Can We Get A Witness

The Georgia Thunderbolts

15/10/2021

Mascot Records

Si d’aventure vous arpentiez le pied des Appalaches, du côté de Rome, vous risqueriez d’entendre une musique dont les échos résonnent encore sur les parois des montagnes. Une musique ancienne, aux traditions bien établies, régies par les désirs de la déesse guitare, qui depuis les années 50, incarne l’alpha et l’Omega de la musique. Une musique si sincère que les effusions fusent sans que l’on s’en rende compte, une musique qui fait transpirer les murs des bars et des clubs, trembler les cabines des pick-up, et danser des générations entières de fans sevrés à l’énergie du ZEP, de BLACKFOOT, des ALLMAN BROTHERS, ou du LYNYRD. Ça vient de là, ça vient du Blues, mais ce Blues mélangé à du Rock pour être encore plus puissant et affronter l’adversité, ou plus simplement une journée de travail comme les autres se finissant dans l’ennui d’une dernière bière bon marché.

Ainsi va la promesse faite par les américains de THE GEORGIA THUNDERBOLTS, qui outre leur patrimoine personnel, ne lésinent pas sur les allusions à la perfide Albion, et qui estiment que le Rock ne connaît pas de frontières, malgré l‘amour porté à leur propre région. De leur patronyme qui cite sans le faire exprès les GEORGIA SATELLITES tout en embrassant leur Géorgie aimée, ces cinq musiciens nous guident sur les pas de l’histoire musicale US, celle qu’on raconte encore sur les cités universitaires en sortant un vieux vinyle poussiéreux.

Après un premier album publié à compte d’auteur il y a à peine deux ans (Southern Rock From Rome), les THE GEORGIA THUNDERBOLTS ont fini par dénicher un label sûr de leur talent, et nous offrent avec Can We Get A Witness un sophomore dans la plus grande tradition des suites US les plus relevées. Ce premier album posait les jalons et expliquait mathématiquement l’équilibre, le second confirme les espoirs, et en fait même naître de nouveaux : celui de voir ces simples musiciens devenir les idoles de demain, de celles qu’on célèbre dans les stades, mais aussi les petits salles plus intimistes.

Les mecs citent leurs influences, sans honte, mais avec suffisamment d’intelligence pour les varier au plus large. Hank WILLIAMS, Neil YOUNG, LITTLE FEAT, Ozzy OSBOURNE, LYNYRYD SKYNYRD, mais aussi le Gospel, pour ne pas baliser un terrain trop restreint, et continuer à jouer sans qu’on se demande si tel ou tel héros n’a pas déjà chanté cette chanson. Entre Rock traditionnel qu’on entend sur les classic radios et poussée de fièvre Hard-Rock seventies, l’air est sifflé en connaissance de cause, mais la sauce prend. Grâce à cette production qu’on aimerait croire analogique, grâce à cette voix puissante mais qui n’en fait pas trop dans les arabesques plantiennes, grâce à ces guitares qui suintent de désir, et cette rythmique sobre, qui incarne l’assise même d’un axe basse/batterie qui ne doit jamais faiblir.

TJ Lyle (chant), Riley Couzzourt (guitare), Logan Tolbert (guitare), Zach Everett (basse, choeurs, claviers), et Bristol Perry (batterie) sont des amis qui connaissent leur passé, et qui l’honorent en toute modestie. L’osmose qui se dégage de ces chansons réalistes dans le fond et la forme est tellement crédible qu’on se croirait replongé dans les glorieuses seventies, à découvrir un espoir de la scène qui n’attend qu’un coup de pouce du destin. Avec un « Take It Slow » à l’harmonica discret mais appréciable, le quintet prend un démarrage peinard, dans l’ombre d’un nouveau soir sur la route, et immédiatement, le feeling émeut. Le son est clair, respire, les guitares rugissent, piochent dans l’historique de la gloire nationale, et le tout swingue comme un taureau de rodéo plutôt complaisant. La surprise n’est pas de taille, mais la qualité interpelle : alors que le débat fait rage quant à la crédibilité des GRETA VAN FLEET, la question ne se pose pas ici. Les THE GEORGIA THUNDERBOLTS pourraient bien avoir cinquante ans et en accuser trente de carrière, ou l’avoir commencée avant-hier, la sensation serait la même.     

Mais il faut dire que le groupe se démarque du ZEP, juste ce qu’il faut, pour se lover au creux des vinyles sudistes les plus usés d’il y a quarante ans. L’importance du Blues est évidemment indéniable, mais la Country a aussi sa place, comme le laidback, « Lend a Hand », passe peinard avec son refrain que n’auraient pas renié les CINDERELLA de fin de (première) carrière, tandis que « So You Wanna Change The World » chaloupe sec pour permettre à la basse de sinuer entre les chopes de bière sur les tables.

L’émotion, la sincérité crèvent les tympans, et les accents southern donnent envie d’oublier la réalité pendant quelques instants, pour ne retenir que le plus beau d’une vie de labeur. « Spirit Of A Workin’ Man » célèbre justement ces cols bleus qui n’ont d’autre horizon que celui de leur repos dominical, alors que le ludique et dégoulinant de stupre « Half Glass Woman » rappelle que l’amour peut aussi se vivre dans la fulgurance d’un instant.

Du Rock, du vrai, du sud, c’est vrai, mais pas seulement, et en tout cas, pas intentionnellement. On danse avec le diable, par habitude, on riffe plus costaud quand il le faut (« Can I Get A Witness », du RATM revisité par des sudistes coquins), on binaire sans en avoir l’air (« It’s Alright »), mais on n’oublie pas qu’un final se doit d’être la fête tant attendue. Alors, « Set Me Free », plus proche des BLACK CROWES que de SWEET, avec petites cocottes de guitare qui picorent une basse à l’économie, montée en puissance discrète qui finit par laisser passer un clavier de stupre qui soutient un solo en pleine turgescence, et on offre la conclusion qui fait monter les battements de cœur jusqu’au bord des lèvres.

Il parait qu’au pied des Appalaches, du côté de Rome, le temps passe différemment. Non plus lentement, mais plus…sereinement. Je veux bien le croire, étant revenu de cette aventure avec le sourire et l’envie de foutre mes cachets à la poubelle.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Take It Slow

02. Lend A Hand

03. So You Wanna Change The World

04. Looking For An Old Friend

05. Spirit Of A Workin’ Man

06. Midnight Rider

07. Be Good To Yourself

08. Half Glass Woman

09. Dancin’ With The Devil

10. Can I Get A Witness

11. Walk Tall Man

12. It’s Alright

13. Set Me Free


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/11/2021 à 17:28
85 %    145

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JK
@85.27.87.191
18/11/2021, 12:50:35

un bon rock avec juste ce qu'il faut de blues pour avoir envie de choper une bière et de se souvenir c'était quoi un bon rock..

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46