Les Acteurs de l’Ombre cherchaient à combler un vide. Et comme le célèbre label de Gérald ne fait jamais les choses comme tout le monde, et avec une pointe d’ironie, ils ont donc signé leur premier groupe de Black N’Roll via…VOID. Boucher un trou par un vide, la dualité pourra amuser, mais après tout, les agitateurs de l’underground français n’en sont pas à un clin d’œil près. Cela dit, et après écoute de l’album en question, difficile de considérer cette nouvelle tête d’affiche comme un manque ou une absence, puisque les VOID en question sont plutôt du genre atypiques sur la scène actuelle, et ce, à bien des égards. Black N’Roll donc, tout le monde connaît la recette depuis que les DARKTHRONE l’ont popularisée, entre autres, mais à prendre avec des pincettes et de la distance dans le cas de ces nantais bien nantis, puisqu’ils abordent le style avec un panache très personnel, et une philosophie qui ne l’est pas moins. Si le créneau est depuis des années obstrué par des pollueurs de bas étage qui confondent vitesse et précipitation, et brutalité et talent, les VOID ont plutôt tendance à vouloir redonner à cette musique les lettres de noblesse qu’elle a perdues depuis longtemps, en proposant l’une des digressions les plus pleines et accrocheuses qui soit. Fondé du côté de Nantes en 2011, ce collectif aux initiales vagues (OH//CR//PG//JMC//CRDR) s’inspire donc de plusieurs fragrances pour élaborer son parfum mi- putride mi- boisé, et nous offre une belle démonstration auditive de fulgurances catchy et autres riffs pernicieux mais séduisants, sans perdre de vue l’objectif BM de base. Si Gérald ose l’unicité en proclamant n’avoir jamais entendu d’équivalent sur la scène nationale, son enthousiasme tout à fait logique se justifie des constructions élaborées de ce quintette qui ose la durée maximale et les entrées minimales, et surtout, l’osmose générale entre Black repu de la seconde vague, et Rock N’Punk bien crade, mais terriblement professionnel.

Pas vraiment d’influences avouées pour les VOID, et c’est tant mieux, car en effet, ils possèdent quelque chose d’unique dans leur optique. Si le B n’R est l’un des sous-genres les plus statiques et inamovibles qui soit, répondant à un dogme 95 très précis, sorte de cahier des charges indispensable (son un peu sale, immédiateté des motifs, itérations parfois très irritantes de linéarité, bravache Punk parfois en étendard bon marché), celui des VOID en est très éloigné, et semble parfois se situer en convergence de la période Death/Heavy de CARCASS et celle plus sombre et provocatrice des DARKTHRONE. C’est très palpable sur l’immense morceau éponyme d’ouverture, ample et majestueux, qui vous prend à la gorge en utilisant des motifs purement Death sur une trame Heavy Black qu’IMMORTAL n’aurait certainement pas reniée. Les ambitions sont donc affichées fièrement dès le départ, et jamais démenties par la suite, ce que la durée des morceaux n’aurait sans doute pas permis. Car si d’ordinaire, les chansons tournent autour des deux/trois minutes chrono, elles atteignent souvent ici des étirements assez conséquents, sans manquer d’idées et de rebondissements. En collant de près à une éthique roots tout en acceptant la grandeur d’une production très profonde, les nantais provoquent donc un décalage, et renient à proprement parler le concept de vide qu’ils proposent, pour mieux le combler de guitares acides, parfois dissonantes, mais étonnamment franches et développant des motifs concentriques assez convaincants.

Mais avec des comparaisons de leur chaperon évoquant WATAIN ou SATYRICON, la marge d’erreur se voyait réduite à la portion congrue dès le départ. Certains groupes auraient pu occulter le parallèle avec mépris, d’autres se tétaniser de terreur, mais les VOID ont préféré une autre voie, celle de l’assurance tranquille, en leur propre talent et leur dévotion à une indéniable originalité de ton. Certes, les images évoquées ne sont pas sans fondement, mais je trouve dommage de vouloir établir un lien entre des ensembles déjà existant et les nantais, puisque ces derniers font justement tout ce qu’ils peuvent inconsciemment pour prendre leurs distances avec d’éventuelles influences. Alors, finalement, de quoi parle-t-on ? De Black N’Roll ? Evidemment, puisque là est l’origine du projet, mais en écoutant un morceau aussi écrasant que « We Come We Breed We Live », l’auditeur érudit aura du mal à ne pas y voir une forme plus simple et larvée de BM cru et minimaliste, boosté par une production énorme qui n’est pas sans évoquer un point de jonction entre les débuts du Black norvégien et la seconde génération des deux références évoquées plus haut. Mais les VOID préfèrent citer d’une manière générale le Rock classique, le Thrash, le Punk Hardcore et les riffs accrocheurs pour tenter de situer leur art, flou qui leur convient parfaitement. Et comment oser bloquer les débats sur le terrain du B n’R lorsqu’on sombre dans les affres sombres de « Omen », véritable plaidoyer de nihilisme qui lâche des arpèges sales comme Euronymous les affectionnait tant, tout en gardant ce grain de voix si particulier que Jeff Walker malmenait avec sadisme ? C’est impossible je vous l’accorde, ce qui n’empêche pas le quintette de placer en route un énorme lick redondant rebondissant sur des breaks mélodiques du plus bel effet.

Comme vous le constatez en lisant mon laïus, l’affaire semble beaucoup plus complexe qu’elle n’était censée l’être au départ. Mais connaissant le degré d’exigence des Acteurs de l’Ombre, il n’est pas si étonnant de constater que ce premier album de VOID dévie de sa route pseudo tracée à intervalles réguliers pour fédérer un public avide de sensations sinon inédites, du moins, pas forcément préfabriquées. On a même parfois la vague impression de tomber sur une répétition conjointe du CARCASS de Swansong et du VOÏVOD de Katorz, produisant un hit imprévisible à base de riffs charnus mais maladifs, et d’une rythmique guillerette et sautillante (« Theory Of Hail », le genre de classique immédiat que Bill et Jeff nous offraient sur le séminal Heartwork), ou sur une traduction dans un vocable nouveau des idiomes BM estampillés 90’s (« Red Cardinals », lourd, oppressant, mais bizarrement séduisant dans sa dépravation harmonique). Enfermé sous un artwork très esthétique (la trademark du label, mais qu’on apprécie toujours), Jettatura est donc une incroyable preuve de maturité pour les VOID, et une preuve de plus que les Acteurs de l’Ombre n’ont pas cédé un pouce de terrain à la facilité. En nous déroulant le tapis rouge du Crossover, les nantais démontrent donc que le Black n’Roll n’est pas qu’une simple affaire de brutalité outrancière gratuite, mais bien un genre qui peut se permettre de faire preuve d’ambition, sans renier ses fondements. Encore fallait-il pour en arriver là explorer le vide séparant la facilité de la créativité, exploration dont les VOID reviennent avec des réponses surprenantes, mais probantes. Et donc, immédiatement validées.  

      

Titres de l'album :

                         1.Jettatura       

                         2.Theory Of Hail       

                         3.Woven Woods

                         4.We Come We Breed We Live        

                         5.Omen          

                         6.Red Cardinals

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/10/2018 à 16:46
85 %    541

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.