La nuit a toujours inspiré les artistes, les rockeurs n’échappant pas à la règle. Gene Simmons lui-même le disait, la nuit est un monde mystérieux dans lequel n’importe qui peut devenir n’importe qui, et changer d’identité au gré des néons et autres regards émerveillés, et la nature profonde de chacun se révèle une fois le dernier rayon de soleil couché…Nous aimons tous l’obscurité, à peine troublée par quelques lumières artificielles n’étalant pas au grand jour notre moi « réel », obscurité qui nous permet de devenir le héros que nous avons toujours voulu être, au moins le temps de quelques heures…Mais la nuit, c’est aussi souvent le moment des concerts, dans des salles aux couloirs pas très clairs, et aux premiers rangs suant d’une chaleur d’enfer, alors pas étonnant que nos Hard-rockeurs la vénèrent et lui consacrent une grosse partie de leur œuvre…

Mais la nuit peut être longue parfois, surtout lorsqu’on traîne du côté des pays scandinaves, Suède, Norvège, Finlande, peu importe…Enfin pas tant que ça, puisque aujourd’hui, c’est ce dernier pays qui nous apporte sa contribution nocturne en la présence d’un quatuor de pas vraiment nouveaux venus, plutôt connus dans leur pays et même hors de leurs frontières bénies…

THE NIGHTS, nom prédestiné pour des musiciens qui lui ont consacré une partie de leur vie, sur les estrades de jeu ou dans des studios enfumés. Un nom qui en cache d’autres, assez fameux pour qui est familier d’un Hard-Rock délicat et mélodique. Ceux de Sami Hyde et  Ilkka Wirtanen, respectivement chanteur et guitariste, qui ne sont pas vraiment nés d’hier dans le business, et qui ont déjà laissé leur empreinte au fer rouge sur un certain nombre de collaborations. Sami a déjà pris le micro au sein d’un nombre conséquent de combos, dont le TONY MILLS BAND (SHY, TNT), dans lequel on retrouvait aussi Geoff Nichols (BLACK SABBATH), mais a aussi composé pour d’autres, THE MAGNIFICENT par exemple, pour les plus érudits. Ilkka pour sa part, a beaucoup bossé derrière les consoles, pour les romantiques et Glam RECKLESS LOVE (dont il a écrit pas mal de morceaux), mais aussi au service de BATON ROGUE, MORGUE ou les HELLCITY PUNKS. Pas vraiment le bal des débutants donc, et pour l’occasion, les deux « leaders » se retrouvent entourés de Jan-Erik Iivari (batterie) et Harri Kokkonen (basse), solide rythmique qui leur permet de se concentrer sur leurs rôles respectifs, avec tout le brio dont ils ont toujours fait preuve.

Le but de cette association ? Avoué et revendiqué, rendre hommage aux idoles du duo, les TNT, Malmsteen et autres chantres d’une grandiloquence mélodique nordique, tout en noyant leur allant électrique dans une séduction Pop pragmatique, pour aboutir à un bel équilibre entre puissance et harmonies. Et c’est justement cet équilibre qui a séduit les pontes de Frontiers, toujours à l’affut d’une belle combinaison, et avouons tout de go que le label italien a encore mis les pieds dans le plat en dégainant son stylo à bon escient. 

Avec un nom et une origine géographique pareille, il eut été facile de dresser un parallèle entre les THE NIGHTS et les immanquables THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, mais si les finlandais et les suédois partagent quelques accointances indéniables, notre quatuor du jour se veut moins coincé dans des 80’s frigorifiées, et plus ouvert à des influences classiques venant de leur propre pays, ou des contrées voisines. Si l’on pense évidemment à une adaptation des références qu’ils citent ouvertement, et notamment dans le jeu très flamboyant et Yngwien d’Ilkka, les noms de 220 VOLTS ou de HAYWIRE peuvent aussi être placés sur le papier, notamment lorsque l’approche se aussi Pop que Hard-Rock (« In The Blink Of An Eye »), ce qui arrive quand même assez souvent et risque d’effrayer les plus endiablés des méchants (« I Will Never Stop Loving You », qui sonne plus BON JOVI qu’un résumé du Billboard de 1987). Sensibilité donc, mais aussi quelques rythmiques bien solides, et des interventions en solo distillées avec entrain et brio, histoire de ne pas tomber dans la mièvrerie. Et d’ailleurs, le gros riff de « Welcome To The Show », superposé aux lignes vocales subtiles de Sami nous prévient bien avant la tombée de la nuit de ses désirs de crossover ultime. Associer la crudité d’une guitare qui rugit une fois les portes fermées, et la délicatesse d’un chant qui accueille les invités, pour une hybridation pas si contre nature que ça, et assez développée dans les contrées où règne le froid une bonne partie de l’année.

Clavier en contrepoint, refrains d’airain qui nous font chanter à tue-tête en attendant le matin, et Rock épais qui sursaute d’un beat élastique qui nous pousse vers la piste de danse électrique (« Nothing But Love », sexy but chic et illuminé d’un solo baroque à la Yngwie/Ritchie), et qui rappelle même les appropriations des cousins de THE LOCAL BAND, sans le côté reprise facile, mais avec la même dextérité tactile (« Juliette », le gros hit qui aurait secoué les charts il y a trente ans bien tassés. Tiens, d’ailleurs le duo basse/batterie s’amuse à singer les déhanchés des POINTER SISTERS qui étaient si excitées…).

Mais la concision n’empêche pas l’ambition, et les huit minutes du progressif « Elegy (You Should Be Here ) » le démontrent avec passion, en distillant une intro venteuse et pluvieuse qui accentue encore plus le timbre Bon Jovien de Sami. Sur longue durée, les finlandais font preuve de la même créativité, et le format leur sied, même si des tubes courts et instantanés comme « Take Me To Heaven » semblent être leur spécialité. On se retrouve pendant un peu moins de trois minutes plongé dans une nostalgie savourée, un peu comme si Michael Sembello croisait le clavier avec la guitare d’un jeune John Norum pour un duel gagné d’avance par le public.

Et entre les demi-ballades romantiques (« You Belong To Me Tonight »), les embardées Heavy aux guitares graves et plombées (« I Wanna Be Your Superhero », qu’on aurait aisément pu retrouver sur le premier album éponyme d’un natif du New-Jersey), le tableau est presque complet, et nous enchante les oreilles de ses variations sur plusieurs thèmes…

Il est certain que depuis pas mal d’années, Frontiers aime à nous faire découvrir des partenariats pas toujours très valides. Mais avec THE NIGHTS, Serafino Perugino ne s’est pas vraiment trompé, et n’a pas survolé le contrat avant de le signer. Leur amalgame de première classe d’une Pop léchée et d’un Hard-Rock burné est de première qualité, et vient valider des carrières déjà largement entamées avec succès. Un disque qui peut fédérer, autour de mélodies léchées et de riffs lâchés, presque scientifiquement élaboré, mais frais et naturel une fois gravé. Et au milieu de chœurs à la DEF LEP/TNT, de guitares à la Yngwie, et de rythmiques nordiques fluides et solides se trouve une certaine idée du bonheur.

Le bonheur de retrouver la nuit, qui cache dans son ombre des silhouettes tapies, aux visages flous mais aux sourires éclatant d’envie. The night is still young chantait l’ami Billy. Et elle sera toujours belle et longue passée en bonne compagnie…


Titres de l'album:

  1. Welcome To The Show
  2. Nothing But Love
  3. Juliette
  4. I Will Never Stop Loving You
  5. In A Blink Of An Eye
  6. Hold On
  7. Elegy ( You Should Be Here )
  8. Take Me To Heaven
  9. You Belong To Me Tonight
  10. I Wanna Be Your Superhero
  11. We Can Rule The World

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/08/2017 à 14:29
78 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes