Du Hard Rock uruguayen ? Non, mieux, du Glam uruguayen ? Oui, c’est possible, la preuve, de Montevideo pour être plus précis, et croyez-moi, malgré l’exotisme des origines, celui-ci n’a pas grand-chose à envier à celui de ses homologues américains…Mais après tout, la musique n’a pas de frontières, alors fêtons comme il se doit la sortie de cet album de FEAST !, qui n’est rien de moins ou de plus qu’une sacrée invitation à faire la fête, jour et nuit…Brunno Navarro (chant), Christian Bianco & Matías Silvera (guitares), Guillermo Albano (basse) et Gastón Lorenzo (batterie) s’y entendent en effet comme personne pour instaurer un climat festif, en distillant des riffs simples mais efficaces, et en plongeant la tête la première dans un style qui ne supporte ni la modération ni la timidité. Et en revendiquant des influences aussi évidentes que DOKKEN, STEEL PANTHER, WHITESNAKE, SKID ROW, RATT, KISS, EUROPE. GUNS N ROSES, BON JOVI, POISON et bien d’autres, ils assument un héritage somme toute assez lourd à porter, qui ne les empêche nullement de s’affirmer sur la scène internationale de leur Uruguay natal. Pas grand-chose par contre à vous raconter à leur sujet, puisque seule leur page Facebook donne quelques détails très épars, sans autre forme de procès. Alors, la musique évidemment, mais surtout, une attitude, un look, et une des pochettes les plus sexy et réussie que j’ai pu voir depuis longtemps. Alors, allez-vous résister à l’invitation de cette glameuse de cartoon qui vous convie à la party de l’année ? Allez-vous rester de marbre face à ses courbes avantageuses et à sa moue boudeuse, qui décrivent à merveille le contenu d’un album qu’elle orne de son sex-appeal enflammé ? Bien sûr que non, puisque comme moi, vous êtes fan de Rock bien Sleaze, qui sait trousser des hymnes déchaînés pour festoyer à la nuit tombée…

Si le nom de STEEL PANTHER est évidemment le premier à frapper l’esprit à l’écoute de Feast !, l’album, le pastiche n’en est pas pour autant sous les feux de l’actualité, qui éclairent plus volontiers le Roxy, le Rainbow ou le Viper, temples de la culture Glam US que tous ces musiciens fardés fantasment les paupières fermées. Virtuellement délocalisés en Californie, les FEAST ! tentent de retrouver les sensations éprouvées il y a une trentaine d’années, lorsque les trottoirs étaient arpentés par une foule bigarrée, spandex, leather, denim et hairspray en armes fatales, froufrous compris et foulards multicolores aussi. Ici, c’est l’authenticité qui prime, même à postériori, et ce LP coup d’essai s’avère plutôt coup de maître, tant les tubes à faire fondre le billboard et les demoiselles abondent, dans le bon sens, évidemment. Production bombastic, basse qui rumine, guitares tranchantes qui liment, et chant gouailleur traquant ses victimes, le cahier des charges est respecté à la lettre, avec ce petit plus de liberté qui permet aux morceaux de voler de leurs propres ailes. Bons musiciens, ces uruguayens savent faire parler la poudre et le mascara, et s’aventurent en terre Glam musclée, proche d’un Heavy Metal fardé à la TIGERTAILZ, chœurs en avant et refrains plein d’allant, pour quarante minutes de célébration d’une époque loin d’être passée à la trappe. On le connaît ce refrain justement, puisqu’on l’a tous chantonné à un moment donné, mais autant reconnaître que le quintette le marmonne avec plus de conviction que nous, tant leur LP déborde d’envie, d’énergie, mais aussi de sensibilité loin d’être aigrie. Ils ne sont pas nés à la bonne époque certes, mais ils rattrapent le temps perdu en accumulant les bonnes idées, traquant même la sincérité d’une séduction en mode mineur sur un moment de tendresse comme « Only For Your Love », qui entre 88 et 90 se serait méchamment frayé un chemin au top des charts.

On pense à toute la clique des références de l’époque, les POISON et WARRANT en tête de liste, quoique la vague anglaise et son approche plus volontiers lourde et puissante puisse aussi servir d’influence. Loin de sombrer dans un sentimentalisme de pacotille ou d’exagérer le lancer de cotillons et de ballons qui frétillent, les FEAST ! gardent la crédibilité sous le coude, et avec une ouverture aussi tonitruante et clairement méchante que « She’s On Fire », ils ont largement de quoi faire la nique à nos BLACKRAIN, sans vraiment suivre leurs traces pas à pas. Guitares qui rentrent dans le lard, chant qui frise le suraigu, rythmique en up qui agite les santiags, tout est là, et le reste aussi, et nous sommes vite conquis. Ils l’avouent eux-mêmes, le Rock N’Roll a sauvé leur vie (« Rock 'n´ Roll Save Us »), mais un Rock un peu spécial, qui n’hésite pas à speeder lorsque le temps commence à manquer, histoire d’imposer un chorus fédérateur à base de chœurs virils et de licks tout sauf puérils. On déroule, et tout coule de source, de Jack Daniels évidemment, qu’on avale goulument à grosses gorgées dans le dos de maman (« Steve’s Mother », qui va encore le récupérer sur le palier fin torché), et on mise sur des titres efficaces qui ne cherchent pas Bret Michaels en Pennsylvanie, mais bien en Californie (« Mrs. Riot). De là, entre la rigueur européenne d’un DOKKEN et même quelques clins d’œil à nos FISC messins, qui avaient réussi à vendre leur Heavy à une Amérique pourtant dominatrice (« Feel So Alive », qui pourrait être un inédit de l’époque Handle With Care), les cinq partymen préfèrent privilégier l’option lourde à la drague légère, et ne tombent jamais dans le piège du commercial trop facile qui parfois sent la Pop trafiquée à plein nez.

Le message est très simple, et la manière de le propager honnête et directe, à l’image d’un KISS retombé dans les excès de son adolescence en écoutant SKID ROW en cachette (« Hail ! To Saturday Nite ! », le genre de truc irrésistible qui relance l’ambiance à une heure tardive). Et en fin de compte, ce sont les principaux intéressés qui se définissent mieux que n’importe quelle formule éculée, en se déclarant « Hot’n’Heavy », sur fond de sifflantes, hurlantes, d’une rythmique tonnante, et d’une approche vocale étonnante. Bien vu d’avoir placé ce titre en conclusion, tant il nous laisse sur une formidable impression de son boogie chauffé au rouge, qui lorgne sur tout ce qui bouge, lors d’une fête privée ou dans le plus infâme des bouges…Crade mais pas trop, clean sur les bords mais vicieux au milieu, cet album est une déclaration d’amour à un genre qui adore qu’on lui consacre son âme et son corps et qu’on le titille un peu. De là, d’Uruguay ou d’Amérique, d’Allemagne ou d’Antarctique, peu importe la provenance pourvu que l’ivresse nous plonge en transe…

Un album qui donne clairement envie de rameuter ses potes pour un samedi soir d’anthologie, dans l’arrière-cour, avec quelques demoiselles à qui faire la cour, pour ensuite les emmener dans les clubs pour leur faire découvrir la scène locale des rockeurs fatals. Le genre de truc qui laisse du blush sur les oreilles mais qui est sans pareil pour vous dessiner un sourire sur le visage.   


Titres de l'album:

  1. She's On Fire
  2. Rock N'Roll Save Us
  3. Steve's Mother
  4. Let's Do It (The Royal Song)
  5. Mrs. Riot
  6. Only For Your Love
  7. Feel So Alive
  8. Hail! To Saturday Night!
  9. Hot N'Heavy

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/11/2017 à 14:44
78 %    406

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Karen
@179.26.248.180
22/11/2017 à 02:40:38
I love this band! they kick asses!

Christian Bianco
@179.26.248.180
22/11/2017 à 05:11:25
THANKS FOR THAT BEATIFUL WORDS!
Check out the album on spotify!
https://open.spotify.com/album/7yry7dIebRgNUHaz6nKcfy

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)