Can We Get A Witness

The Georgia Thunderbolts

15/10/2021

Mascot Records

Si d’aventure vous arpentiez le pied des Appalaches, du côté de Rome, vous risqueriez d’entendre une musique dont les échos résonnent encore sur les parois des montagnes. Une musique ancienne, aux traditions bien établies, régies par les désirs de la déesse guitare, qui depuis les années 50, incarne l’alpha et l’Omega de la musique. Une musique si sincère que les effusions fusent sans que l’on s’en rende compte, une musique qui fait transpirer les murs des bars et des clubs, trembler les cabines des pick-up, et danser des générations entières de fans sevrés à l’énergie du ZEP, de BLACKFOOT, des ALLMAN BROTHERS, ou du LYNYRD. Ça vient de là, ça vient du Blues, mais ce Blues mélangé à du Rock pour être encore plus puissant et affronter l’adversité, ou plus simplement une journée de travail comme les autres se finissant dans l’ennui d’une dernière bière bon marché.

Ainsi va la promesse faite par les américains de THE GEORGIA THUNDERBOLTS, qui outre leur patrimoine personnel, ne lésinent pas sur les allusions à la perfide Albion, et qui estiment que le Rock ne connaît pas de frontières, malgré l‘amour porté à leur propre région. De leur patronyme qui cite sans le faire exprès les GEORGIA SATELLITES tout en embrassant leur Géorgie aimée, ces cinq musiciens nous guident sur les pas de l’histoire musicale US, celle qu’on raconte encore sur les cités universitaires en sortant un vieux vinyle poussiéreux.

Après un premier album publié à compte d’auteur il y a à peine deux ans (Southern Rock From Rome), les THE GEORGIA THUNDERBOLTS ont fini par dénicher un label sûr de leur talent, et nous offrent avec Can We Get A Witness un sophomore dans la plus grande tradition des suites US les plus relevées. Ce premier album posait les jalons et expliquait mathématiquement l’équilibre, le second confirme les espoirs, et en fait même naître de nouveaux : celui de voir ces simples musiciens devenir les idoles de demain, de celles qu’on célèbre dans les stades, mais aussi les petits salles plus intimistes.

Les mecs citent leurs influences, sans honte, mais avec suffisamment d’intelligence pour les varier au plus large. Hank WILLIAMS, Neil YOUNG, LITTLE FEAT, Ozzy OSBOURNE, LYNYRYD SKYNYRD, mais aussi le Gospel, pour ne pas baliser un terrain trop restreint, et continuer à jouer sans qu’on se demande si tel ou tel héros n’a pas déjà chanté cette chanson. Entre Rock traditionnel qu’on entend sur les classic radios et poussée de fièvre Hard-Rock seventies, l’air est sifflé en connaissance de cause, mais la sauce prend. Grâce à cette production qu’on aimerait croire analogique, grâce à cette voix puissante mais qui n’en fait pas trop dans les arabesques plantiennes, grâce à ces guitares qui suintent de désir, et cette rythmique sobre, qui incarne l’assise même d’un axe basse/batterie qui ne doit jamais faiblir.

TJ Lyle (chant), Riley Couzzourt (guitare), Logan Tolbert (guitare), Zach Everett (basse, choeurs, claviers), et Bristol Perry (batterie) sont des amis qui connaissent leur passé, et qui l’honorent en toute modestie. L’osmose qui se dégage de ces chansons réalistes dans le fond et la forme est tellement crédible qu’on se croirait replongé dans les glorieuses seventies, à découvrir un espoir de la scène qui n’attend qu’un coup de pouce du destin. Avec un « Take It Slow » à l’harmonica discret mais appréciable, le quintet prend un démarrage peinard, dans l’ombre d’un nouveau soir sur la route, et immédiatement, le feeling émeut. Le son est clair, respire, les guitares rugissent, piochent dans l’historique de la gloire nationale, et le tout swingue comme un taureau de rodéo plutôt complaisant. La surprise n’est pas de taille, mais la qualité interpelle : alors que le débat fait rage quant à la crédibilité des GRETA VAN FLEET, la question ne se pose pas ici. Les THE GEORGIA THUNDERBOLTS pourraient bien avoir cinquante ans et en accuser trente de carrière, ou l’avoir commencée avant-hier, la sensation serait la même.     

Mais il faut dire que le groupe se démarque du ZEP, juste ce qu’il faut, pour se lover au creux des vinyles sudistes les plus usés d’il y a quarante ans. L’importance du Blues est évidemment indéniable, mais la Country a aussi sa place, comme le laidback, « Lend a Hand », passe peinard avec son refrain que n’auraient pas renié les CINDERELLA de fin de (première) carrière, tandis que « So You Wanna Change The World » chaloupe sec pour permettre à la basse de sinuer entre les chopes de bière sur les tables.

L’émotion, la sincérité crèvent les tympans, et les accents southern donnent envie d’oublier la réalité pendant quelques instants, pour ne retenir que le plus beau d’une vie de labeur. « Spirit Of A Workin’ Man » célèbre justement ces cols bleus qui n’ont d’autre horizon que celui de leur repos dominical, alors que le ludique et dégoulinant de stupre « Half Glass Woman » rappelle que l’amour peut aussi se vivre dans la fulgurance d’un instant.

Du Rock, du vrai, du sud, c’est vrai, mais pas seulement, et en tout cas, pas intentionnellement. On danse avec le diable, par habitude, on riffe plus costaud quand il le faut (« Can I Get A Witness », du RATM revisité par des sudistes coquins), on binaire sans en avoir l’air (« It’s Alright »), mais on n’oublie pas qu’un final se doit d’être la fête tant attendue. Alors, « Set Me Free », plus proche des BLACK CROWES que de SWEET, avec petites cocottes de guitare qui picorent une basse à l’économie, montée en puissance discrète qui finit par laisser passer un clavier de stupre qui soutient un solo en pleine turgescence, et on offre la conclusion qui fait monter les battements de cœur jusqu’au bord des lèvres.

Il parait qu’au pied des Appalaches, du côté de Rome, le temps passe différemment. Non plus lentement, mais plus…sereinement. Je veux bien le croire, étant revenu de cette aventure avec le sourire et l’envie de foutre mes cachets à la poubelle.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Take It Slow

02. Lend A Hand

03. So You Wanna Change The World

04. Looking For An Old Friend

05. Spirit Of A Workin’ Man

06. Midnight Rider

07. Be Good To Yourself

08. Half Glass Woman

09. Dancin’ With The Devil

10. Can I Get A Witness

11. Walk Tall Man

12. It’s Alright

13. Set Me Free


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/11/2021 à 17:28
85 %    67

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JK
@85.27.87.191
18/11/2021, 12:50:35

un bon rock avec juste ce qu'il faut de blues pour avoir envie de choper une bière et de se souvenir c'était quoi un bon rock..

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54