De Portland nous en revient une des créatures les plus hideuses de l’Oregon, KNELT ROTE, qui depuis ce mois de février à mis à notre disposition sa dernière déjection en date, Alterity, qui se hisse sans mal au niveau de la puanteur des précédentes extractions. Il est vrai que l’affaire avait bien mal démarré. Fondé en 2008, le combo s’était d’abord focalisé sur un genre de Harsh Grind tout à fait superfétatoire, avant de céder aux sirènes de la créativité, pour donner à son boucan immonde un peu plus de relief. Et c’est aujourd’hui avec l’expérience des plus grands désaxés que les américains nous en reviennent, forts d’un parcours allant crescendo, et franchissant à chaque étape une nouvelle marche vers les sommets de l’horreur musicale. On sait de source sûre que le Death Grind est matière répandue dans les bas-fonds de l’extrême, et son rayonnement à tendance à décliner avec les années. Le Black Death (et inversement) ne se montre pas plus original ni téméraire, et préfère rester dans des balises de violence un peu trop confortables pour encore choquer. C’est donc pour cette raison que les cas des KNELT ROTE est presque une exception, puisque tout en restant très fidèles à leur éthique Grind originelle, les originaires de Portland ont profité des années pour le teinter d’une grosse couche de BM poisseux et caverneux, histoire de lui conférer une aura encore plus macabre. En résulte donc un mélange explosif dont on pouvait déjà constater les dégâts énormes sur Trespass il y a six ans, et qui aujourd’hui se voient augmentés d’une explosion aux répercussions encore plus immédiates et létales. Et par extension, malgré un silence inquiétant de plus de cinq ans, Alterity se veut l’album le plus néfaste que vous pourrez écouter en ce froid mois de février, et qui vous gèlera encore plus les sangs de sa puissance phénoménale et de son intelligence brutale.

Il n’est pourtant pas chose facile de fondre en un même creuset d’inspiration des courants aussi absolus que le Grind et le Black. Pourtant, le quatuor (Kevin Schreutelkamp - basse/chant, Lucas Danner - guitare, Gordon Ashworth - guitare/chant et Elias Bloch - batterie) s’en sort une fois de plus à merveille en refusant toute concession, mais en admettant des inclusions dans des territoires hostiles, se lâchant parfois dans des passages Thrash parfaitement incongrus, permettant quelques soli ventrus (« Black Triptych », mais attention, l’exemple est court). La marge de manœuvre n’était pourtant pas énorme, Trespass ayant déjà défriché pas mal de terrain et bouché les rares ouvertures qui restaient, mais ce quatrième longue-durée (après From Without en 2008, et Insignificance en 2010) sait se montrer intéressant de bout en bout, et profite d’un timing serré pour ne pas trop déborder. Et si la liste des anciens/actuels/futurs combos des musiciens en question est aussi longue que le bottin de Portland (ASCENDED DEAD, ENGORGED, LORD GORE, RITUAL NECROMANCY, TERROR OATH, WEREGOAT, WINTER OF APOKALYPSE, VASSAFOR, BACKPATCH, CONCERN, GORDON WILSON ASHWORTH, OSCILLATING INNARDS, SEXLESS MARRIAGE, VILE HORRENDOUS AERIAL BOMBARDMENT, et je ne cite que ceux qui semblent encore héberger ces tarés), c’est certainement parce que ces malades ont plus d’idées à la minute qu’il n’arrive de catastrophe à la seconde dans notre plus si beau monde. Le leur est d’ailleurs parfaitement monstrueux, et leur réalité légèrement biaisée du côté horrifique où elle va sombrer. Si pour les situer, les noms de REVENGE, VERMIN WOMB, PLAGUE WIDOW ou DAGGER LUST peuvent parfaitement convenir, leur autorité en matière de brutalité se passe de référence, ce que « Lachesis » confirme en entame, et en moins de trois minutes.

« Lineage And Dependance » lui emboîte immédiatement le pas, et ne fait pas preuve de plus d’empathie, bien au contraire. Au menu du déroulé, des riffs maladifs mais conséquents, de brutales accélérations, des fulgurances, mais aussi des lignes de chant honnies et vomies qui tissent un troisième tapis rythmique relativement épais. En moins de temps qu’il n’en faut pour hurler « Leprosyyyyyyyy !!! », le quatuor place des dizaines de mini-idées, toutes plus insidieuses les unes que les autres, faisant appel au ressenti le plus primaire des plus élémentaires débauchés de l’extrême actuel. Ajoutez à ceci quelques effets sonores bien moisis, de la grandiloquence presque progressive dans l’ambivalence (« Rumination », sorte de dualité entre la grandeur d’un STRAPPING YOUNG LAD et l’horreur brute des REVENGE), et quelques accès de colère symptomatiques de leur jeunesse pas si perdue que ça (« Genetic Memory » qui unit GRAVE et NAPALM DEATH sans en avoir l’air), et vous obtenez un concept global qui fout les miquettes, mais qui séduit de ses excès. En en matière d’abus, les américains en connaissent un rayon, puisqu’ils osent parfois dépasser le cadre pour tenter le coup de l’évolution. Ainsi, « Othering » brave les éléments pour imposer son torrent d’immondices, et se met à la colle avec le chronomètre pour placer presque cinq minutes d’overdose noisy. Une fois encore, entre les blasts d’un batteur aux mouvements régulateurs, les grognements d’un hurleur qui viole son larynx à chaque intervention, et la malice de guitares qui butinent à tous les râteliers Black, Death et Grind, le ballet est étourdissant de violence comme l’adaptation d’un Mathcore de déments qui aurait cédé aux invocations du Necronomicon. Puissant, véhément, complètement fou, et presque schizophrénique, KNELT ROTE ne semble pas montrer de signes d’amélioration de sa santé mentale, et avance coûte que broute vers l’horizon, ne se fixant aucune limite, mais respectant un cahier des charges de qualité.

Alterity, ou l’altération des sens par négation. Ou tout simplement, l’un des albums les plus intenses et pur dans la violence, que la plupart d’entre vous renieront pour cause d’excès d’urgence. Dommage, parce que des groupes capables de mélanger dans un même jet (« Salience ») MORBID ANGEL, DEATHSPELL OMEGA, BRUTAL TRUTH et GNAW THEIR TONGUES, ça ne court pas les caniveaux. Même dans l’Oregon.


Titres de l'album:

  1. Lachesis
  2. Lineage and Dependence
  3. Rumination
  4. Genetic Memory
  5. Othering
  6. Salience
  7. Black Triptych

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/02/2018 à 18:57
77 %    189

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !