Quand Hk, l'ingé son du Vamacara Studio de Clisson, et instigateur de ces Master Class, m'a contacté pour me dire qu'il aimerait bien que ce soit Metalnews.fr qui couvre cet événement, je suis tombé des nues ! Et je n'étais pas le seul dans la petite équipe de notre webzine.

"Comment ça ? Nous le petit zine' Metal, qui fait son truc dans son coin sans rien demander à personne, c'est nous qui sommes choisis ?!". "J'aime bien ce que vous faites" nous répond sympathiquement Hk ! Tout simplement.

Ni une ni deux, c'est avec grand plaisir que nous acceptons cette invitation !

Toutes les photos sont de Ronan Ldt (RLD photography), retrouvez-les sur son Facebook ! Merci à toi !

Comme beaucoup sûrement ici, je n'avais qu'une vague idée de ce qu'était une "Master Class". Un truc de musiciens, un cours donné par des pros, en gros. Avec des "profs" qui connaissent parfaitement leur sujet quoi... N'étant pas musicien et encore moins apprenti ingé son, je n'avais jamais creusé la chose.

Et le son, justement, c'est le thème de ces Master Class nouvelles générations nommées "The Studio Experience". Le but ici étant d'aborder toutes les étapes d'un enregistrement studio, de l'accueil du groupe, aux prises de son et bien sur le mixage et le mastering, en clair tout ce qui permet de "fabriquer" un album. Et l'idée géniale de faire venir un groupe professionnel pour enregistrer devant nous, permet de rendre les choses très concrètes, nous ne sommes pas dans la théorie et ça change tous.  Hk me rassure tout de suite, quand je lui dis que je n'y connais vraiment rien dans le domaine, en m'expliquant que c'est fait pour tout le monde. Le maître mot c'est vulgarisation. J'accepte donc de couvrir tout ça pour le webzine avec grand plaisir !

Cette Master Class qui dure 3 jours, à lieu non pas dans le studio Clissonais d'Hk (trop petit pour accueillir autant de monde, une bonne vingtaine de personne en tout !) mais au Batiskaf situé à Nantes. Direction donc la Loire Atlantique en ce très beau weekend de mai !

Nous sommes accueillis, avec café et viennoiseries, le vendredi matin par Hk et l'équipe du Batiskaf. Petite présentation et entame de conversations avec les 15 participants de cette seconde édition de The Studio Experience. 

Le groupe, que dis-je ? Les tauliers du Metal français LOUDBLAST, qui animeront ce week-end et enregistreront un morceau sous nos yeux, ne sont pas encore sur place. Lionel le boss du studio (et ingé son live de TAGADA JONES) en profite pour nous faire une petite visite des lieux. Le Batiskaf est un studio associatif né il y a 12 ans. Il est situé en bord de Loire dans une zone industrielle. Et le bâtiment dans lequel il se trouve est un ancien dépôt de peinture. Bien entendu, tout a été refait à l'intérieur et l'ensemble est aujourd'hui très agréable et plutôt joli. Poutres apparentes, mur de pierres dans la salle d'enregistrement, etc... Un agent immobilier dirait du lieu qu'il a du cachet !

Vers 10h, les patrons débarquent dans la place. Quel plaisir de les voir arriver tout sourire et visiblement très content d'être ici. A peine le temps d'être impressionné par les 33 ans de carrière de ce pilier du Metal qu'on se sent déjà à l'aise avec les membres du groupe. Et ce sera le cas tout le week-end ! On ne parle même plus d'un groupe "accessible", on a carrément l'impression d'être entre potes ! Petit rappel des membres composants LOUDBLAST en ce moment, pour ceux qui ne suivent pas. On va éviter l'affront de présenter Stéphane Buriez (chant / guitare) et Hervé Coquerel (batterie), LOUDBLAST c'est tout simplement leur groupe... C’est Jacou de BLACK BOMB A qui tient la basse depuis bientôt 1 an. L'ex-ULTRA VOMIT dépanne en effet le groupe quand Fred Leclercq est occupé avec ses autres projets, DRAGONFORCE en tête. Et depuis quelques temps il est pas mal prit... Jérôme Point-Canovas lui tient la guitare depuis 2017, en temps que membre permanent. Jérôme a joué avec, entre autres NO RETURN et MERCYLESS. Le guitariste est parfaitement à sa place dans LOUDBLAST, comme il l'avoue lui-même "c'est ma génération ce groupe !"

Stéphane nous annonce donc qu'ils enregistreront un morceau ce weekend, ou plutôt qu'ils en réenregistreront un... Et pas n'importe lequel : Cross The Treshold, tiré du EP culte du même nom sorti en 1993. Le titre va donc bénéficier d'un nouveau traitement sonore, mais aussi d'un petit lifting. De nouveaux soli de guitares, de nouveaux roulements de batterie et surtout de nouvelles paroles. Les originales étant un peu "dépassées" et naïves selon les dires du patron. Dernière chose, le morceau sera enregistré au clic, contrairement à la première version. Car oui, je tombe un peu des nues en l'apprenant : LOUDBLAST (comme beaucoup d'autres à l'époque), n'a utilisé le clic en studio qu'à partir de 2004 pour l'album Planet Pandemonium ! Chose quasi inconcevable aujourd'hui...

Un petit mot sur le profil des participants de cette Master Class. Beaucoup de musiciens, passionnés de son et tous baignent plus ou moins profondément dans le Metal. Certains sont là parce qu'ils veulent se débrouiller et approfondir leurs connaissances pour enregistrer, mixer et masteriser leurs groupes ou celui des copains. La plupart ont un mini home studio ou projettent de s'en monter un. Certains viennent de loin : Paris, Nancy ou encore Colmar. Pour quelques-uns aussi, c'est la seconde fois au studio Batiskaf, ils avaient déjà assistés à la première édition de The Studio Experience animée par le groupe BETRAYING THE MARTYRS en octobre 2017.

Avant d'entrer dans le vif du sujet un premier intervenant vient nous parler d'accordage de batterie. Il s'agit d'Alex, batteur de MALKAVIAN et de FANGE, et surtout très bon connaisseur de son instrument et drum tech à ses heures perdues. La batterie d'Hervé déjà installée sous les (18 !) micros, lui sert pour l'explication. Tout y passe : tensions des peaux, son recherché, etc... J'aime beaucoup le discours d'Alex qui nous parle d'oreilles, de sensibilité, de goûts personnels. Il n'y a pas de règle gravée dans le marbre... En tout cas comme on s'en doutait la préparation pour l'enregistrement des parties de batterie c'est quelque chose !

La session commence donc ensuite avec Hervé aux fûts. Nous sommes installés dans la salle de contrôle simplement séparé par une vitre de la salle d'enregistrement, pendant que le batteur balance les parties de Cross The Treshold avec ses nouveaux roulements. Quel pied d'être aux premières loges ! Hk en maître de cérémonie ne se contente pas d'enregistrer les sessions. Il explique sans arrêt ses choix, son travail, ses techniques. Bref un vrai prof, dans le bon sens du terme !

Jacou, un peu stressé et on peut le comprendre (jouer avec 15 mecs les yeux rivés sur ce que vous faites ce n'est pas facile !), enregistre en fin de journée ses parties de basse. Le tout sous les yeux experts mais pas envahissants du boss Buriez.

Cette première journée bien remplie se termine vers 19h autour d'une bière et tout le monde semble déjà ravi ! Le groupe, pour qui c'est aussi une première (et ils trouvent le concept génial), et les participants qui ont déjà appris pleins de choses. L'ambiance générale est très détendue mais aussi studieuse.

Le lendemain, c'est la journée enregistrement guitares et chant. Mais on commence par ce que j'attendais particulièrement : une discussion avec Stéphane sur leurs expériences studios passées, le matériel, le sponsoring (endorsement par les marques de guitares, de batterie et autres matos de musiciens). Ce moment riche en détails sur la vie d'un groupe de Metal pro, est comme je m'en doutais extrêmement intéressant et plein d'anecdotes passionnantes. Steph nous parle bien sûr de leur passage au Morrisound Studio en Floride sous la houlette du génie du son Scott Burns. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Morrisound, c'était la Mecque du Metal dans les années 90. Et du Death Metal en particulier. MORBID ANGEL, DEICIDE, OBITUARY, CANNIBAL CORPSE, DEATH, ATHEIST et tant d'autres y ont mis en boîte leurs albums cultes. Et donc nos LOUDBLAST nationaux aussi pour leurs albums Disincarnate (1991) et Sublime Dementia (1993). C'était d'ailleurs leur seule exigence quand ils cherchaient un label à cette époque : enregistrer avec Scott Burns au Morrisound. Le groupe passa donc 1 mois à Tampa, Floride pour mettre en boîte Disincarnate. Les sessions furent assez difficiles, mais apportèrent rigueur, savoir-faire et professionnalisme. Buriez dit de cette époque : "On a tout simplement appris notre métier là-bas, après ça on s'est beaucoup remis en question. Toutes nos certitudes de l'époque ont volé en éclats. Non, nous ne savions pas tout !"

Grande expérience donc pour le groupe et clairement une très bonne école pour l'avenir. Leur rencontre et travail avec Colin Richardson, autre grand pape du son Metal (CARCASS, KREATOR, SEPULTURA, etc...), les a aussi beaucoup fait progresser. On revient en outre sur l'époque du EP Cross The Treshold (1993), période de succès et reconnaissance pour les Lillois. Avec des anecdotes sur le EP, comme ces fans virés des lycées parce qu'ils portaient le t-shirt Cross The Treshold, avec son artwork pour le moins suggestif ! C'est à ce moment que le groupe devient professionnel. Les musiciens lâchent leurs études, leur travail. Tout n'est pas simple loin de là et Steph termine en nous disant "Nous avons bossé très dur. Ça en a fait chier certains à l'époque... Mais nous sommes toujours là !". Voilà qui est dit.

Cet échange passionnant complète parfaitement les discussions plus informelles avec les membres du groupe pendant les pauses et les repas du midi, où l'on cause vie sur la route, rencontres avec les grands noms du Metal, concerts mémorables, projets parallèles de Steph (et il y en a !), etc...

Stéphane nous parle aussi du matériel et des nouvelles technologies. J'apprends par exemple qu'aujourd'hui un groupe peut complètement se passer d'ampli guitare, que ce soit en studio ou sur scène. Avec le matos Kemper ou Fractal pour les plus connus, plus besoin de trimbaler ses amplis très lourds et encombrants. Les groupes se branchent directement sur ces packs (de la taille d'une boite à chaussure) et les enceintes font le reste. J'hallucine carrément en découvrant ces nouvelles façons de faire pour les gros groupes. Une page s'est tournée, celle des murs de Marshall sur scène, sauf pour certains... Mais c'est pour la déco scénique maintenant ! On aborde aussi les systèmes Ears, qui remplacent les retours en live (placés dans les oreilles des musiciens). Le gain en confort et en qualité de son (et donc de jeu) en live est énorme et le travail des ingés son facilité.


Ensuite commence les sessions guitares, et c'est Jérôme qui va se charger de tout ! Rythmiques des 2 guitares et soli. Quand on leur demande pourquoi, ils nous répondent qu'il vaut mieux toujours "la même main" pour un enregistrement. Et quand on pose la question de savoir si ça ne dérange pas Steph de ne pas enregistrer ses parties, il nous répond aussi sec "en studio tu oublies ton ego, il faut que ça sonne c'est tout". Mais les guitares sont entres de très bonnes mains, Jérôme est un monstre sur son instrument. Encore une fois un régal d'être aux premières loges et de le voir enregistrer son instrument, dans la même pièce que lui. Le guitariste nous parlera aussi de son expérience avec le mythique producteur Metal Danois Jacob Hansen, avec qui il a enregistré un album pour NO RETURN. Gros vécu là encore...

Puis vient le chant. Tout le monde attend ça avec impatience, moi le premier ! Voir Stéphane "le patron" Buriez faire ses parties juste là, à coté, c'est tout simplement énorme. Pas d'échauffement, ça part direct. Il n'a jamais chanté les nouvelles paroles qu'il vient tout juste de terminer ! Mais ça n’empêche pas la session de se faire rapidement... L’expérience, ça aide... Un grand moment !

Fin de cette seconde journée elle aussi bien remplie ! Je dis au revoir aux gars de LOUDBLAST car je ne serais pas présent le dimanche matin et qu'ils seront déjà partis à mon arrivé. Remerciements chaleureux, tapes dans le dos, on a l'impression d'être amis de longue date ! Un grand merci à eux mais j'y reviendrai.

La journée du dimanche est consacrée entièrement au mixage et au mastering du morceau. Je ne rentrerai pas dans les détails, déjà parce que je risquerai de dire des bêtises et aussi parce que nous sommes là dans le technique. L'ambiance est plus que studieuse même si toujours bon enfant. On entend les crayons gratter les bloc-notes ! Tout le monde est très attentif au propos d'Hk. En parfait prof (même si il vous dirait le contraire vu sa modestie), Hk explique, détaille tout ce qu'il fait. Chaque étape est disséquée, expliquée, réexpliquée si besoin. Le morceau est minutieusement travaillé, mixé, rien ne passe à la trappe. Au même titre que de regarder les musiciens sur leurs instruments, c'est génial de voir Hk travailler. Il ne l'avouera jamais, mais c'est un magicien du son. Cross The Treshold prend vie, prend forme sous nos yeux (et dans nos oreilles). Il connait son sujet sur le bout des doigts, mais reste humble et nous répète sans cesse qu'il n'a pas raison, qu'il ne détient pas la vérité. Et que de toute façon en tant qu'ingé son il n'y a pas de vérité, chacun aura sa façon de faire, sa vision des choses. Mais il donne à l'audience ses précieux conseils, partage son expérience. 

Que les vieux fans du groupe se rassurent, ce Cross The Treshold culte réenregistré, sonne grave. Le morceau le plus Heavy (influencé par SAXON, dont Buriez est grand fan) de leur répertoire n'est pas dénaturé et cette nouvelle version qui sera jouée en live maintenant, ravira tout le monde à n'en pas douter ! D'ailleurs en parlant de résultat, vous allez me demander où est ce qu'on pourra écouter cette version 2.0 ? Et bien petite info en exclu : il apparaîtra normalement sur le prochain EP de reprise que le groupe va enregistrer prochainement. Je ne vous en dis pas plus, mais restez à l'écoute !

Voilà, ces trois jours passés en studio se terminent le dimanche en soirée autour d'une bière et de quelques photos souvenirs. Tout le monde est heureux d'avoir assisté à un tel événement, et d'avoir appris des tonnes de choses. On échange nos contacts, des goodies sont distribués... Et on se dit au revoir et à bientôt pour certains (le Hellfest arrive...) !

Un immense merci à Hk, tu envoies du très, très lourd mec... Pour son travail (4 mois de préparation pour cette Master Class !), sa gentillesse et son très grand professionnalisme. Un immense merci aussi à l'équipe du Batiskaf pour son accueil, sa disponibilité, ses conseils, etc... Bien entendu comment ne pas remercier les LOUDBLAST, pour... tout ! Votre enthousiasme, votre professionnalisme, vos anecdotes et tout le reste. C'était un plaisir de passer du temps avec vous ! Et merci aussi à tous les participants, vous êtes des passionnés et ça fait plaisir à voir. La Cause elle avance grâce à vous aussi les gars ! (Merci à tous ceux qui m'ont passé la démo, le EP ou album de leurs groupes, j'écouterais ça avec attention !)

Ah, oui et dernière chose... The Studio Experience, ça continue bien entendu. Et le prochain groupe invité c'est un truc mou du genou et pas vraiment connu... du nom de... BENIGHTED !!! Et c'est en octobre prochain les enfants ! Oui ça risque de méchamment chier des clous...


Facebook The Studio Experience

Facebook Le Batiskaf

Facebook RLD photography

Facebook Loudblast

Facebook Vamacara Studio



par Jus de cadavre le 10/05/2018 à 07:44
   1541

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


langoustator
membre enregistré
28/08/2018 à 14:54:57
Sympa cette review!

Ajouter un commentaire


Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)