023, 14:56

Humungus

Mon souhait pour 2023 :Que la terre ne soit peuplé que de RBDs.

27/01/2023, 13:17

Pomah

+1 RDB

27/01/2023, 12:36

Bermuda Syndrome

Non à la haiiiiiiiiiiiiiiiiine

27/01/2023, 00:01

RBD

Et ça devait arriver... Les aventures du PanterA nouveau seront sans doute un bon indicateur de l'état de la liberté d'expression, selon les pays d'accueil des dates qui seront annoncées. Je ne cautionne pas les mauvaises blagues de Phil Anselmo, ne vous(...)

26/01/2023, 22:42

Jadore

VSool good sound

26/01/2023, 14:25

Arioch91

@mortne2001, merci pour la chro qui donnait envie d'écouter, rien qu'à la lire.Achat direct des deux skeuds sur Bandcamp, mes premiers achats de l'année !

26/01/2023, 09:06

torchure

ils sont contents, ils ont fait barrage à la haine

26/01/2023, 07:06

grinder92

Ben non, justement...

25/01/2023, 15:51

Jus de cadavre

Vous faites chier !

25/01/2023, 14:53

NecroKosmos

Monde de merde.

25/01/2023, 11:40

Wildben

Je peux pas, je suis apopathodiaphulatophobe.

25/01/2023, 11:06

Steelvore666

@Arioch.Enorme, ça va me faire ma journée !

25/01/2023, 08:41