C’est un fait connu, les espagnols, tout comme les allemands sont friands de Hard Rock racé et de Heavy Metal enflammé. Le peuple ibère est connu pour son indéfectible fidélité envers ses idoles d’hier qui ont su rester leurs modèles d’aujourd’hui. Inutile de remettre en cause cet état de fait accepté de tous, et je suis plutôt admiratif de cette adhésion sans restriction qui permet à des groupes oubliés du grand public Rock de toujours pouvoir tourner à Barcelone, Madrid, et pas mal d’autres villes d’Espagne. Mais outre la sincérité d’un public qui lorsqu’il aime, ne compte pas les années, c’est aussi celle des musiciens nationaux qu’il faut louer. Parce qu’eux non plus n’ont pas la mémoire courte, et se souviennent toujours, trente ans après, de l’émergence du Heavy Metal dans leur pays…Les exemples sont formels, et nombreux, et il est inutile d’en dresser une liste ici, qui n’aurait qu’une valeur informative redondante. Mais il est par contre possible de parler d’un des représentants les plus adeptes d’un classicisme 80’s assez prononcé, et qui en ce mois de janvier nous propose son premier longue durée, qui rappellera certainement pas mal de choses à des fans empêtrés dans une nostalgie révérée. Les DEATH KEEPERS nous en viennent donc de Barcelone, ont plutôt fière allure sur leurs photos promos, mais surtout convaincants dans leur entreprise de rappel des origines, rappel qui constitue les fondements de ce premier LP, que les amoureux d’un Hard Rock entier et non dénaturé vont sans doute adorer. L’histoire des barcelonais remonte donc en 2011, lorsqu’ils se sont formés, attendant patiemment deux ans avant d’oser proposer un premier EP, On The Sacred Way, au titre assez prémonitoire dans le fond, et honnête dans la forme affichée. Celle-ci était stimulée par les sonorités si symptomatiques des trente glorieuses (pas les nôtres, celles du Heavy Metal de l’époque), mais se voulait plus présentation qu’imposition, alors même que ce premier jet intégral ose la confrontation, de face, avec un public se réclamant de références que tout le monde connaît et respecte. Lesquelles ? Une simple écoute suffit à en trouver les points d’ancrage les plus solidement implantés, et admettons que les espagnols n’ont pas vraiment cherché à s’en éloigner…

La question qui reste en suspens est donc celle-ci. Peut-on se contenter de singer ses idoles au point de copier/coller leur son dans un contexte de production moderne ? Je serais tenté de répondre par l’affirmative, à la simple condition que les compositions soient suffisamment éloquentes (sans même parler de culot) pour faire oublier qu’elles citent toutes les grandes œuvres dans le texte. Dans le cas des DEATH KEEPERS (Dey Rus - chant, Eddy Gary & Antonio Maties - guitares, Gorka Alegre - basse et Miki Hunter - batterie), l’équilibre entre admiration et personnification est plutôt instable, et surtout, un certain relâchement de l’attention est parfois à déplorer en termes d’intensité, avec un exemple à mettre en avant pour étayer cette hypothèse quasiment déjà vérifiée. Il faut dire que les barcelonais ont un fait un choix plutôt déroutant, en optant pour un titre parfaitement incongru en tant qu’épilogue…Placer une longue ballade progressive et subtile en fin d’album est un pari plutôt risqué pour un groupe se réclamant d’un Hard Rock féroce et sas compromis, et même si « Smooth Hit Love » est le genre de chanson que rêveraient de composer bien des groupes, son ambiance romantique un peu gluante en fait le parangon des reproches que l’on peut formuler à l’égard d’un groupe qui n’a pas encore su choisir entre sa propre identité et celle des artistes qu’il est censé louer. En effet, presque neuf minutes de douceur en guise d’au-revoir n’est pas vraiment le genre de conclusion tonitruante à laquelle nous étions en droit de nous attendre, et même si le morceau est plutôt séduisant et chatoyant, ses arrangements un peu mielleux ne font rien pour nous laisser sur un souvenir merveilleux, même si les parties de guitare sont de toute beauté, et que la basse s’impose sans avoir à trop forcer. N’est pas HELLOWEEN ou IRON MAIDEN qui veut, et même si une poussée de puissance finale vient enfin rompre le charme qui nous endormait dans les bras d’une belle romantique à la chevelure soyeuse et dorée, un bon gros burner des familles aurait constitué un plus probant signe de tête en forme de headbanging que cette extraction à tiroir qui a tendance à rapprocher les espagnols d’un Hard FM qu’ils se plaisent à contredire durant les quarante premières minutes de l’album…

Cet album, comme vous l’aurez compris d’un simple regard à une pochette plutôt bien foutue, est placé sous le signe d’une revisite d’un style que les metalleux connaissent par cœur, puisqu’il représente la base de leur passion. Le Hard Rock, le Heavy Metal, soient les deux éléments fondamentaux d’une digression sur un Rock teigneux, qui ici atteint son apogée de respect, dès l’entame tonitruante de « Rock & Roll City » qui ne se gêne pas pour égrener quelques poncifs éculés. Mais telle est la règle du jeu, et si ce morceau semble se faire un malin plaisir de rappeler le KROKUS de Headhunter ou le Ronnie James DIO des premières années, c’est pour mieux placer un contexte dont il ne cherche pas du tout à s’extirper. Et les morceaux de cette trempe sont légion sur Rock This World, qui de son titre même semble réfuter tout principe de modernisation. On connaissait déjà son homologue sémantique proposé par un KICK AXE à l’agonie, mais ici, c’est plutôt le lyrisme qui l’emporte sur la folie, comme le démontre sans complexes « Fire Angel », qui une fois encore pioche dans les coffres à fanfreluches et cornes du diable du lutin DIO, tout en louchant grave vers le SCANNER le moins inspiré de quoi nous faire vibrer. En toute objectivité, l’ensemble est très bien interprété, puisque les musiciens connaissent leur boulot (spécialement la paire de guitaristes), et que Dey Rus au chant sait méchamment bien souffler le chaud, comme un dragon dérangé dans sa caverne. Mais entre les allusions un peu trop prononcées à HELLOWEEN, les citations dans le texte de l’œuvre MAIDEN, les clins d’œil répétés à Rob Halford et JUDAS PRIEST (« Death Keepers »), les accointances avec un ANGRA résumé à sa partie la moins ambitieuse, et des intonations vocales partageant leur schizophrénie entre Ronnie et Michael Kiske, les ombres des légendes ont tendance à éclipser l’histoire des DEATH KEEPERS qui reste à écrire, et si possible, d’une plume qui ne paraphrasera pas des contes que l’on connaît déjà par cœur (« Haven’s Heaven »).

Ce qui n’empêche nullement, même dans la décalque pure et simple, que le groupe se montre convaincant, spécialement lorsqu’il opte pour un binaire plombant (« Rock This World », toutes les astuces de production et d’arrangements d’il y a trente ans sont replacées intelligemment), ou au contraire en osant le flirt assez poussé avec une douceur bien galbée (« Thriving Forcast », aux soli vraiment bien policés). Le format épique leur sied aussi, et leur colle à la peau comme un spandex aux cuisses de Bruce Dickinson (« Wildfire », un peu naïf, mais baroque n’roll), et la saccade leur permet de nous extirper d’une mécanique un peu trop bien huilée (l’entame diabolique de « Metallia », qui nous fait comprendre d’un autre côté que les espagnols seraient capables de relever des défis bien plus corsés…), mais l’un dans l’autre, et le bilan une fois dressé, on regrette amèrement des choix de facilité, et surtout, que ce premier disque se veuille plus hommage que causeur de dommages, à force de rester sous le poids de la chape de plomb de références vraiment trop évidentes. Mais nonobstant ces reproches tout à fait légitimes, ce Rock This World reste un solide exercice de style, encore trop marqué au fer rouge du passé, mais qui témoigne du potentiel assez conséquent d’instrumentistes qui en tant que compositeurs, ont encore du chemin à faire pour faire sonner leur heure.


Titres de l'album:

  1. Rock & Roll City
  2. Fire Angel
  3. Death Keepers
  4. Haven's Heaven
  5. Rock This World
  6. Thriving Forcast
  7. Love's Within (Yourself)
  8. Wildfire
  9. Invention IV
  10. Metallia
  11. Smooth Hit Love

Site officiel


par mortne2001 le 27/01/2018 à 17:35
70 %    228

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.