Du Hard Rock uruguayen ? Non, mieux, du Glam uruguayen ? Oui, c’est possible, la preuve, de Montevideo pour être plus précis, et croyez-moi, malgré l’exotisme des origines, celui-ci n’a pas grand-chose à envier à celui de ses homologues américains…Mais après tout, la musique n’a pas de frontières, alors fêtons comme il se doit la sortie de cet album de FEAST !, qui n’est rien de moins ou de plus qu’une sacrée invitation à faire la fête, jour et nuit…Brunno Navarro (chant), Christian Bianco & Matías Silvera (guitares), Guillermo Albano (basse) et Gastón Lorenzo (batterie) s’y entendent en effet comme personne pour instaurer un climat festif, en distillant des riffs simples mais efficaces, et en plongeant la tête la première dans un style qui ne supporte ni la modération ni la timidité. Et en revendiquant des influences aussi évidentes que DOKKEN, STEEL PANTHER, WHITESNAKE, SKID ROW, RATT, KISS, EUROPE. GUNS N ROSES, BON JOVI, POISON et bien d’autres, ils assument un héritage somme toute assez lourd à porter, qui ne les empêche nullement de s’affirmer sur la scène internationale de leur Uruguay natal. Pas grand-chose par contre à vous raconter à leur sujet, puisque seule leur page Facebook donne quelques détails très épars, sans autre forme de procès. Alors, la musique évidemment, mais surtout, une attitude, un look, et une des pochettes les plus sexy et réussie que j’ai pu voir depuis longtemps. Alors, allez-vous résister à l’invitation de cette glameuse de cartoon qui vous convie à la party de l’année ? Allez-vous rester de marbre face à ses courbes avantageuses et à sa moue boudeuse, qui décrivent à merveille le contenu d’un album qu’elle orne de son sex-appeal enflammé ? Bien sûr que non, puisque comme moi, vous êtes fan de Rock bien Sleaze, qui sait trousser des hymnes déchaînés pour festoyer à la nuit tombée…

Si le nom de STEEL PANTHER est évidemment le premier à frapper l’esprit à l’écoute de Feast !, l’album, le pastiche n’en est pas pour autant sous les feux de l’actualité, qui éclairent plus volontiers le Roxy, le Rainbow ou le Viper, temples de la culture Glam US que tous ces musiciens fardés fantasment les paupières fermées. Virtuellement délocalisés en Californie, les FEAST ! tentent de retrouver les sensations éprouvées il y a une trentaine d’années, lorsque les trottoirs étaient arpentés par une foule bigarrée, spandex, leather, denim et hairspray en armes fatales, froufrous compris et foulards multicolores aussi. Ici, c’est l’authenticité qui prime, même à postériori, et ce LP coup d’essai s’avère plutôt coup de maître, tant les tubes à faire fondre le billboard et les demoiselles abondent, dans le bon sens, évidemment. Production bombastic, basse qui rumine, guitares tranchantes qui liment, et chant gouailleur traquant ses victimes, le cahier des charges est respecté à la lettre, avec ce petit plus de liberté qui permet aux morceaux de voler de leurs propres ailes. Bons musiciens, ces uruguayens savent faire parler la poudre et le mascara, et s’aventurent en terre Glam musclée, proche d’un Heavy Metal fardé à la TIGERTAILZ, chœurs en avant et refrains plein d’allant, pour quarante minutes de célébration d’une époque loin d’être passée à la trappe. On le connaît ce refrain justement, puisqu’on l’a tous chantonné à un moment donné, mais autant reconnaître que le quintette le marmonne avec plus de conviction que nous, tant leur LP déborde d’envie, d’énergie, mais aussi de sensibilité loin d’être aigrie. Ils ne sont pas nés à la bonne époque certes, mais ils rattrapent le temps perdu en accumulant les bonnes idées, traquant même la sincérité d’une séduction en mode mineur sur un moment de tendresse comme « Only For Your Love », qui entre 88 et 90 se serait méchamment frayé un chemin au top des charts.

On pense à toute la clique des références de l’époque, les POISON et WARRANT en tête de liste, quoique la vague anglaise et son approche plus volontiers lourde et puissante puisse aussi servir d’influence. Loin de sombrer dans un sentimentalisme de pacotille ou d’exagérer le lancer de cotillons et de ballons qui frétillent, les FEAST ! gardent la crédibilité sous le coude, et avec une ouverture aussi tonitruante et clairement méchante que « She’s On Fire », ils ont largement de quoi faire la nique à nos BLACKRAIN, sans vraiment suivre leurs traces pas à pas. Guitares qui rentrent dans le lard, chant qui frise le suraigu, rythmique en up qui agite les santiags, tout est là, et le reste aussi, et nous sommes vite conquis. Ils l’avouent eux-mêmes, le Rock N’Roll a sauvé leur vie (« Rock 'n´ Roll Save Us »), mais un Rock un peu spécial, qui n’hésite pas à speeder lorsque le temps commence à manquer, histoire d’imposer un chorus fédérateur à base de chœurs virils et de licks tout sauf puérils. On déroule, et tout coule de source, de Jack Daniels évidemment, qu’on avale goulument à grosses gorgées dans le dos de maman (« Steve’s Mother », qui va encore le récupérer sur le palier fin torché), et on mise sur des titres efficaces qui ne cherchent pas Bret Michaels en Pennsylvanie, mais bien en Californie (« Mrs. Riot). De là, entre la rigueur européenne d’un DOKKEN et même quelques clins d’œil à nos FISC messins, qui avaient réussi à vendre leur Heavy à une Amérique pourtant dominatrice (« Feel So Alive », qui pourrait être un inédit de l’époque Handle With Care), les cinq partymen préfèrent privilégier l’option lourde à la drague légère, et ne tombent jamais dans le piège du commercial trop facile qui parfois sent la Pop trafiquée à plein nez.

Le message est très simple, et la manière de le propager honnête et directe, à l’image d’un KISS retombé dans les excès de son adolescence en écoutant SKID ROW en cachette (« Hail ! To Saturday Nite ! », le genre de truc irrésistible qui relance l’ambiance à une heure tardive). Et en fin de compte, ce sont les principaux intéressés qui se définissent mieux que n’importe quelle formule éculée, en se déclarant « Hot’n’Heavy », sur fond de sifflantes, hurlantes, d’une rythmique tonnante, et d’une approche vocale étonnante. Bien vu d’avoir placé ce titre en conclusion, tant il nous laisse sur une formidable impression de son boogie chauffé au rouge, qui lorgne sur tout ce qui bouge, lors d’une fête privée ou dans le plus infâme des bouges…Crade mais pas trop, clean sur les bords mais vicieux au milieu, cet album est une déclaration d’amour à un genre qui adore qu’on lui consacre son âme et son corps et qu’on le titille un peu. De là, d’Uruguay ou d’Amérique, d’Allemagne ou d’Antarctique, peu importe la provenance pourvu que l’ivresse nous plonge en transe…

Un album qui donne clairement envie de rameuter ses potes pour un samedi soir d’anthologie, dans l’arrière-cour, avec quelques demoiselles à qui faire la cour, pour ensuite les emmener dans les clubs pour leur faire découvrir la scène locale des rockeurs fatals. Le genre de truc qui laisse du blush sur les oreilles mais qui est sans pareil pour vous dessiner un sourire sur le visage.   


Titres de l'album:

  1. She's On Fire
  2. Rock N'Roll Save Us
  3. Steve's Mother
  4. Let's Do It (The Royal Song)
  5. Mrs. Riot
  6. Only For Your Love
  7. Feel So Alive
  8. Hail! To Saturday Night!
  9. Hot N'Heavy

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/11/2017 à 14:44
78 %    460

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Karen
@179.26.248.180
22/11/2017 à 02:40:38
I love this band! they kick asses!

Christian Bianco
@179.26.248.180
22/11/2017 à 05:11:25
THANKS FOR THAT BEATIFUL WORDS!
Check out the album on spotify!
https://open.spotify.com/album/7yry7dIebRgNUHaz6nKcfy

Ajouter un commentaire


Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates