Imaginons qu’avant la grande saison des festivals, vous soyez soudainement pris d’une soif de Progressif, histoire de partir sur les routes ensoleillées avec un minimum de bagage culturel structuré. Soit, rien n’empêche de se faire une bonne bière à cinq euros au soleil en se gavant de Heavy allemand bien cuit, mais rien n’empêche non plus, avant de se transformer en barbecue auditif, de nettoyer ses oreilles avec une bonne dose de morceaux travaillés et ciselés.

N’est-il point ?

Si tel est le cas, soyez heureux, j’ai exactement ce qu’il vous faut. Mais je ne suis pas allé chercher la solution en Allemagne (sans aucun mépris, évidemment), mais plutôt dans la région de Seattle, aux alentours de Mukilteo, Washington.

Une petite ville qui abrite en son sein un quintette de musiciens à la technique affirmée et aux inclinaisons complexes, qui en ce mois de juin capricieux nous narrent leurs vues sur un Metal progressif hargneux et mélodique, totalement en phase avec son époque.

ESOSON, un nom étrange pour désigner cinq instrumentistes, Joshua McAdams, Chance Monaghan, Gabe Brooks-Lopez, D.j. Rough et Sara Herrschaft, qui « invitent l’auditeur à un voyage harmonique, infusant des flambées de mélodies et des changements de signature, des grooves synchronisés aussi inattendus que captivants »

Leurs influences ? Ils concèdent un penchant certain pour les références habituelles que sont les TESSERACT, MESHUGGAH, ou BETWEEN THE BURIED AND ME, auxquelles on peut aisément ajouter sans trop se tromper l’ombre du DREAM THEATER le plus agressif, et l’égide d’un PERIPHERY plus adouci, histoire de peaufiner le tableau déjà dessiné avec une grande précision.

Le but de cette assemblée hétéroclite d’amoureux du détail mélodique et rythmique était de synthétiser en quelque sorte tous les courants ascendants du Progressif, et de les amalgamer dans une vision globale, en saisissant les aspects les plus pointus comme les impulsions les plus ténues.

De ce côté-là, la mission est clairement accomplie, puisque les américains sur ce Sound Within multiplient les ambiances, jouent avec les textures, les arrangements, tout en utilisant des thématiques assez précises et balisées en arrière-plan, pour ne pas noyer leur public potentiel sous une avalanche d’informations. En gros, une rythmique qui pratique l’art consommé de la rupture, des guitares qui nous guident de riffs épais ou de volutes de notes dispersées avec parcimonie, et une chanteuse qui profite des interstices qui lui sont offerts pour offrir des digressions certes assez systématiques dans les accents, mais assez justes dans le ressenti.

Bilan positif ?

Oui, il faut bien l’admettre, même si comme pour toute tentative ambitieuse en terrain progressif, les embourbements restent occasionnels, ainsi que les atermoiements rythmiques parfois un peu trop itératifs. Mais nous sommes quand même assez loin des lénifiantes mélodies du DREAM THEATER le plus complaisant, et de la rigueur mathématique épuisante d’un MESHUGGAH qui a tendance à radoter avec les années.

Au niveau des points positifs à souligner, la complémentarité des voix sur certains morceaux (dont « Apollo » reste un des meilleurs exemples), qui fait s’affronter des growls masculins tout à fait propres, et des digressions lyriques féminines éthérées.    

Ce titre est d’ailleurs selon votre humble serviteur l’un des plus efficaces de l’album, avec son schéma un peu étrange et sa polyrythmie décomplexée, et se veut exact milieu entre la force d’un PERSEFONE et la grâce céleste du THE GATHERING le plus stellaire.

Comparaison en équilibre ?

Parfaitement adaptée au morceau justement, qui marche sur le fil, et qui malgré quelques notes un peu fragiles sur les poussées les plus aigües, se présente comme une facette intéressante de ce Crossover que les ESOSON prônent à grand renfort de métaphores. Et comme les guitaristes osent quelques chromatismes typiques du Jazz, la pilule passe comme un joli mélange de KING CRIMSON et DEVIN TOWNSEND sur un break qui effectivement, est aussi « inattendu que captivant ».

 

Mais avant d’en arriver là, il vous faudra passer par la case « It’s Logical ! », et son point d’exclamation qui risque d’en provoquer quelques-unes dans vos tympans. Le groupe n’hésite pas après une très courte intro à s’embringuer dans un dédale de près de neuf minutes, qui pose les jalons de leur style, et accumule les propositions et compléments autour du sujet d’un thème solide, qui rappelle même sur ses premières secondes les accents du progressif des 70’s, sans pour autant piocher sans vergogne dans les coffres de Canterbury. Nappes de clavier à la Neal Morse/Jordan Rudess, poussées Néo Thrash à la limite du Death, soudainement brisées dans leur fièvre par des soli cosmiques, et les minutes s’enchaînent aux breaks, aux interventions de guitare personnelles, pour un ballet étourdissant de brio, gardant la pression sans aucune marque de relâchement.

Un travail de pros, qui ont su garder la passion d’amateurs qui aiment ce qu’ils font, sans chercher à surclasser ce qui ne peut l’être.  

Niveau chapitres empilés, « Lost Transmission » se présente comme l’épilogue/acmé qu’il se devait d’incarner, et ose des harmonies vocales doublées, subjuguantes de beauté en introduction d’un piano délicatement caressé. On sent que le groupe lâche tout ce qu’il a dans le ventre pour nous convaincre de sa pertinence, et l’opération séduction fonctionne à plein régime, malgré quelques repiquages d’idées antérieures assez flagrants. Mais après-tout, nul ne peut se targuer d’être inédit sur la longueur, et ces quelques répétitions sont vite occultées par des arrangements spatiaux savamment orchestrés.   

Le groupe s’en amuse d’ailleurs beaucoup sur l’entame de « Solar Prominence », qui dégénère vite en démonstration Jazz Metal progressif, tandis que « Sirens » se veut beaucoup plus abordable dans sa construction évolutive dominée par un duo basse/batterie en pleine effervescence de créativité (jolie preuve de communion d’ailleurs), qui soutient de tout son poids un chant multiple et léger comme une bulle de savon.

                 

Mais en définitive, et dans un créneau aussi surreprésenté que le Metal progressif, les ESOSON s’en sortent avec une mention plus qu’honorable. Disposant d’une production en tout point équilibrée et dynamique, Sound Within est un album qui se savoure en plusieurs prises, et qui ne se révèle pas dans ses premiers déhanchements.

Fier mais pas prétentieux, technique mais légèrement malicieux, c’est un disque qui aura sans doute du mal à convaincre les hordes d’un festival d’été, mais qui saura vous combler une fois la saison terminée.


Titres de l'album:

  1. Caralyst
  2. It's Logical!
  3. Host
  4. Acceptance
  5. Solar Prominence
  6. Apollo
  7. Sirens
  8. Lost Transmission

Site officiel


par mortne2001 le 29/06/2017 à 17:30
78 %    365

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.