A force d’assister impuissant à la déferlante de groupes puisant leur inspiration dans l’essence Thrash d’origine, on finit par croire que chaque nouvel album du cru n’est qu’une goutte parmi cette vague immense. Alors on traite en tant que tel, on oubliant bêtement de vérifier s’il n’y a pas anguille sous roche. Mais surtout, à se renseigner pour savoir si certains ensembles n’étaient justement pas déjà actifs au moment de la deuxième vague Thrash de 87/88.

Il est vrai que l’on pense surtout cette vague originaire des côtes des USA, ou des plaines Allemandes, mais pas forcément d’une île du soleil levant, les groupes étant plus que rares à avoir pratiqué un Thrash féroce à l’époque.

Et pourtant, il y en avait. Oh, certes, pas des masses, mais ils existaient bien. La preuve puisque l’un d’entre eux vient de sortir son cinquième album au mois de mars, sous la bannière fédératrice de Punishment 18 Records, des habitués de l’asile.

Alors non, les BEYOND DESCRIPTION ne se sont pas formés il y a trois ans pour nous faire croire qu’ils étaient déjà nés il y a trente ans, puisqu’ils l’étaient. Certes, nous ne sommes pas nombreux à le savoir, et avec une seconde d’inattention, j’aurais pu traiter ce The Robotized World comme le premier LP qu’il n’est pas. Cruelle erreur s’il en est, mais après tout, elle est humaine elle aussi.

BEYOND DESCRIPTION n’est donc pas né de la dernière pluie saccadée, et a plutôt vu le jour du côté de Tokyo aux alentours de 1988, et n’a pas perdu de temps pour sortir une pelletée de démos, de EP et de splits avant d’avoir la chance de graver sa première rondelle longue durée, Acts Of Sheer Madness en 2002, quatorze ans après ses débuts.

Belle preuve de foi et d’abnégation pour ces nippons qui n’ont jamais raccroché les gants crossover au clou, et grand bien leur en a pris, puisque les décennies semblent n’avoir aucune prise sur eux.

Pour ceux ayant connu leurs débuts, et ce Punk hardcore assez gauche qui ne leur permettait pas de se distinguer de la masse, l’évolution sera flagrante.

Pour les autres, comme moi et sans doute vous aussi, cette même différence entre leur premier LP et ce dernier né ne sera pas évidente à souligner, puisque le quatuor au seul membre originel persistant (le chanteur Hideyuki Okahara) s’abandonne depuis des lustres dans les bras d’un Thrash à fortes connotations Crossover, sans jamais changer son optique.

Mais pour quoi faire après tout ? Ils sont de véritables références dans le genre, et c’est aussi pour ça qu’on les aime tant. Et The Robotized World, avec sa splendide pochette signée Ed Repka, ne fait aucunement exception à la règle, et ressemble trait pour trait à son prédécesseur, an Elegy For Depletion, paru il y a déjà quatre ans.

On y retrouve ces rythmiques parfois chaloupées et groovy, parfois Thrashcore allumé et youpi, ces riffs Hardcore/Thrash de la mort qui ne semblent pas avoir mesuré l’évolution du style depuis les années 80, et ce chant typique et mordant qui plante ses crocs gentiment sans laisser de plaie. En gros, on tombe sur un album qui aurait pu, sans qu’on n’y trouve à redire, être enregistré il y a trente ans, par Alex Perialas ou Bill Metoyer, tant il s’enivre de sonorité franches et street à la NUCLEAR ASSAULT, D.R.I., EXCEL, ou pour jouer de comparaisons plus récentes, des MUNICIPAL WASTE ou autres IRON REAGAN, en version beaucoup plus soft et familiale.

Et si les pistes (douze pour vingt-sept minutes, pas le temps de traîner) jouent la légère alternance en passant d’un Thrashcore à la CRYPTIC à un Moshover (néologisme que j’aime beaucoup) fruité et balancé, en prenant soin d’éviter toute prise de risque, on se sent quand même à l’aise dans le monde des BEYOND DESCRIPTION qui nous ramènent dans le giron de notre adolescence, lorsque des rondelles comme Four Of A Kind, Corrupt Minds, Beast On My Back ou Convicted tournaient sur notre platine sans relâche.

Les qualités d’un tel disque sont aussi ses propres défauts. Si l’on est rarement déçu par un excellent LP de Crossover, on est aussi rarement surpris par ses choix, ce qui est une fois de plus le cas sur The Robotized World.

C’est un disque qui se veut aussi franc que tous ceux sortis avant lui, et qui étale de belles qualités rythmiques, et une jolie folie mesurée d’ensemble qui évoque un ballet aérien dans un skate-park un bel après-midi d’été. Malheureusement, a postériori, il est quasiment impossible de se remémorer un riff vraiment accrocheur ou un thème un tant soit peu novateur. De plus, le chant assez atonal de Hideyuki Okahara n’aide pas à transcender des idées somme toute assez conservatrices, puisqu’il en oublie en route de moduler ou de grogner un peu plus grizzly que la moyenne.

Les soli, parcimonieux et timides sont justes là comme ornements discrets, et les morceaux s’enchaînent, à bonne vitesse certes, mais en restant parfaitement interchangeables. Heureusement pour nous, le batteur Hiroshi Yoshioka tente parfois quelques acrobaties de caisse claire assez ludiques et rebondissant pour dynamiser un peu le tout (« Steerage »), mais en dehors de ces tentatives éparses, rien ne vient troubler la marche en avant crossover de ces vétérans qui capitalisent sur un savoir-faire très professionnel, qui manque justement d’un peu d’audace pré-pubère.

Mais comment en vouloir à un groupe qui existe depuis tant d’années et qui peut se targuer d’avoir fait partie des premiers ?

Impossible en effet, alors on accepte les circonstances atténuantes, et on apprécie un album qui toutefois, reste dans l’ombre des meilleures réalisations des MUNICIPAL WASTE, bien plus festifs et allumés.

 

Reste une pochette évidemment admirable, et quelques morceaux, qui sortis de leur contexte global sonnent comme de bonnes charges Thrashcore (« Triumph », « Target », le final épileptique de « Saucer »), ou d’autres, plus travaillés, qui nous rappellent les débuts purement Punk Hardcore du combo (« Journey », sorte de ANTI NOWHERE LEAGUE en plus propre).

Bilan mitigé donc, pour un disque qui s’apprécie pour ce qu’il est, mais qui laisse un peu sur sa faim. On en aurait espéré plus de la part d’un groupe ayant connu l’époque qu’il se complait à célébrer, mais qui finalement, ne parvient pas à éclipser quelques nouvelles gloires ayant émergé bien après sa naissance.

Dommage, puisque les mécanismes systématiques des BEYOND DESCRIPTION prouvent finalement, à l’image de leur pochette, que le monde parfois, est bien trop robotisé.


Titres de l'album:

  1. Return
  2. Triumph
  3. Target
  4. Chase
  5. Journey
  6. Sourmount
  7. Awareness
  8. Steerage
  9. Escapist
  10. Impatience
  11. Castle
  12. Saucer

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/06/2017 à 14:26
70 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...