La nuit a toujours inspiré les artistes, les rockeurs n’échappant pas à la règle. Gene Simmons lui-même le disait, la nuit est un monde mystérieux dans lequel n’importe qui peut devenir n’importe qui, et changer d’identité au gré des néons et autres regards émerveillés, et la nature profonde de chacun se révèle une fois le dernier rayon de soleil couché…Nous aimons tous l’obscurité, à peine troublée par quelques lumières artificielles n’étalant pas au grand jour notre moi « réel », obscurité qui nous permet de devenir le héros que nous avons toujours voulu être, au moins le temps de quelques heures…Mais la nuit, c’est aussi souvent le moment des concerts, dans des salles aux couloirs pas très clairs, et aux premiers rangs suant d’une chaleur d’enfer, alors pas étonnant que nos Hard-rockeurs la vénèrent et lui consacrent une grosse partie de leur œuvre…

Mais la nuit peut être longue parfois, surtout lorsqu’on traîne du côté des pays scandinaves, Suède, Norvège, Finlande, peu importe…Enfin pas tant que ça, puisque aujourd’hui, c’est ce dernier pays qui nous apporte sa contribution nocturne en la présence d’un quatuor de pas vraiment nouveaux venus, plutôt connus dans leur pays et même hors de leurs frontières bénies…

THE NIGHTS, nom prédestiné pour des musiciens qui lui ont consacré une partie de leur vie, sur les estrades de jeu ou dans des studios enfumés. Un nom qui en cache d’autres, assez fameux pour qui est familier d’un Hard-Rock délicat et mélodique. Ceux de Sami Hyde et  Ilkka Wirtanen, respectivement chanteur et guitariste, qui ne sont pas vraiment nés d’hier dans le business, et qui ont déjà laissé leur empreinte au fer rouge sur un certain nombre de collaborations. Sami a déjà pris le micro au sein d’un nombre conséquent de combos, dont le TONY MILLS BAND (SHY, TNT), dans lequel on retrouvait aussi Geoff Nichols (BLACK SABBATH), mais a aussi composé pour d’autres, THE MAGNIFICENT par exemple, pour les plus érudits. Ilkka pour sa part, a beaucoup bossé derrière les consoles, pour les romantiques et Glam RECKLESS LOVE (dont il a écrit pas mal de morceaux), mais aussi au service de BATON ROGUE, MORGUE ou les HELLCITY PUNKS. Pas vraiment le bal des débutants donc, et pour l’occasion, les deux « leaders » se retrouvent entourés de Jan-Erik Iivari (batterie) et Harri Kokkonen (basse), solide rythmique qui leur permet de se concentrer sur leurs rôles respectifs, avec tout le brio dont ils ont toujours fait preuve.

Le but de cette association ? Avoué et revendiqué, rendre hommage aux idoles du duo, les TNT, Malmsteen et autres chantres d’une grandiloquence mélodique nordique, tout en noyant leur allant électrique dans une séduction Pop pragmatique, pour aboutir à un bel équilibre entre puissance et harmonies. Et c’est justement cet équilibre qui a séduit les pontes de Frontiers, toujours à l’affut d’une belle combinaison, et avouons tout de go que le label italien a encore mis les pieds dans le plat en dégainant son stylo à bon escient. 

Avec un nom et une origine géographique pareille, il eut été facile de dresser un parallèle entre les THE NIGHTS et les immanquables THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, mais si les finlandais et les suédois partagent quelques accointances indéniables, notre quatuor du jour se veut moins coincé dans des 80’s frigorifiées, et plus ouvert à des influences classiques venant de leur propre pays, ou des contrées voisines. Si l’on pense évidemment à une adaptation des références qu’ils citent ouvertement, et notamment dans le jeu très flamboyant et Yngwien d’Ilkka, les noms de 220 VOLTS ou de HAYWIRE peuvent aussi être placés sur le papier, notamment lorsque l’approche se aussi Pop que Hard-Rock (« In The Blink Of An Eye »), ce qui arrive quand même assez souvent et risque d’effrayer les plus endiablés des méchants (« I Will Never Stop Loving You », qui sonne plus BON JOVI qu’un résumé du Billboard de 1987). Sensibilité donc, mais aussi quelques rythmiques bien solides, et des interventions en solo distillées avec entrain et brio, histoire de ne pas tomber dans la mièvrerie. Et d’ailleurs, le gros riff de « Welcome To The Show », superposé aux lignes vocales subtiles de Sami nous prévient bien avant la tombée de la nuit de ses désirs de crossover ultime. Associer la crudité d’une guitare qui rugit une fois les portes fermées, et la délicatesse d’un chant qui accueille les invités, pour une hybridation pas si contre nature que ça, et assez développée dans les contrées où règne le froid une bonne partie de l’année.

Clavier en contrepoint, refrains d’airain qui nous font chanter à tue-tête en attendant le matin, et Rock épais qui sursaute d’un beat élastique qui nous pousse vers la piste de danse électrique (« Nothing But Love », sexy but chic et illuminé d’un solo baroque à la Yngwie/Ritchie), et qui rappelle même les appropriations des cousins de THE LOCAL BAND, sans le côté reprise facile, mais avec la même dextérité tactile (« Juliette », le gros hit qui aurait secoué les charts il y a trente ans bien tassés. Tiens, d’ailleurs le duo basse/batterie s’amuse à singer les déhanchés des POINTER SISTERS qui étaient si excitées…).

Mais la concision n’empêche pas l’ambition, et les huit minutes du progressif « Elegy (You Should Be Here ) » le démontrent avec passion, en distillant une intro venteuse et pluvieuse qui accentue encore plus le timbre Bon Jovien de Sami. Sur longue durée, les finlandais font preuve de la même créativité, et le format leur sied, même si des tubes courts et instantanés comme « Take Me To Heaven » semblent être leur spécialité. On se retrouve pendant un peu moins de trois minutes plongé dans une nostalgie savourée, un peu comme si Michael Sembello croisait le clavier avec la guitare d’un jeune John Norum pour un duel gagné d’avance par le public.

Et entre les demi-ballades romantiques (« You Belong To Me Tonight »), les embardées Heavy aux guitares graves et plombées (« I Wanna Be Your Superhero », qu’on aurait aisément pu retrouver sur le premier album éponyme d’un natif du New-Jersey), le tableau est presque complet, et nous enchante les oreilles de ses variations sur plusieurs thèmes…

Il est certain que depuis pas mal d’années, Frontiers aime à nous faire découvrir des partenariats pas toujours très valides. Mais avec THE NIGHTS, Serafino Perugino ne s’est pas vraiment trompé, et n’a pas survolé le contrat avant de le signer. Leur amalgame de première classe d’une Pop léchée et d’un Hard-Rock burné est de première qualité, et vient valider des carrières déjà largement entamées avec succès. Un disque qui peut fédérer, autour de mélodies léchées et de riffs lâchés, presque scientifiquement élaboré, mais frais et naturel une fois gravé. Et au milieu de chœurs à la DEF LEP/TNT, de guitares à la Yngwie, et de rythmiques nordiques fluides et solides se trouve une certaine idée du bonheur.

Le bonheur de retrouver la nuit, qui cache dans son ombre des silhouettes tapies, aux visages flous mais aux sourires éclatant d’envie. The night is still young chantait l’ami Billy. Et elle sera toujours belle et longue passée en bonne compagnie…


Titres de l'album:

  1. Welcome To The Show
  2. Nothing But Love
  3. Juliette
  4. I Will Never Stop Loving You
  5. In A Blink Of An Eye
  6. Hold On
  7. Elegy ( You Should Be Here )
  8. Take Me To Heaven
  9. You Belong To Me Tonight
  10. I Wanna Be Your Superhero
  11. We Can Rule The World

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/08/2017 à 14:29
78 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)