Scriptures

Benediction

16/10/2020

Nuclear Blast

Pour beaucoup, chroniquer un album de BENEDICTION en est une, et je fais partie de ce public heureux de retrouver les hordes anglaises. Et ce, pour plusieurs raisons. La première est que j’ai connu le groupe comme d’autres fans lors de son âge d’or, groupe découvert par l’entremise du premier et historique LP Subconscious Terror, sur lequel on retrouvait un certain Mark Greenway au chant. Mais BENEDICTION ne peut en aucun cas être réduit au titre du « groupe dans lequel un futur NAPALM DEATH chantait », ce qui serait gravement insultant au regard d’une carrière que d’aucuns jugent impeccable. Car bien après le départ de Barney, les anglais ont continué leur parcours, nous offrant des œuvres séminales, culminant pour beaucoup avec le classique Transcend the Rubicon, jugé comme l’acmé d’une discographie pourtant riche de sept LPs. Alors, en apprenant le retour du quintet en 2020, douze ans après son dernier effort en date est déjà un énorme cadeau. Certes, Killing Music n’approchait pas la perfection des meilleurs travaux de la bande à Darren Brookes et Peter Rew, et ce retour n’était en soi pas suffisant pour sortir les cotillons. Il fallait quelque chose de plus, un argument incontournable, une surprise majeure pour que les oreilles se tendent et que le cœur batte la chamade. Et en accompagnant la promotion musicale de ce septième album, les deux guitaristes ont pris grand soin de préciser qu’un membre historique de la formation faisait son comeback sur Scriptures. C’est ainsi que nous avons le plaisir de retrouver le hurleur en chef Dave Ingram, absent depuis 1998, et revenu au bercail l’année dernière, suite au désir de Dave Hunt de terminer ses études. Et c’est un simple coup de fil de Darren à Dave Ingram qui a enclenché le processus de réunion, qui trouve aujourd’hui son aboutissement sur cet album monstrueux, nous ramenant directement à la période historique de BENEDICTION.

De là, les esprits s’affolent, les claviers surchauffent, et les comparaisons élogieuses s’accumulent. Est-ce pour autant qu’il faut déjà penser à établir un parallèle entre Scriptures et Transcend the Rubicon ou The Grand Leveller ? Il est un peu tôt pour juger, mais après quelques écoutes, ce nouveau-né qui braille comme un moutard en manque de lait est agressif à souhait, traditionnel dans le fond, mais méchamment punky dans la forme, et celle affichée par le quintet (Darren Brookes et Peter Rew - guitares, Dave Ingram - chant, Dan Bate - basse et Giovanni Durst - batterie) est éclatante, les morceaux se vautrant dans la luxure brutal avec une absence totale de culpabilité, comme si l’histoire de 1998 continuait à s’écrire sans avoir connu la moindre interruption. Cueillis à froid par l’entame dantesque de « Iterations Of I », les fans retrouveront avec bonheur le combo qu’ils otn tant aimé dans les nineties, ce groupe unique capable de rester fidèle à son histoire tout en admettant une attitude un peu je-m’en-foutiste qui empêche de coller aux modes et à la philosophie classique du Death Metal européen de la fin des années 80. BENEDICTION a toujours été unique en son genre, et a toujours développé sa propre approche du Metal de la, mort, y ajoutant un brin de vie et de fantaisie punk, en bons anglais que les musiciens sont, et à la manière d’un Paul Speckmann, ils se sont toujours moqué des modes et des adaptations pour rester à flots. En écoutant ce premier morceau, et en faisant abstraction de la voix, on se replonge dans les affres de la découverte de Subconscious Terror, car les riffs n’ont pas changé. Ils sont toujours aussi simples et francs, et les mélodies assez prononcées pour ne pas rester cachées sous la couche de violence. Affichant une morgue certainement liée au retour de leur hurleur de légende, Darren Brookes et Peter Rew se sont complètement lâchés, aidés en cela par le travail de production de Scott Atkins au Grindstone studio. D’ailleurs, les deux membres d’origine ne tarissent pas d’éloge sur le résultat obtenu par Scott. Ils le jugent up in time mais pas trop, juste assez pour que le son du groupe ne verse pas dans la nostalgie exacerbée. Et on ne peut qu’être d’accord avec eux en écoutant le monstrueux et concassant « Scriptures In Scarlet », qui de sa rythmique Punk nous pulvérise les neurones d’un Death unique, à l’anglaise, catapulté par un batteur qui n’en fait jamais trop, mais place ses fills avec précision.

En deux ou trois titres, Scriptures éclate déjà son prédécesseur, jugé trop timoré et un brin facile à l’époque. La comparaison entre ces deux derniers chapitres tourne clairement au KO sévère, et ce huitième album fait le lien avec la période Dave Ingram, qui prit fin en 1998 avec l’arrivée de Dave Hunt. Non que le second ait chassé le premier, non qu’il faille minimiser son apport dans la légende du groupe, mais reconnaitre le timbre d’Ingram fait vraiment du bien à la mémoire, et rend à l’ouïe sont acuité des années 90, lorsque Ingram usait de son timbre grave et rauque pour sublimer un instrumental classique. Classique, la bande-son l’est toujours, avec ces riffs morbides qui n’exagèrent pas leur pesanteur, et ces constructions sans réelle surprise, mais déliées das uen fluidité formelle incroyable. « The Crooked Man » est à ce titre un vrai voyage dans le temps, et rappelle que BENEDICTION et BOLT THROWER sont devenu avec le temps les deux véritables VRP de la mort en Angleterre. Evidemment, les petits jeunes qui ne s’intéressent pas vraiment au passé auront peut-être du mal à comprendre l’enthousiasme des anciens pour un combo qu’ils jugeront efficace, mais un peu trop rétrograde. Excusez-nous mes chers enfants, mais notre joie n’a rien de complaisante, et je vous mets au défi d’écouter une bombe comme « Stormcrow » sans headbanguer à vous arracher la tête de la colonne. Non, il est certain que les anglais ne proposent rien de neuf, mais leur relecture de leurs propres classiques est jouissive, imperfectible, et mérite même de figurer à côté de leurs grandes œuvres.

Quel bonheur de retomber sur des fulgurances comme « Rabid Carnality » ou « Embrace The Kill », sauvages à souhait, ou de se laisser entraîner dans un voyage plus évolutif via « Progenitors Of A New Paradigm ». Tut est certes prévisible, mais l’inspiration, le son, l’attitude défient les années, et en disséquant ce nouveau chapitre, on découvre le visage rajeuni d’une légende, heureuse d’être encore là et valide trente ans après ses débuts. Alors que d’autres peinent à continuer sans avoir recours au pilotage automatique, BENEDICTION joue son histoire comme un punk vit dans la rue, sans avoir conscience de son importance, et prenant les choses comme elles viennent. C’est admirable, spécialement lorsque le quintet nous soigne un hymne à la SEPULTURA (« We Are Legion »), ou qu’il recolle à son tempo le plus caractéristique (« The Blight At The End »). Et dans une époque tournée vers la reproduction et l’illusion vintage, je me permettrai en pensant à BENEDICTION de citer Axl Rose lui-même.

Faites-vous une faveur. Allez toujours chercher les originaux.                                         

                                                

Titres de l’album:

01. Iterations Of I

02. Scriptures In Scarlet

03. The Crooked Man

04. Stormcrow

05. Progenitors Of A New Paradigm

06. Rabid Carnality

07. In Our Hands, The Scars

08. Tear Off These Wings

09. Embrace The Kill

10. Neverwhen

11. The Blight At The End

12. We Are Legion


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2020 à 18:25
85 %    289

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@2.10.229.11
01/11/2020, 12:31:38

Perso j adore surement la nostalgie mais pas que..Du beau boulot so british death


Jus de cadavre
membre enregistré
01/11/2020, 14:02:31

Excellent oui ! Le bond en arrière  


Bones
@83.155.204.94
10/11/2020, 09:29:44

Il n'a pas l'air de réinventer le beurre à graisser le fil mais de bien faire le job, cet album. Je tenterais bien l'aventure !  Vu aussi sur un grand site de VPC : un coffret CD qui regroupe 5 ou 6 de leurs vieux albums... l'occasion de s'y remettre sérieusement pour peanuts !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54