Unbreathable

Ad Patres

07/06/2024

Non Serviam Records

BENIGHTED, SCOLOPENDRA, et maintenant, AD PATRES. Le Death a le vent en poupe ces derniers temps et souffle sur notre beau pays une haleine fétide et une respiration chaude. Qui irait s’en plaindre au regard du pedigree de ces trois destins animés, et alors que le choc des deux premiers n’a toujours pas été encaissé, Unbreathable vient nous étouffer en nous privant de cet oxygène dont nous avons tant besoin. Il faut dire que les bordelais se sont faits désirer. Cinq ans d’attente en longue-durée depuis A Brief Introduction to Human Experiments dont j’avais loué les qualités en ces colonnes, mais une attente qui en valait largement la peine, puisque le quintet nous offre une fois encore une sacrée démonstration de force qui pourrait laisser ses adversaires au tapis.

Olivier Bousquet, guitariste et tête pensante du groupe a donc rassemblé ses esprits et collecté ses propres idées pour catapulter son groupe dans une autre dimension. Entouré de Sylvestre Alexandre (guitare), Mathieu Larroudé (basse), Axel Doussaud (chant) et Alsvid (batterie), le leader a donc décidé de passer le turbo, certain que sa carrosserie allait tenir le coup. Et non seulement elle a résisté, mais elle en est ressortie polie, brillante, et encore plus solide. Remarquez, avec le paquet de chevaux qui ronflent sous le capot de ce troisième album, il vaut mieux être en carbone qu’en papier crépon.

Unbreathable est donc cette fameuse étape dite de la maturité. Sauf que la maturité ne s’exprime que par une professionnalisation indéniable, et une science exacte des structures et des déviances. Pour le reste, la colère adolescente a encore de beaux jours devant elle, puisque les bordelais n’ont pas l’intention de se calmer. Et c’est toujours ce Death Metal agressif et précis qui nous attend, avec une sacrée dose de technique et des ambitions progressives qui peuvent susciter l’admiration. Dans mon cas en tout cas.

Aussi grognon que BENIGHTED, mais plus porté sur les astuces mélodiques, AD PATRES renvoie l’amateurisme et la condescendance aux calendes grecques, et nous fait encore le coup de la perfection du premier coup. On commence à être habitué au travail impeccable d’Olivier Bousquet, et pourtant, à chaque retour, on est bluffé par ses capacités à transcender sa propre inspiration pour s’éloigner des références qui crèvent les tympans. Celles du Brutal Death à l’américaine, qui ne crache pas sur quelques harmonies bien placées.

Avec en exergue une fois de plus cette collection de riffs à faire rougir de honte l’ordinateur central de la CIA, et une rythmique si biseautée que le millimètre n’est même plus l’unité de mesure la plus adéquate et précise, AD PATRES concasse, mais ramasse. Il explose, mais nous fait voir la vie en rose. Il annihile, et pourtant, ne se découvre pas d’un fil. Il charcute, mais sans jouer les fils de butte. En gros, il rase le paysage mais replante quelques hectares de béton pour laisser place nette.

Sans déroger à sa philosophie de férocité, AD PATRES affine de plus en plus ses lacérations, pour atteindre la précision d’un scalpel musical flambant neuf. Avec une bordée de soli qui honorent Chuck Schuldiner et Trey Azagthoth, et une atmosphère générale très confinée, Unbreathable est un monument de véhémence et de paranoïa, tant les plans s’enchaînent à une vitesse hallucinante et mutent sans prévenir. Cette claustrophobie est justement le sentiment recherché par le quintet, qui n’aime rien tant que mettre mal à l’aise son auditoire par des sautes d’humeur imprévisibles.

Mais nous connaissons maintenant les petits trucs d’Olivier, et savons donc très bien à quoi ne pas nous attendre. A un Death prévisible, marqué au fer rouge de la Floride, et incapable de s’extirper de sa condition. Si les déroulés restent classiques, avec cet entrechoquement d’idées et de pièges rythmiques, le résultat n’en est pas moins brillant, et surtout, diversifié mais sans trop s’aérer. Pas question de nous laisser reprendre notre souffle, car même lorsque la tension baisse d’un cran, l’intensité n’en est pas moins difficilement supportable pour le système nerveux. Testez votre patience sur l’immense « The Medium », qui reste un chef d’œuvre de crossover, quelque part entre SUFFOCATION, MORBID ANGEL et GORGUTS.

Les références sont connues depuis longtemps, mais plus le temps passe justement, et plus les justes regardent trépasser les traîtres rétrogrades sans imagination. Si la référence old-school est frappante, elle n’en est pas pour autant le seul objectif d’un album qui justement, propose autre chose qu’une simple relecture des œuvres les plus classées. On se laisse alors emporter par un tourbillon de licks et de reprises abruptes, puisque le voyage se veut chaotique. Chaotique mais sans réel danger, puisque la production reste clean, pointue et claire.

Et la richesse des thèmes de guitare créent un décalage avec le systématisme du chant, qui tout au long de la narration reste bien graveleux, grognon et houleux. Mais le talent d’Axel Doussaud dans la modulation de son phrasé est aussi un atout à prendre en compte, qui permet aux compositions de rebondir sans se vautrer hors du trampoline.

Machine de guerre bien huilée, AD PATRES se présente sous la forme d’un gigantesque tank high-tech, avec précision du canon, souplesse des chenilles, et vue dégagée de la meurtrière. Le genre d’arme très lourde qu’on envoie au combat en sachant très bien qu’elle va pulvériser ses ennemis sans détruire tout ce qui se trouve autour. Clinique mais viscéral, Unbreathable est un sourire carnassier dégageant un fumet putride. Mais ne craignez rien pour vos naseaux. Compatissez plutôt pour votre ouïe.    

Et votre sociabilité.

    

Titres de l’album : 

01. Intro

02. The Dream Chaser

03. Versus

04. Deserter

05. Exodus

06. Interlude

07. Chapter X

08. The Medium

09. Rebellion Grief

10. Deus Deceptor


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/06/2024 à 19:36
85 %    396

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Steelvore666
@88.175.248.198
02/06/2024, 10:32:25

Excellente chro !!!!!!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19