Poursuivre sa carrière en changeant de patronyme est souvent un pari risqué. Certains groupes s’y sont essayés avec plus ou moins de bonheur, mais après tout, cette franchise est assez symptomatique d’une honnêteté artistique qu’il convient de souligner. C’est le cas des VATTNET VISKAR, qui ont décidé de réduire leur nom à un simple VATTNET, au moment de sortir leur très attendu troisième album, que nous avons découvert au mois de septembre…J’avais dit tout le bien que je pensais de leur second LP, Settler, qui m’avait enchanté de son Post Black très imaginatif et éthéré, mais qui savait rester dans des balises mélodiques concises. Depuis, le temps a passé (deux ans exactement), le line-up s’est légèrement modifié, et Nick Thornbury a quitté le navire, laissant le bassiste Casey Aylward se charger du chant, tâche dont il s’acquitte avec un brio indéniable, et qui colle parfaitement bien à la nouvelle direction que semble vouloir emprunter le trio. Oubliées donc les dilutions d’agression d’antan, et bonjour les harmonies plus pures, et l’optique moins rude, pour une nouvelle mouture qui semble se complaire dans un Post Metal plus générique, mais aussi plus sincère. Si l’ADN du combo est resté à soixante-quinze pour cent le même, leur musique n’en a pas oublié de dériver vers les rivages de THE OCEAN, sans pour autant se départir d’une indéniable énergie, qui s’articule aujourd’hui autour d’un contexte plus volontiers Rock que Metal.

Oubliés donc les oripeaux Post BM, et bonjour la sensibilité d’un DEFTONES contemporain, dont on retrouve quelques traces dans les passages les plus atmosphériques’n’Rock, mais aussi de faibles réminiscences d’un DEAFHEAVEN, dans les crises de violence éparses qui garantissent à VATTNET de pouvoir prétendre rester affilié à la famille Metal.

Vattnet, l’éponyme, et sa contraction, pouvait laisser craindre un virage un peu trop rapidement négocié, au point d’en faire perdre au groupe son nord et son identité. Mais il n’en est rien, et le désormais trio du New Hampshire nous propose donc un disque qui se veut calque musicale de sa sublime pochette. Sombre mais lumineux, abscons mais clair, viril mais aux attraits délicieusement féminins (qui se reflètent tant dans les arrangements que dans la voix très juvénile de Casey), et surtout, source d’interrogations artistiques. S’il était déjà très difficile de situer le groupe, il est maintenant impossible de le caser entre deux références, tant son optique renouvelée se nourrit de son propre passé tout en lorgnant sur un avenir en pointillés. Il serait évidemment facile de le considérer comme simple transition pour aller de l’avant, mais la maturité dont il fait preuve lui confère un statut d’œuvre définitive à part entière, et première étape sur une seconde partie de carrière qu’on pressent encore plus riche que la première. Cette impression se concrétise autour de morceaux qui se veulent aussi cohérents entre eux que différents, utilisant la violence comme vecteur d’expression et les harmonies comme porteuses de sensations, parfois délicates, parfois véhémentes et impressionnantes, pour un mélange final qui les excentre de la scène Post traditionnelle. Le principal reproche toujours formulable à l’encontre des groupes dits « Post », est cette complaisance dont ils font preuve lors de l’agencement de leurs idées. Ici, le problème ne se pose pas tant l’évolution est logique, sans perdre cette liberté qui différencie les vrais créateurs des simples suiveurs.

Le lien entre Settler et Vattnet est tangible, et pourtant, les deux œuvres sont celles d’un groupe qui se ressemble sans se ressembler. Si des bribes de pistes comme « Sugar » nous permettent de retomber sur les pieds d’une crudité Post Black soutenue, principalement par une rythmique tendue, elles ont tôt fait de nous perdre de par leur refus d’employer de nouveau des astuces déjà développées. Les harmonies sont de plus en plus belles, et s’accordent parfaitement du timbre légèrement onirique du bassiste/chanteur, aussi à l’aise dans des interventions agressives (peu) que dans ses digressions plus passives/lascives (beaucoup). Et loin de se contenter de nous brosser un tableau exhaustif de leur nouvel avenir dès l’entame « Spun », qui traîne son spleen magnifique le long de percussions et d’effets stroboscopiques, VATTNET s’amuse une fois encore à troubler la surface de son océan, y abandonnant sans l’abandonner cette jeune femme qui semble vouloir aller de l’avant, tout en acceptant de se retourner.

Métaphore sur un groupe qui envisage son futur tout en assumant son passé ? Il semblerait que les trois survivants ne regrettent rien de leur illustre background, mais qu’ils désirent explorer plus en profondeur de nouveaux horizons, qui se matérialisent sur « Better Ghost », qui nous propose de concevoir leurs illusions désincarnées comme des spectres flottant au-dessus de leur volonté. Guitare en écho, basse en ondulation, pour une intensité qui trouve de nouvelles perspectives à travailler, subjuguant le Post Metal d’impulsions Hardcore tenues ferme en bride.

Eléments nouveaux pour pérennisation d’actifs chèrement et durement acquis, et surtout intelligence de composition, qui outre l’imagination se repose sur une belle concision. Les VATTNET ont très justement évité le piège du trop-plein, et ont privilégié une première incarnation de raison, qui en moins de quarante minutes, persuade de ses propres arguments, et non d’un bourrage de crâne déplacé et hors-contexte. Nous aurions pu craindre une perdition sur les chemins de l’errance, mais les chansons sont toujours concentrées sur quelques idées porteuses, sans que les digressions ne mangent l’espace de leurs répétitions. On atteint parfois des sommets de calme en apparence, sur « Chains », qui justement les brise d’un apaisement mélodique redondant, tandis que le long « Time Will Prove Everything » sonne comme une parabole du destin d’un trio qui a pris le sien en main. Sans vraiment savoir ce que ce futur va prouver, on se délecte d’une suite épique qui synthétise tout ce que ce groupe magique a toujours incarné, cet équilibre entre violence contenue et déviances harmoniques, pour sept minutes qui réconcilient le MARILLION le plus ébouriffé et le THE OCEAN le plus apaisé. Et le final « Funeral » de proposer à l’encontre de son titre une véritable renaissance, avec toujours ce chant un peu voilé qu’un arrière-plan chargé peine à cacher, et ce traitement mélodique tout sauf complaisant qui nous embarque dans un voyage non dans l’espace mais bien dans le temps, en multipliant les allers retours sans donner l’impression de vouloir le figer.

Vattnet nous assure sans le dire que les fans d’hier seront les passionnés de demain, et permet à VATTNET de se débarrasser de la moitié de son nom sans renoncer à plus d’un quart de son identité. C’est un album qui fera la jonction, mais qui l’amorce déjà avec conviction. Post, évidemment, pour cette faculté à voir plus loin que des genres trop figés, plus mélodique que forcé, c’est un premier faux album qui conservera notre fidélité, tout en acceptant que les choses ne seront plus jamais vraiment comme avant, sans que le fond soit vraiment différent.


Titres de l'album:

  1. Spun
  2. Dark Black
  3. Sugar
  4. Better Ghost
  5. Sister
  6. Chains
  7. Time Will Prove Everything
  8. Funeral

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/10/2017 à 17:31
80 %    224

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)