C’est un fait connu, les espagnols, tout comme les allemands sont friands de Hard Rock racé et de Heavy Metal enflammé. Le peuple ibère est connu pour son indéfectible fidélité envers ses idoles d’hier qui ont su rester leurs modèles d’aujourd’hui. Inutile de remettre en cause cet état de fait accepté de tous, et je suis plutôt admiratif de cette adhésion sans restriction qui permet à des groupes oubliés du grand public Rock de toujours pouvoir tourner à Barcelone, Madrid, et pas mal d’autres villes d’Espagne. Mais outre la sincérité d’un public qui lorsqu’il aime, ne compte pas les années, c’est aussi celle des musiciens nationaux qu’il faut louer. Parce qu’eux non plus n’ont pas la mémoire courte, et se souviennent toujours, trente ans après, de l’émergence du Heavy Metal dans leur pays…Les exemples sont formels, et nombreux, et il est inutile d’en dresser une liste ici, qui n’aurait qu’une valeur informative redondante. Mais il est par contre possible de parler d’un des représentants les plus adeptes d’un classicisme 80’s assez prononcé, et qui en ce mois de janvier nous propose son premier longue durée, qui rappellera certainement pas mal de choses à des fans empêtrés dans une nostalgie révérée. Les DEATH KEEPERS nous en viennent donc de Barcelone, ont plutôt fière allure sur leurs photos promos, mais surtout convaincants dans leur entreprise de rappel des origines, rappel qui constitue les fondements de ce premier LP, que les amoureux d’un Hard Rock entier et non dénaturé vont sans doute adorer. L’histoire des barcelonais remonte donc en 2011, lorsqu’ils se sont formés, attendant patiemment deux ans avant d’oser proposer un premier EP, On The Sacred Way, au titre assez prémonitoire dans le fond, et honnête dans la forme affichée. Celle-ci était stimulée par les sonorités si symptomatiques des trente glorieuses (pas les nôtres, celles du Heavy Metal de l’époque), mais se voulait plus présentation qu’imposition, alors même que ce premier jet intégral ose la confrontation, de face, avec un public se réclamant de références que tout le monde connaît et respecte. Lesquelles ? Une simple écoute suffit à en trouver les points d’ancrage les plus solidement implantés, et admettons que les espagnols n’ont pas vraiment cherché à s’en éloigner…

La question qui reste en suspens est donc celle-ci. Peut-on se contenter de singer ses idoles au point de copier/coller leur son dans un contexte de production moderne ? Je serais tenté de répondre par l’affirmative, à la simple condition que les compositions soient suffisamment éloquentes (sans même parler de culot) pour faire oublier qu’elles citent toutes les grandes œuvres dans le texte. Dans le cas des DEATH KEEPERS (Dey Rus - chant, Eddy Gary & Antonio Maties - guitares, Gorka Alegre - basse et Miki Hunter - batterie), l’équilibre entre admiration et personnification est plutôt instable, et surtout, un certain relâchement de l’attention est parfois à déplorer en termes d’intensité, avec un exemple à mettre en avant pour étayer cette hypothèse quasiment déjà vérifiée. Il faut dire que les barcelonais ont un fait un choix plutôt déroutant, en optant pour un titre parfaitement incongru en tant qu’épilogue…Placer une longue ballade progressive et subtile en fin d’album est un pari plutôt risqué pour un groupe se réclamant d’un Hard Rock féroce et sas compromis, et même si « Smooth Hit Love » est le genre de chanson que rêveraient de composer bien des groupes, son ambiance romantique un peu gluante en fait le parangon des reproches que l’on peut formuler à l’égard d’un groupe qui n’a pas encore su choisir entre sa propre identité et celle des artistes qu’il est censé louer. En effet, presque neuf minutes de douceur en guise d’au-revoir n’est pas vraiment le genre de conclusion tonitruante à laquelle nous étions en droit de nous attendre, et même si le morceau est plutôt séduisant et chatoyant, ses arrangements un peu mielleux ne font rien pour nous laisser sur un souvenir merveilleux, même si les parties de guitare sont de toute beauté, et que la basse s’impose sans avoir à trop forcer. N’est pas HELLOWEEN ou IRON MAIDEN qui veut, et même si une poussée de puissance finale vient enfin rompre le charme qui nous endormait dans les bras d’une belle romantique à la chevelure soyeuse et dorée, un bon gros burner des familles aurait constitué un plus probant signe de tête en forme de headbanging que cette extraction à tiroir qui a tendance à rapprocher les espagnols d’un Hard FM qu’ils se plaisent à contredire durant les quarante premières minutes de l’album…

Cet album, comme vous l’aurez compris d’un simple regard à une pochette plutôt bien foutue, est placé sous le signe d’une revisite d’un style que les metalleux connaissent par cœur, puisqu’il représente la base de leur passion. Le Hard Rock, le Heavy Metal, soient les deux éléments fondamentaux d’une digression sur un Rock teigneux, qui ici atteint son apogée de respect, dès l’entame tonitruante de « Rock & Roll City » qui ne se gêne pas pour égrener quelques poncifs éculés. Mais telle est la règle du jeu, et si ce morceau semble se faire un malin plaisir de rappeler le KROKUS de Headhunter ou le Ronnie James DIO des premières années, c’est pour mieux placer un contexte dont il ne cherche pas du tout à s’extirper. Et les morceaux de cette trempe sont légion sur Rock This World, qui de son titre même semble réfuter tout principe de modernisation. On connaissait déjà son homologue sémantique proposé par un KICK AXE à l’agonie, mais ici, c’est plutôt le lyrisme qui l’emporte sur la folie, comme le démontre sans complexes « Fire Angel », qui une fois encore pioche dans les coffres à fanfreluches et cornes du diable du lutin DIO, tout en louchant grave vers le SCANNER le moins inspiré de quoi nous faire vibrer. En toute objectivité, l’ensemble est très bien interprété, puisque les musiciens connaissent leur boulot (spécialement la paire de guitaristes), et que Dey Rus au chant sait méchamment bien souffler le chaud, comme un dragon dérangé dans sa caverne. Mais entre les allusions un peu trop prononcées à HELLOWEEN, les citations dans le texte de l’œuvre MAIDEN, les clins d’œil répétés à Rob Halford et JUDAS PRIEST (« Death Keepers »), les accointances avec un ANGRA résumé à sa partie la moins ambitieuse, et des intonations vocales partageant leur schizophrénie entre Ronnie et Michael Kiske, les ombres des légendes ont tendance à éclipser l’histoire des DEATH KEEPERS qui reste à écrire, et si possible, d’une plume qui ne paraphrasera pas des contes que l’on connaît déjà par cœur (« Haven’s Heaven »).

Ce qui n’empêche nullement, même dans la décalque pure et simple, que le groupe se montre convaincant, spécialement lorsqu’il opte pour un binaire plombant (« Rock This World », toutes les astuces de production et d’arrangements d’il y a trente ans sont replacées intelligemment), ou au contraire en osant le flirt assez poussé avec une douceur bien galbée (« Thriving Forcast », aux soli vraiment bien policés). Le format épique leur sied aussi, et leur colle à la peau comme un spandex aux cuisses de Bruce Dickinson (« Wildfire », un peu naïf, mais baroque n’roll), et la saccade leur permet de nous extirper d’une mécanique un peu trop bien huilée (l’entame diabolique de « Metallia », qui nous fait comprendre d’un autre côté que les espagnols seraient capables de relever des défis bien plus corsés…), mais l’un dans l’autre, et le bilan une fois dressé, on regrette amèrement des choix de facilité, et surtout, que ce premier disque se veuille plus hommage que causeur de dommages, à force de rester sous le poids de la chape de plomb de références vraiment trop évidentes. Mais nonobstant ces reproches tout à fait légitimes, ce Rock This World reste un solide exercice de style, encore trop marqué au fer rouge du passé, mais qui témoigne du potentiel assez conséquent d’instrumentistes qui en tant que compositeurs, ont encore du chemin à faire pour faire sonner leur heure.


Titres de l'album:

  1. Rock & Roll City
  2. Fire Angel
  3. Death Keepers
  4. Haven's Heaven
  5. Rock This World
  6. Thriving Forcast
  7. Love's Within (Yourself)
  8. Wildfire
  9. Invention IV
  10. Metallia
  11. Smooth Hit Love

Site officiel


par mortne2001 le 27/01/2018 à 17:35
70 %    266

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...