Forlorn and Forsaken

Kurnugia

27/04/2020

Memento Mori

Alignons les faits. D’anciens membres de DECREPIT, NUNSLAUGHTER, EMBALMER, DECEMBER WOLVES, et DELUSION, une pochette réalisée par Mark Cooper, un label bien connu pour ses bonnes œuvres dans l’underground (Memento Mori), et vous aurez tôt fait de deviner de quoi il s’agit. Si vous avez parié sur du Death old-school, vous avez gagné toute ma modeste considération, et vous avez tapé dans le mille. Pas le Mille Petrozza, mais le mille morbide, puisque ces originaires de Cleveland, Ohio sont des vieux de la vieille qui prônent des valeurs vieilles comme la vieille, enterrée depuis longtemps, et dont les rares fleurs fanées semblent pleurer sur le marbre de sa tombe. KURNUGIA qui dans la mythologie babylonienne représente le monde du dessous est donc un presque nouveau groupe old-school, puisque sa naissance remonte à l’année 2012. En huit ans, le collectif a donc sorti deux EP’s (Tribulations of the Abyss en 2013 et Condemned to Obscurity en 2016), avant de prendre quatre ans pour peaufiner sa première attaque en longue-durée. C’est donc via le label espagnol que les américains nous assomment donc de leur classicisme, qu’ils revendiquent pleinement, ne cherchant pas à révolutionner les méthodes d’embaumement. Mais à vrai dire, avec des influences de la trempe formelle de Grave, Incantation, AUTOPSY, ENTOMBED, CIANIDE, MORBID ANGEL, DISMEMBER, DEATH, UNLEASHED, DEICIDE, ou BENEDICTION, les américains placent dès le départ les débats sur le terrain de l’honnêteté, et nous livrent donc une partition certes déjà entendue jouée des centaines de fois, mais qui trouve ici une nouvelle incarnation méchamment professionnelle et pourtant bien funeste en même temps.

Forlorn and Forsaken est un peu l’archétype du traditionnel remis au goût d’un jour nouveau d’une production très propre et nette. Une sorte d’hommage rendu à l’arrière-garde qui ne se rend pas et ne meurt jamais, de ceux que les musiciens rendent très régulièrement, convaincus qu’on n’a rien fait de mieux et de plus efficace depuis le début des nineties. Et en écoutant « To The Cursed Depths », on comprend assez vite que le point de vue passéiste est parfois le bon, tant tous les ingrédients d’un Death vintage de qualité sont en place. Les guitares qui sonnent comme des appels de l’au-delà, un chant grave et sourd mais totalement intelligible, une rythmique mobile et souple, et des morceaux qui en sont vraiment, et pas seulement une accumulation de plans totalement gratuite. Certes, la confrontation des écoles américaine et suédoise n’offre rien de neuf, et on sent que le but des américains était de synthétiser toutes les mouvances extrêmes d’il y a trente ans, opération parfaitement réussie. Mais il y a de l’ambition dans le mimétisme, et surtout, du métier dans l’exécution. Tous les titres sont efficaces au possible, maintenus à une cadence soutenue mais raisonnable, et surtout, propulsés par des thèmes accrocheurs (« Crown Of Suffer »). Du Death tout ce qu’il y a de plus old-fashioned, macabre juste ce qu’il faut, putride comme un vieux cadavre, mais encore suffisamment frais pour ne pas ressembler à un vieux squelette tout desséché. Pris individuellement, les musiciens sont tout à fait capables, mais collectivement, leur force en osmose impressionne, spécialement lorsque la montre tourne et laisse les idées déviantes s’épanouir.  

On apprécie ainsi le très atmosphérique « Pervert The Pious » et ses mélodies maladives, ses cris rauques, son ambiance à la ENTOMBED/GRAVE, et sa lenteur obsessionnelle. En quatre minutes, KURNUGIA résume quelques années pivot avec un flair incomparable, et nous offre le meilleur de la Floride, de Stockholm et de Birmingham, réconciliant ainsi les continents et les peuples pas contents. Certes, le tout est si homogène qu’on a parfois le sentiment qu’un riff se fait coucou à lui-même dans le reflet du marbre du cimetière, mais c’est efficace en diable, ça nous ramène à l’époque bénie du « Hating Life » de GRAVE (« Eroded Faith »), tout en recouchant sur bande les errances glauques d’OBITUARY (« Thy Sanguine Altar »). Technique sans l’être, maie efficace au possible, ce premier album nous aménage même quelques espaces diaboliques, avec le renfort de chœurs sortis des enfers, et lorsque l’album se termine avec ses deux plus longs segments, on se rend assez vite compte que les KURNUGIA n’usurpent pas leur statut de musiciens au long parcours. « Decaying Serenades » retrouve ainsi le parfum immonde du CARCASS le plus mémorisable, concassé d’une violence à la SUFFOCATION, alors que « When The Moment Of Death Arrives » offre un épilogue en tout point charmant et envoutant, avec ses parties lourdes et mélodiques qui évoquent le futur du Death qui se dessinait aux alentours de 95/96.

Beaucoup de franchise donc dans cette réalisation, qui a défaut de surprendre, conforte. Un premier album carré aux entournures, qui certes s’ancre dans un formalisme vintage connu, mais qui nous permet de retrouver dans des conditions optimales les sensations éprouvées il y a fort longtemps. De quoi se replonger dans un autre temps, toujours d’actualité, mais terriblement actuel entre les mains d’expert en mise en terre.  

                                 

Titres de l’album :

                         01. Intro

                         02. To The Cursed Depths

                         03. Crown Of Suffer

                         04. Shroud Of Damnation

                         05. Pervert The Pious

                         06. Eroded Faith

                         07. Thy Sanguine Altar

                         08. All Consuming Grief

                         09. Decaying Serenades

                         10. When The Moment Of Death Arrives

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/07/2020 à 17:15
78 %    531

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


youpimatin
membre enregistré
02/07/2020, 10:32:43
"When the Moment of Death Arrives" est une reprise de Sentenced, le tout 1er titre de "Shadows of the Past" sorti en 1992.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31