Fire Meets Steel

Cannibal

08/08/2020

Autoproduction

Le nom de Jo Galipeau ne vous dira peut-être rien, pourtant, vous le connaissez sans doute sous son sobriquet favori de Jo Capitalicide. Et une fois vue sa dégaine combinant le flair des DAMNED, l’attitude de Sid Vicious, le bon goût des GENOCIDE et le combo cuir/coiffure de Duff McKagan vous ne pourrez plus l’oublier. A savoir que ce bon Jo est l’un des producteurs métalliques les plus prolifiques de la scène canadienne, actif au sein d’une dizaine de groupes, dont plusieurs se sont manifestés en 2020. En effet, Jo nous a offert en cette triste année les nouveaux témoignages d’EXPUNGED (Expunged, premier EP), d’ICE WAR (Defender, Destroyer), de SPECTRAL DANCE (une démo, Like an Avenging Spectre et un EP Eternal Suffering), et évidemment, ce premier EP de sa nouvelle créature CANNIBAL. Et même s’il est encore loin de l’omnipotence d’un

Rogga Johansson (lui aussi squattant tous les interstices en 2020), Jo assure dans les grandes largeurs et se présente comme le sauveur Metal du grand froid, multipliant les clins d’œil à la genèse du Heavy Metal, en appuyant la théorie affirmant que rien n’a été fait de mieux que ce qui a été créé entre 1981 et 1984. CANNIBAL ne fait bien sûr pas exception à la règle, et se pose même en synthèse de tous les principes du sympathique musicien, en tirant une ligne droite entre IRON MAIDEN, LIVING DEATH et THIN LIZZY. Alors, fans des premiers efforts du Hard français des KILLERS ou TITAN, accros au MAIDEN des premières années, et indécrottables défenseurs de la NWOBHM, acclamez comme il se doit vos nouveaux chevaliers en cuir et clous qui à l’approche des fêtes vous offrent l’album dont vous aviez rêvé.

Bien entouré par une horde hardante d’instrumentistes au long-cours, Jo laisse donc sa guitare déambuler dans les couloirs du temps, piquant à Robertson ce qu’il rend à Murray, pour mieux réunir sous une même bannière tous les mordus de Metal nostalgique. Avec une telle équipée, pas de tromperie, et ce premier sept titres offre une musique aussi passéiste que sa superbe pochette signée Raul Gonzalez, artiste espagnol. Nous retrouvons donc aux côtés de Jo, Gretchen Steel (ZEX, ESPIONAGE) au chant, B. Destroyer (MACHINE MESSIAH) à la seconde guitare, Andy Lust à la basse et Christ Disappointer à la batterie, assumant tous leurs déguisements nominatifs pour faire la fête au Heavy le moins corruptible.

Et tout est dit en deux morceaux, qui dévoilent le potentiel rétrograde de la formation. Mais en débutant leur effort par le tonitruant « The Warlock », les CANNIBAL se montrent vicelards en nous aiguillant sur la piste d’un Speed Metal échevelé et dramatiquement secoué. Courte intro en frotté de cordes, avant que la rythmique ne s’emballe, que les guitares ne rugissent tous riffs en avant, laissant notre esprit divaguer près des rives de la jeunesse de TANK, de LIVING DEATH, de RUNNING WILD, EXCITER, et tous les défenseurs de la cause violente de la première moitié des années 80. Même les chœurs dramatiques sont reproduits à l’identique, et l’impression est tenace. Pourtant, le quintet ne tarde pas à changer de direction pour aller se lover au creux d’un Metal plus tempéré, à défaut d’être modéré. Ici, tous les tics sont imités avec panache, à commencer par cette méthode de production qui nous ramène aux plus petits indépendants de l’époque. Mixé et masterisé par Dez D’Outre-Tombe, Fire Meets Steel ose donc le son casher jusqu’à la caisse claire, qui rappelle les deux premiers albums de MAIDEN avec ce bon vieux Paulo, et il n’est pas exagéré de dire que la bande à Steve Harris a méchamment influencé les canadiens. On le sent dès la cavalcade de « Skulls And Wings », dont les syncopes digitales rappellent les courses de la main droite de notre cher Steve, alors que l’ambiance délicatement mystique n’est pas sans évoquer les USA de MANILLA ROAD.

De là, l’équation est simple. Riffs traditionnels, morceaux ne dépassant pas les quatre minutes, attitude bravache et franche, et ruée dans les brancards d’une énergie juvénile totalement irrésistible. Le seul écueil à passer étant la voix légèrement faussée de Gretchen Steel, au timbre adolescent qui pourra rebuter les amateurs de vocalises plus franches et graves, mais cette voix confère justement aux titres une légère haleine Punk des plus agréables. Les soli sont rudimentaires mais honnêtes, l’axe basse/batterie n’en fait pas trop mais pilonne comme il faut, et le tout est agencé de façon à vous faire oublier que vous avez dépassé la date limite de péremption avec votre vieille veste à patches et vos badges un peu rouillés. Subtilement répétitif, l’effort se déguste donc sur le pouce, mais réserve quand même quelques poussées d’acné, sur l’hymne absolu « Fire Meets Steel » qui fait fondre l’acier sous la passion, ou sur le final fiévreux « Catacombs Of Hell » qui pourrait presque laisser croire que les ROCK GODDESS se sont reformées.

Un package qui mérite donc toute l’attention des maniaques de l’antiquité qui parait neuve, et qui permet à ce cher Jo Capitalicide de céder une fois encore à son vice le plus pardonnable. Scream for me Ottawa !!    

  

Titres de l’album:

01. The Warlock

02. Skulls And Wings

03. Gates Of Hell

04. On Your Feet

05. Fire Meets Steel

06. After All

07. Catacombs Of Hell


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2021 à 14:53
75 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35