The Revenge of Rock

Kickin Valentina

22/01/2021

Mighty Music

En voilà d’autres qui se prétendent « sauveurs du Rock n’Roll ». Enfin pas directement, mais l’affirmation est implicite lorsqu’on baptise son troisième album The Revenge of Rock. La revanche du Rock, moi je ne suis pas contre, encore faudrait-il qu’il ait été victime d’une injustice, alors même qu’il se porte au mieux depuis son émergence depuis les années 50. Certes, il est moins présent en radio, encore moins à la TV, mais en voyant les artistes mainstream s’en emparer pour colorer leurs œuvres d’une touche de couleur passéiste, on peut légitimement penser qu’il est passé dans le domaine public depuis longtemps. Mais excusons les américains de KICKIN VALENTINA pour leur morgue, d’autant plus que leur nom est bien choisi, et leur musique aussi. Formé en 2013 à Atlanta, le combo n’a pas tardé à se faire remarquer par un indépendant, Highway 9 Records, qui s’est empressé de publier son premier EP éponyme. Le début d’une carrière florissante, puisque deux ans plus tard, le quatuor rejoint l’écurie fort enviable des danois de Mighty Music pour leur confier le sort de leurs albums. Ainsi sortiront des boxes Super Atomic et Imaginary Creatures, mais aussi un EP live, Chaos in Copenhagen, qui en disait long en format court sur la force de frappe des rockeurs. Et aujourd’hui, c’est très logiquement que la bande s’en remet à son label pour assurer la promotion mondiale de ce troisième du nom, très fièrement intitulé The Revenge of Rock, qui aurait mérité un label plus franc, car il incarne en effet une petite revanche du Hard pur et dur sur la scène nostalgique actuelle.

Axé autour de quatre musiciens forts en gueule et en instruments (D.K. Revelle - chant, Heber Pampillon - guitare, Chris Taylor - basse et Jimmy Berdine - batterie), KICKIN VALENTINA est l’archétype du groupe que l’on aurait pu trouver en train de traîner sur le Strip il y a quelques décennies. Mixant avec flair le talent passéiste des BLACK CROWES, le flair génial de BON JOVI pour trousser des refrains fédérateurs, et l’exubérance des SLAUGHTER en plein milieu de la nuit, le combo a donc décidé de gravir la montagne Hard Rock par son versant le plus démonstratif et festif, et nous offre encore un festival de mélodies accrocheuses et de riffs clairement inspirés par la moue boudeuse de Joe Perry et des mouvements circulaires du derviche tourneur Angus Young. Sorte de proto-Glam plus Heavy que la moyenne, et rappelant clairement les derniers défenseurs du bastion californien des années 90/91, les KICKIN VALENTINA délivrent une prestation classique, aussi classique que celles de leurs deux premiers albums, mais l’énergie dont font preuve les musiciens et cette science exacte de la composition qui fait mouche confèrent à ce troisième chapitre des allures de synthèse parfaite d’un art traditionnel.            

Produit par Andy Reilly (UFO, BRUCE DICKINSON, CRADLE OF FILTH) au Muse Productions d’Atlanta, et masterisé par Maor Appelbaum (FAITH NO MORE, SABATON, HALFORD) au Maor Appelbaum Mastering californien, The Revenge of Rock ne prétend pas avoir inventé la poudre, mais démontre qu’il sait la faire parler. Pas étonnant de constater que le quatuor s’est pavé une voie royale dans les colonnes des magazines les plus réputés, tant sa force de frappe est impressionnante. Doté d’un son un peu raide et rêche, ce manifeste de virilité et de tatouages colorés donne une pêche d’enfer, et replace le Hard Rock traditionnel de LITTLE CAESAR au centre des débats, et si les résidents d’Atlanta n’hésitent pas à emprunter pas mal de gimmicks au Glam Rock, leur base n’en reste pas moins terriblement Heavy. Ils piquent d’ailleurs de temps à autres des astuces très Metal, notamment sur le riff redondant et puissant de l’hymne « War », qui flirte dans ses passages les plus durs avec un Heavy Thrash convaincant, bien que les chœurs affilient le morceau à du Hard bien saignant à la SKID ROW. Pas question ici de distribuer des bonbons pour le Halloween des hardos, rien n’est trop sucré, tout est épicé et largement gargarisé de Jack Daniels, et une fois n’est pas coutume, le ramage est adapté au plumage. Les mecs ont l’air dur, mais leurs chansons l’ont, et les hits s’enchaînent à bon rythme, permettant à ce troisième album de passer la rampe de la qualité indiscutable.

On en est d’ailleurs persuadé dès l’entame très Sleaze de « Freak Show », qui ramone sévère comme du HANOÏ ROCKS en version street thug, et tout est en place dès les premières secondes, de la guitare qui attaque sévère à la rythmique qui claque comme un fouet sur les fesses d’une groupie. La voix délicieusement éraillée de D.K. Revelle permet d’éviter facilement l’écueil du glucose en ballon de barbe à papa des groupes trop Glam des années 80, et le timbre rauque du vocaliste rappelle même le Lemmy des années 90. On pense parfois à une union temporelle entre les DANGEROUS TOYS et nos BLACKRAIN, le tout agrémenté d’une petite touche anglaise à la ALMIGHTY, et si « Somebody New » se souvient avec acuité du génie de Desmond Child pour tailler sur mesures des costards Billboard à BON JOVI et KISS, KICKIN VALENTINA n’en perd pas pour autant son objectif de vue : privilégier la mélodie, mais pas au détriment de l’énergie. Toujours prompt à appuyer sur l’accélérateur, les américains nous enivrent de leur motivation, et servent la téquila dans des verres à vin, nous brulant le gosier d’un explosif « Rat Race ».

Tout est carré, bien en place, mais la spontanéité n’a pas été sacrifiée sur l’autel du professionnalisme. L’album donne même le sentiment d’avoir été enregistré en live tant l’osmose entre les quatre greasers est palpable dans les haut-parleurs, et lorsque le Rock est joué tel quel, sur « Lookin For Me », on peut presque sentir la sueur et le tabac froid des mégots de cigarettes. Parfait cocktail de populaire Glam et de solide Rock, The Revenge of Rock est couillu, mais suffisamment prude pour plaire aux masses. Ce qui n’a rien de péjoratif, bien au contraire, et le voyage dans le temps vers la Californie de la fin des années 80 est plus vrai que nature, et si parfois la sensibilité pointe le bout de son petit cœur (« Heart Tattoo »), pas question d’émotion facile. D’ailleurs, pour bien marquer le coup, KICKIN VALENTINA termine sur un dernier shoot d’adrénaline via l’aiguille et la seringue de « The Revenge Of Rock », qui nous réveille comme Uma Thurman après son OD.

Du Rock, du Roll, du Glam, de l’authenticité, voici une très bonne façon de commencer 2021, qu’on espère un peu plus Rock n’Roll que 2020 qui avait tout du désastre Pop. 


     

Titres de l’album:

01. Freak Show

02. Somebody New

03. Rat Race

04. Strange

05. Looking For Me

06. War

07. Heart Tattoo

08. End Of The Road

09. The Revenge Of Rock


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/01/2021 à 15:28
82 %    212

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52