Fire Meets Steel

Cannibal

08/08/2020

Autoproduction

Le nom de Jo Galipeau ne vous dira peut-être rien, pourtant, vous le connaissez sans doute sous son sobriquet favori de Jo Capitalicide. Et une fois vue sa dégaine combinant le flair des DAMNED, l’attitude de Sid Vicious, le bon goût des GENOCIDE et le combo cuir/coiffure de Duff McKagan vous ne pourrez plus l’oublier. A savoir que ce bon Jo est l’un des producteurs métalliques les plus prolifiques de la scène canadienne, actif au sein d’une dizaine de groupes, dont plusieurs se sont manifestés en 2020. En effet, Jo nous a offert en cette triste année les nouveaux témoignages d’EXPUNGED (Expunged, premier EP), d’ICE WAR (Defender, Destroyer), de SPECTRAL DANCE (une démo, Like an Avenging Spectre et un EP Eternal Suffering), et évidemment, ce premier EP de sa nouvelle créature CANNIBAL. Et même s’il est encore loin de l’omnipotence d’un

Rogga Johansson (lui aussi squattant tous les interstices en 2020), Jo assure dans les grandes largeurs et se présente comme le sauveur Metal du grand froid, multipliant les clins d’œil à la genèse du Heavy Metal, en appuyant la théorie affirmant que rien n’a été fait de mieux que ce qui a été créé entre 1981 et 1984. CANNIBAL ne fait bien sûr pas exception à la règle, et se pose même en synthèse de tous les principes du sympathique musicien, en tirant une ligne droite entre IRON MAIDEN, LIVING DEATH et THIN LIZZY. Alors, fans des premiers efforts du Hard français des KILLERS ou TITAN, accros au MAIDEN des premières années, et indécrottables défenseurs de la NWOBHM, acclamez comme il se doit vos nouveaux chevaliers en cuir et clous qui à l’approche des fêtes vous offrent l’album dont vous aviez rêvé.

Bien entouré par une horde hardante d’instrumentistes au long-cours, Jo laisse donc sa guitare déambuler dans les couloirs du temps, piquant à Robertson ce qu’il rend à Murray, pour mieux réunir sous une même bannière tous les mordus de Metal nostalgique. Avec une telle équipée, pas de tromperie, et ce premier sept titres offre une musique aussi passéiste que sa superbe pochette signée Raul Gonzalez, artiste espagnol. Nous retrouvons donc aux côtés de Jo, Gretchen Steel (ZEX, ESPIONAGE) au chant, B. Destroyer (MACHINE MESSIAH) à la seconde guitare, Andy Lust à la basse et Christ Disappointer à la batterie, assumant tous leurs déguisements nominatifs pour faire la fête au Heavy le moins corruptible.

Et tout est dit en deux morceaux, qui dévoilent le potentiel rétrograde de la formation. Mais en débutant leur effort par le tonitruant « The Warlock », les CANNIBAL se montrent vicelards en nous aiguillant sur la piste d’un Speed Metal échevelé et dramatiquement secoué. Courte intro en frotté de cordes, avant que la rythmique ne s’emballe, que les guitares ne rugissent tous riffs en avant, laissant notre esprit divaguer près des rives de la jeunesse de TANK, de LIVING DEATH, de RUNNING WILD, EXCITER, et tous les défenseurs de la cause violente de la première moitié des années 80. Même les chœurs dramatiques sont reproduits à l’identique, et l’impression est tenace. Pourtant, le quintet ne tarde pas à changer de direction pour aller se lover au creux d’un Metal plus tempéré, à défaut d’être modéré. Ici, tous les tics sont imités avec panache, à commencer par cette méthode de production qui nous ramène aux plus petits indépendants de l’époque. Mixé et masterisé par Dez D’Outre-Tombe, Fire Meets Steel ose donc le son casher jusqu’à la caisse claire, qui rappelle les deux premiers albums de MAIDEN avec ce bon vieux Paulo, et il n’est pas exagéré de dire que la bande à Steve Harris a méchamment influencé les canadiens. On le sent dès la cavalcade de « Skulls And Wings », dont les syncopes digitales rappellent les courses de la main droite de notre cher Steve, alors que l’ambiance délicatement mystique n’est pas sans évoquer les USA de MANILLA ROAD.

De là, l’équation est simple. Riffs traditionnels, morceaux ne dépassant pas les quatre minutes, attitude bravache et franche, et ruée dans les brancards d’une énergie juvénile totalement irrésistible. Le seul écueil à passer étant la voix légèrement faussée de Gretchen Steel, au timbre adolescent qui pourra rebuter les amateurs de vocalises plus franches et graves, mais cette voix confère justement aux titres une légère haleine Punk des plus agréables. Les soli sont rudimentaires mais honnêtes, l’axe basse/batterie n’en fait pas trop mais pilonne comme il faut, et le tout est agencé de façon à vous faire oublier que vous avez dépassé la date limite de péremption avec votre vieille veste à patches et vos badges un peu rouillés. Subtilement répétitif, l’effort se déguste donc sur le pouce, mais réserve quand même quelques poussées d’acné, sur l’hymne absolu « Fire Meets Steel » qui fait fondre l’acier sous la passion, ou sur le final fiévreux « Catacombs Of Hell » qui pourrait presque laisser croire que les ROCK GODDESS se sont reformées.

Un package qui mérite donc toute l’attention des maniaques de l’antiquité qui parait neuve, et qui permet à ce cher Jo Capitalicide de céder une fois encore à son vice le plus pardonnable. Scream for me Ottawa !!    

  

Titres de l’album:

01. The Warlock

02. Skulls And Wings

03. Gates Of Hell

04. On Your Feet

05. Fire Meets Steel

06. After All

07. Catacombs Of Hell


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2021 à 14:53
75 %    214

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11