Sound Within

Esoson

06/06/2017

Autoproduction

Imaginons qu’avant la grande saison des festivals, vous soyez soudainement pris d’une soif de Progressif, histoire de partir sur les routes ensoleillées avec un minimum de bagage culturel structuré. Soit, rien n’empêche de se faire une bonne bière à cinq euros au soleil en se gavant de Heavy allemand bien cuit, mais rien n’empêche non plus, avant de se transformer en barbecue auditif, de nettoyer ses oreilles avec une bonne dose de morceaux travaillés et ciselés.

N’est-il point ?

Si tel est le cas, soyez heureux, j’ai exactement ce qu’il vous faut. Mais je ne suis pas allé chercher la solution en Allemagne (sans aucun mépris, évidemment), mais plutôt dans la région de Seattle, aux alentours de Mukilteo, Washington.

Une petite ville qui abrite en son sein un quintette de musiciens à la technique affirmée et aux inclinaisons complexes, qui en ce mois de juin capricieux nous narrent leurs vues sur un Metal progressif hargneux et mélodique, totalement en phase avec son époque.

ESOSON, un nom étrange pour désigner cinq instrumentistes, Joshua McAdams, Chance Monaghan, Gabe Brooks-Lopez, D.j. Rough et Sara Herrschaft, qui « invitent l’auditeur à un voyage harmonique, infusant des flambées de mélodies et des changements de signature, des grooves synchronisés aussi inattendus que captivants »

Leurs influences ? Ils concèdent un penchant certain pour les références habituelles que sont les TESSERACT, MESHUGGAH, ou BETWEEN THE BURIED AND ME, auxquelles on peut aisément ajouter sans trop se tromper l’ombre du DREAM THEATER le plus agressif, et l’égide d’un PERIPHERY plus adouci, histoire de peaufiner le tableau déjà dessiné avec une grande précision.

Le but de cette assemblée hétéroclite d’amoureux du détail mélodique et rythmique était de synthétiser en quelque sorte tous les courants ascendants du Progressif, et de les amalgamer dans une vision globale, en saisissant les aspects les plus pointus comme les impulsions les plus ténues.

De ce côté-là, la mission est clairement accomplie, puisque les américains sur ce Sound Within multiplient les ambiances, jouent avec les textures, les arrangements, tout en utilisant des thématiques assez précises et balisées en arrière-plan, pour ne pas noyer leur public potentiel sous une avalanche d’informations. En gros, une rythmique qui pratique l’art consommé de la rupture, des guitares qui nous guident de riffs épais ou de volutes de notes dispersées avec parcimonie, et une chanteuse qui profite des interstices qui lui sont offerts pour offrir des digressions certes assez systématiques dans les accents, mais assez justes dans le ressenti.

Bilan positif ?

Oui, il faut bien l’admettre, même si comme pour toute tentative ambitieuse en terrain progressif, les embourbements restent occasionnels, ainsi que les atermoiements rythmiques parfois un peu trop itératifs. Mais nous sommes quand même assez loin des lénifiantes mélodies du DREAM THEATER le plus complaisant, et de la rigueur mathématique épuisante d’un MESHUGGAH qui a tendance à radoter avec les années.

Au niveau des points positifs à souligner, la complémentarité des voix sur certains morceaux (dont « Apollo » reste un des meilleurs exemples), qui fait s’affronter des growls masculins tout à fait propres, et des digressions lyriques féminines éthérées.    

Ce titre est d’ailleurs selon votre humble serviteur l’un des plus efficaces de l’album, avec son schéma un peu étrange et sa polyrythmie décomplexée, et se veut exact milieu entre la force d’un PERSEFONE et la grâce céleste du THE GATHERING le plus stellaire.

Comparaison en équilibre ?

Parfaitement adaptée au morceau justement, qui marche sur le fil, et qui malgré quelques notes un peu fragiles sur les poussées les plus aigües, se présente comme une facette intéressante de ce Crossover que les ESOSON prônent à grand renfort de métaphores. Et comme les guitaristes osent quelques chromatismes typiques du Jazz, la pilule passe comme un joli mélange de KING CRIMSON et DEVIN TOWNSEND sur un break qui effectivement, est aussi « inattendu que captivant ».

 

Mais avant d’en arriver là, il vous faudra passer par la case « It’s Logical ! », et son point d’exclamation qui risque d’en provoquer quelques-unes dans vos tympans. Le groupe n’hésite pas après une très courte intro à s’embringuer dans un dédale de près de neuf minutes, qui pose les jalons de leur style, et accumule les propositions et compléments autour du sujet d’un thème solide, qui rappelle même sur ses premières secondes les accents du progressif des 70’s, sans pour autant piocher sans vergogne dans les coffres de Canterbury. Nappes de clavier à la Neal Morse/Jordan Rudess, poussées Néo Thrash à la limite du Death, soudainement brisées dans leur fièvre par des soli cosmiques, et les minutes s’enchaînent aux breaks, aux interventions de guitare personnelles, pour un ballet étourdissant de brio, gardant la pression sans aucune marque de relâchement.

Un travail de pros, qui ont su garder la passion d’amateurs qui aiment ce qu’ils font, sans chercher à surclasser ce qui ne peut l’être.  

Niveau chapitres empilés, « Lost Transmission » se présente comme l’épilogue/acmé qu’il se devait d’incarner, et ose des harmonies vocales doublées, subjuguantes de beauté en introduction d’un piano délicatement caressé. On sent que le groupe lâche tout ce qu’il a dans le ventre pour nous convaincre de sa pertinence, et l’opération séduction fonctionne à plein régime, malgré quelques repiquages d’idées antérieures assez flagrants. Mais après-tout, nul ne peut se targuer d’être inédit sur la longueur, et ces quelques répétitions sont vite occultées par des arrangements spatiaux savamment orchestrés.   

Le groupe s’en amuse d’ailleurs beaucoup sur l’entame de « Solar Prominence », qui dégénère vite en démonstration Jazz Metal progressif, tandis que « Sirens » se veut beaucoup plus abordable dans sa construction évolutive dominée par un duo basse/batterie en pleine effervescence de créativité (jolie preuve de communion d’ailleurs), qui soutient de tout son poids un chant multiple et léger comme une bulle de savon.

                 

Mais en définitive, et dans un créneau aussi surreprésenté que le Metal progressif, les ESOSON s’en sortent avec une mention plus qu’honorable. Disposant d’une production en tout point équilibrée et dynamique, Sound Within est un album qui se savoure en plusieurs prises, et qui ne se révèle pas dans ses premiers déhanchements.

Fier mais pas prétentieux, technique mais légèrement malicieux, c’est un disque qui aura sans doute du mal à convaincre les hordes d’un festival d’été, mais qui saura vous combler une fois la saison terminée.


Titres de l'album:

  1. Caralyst
  2. It's Logical!
  3. Host
  4. Acceptance
  5. Solar Prominence
  6. Apollo
  7. Sirens
  8. Lost Transmission

Site officiel


par mortne2001 le 29/06/2017 à 17:30
78 %    642

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39

Jus de cadavre

Merci pour ce bien bon report. Un fest que j'aimerais beaucoup faire un de ces jours, je suis pas un immense amateur de Grind mais en live c'est toujours des baffes assurées (Chiens, Blockheads et Sublime en particulier ici).

12/05/2022, 18:32

RBD

Pas mieux qu'Ander... J'écoutais justement l'album de Soreption où il prêtait main forte hier soir. Qu'il repose en paix.

12/05/2022, 12:11

Buck Dancer

Classique, mais plutôt sympa ce morceau. Moi qui attends toujours un successeur à Antithesis, ça me donne envie d'écouter l'album. 

12/05/2022, 12:07

Simony

Oui je suis peut-être un peu dur je te l'accorde mais c'est parce que je les aime bien, la pochette de Hundre år gammal était excellente, très inquiétante, comme celle de Krek par exemple.Mais le principal étant que la musique soit bonne et &c(...)

12/05/2022, 10:17

Humungus

Toujours été fan de TULUS et KHOLD.Donc j'attends forcément celui-ci au tournant.Assez d'accord avec toi Gargan concernant la redondance des albums mais je fais avec hé hé hé...PS : T'es dur Simony là (...)

12/05/2022, 10:10

Ander

Pas un grand connaisseur de son groupe mais on le voyait régulièrement en invité sur des albums  de death metal (Aborted, Soreption, Disentomb...) Ca fait toujours bizarre, 41 piges bordel...R.I.P.

12/05/2022, 08:22

Moshimosher

Triste et dégoûté... RIP

12/05/2022, 07:17