L’Estonie, on connaît surtout parce qu’on peut éventuellement la placer sur une carte (en gros au nord de la Lettonie et au sud de la Finlande), et parce qu’on aperçoit certains de ses artistes sur le plateau de l’Eurovision depuis 1994. Pourtant, le site de référence Encyclopedia Metallum recense pas moins de cent-quatre-vingt-quinze groupes nationaux, dont deux bons tiers encore en activité, ce qui en fait quand même un pays un minimum productif en matière de Heavy Metal incisif. Quelle est la tendance d’ailleurs, sous les frimas de la rigueur d’un climat plutôt froid ? En me basant sur mes propres connaissances en la matière, aucune idée, mais en jugeant du premier LP des locaux de TANKIST, il semblerait que le Thrash old-school ait encore de très belles nuits devant lui. Mais est-ce que celles de ce quatuor (Kevin Marks – guitare/chant, Ivo Laanelind – guitare, Henry Torm – basse, Simo Atso – batterie) sont plus belles que vos jours, passés à glander sur Internet ou à headbanguer à tue-tête en réécoutant pour la millième fois les chefs d’œuvre du cru ? Bonne question, et après quarante-deux minutes de réflexion, j’en arrive à cette implacable conclusion. Oui, les idées nocturnes de nos amis du jour sont très productives, et surtout, diablement intrigantes. Pour quelle(s) raison(s) ? La plus simple étant la meilleure, leur approche du Thrash puriste infaillible, qui transforme des compositions alambiquées en pamphlets à la gloire de la saccade et de la complexité, tout en gardant une crudité de ton et de son rappelant méchamment les précurseurs de POSSESSED et CORONER. Simple, en blindfold, une fois la galette enfournée, faites le test et essayez de vous rappeler. De vous souvenir en extrapolant de l’imputrescible Seven Churches, joué par des suisses encore au stade de l’apprentissage Death Cult, et dites m’en des nouvelles. Les similitudes ne vous troublent pas ?

Pas plus que celles partagées avec les vues psychédéliquement nuancées des BLIND ILLUSION, dont les TANKIST semblent avoir un tantinet abusé. Dans le bon sens du terme et du papier. Et celui que je m’apprête à écrire sur eux est excellent, forcément.

Mais comment les principaux intéressés voient-ils la chose ? Ainsi :

« Neuf violents morceaux de Thrash guidés par un esprit old-school, soulignant sans complaisance les travers du monde moderne, d’une violence aventureuse et rempli de pensées misérables. Ce voyage aux cent riffs marche sur la corde, restant fidèle au principe séculaire de « chansons en coup de poing dans ta gueule ». Dit comme ça, c’est assez simple, mais si la musique proposée est d’une indéniable brutalité, sa franchise reste encore à démontrer. Car les estoniens sont plutôt du genre à jouer les mouches du coche, et à éviter les débats un peu trop directs, sans pour autant tomber dans le piège de l’abstraction un peu trop cryptique. Et si les parallèles avec les groupes susmentionnés sont tous ou presque avérés, Unhuman n’en est pas pour autant le nouveau The Principle Of Doubt ou une démarcation à peine déguisée de Control And Resistance, loin de là. Les analogies sont frappantes, spécialement lorsque les instrumentistes se lâchent avec férocité, mais pour autant, les syncopes essentielles et les breaks référentiels ne pointent pas aux cartouchières absentes. Privilégiant une optique en mid qui confère à leurs morceaux une puissance diabolique, les TANKIST sont aussi adeptes de la partition chargée en triples croches et cassures de rythmes atypiques, de celles qu’on trouvait sur les LP les plus échevelés d’une décennie qui souhaitait prouver que les thrasheurs savaient jouer. Du moins, aussi bien que leurs contemporains plus portés sur le Heavy serein. Tout ceci nous donne de grands moments de densité technique et mélodique, comme le démontre assez vite l’impressionnant «The Plastic Age » qui outre des soli en flocons de neige, propose des agrémentations en équilibre assez foisonnantes et luxuriantes, dans une mouvance Thrash germain de la fin des années 80. Et pour un premier album, le ton est donné et les fauves sont lâchés. Sauf qu’avant de planter leurs griffes sous votre nez, ils calculent la vitesse de pénétration dans l’air sans l’avoir.

Mais ce qui reste le plus remarquable dans cette entreprise de démolissage, c’est ce cachet « vintage » qui pour une fois, ne donne pas seulement l’impression, mais aussi le son. On a vraiment le sentiment d’être tombé sur un LP enregistré il y a trente bonnes années, sans que des artifices de production ne viennent nous donner le change. Tout, des riffs un peu gauches au chant rauque en ébauche, en passant par les quelques approximations de placement, sonne casher, comme cette batterie matte qui agonise de ne pas bénéficier d’une profondeur plus adaptée, et qui frappe ses toms comme Ringo punissait ses peaux en veau. Il faut dire que ces quatre-là ont largement eu le temps de se faire la main, puisque si leur création ne remonte qu’à 2013, ils ont quand même pris la peine de nous proposer une démo (Mortuary, 2014) et un EP (Be Offended, 2015) avant de se lancer. Leur feeling a donc eu largement l’occasion de s’affiner, à tel point qu’il titille même le VOÏVOD des noueuses années, celles de Dimension Hätross, ce dont on se rend compte en tendant l’oreille sur le planant et lysergique « Suffo6tion », qui de son rythme lourd et de ses brisures en sortie de four nous aiguille sur la direction d’un Rock libre, rendu Thrash par sa violence en fibres. C’est sans doute aussi ça qui m’a fait rapprocher ces nordistes d’un BLIND ILLUSION de tradition, celui qui adaptait les seventies rockantes dans un cadre 80’s de Thrash en bacchantes, comme si les hippies d’hier se retrouvaient avides de bière. En fût bien évidemment, ceux que Simo Atso frappe avec véhémence, et qui s’en prennent plein le cuir lorsque les baguettes commencent à cuire (« Waste Of Bones »).

Il est franchement difficile de résister à un album en pied de nez, qui se fout complètement de la tendance, et qui joue crânement son indépendance, en adaptant la brutalité à une progression d’ambiance. Thrash progressif, l’appellation n’est pas usurpée, spécialement lorsque le chrono tourne sans s’arrêter. Ainsi, le final « I Know What You Are ! » et ses six minutes et quelques sans hasard, frappe à la porte de Kill Em’All pour voir si Dave Mustaine est encore en rogne, tout en vantant les mérites d’un Death Metal à venir. Gras et fait main comme du HEXX des nineties, méchant et vilain comme du POSSESSED pas certain de son avenir, c’est une tranche de vie qu’on prend dans la face, sans être vraiment certain de pouvoir y retrouver son latin. Accélérations plus nostalgiques qu’un solo de Larry Lalonde avant PRIMUS, sextolets qui s’acharnent sur le cadavre de SATAN/BLIND FURY, tout en louchant sur la dépouille encore chaude de LIVING DEATH, pour un Heavy Thrash bancal et tout sauf binaire qui nous envoie en l’air. Agressif mais musical, brutal mais allusif, la tendance est au rétro que l’on scrute sans repos, et qui nous conseille de choisir la mort, plutôt qu’un combat mené à tort (« Choose Death », encore un truc léger, le cul entre deux chaises et qui laisse ses déjections Psycho-Thrash sur le plancher). Un OVNI ? Oui, mais pas que, et plutôt un truc frais entre deux révérences un peu rances. Inutile de douter de la passion et de la bonne foi de musiciens sans loi, puisque Unhuman, tout en restant largement perfectible, à ce je-ne-sais-quoi d’imprévisible et hors du temps qui met en émoi. Un premier album qui sent le nord, mais aussi l’Allemagne et les USA, et qui de sa naïveté mâtinée d’ambition et de complexité nous laisse hébété. Mais une réussite, pour le moins, et l’occasion de se souvenir que l’Estonie, c’est pas si loin…


Titres de l'album:

  1. Just Another Union
  2. Choose Death
  3. Miserytomb
  4. The Plastic age
  5. Suffo6ion
  6. Waste of Bones
  7. Godspear
  8. Conveyor Care
  9. I Know What You Are!

facebook officiel


par mortne2001 le 28/11/2017 à 17:35
80 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.