De Portland nous en revient une des créatures les plus hideuses de l’Oregon, KNELT ROTE, qui depuis ce mois de février à mis à notre disposition sa dernière déjection en date, Alterity, qui se hisse sans mal au niveau de la puanteur des précédentes extractions. Il est vrai que l’affaire avait bien mal démarré. Fondé en 2008, le combo s’était d’abord focalisé sur un genre de Harsh Grind tout à fait superfétatoire, avant de céder aux sirènes de la créativité, pour donner à son boucan immonde un peu plus de relief. Et c’est aujourd’hui avec l’expérience des plus grands désaxés que les américains nous en reviennent, forts d’un parcours allant crescendo, et franchissant à chaque étape une nouvelle marche vers les sommets de l’horreur musicale. On sait de source sûre que le Death Grind est matière répandue dans les bas-fonds de l’extrême, et son rayonnement à tendance à décliner avec les années. Le Black Death (et inversement) ne se montre pas plus original ni téméraire, et préfère rester dans des balises de violence un peu trop confortables pour encore choquer. C’est donc pour cette raison que les cas des KNELT ROTE est presque une exception, puisque tout en restant très fidèles à leur éthique Grind originelle, les originaires de Portland ont profité des années pour le teinter d’une grosse couche de BM poisseux et caverneux, histoire de lui conférer une aura encore plus macabre. En résulte donc un mélange explosif dont on pouvait déjà constater les dégâts énormes sur Trespass il y a six ans, et qui aujourd’hui se voient augmentés d’une explosion aux répercussions encore plus immédiates et létales. Et par extension, malgré un silence inquiétant de plus de cinq ans, Alterity se veut l’album le plus néfaste que vous pourrez écouter en ce froid mois de février, et qui vous gèlera encore plus les sangs de sa puissance phénoménale et de son intelligence brutale.

Il n’est pourtant pas chose facile de fondre en un même creuset d’inspiration des courants aussi absolus que le Grind et le Black. Pourtant, le quatuor (Kevin Schreutelkamp - basse/chant, Lucas Danner - guitare, Gordon Ashworth - guitare/chant et Elias Bloch - batterie) s’en sort une fois de plus à merveille en refusant toute concession, mais en admettant des inclusions dans des territoires hostiles, se lâchant parfois dans des passages Thrash parfaitement incongrus, permettant quelques soli ventrus (« Black Triptych », mais attention, l’exemple est court). La marge de manœuvre n’était pourtant pas énorme, Trespass ayant déjà défriché pas mal de terrain et bouché les rares ouvertures qui restaient, mais ce quatrième longue-durée (après From Without en 2008, et Insignificance en 2010) sait se montrer intéressant de bout en bout, et profite d’un timing serré pour ne pas trop déborder. Et si la liste des anciens/actuels/futurs combos des musiciens en question est aussi longue que le bottin de Portland (ASCENDED DEAD, ENGORGED, LORD GORE, RITUAL NECROMANCY, TERROR OATH, WEREGOAT, WINTER OF APOKALYPSE, VASSAFOR, BACKPATCH, CONCERN, GORDON WILSON ASHWORTH, OSCILLATING INNARDS, SEXLESS MARRIAGE, VILE HORRENDOUS AERIAL BOMBARDMENT, et je ne cite que ceux qui semblent encore héberger ces tarés), c’est certainement parce que ces malades ont plus d’idées à la minute qu’il n’arrive de catastrophe à la seconde dans notre plus si beau monde. Le leur est d’ailleurs parfaitement monstrueux, et leur réalité légèrement biaisée du côté horrifique où elle va sombrer. Si pour les situer, les noms de REVENGE, VERMIN WOMB, PLAGUE WIDOW ou DAGGER LUST peuvent parfaitement convenir, leur autorité en matière de brutalité se passe de référence, ce que « Lachesis » confirme en entame, et en moins de trois minutes.

« Lineage And Dependance » lui emboîte immédiatement le pas, et ne fait pas preuve de plus d’empathie, bien au contraire. Au menu du déroulé, des riffs maladifs mais conséquents, de brutales accélérations, des fulgurances, mais aussi des lignes de chant honnies et vomies qui tissent un troisième tapis rythmique relativement épais. En moins de temps qu’il n’en faut pour hurler « Leprosyyyyyyyy !!! », le quatuor place des dizaines de mini-idées, toutes plus insidieuses les unes que les autres, faisant appel au ressenti le plus primaire des plus élémentaires débauchés de l’extrême actuel. Ajoutez à ceci quelques effets sonores bien moisis, de la grandiloquence presque progressive dans l’ambivalence (« Rumination », sorte de dualité entre la grandeur d’un STRAPPING YOUNG LAD et l’horreur brute des REVENGE), et quelques accès de colère symptomatiques de leur jeunesse pas si perdue que ça (« Genetic Memory » qui unit GRAVE et NAPALM DEATH sans en avoir l’air), et vous obtenez un concept global qui fout les miquettes, mais qui séduit de ses excès. En en matière d’abus, les américains en connaissent un rayon, puisqu’ils osent parfois dépasser le cadre pour tenter le coup de l’évolution. Ainsi, « Othering » brave les éléments pour imposer son torrent d’immondices, et se met à la colle avec le chronomètre pour placer presque cinq minutes d’overdose noisy. Une fois encore, entre les blasts d’un batteur aux mouvements régulateurs, les grognements d’un hurleur qui viole son larynx à chaque intervention, et la malice de guitares qui butinent à tous les râteliers Black, Death et Grind, le ballet est étourdissant de violence comme l’adaptation d’un Mathcore de déments qui aurait cédé aux invocations du Necronomicon. Puissant, véhément, complètement fou, et presque schizophrénique, KNELT ROTE ne semble pas montrer de signes d’amélioration de sa santé mentale, et avance coûte que broute vers l’horizon, ne se fixant aucune limite, mais respectant un cahier des charges de qualité.

Alterity, ou l’altération des sens par négation. Ou tout simplement, l’un des albums les plus intenses et pur dans la violence, que la plupart d’entre vous renieront pour cause d’excès d’urgence. Dommage, parce que des groupes capables de mélanger dans un même jet (« Salience ») MORBID ANGEL, DEATHSPELL OMEGA, BRUTAL TRUTH et GNAW THEIR TONGUES, ça ne court pas les caniveaux. Même dans l’Oregon.


Titres de l'album:

  1. Lachesis
  2. Lineage and Dependence
  3. Rumination
  4. Genetic Memory
  5. Othering
  6. Salience
  7. Black Triptych

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/02/2018 à 18:57
77 %    253

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !