To End It All

Shellshock

27/02/2024

Autoproduction

Récemment, ce cher Vladimir a calmé les ardeurs de notre chef de l’état préféré, qui s’exprimait sur les mouvements de troupes en Ukraine. Le dirigeant russe a promis à notre petit pantin banquier des répercussions sérieuses à toute provocation, allant jusqu’à suggérer l’utilisation de l’arme nucléaire. Certes, ce drapeau rouge est régulièrement agité par notre Poutine préféré, mais admettons quand même que la perspective d’une ogive bien pointue sur la tronche n’est pas le scénario rêvé pour cette année 2024.

Ou plutôt si, mais seulement pour certains.

SHELLSHOCK est justement très porté sur les conflits, nucléaires bien évidemment, nous rappelant les peurs les plus ancrées en nous dans les années 80, pinacle de cette menace de plus en plus tangible, qui finalement, n’a toujours pas détruit la planète. Ce qui ne veut bien sûr pas dire qu’elle ne sera jamais mise à exécution par un tyran quelconque. Ce qui donnerait alors matière à écriture par cet énigmatique américain, qui cette année, célèbre la sortie de son premier longue-durée, très concerné par l’apocalypse et les retombées radioactives.

Sans autre information, je me dois de juger SHELLSHOCK comme un one-man-band obscur, sorti des entrailles fumantes des Etats-Unis. Mené de front par un seul homme assurant toute la composition et l’instrumentation, ce concept est donc très porté sur la violence la plus sourde et grave, comme le souligne cette production maison qui fait trembler les cloisons. Musicalement parlant, To End It All s’inspire de FROZEN SOUL, FACEBREAKER, DYSCARNATE et bien d’autres, titillant même la corde sensible des amateurs de Death à la suédoise.

Pour mieux s’attirer la sympathie des accros old-school du monde entier.

Oui, old-school, une fois encore. Mais du vintage qui s’est quand même donné la peine d’accrocher quelques fanfreluches à ses tripes, et de gerber sur le cuir d’une veste que personne n’achète depuis 1990. Basé sur un principe de Death compact et diffus, très influencé par les débuts de BOLT THROWER, mais aussi par la vague AUTOPSY la moins faisandée, To End It All est donc une phase terminale pour l’humanité, qui va finir sous une pluie de bombes.

On se prend d’affection pour ce DIY absolu, on en vient même parfois à oublier la programmation, bête noire des projets en solitaire, malheureusement, la monotonie de l’ensemble et la répétition de riffs peu inspirés viennent user notre patience assez rapidement. L’homme se cachant derrière ce projet est sans doute très sincère et honnête, mais il lui manque encore quelques astuces pour faire du beau neuf avec du magnifique vieux.

Même avec un accordage très bas, l’américain peine à nous captiver, encore plus à nous effrayer. Son exercice de style est donc finalement assez sage, et peu propice à la description d’une planète à l’agonie qui se fissure de toute part. Plus proche des conséquences de l’hiver nucléaire que du gigantesque champignon qui embrase le ciel, ce premier album est encore un peu trop poli, trop timide au niveau de ses options, même si l’atmosphère générale pourra fasciner les plus mordus des obsédés de post-ap.

Heureusement, quelques accélérations et autres sorties de route viennent animer ce road-trip vers l’enfer. Mais même lorsque le compteur monte dans les tours, la pression nous en joue et reste sous la barre de la surchauffe. On ne demande pourtant qu’à jubiler sous les coups de boutoir d’une guitare volubile, mais qui finit par rabâcher ses riffs comme un mutant atteint d’Alzheimer.

On attend vainement le morceau qui entrera le code fatal dans la machine, même si « Absolute Desolation » montre un certain panache dans la souplesse du pouce. Assez bien fait, (plutôt) bien enregistré, joué avec investissement, To End It All n’est pas vraiment terminal, et ressemble plus à un dernier avertissement qu’à un règlement de compte définitif. Manque à ce premier jet la folie des albums de Death les plus abjects et violents, et surtout, la capacité de sublimer des racines pour donner lieu à une floraison atomique en magnifiques champignons.

Si l’apocalypse est vraiment pour demain, SHELLSHOCK sera un peu juste pour en décrire musicalement les desseins. Nous restons donc en DEFCON 2.       

          

         

Titres de l’album:

01. The Ultimate Genocide

02. ICBM Salvo

03. A Treacherous Conflict

04. To End It All

05. Adorned with Fire

06. Absolute Desolation

07. Reduced to Ashes

08. The Age of Radiation


Site officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/05/2024 à 17:42
70 %    77

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35