Unstoppable War

Blind To Faith

17/04/2020

Isolation Records

Imaginez du CANDIRIA joué par ENTOMBED, produit par Kurt Ballou et mixé par Brad Boatright. Non, mieux, imaginez du CONVERGE joué par AUTOPSY et produit par Tomas Skogsberg. Non, tiens, du YOUTH OF TODAY joué par les EYEHATEGOD et produit par Bill Laswell. Enfin, bref, imaginez une grosse boucherie Hardcore jouée Death Metal et produite comme un gros barouf Sludgecore à la masse mais à fond les ballons. Imaginez une guerre dans votre salon entre votre grand frère, fan de BLACK FLAG et votre père, fan de TOTALITAR, le tout sous l’œil hagard et amusé de votre grand-mère, accro à DISCHARGE depuis sa première bouffarde. Et imaginez alors votre tante qui rentre avec un t-shirt de NIHILIST et qui envoie chier tout le monde. Bon, j’ai votre attention, ça y est ? Vous êtes concentré ? Alors mangez-vous dans la face le second long du concept international BLIND TO FAITH, qui n’a pas grand-chose à voir avec Eric Clapton. Ici, on cause violence, méchanceté, lourdeur et absence de pitié, dénuement total d’empathie et riffs qui puent les barbelés rouillés. Mais en même temps, pas étonnant que les mecs soient remontés comme la minuterie d’une bombe. Onze ans depuis leur premier album, il y a de quoi se sentir frustré. Mais ils l’avouent sans gêne, ils n’avaient pas l’inspiration et en avaient ras le bol de jouer toujours les mêmes chansons en live. The Seven Fat Years Are Over était certes un massacre conséquent, mais le massacre était rangé dans les étagères de l’histoire depuis 2009. Et un jour, Vincent Maes voit son groupe fétiche, TODAY IS THE DAY en concert, 2017. Il les entend jouer Temple of the Morning Star à fond la caisse, comme si leur vie en dépendait, et se dit soudain qu’enregistrer de la musique inédite ne serait pas la pire des idées. Dont acte.

Pour faire simple, et faciliter la tâche de ceux ne connaissant pas encore le collectif belge/néerlandais, dites-vous qu’ils jouent une sorte de Blackened Hardcore, ou de Death Hardcore vraiment méchant, le tout avec quelques inflexions Sludge nauséeuses et totalement assumées. Un machin crasseux, compact, qui sent la sueur, la bile, la peur, le moisi, le vide, le salpêtre sur les murs, le renfermé, la cave, mais aussi la violence urbaine, la cruauté, la violence. Une musique qui se passe de gimmicks, et qui dans une même intention de nuire, réconcilie la scène Death scandinave, le Hardcore new-yorkais, le Sludge de Virginie, et qui associe le tout dans une démarche droite et franche, chaotique, mais franchement cathartique. En gros, du bourrin agencé, mais épidermique, du compact condensé, mais inspiré, un choc frontal, une gerbe en pleine face un vendredi soir. Bénéficiant d’un statut déjà culte mais amplement mérité, BLIND TO FAITH a repris la recette qui a fait son succès dans l’underground, et a poussé le volume à fond pour produire une des musiques les plus extrêmes de cette année 2020. Sachant précisément ce qu’ils voulaient en rentrant en studio, ils ont enregistré ce qui leur semblait le plus cruel, le plus grave, le plus rauque, et ont empilé les couches d’inspiration pour nous priver de respiration. C’est en tout cas ce qu’on ressent à l’écoute de « Force Fed », bouchée Hardcore avalée Death, et qui ressemble à s’y méprendre à du gavage de fan de YOUTH OF TODAY par un boucher AUTOPSY. D’ailleurs, une fois encore, Vincent Maes a eu une révélation. Il ne voulait pas du son HM-2 trop estampillé suédois, et désirait caler sa guitare sur la ligne du parti Mental Funeral, œuvre séminale de Chris Reifert. D’où cette énorme guitare funéraire, grasse comme un glaviot sur un cercueil, et soutenue en plus par une basse gigantesque, de celles qui creusent des fosses communes pour les transformer en charniers.

Stijn, au chant, fait ce qu’il sait faire de mieux. Il s’époumone, évite les lieux communs Death pour mieux éructer Hardcore et Sludge, et derrière, la rythmique Loek (basse) et Nabbe (batterie), turbine comme une centrale nucléaire, claquant Crust pour mieux frapper mid sur les morceaux les plus symptomatiques d’un UNSANE passé à la moulinette ENTOMBED (« Critical Mass »). A aucun moment, le groupe ne tombe dans les travers du Blackened je-ne-sais-quoi. Pas d’astuce facile, juste un énorme Metal qui parvient à rester catchy tout en étant immonde, et qui soudainement s’emballe dans une furie énorme, digne d’une torgnole BREACH collée aux EXPIRE (« Fever Dreams »). On savait que les NAILS, que PRIMITIVE MAN étaient des gens capables du pire, on sait maintenant que les BLIND TO FAITH sont largement à la hauteur, s’imprégnant de la rudesse du Néo-Hardcore allemand pour multiplier les pains Death. Avec seulement vingt-quatre minutes au compteur, Unstoppable War est une sorte de manifeste Reign in Blood du Hardcore moderne, utilisant les dissonances, les espaces négatifs, les accalmies trompeuses et les embardées viriles pour nous choquer, nous provoquer, et titiller nos instincts les moins avouables. « Set Yourself Free » dans le style, est un condensé de tout ce que la musique brutale peut produire de plus fatal, avec toujours en exergue cette guitare aplatissant Death pour mieux découper Core, et ces humeurs rythmiques qui passent de percussions inquiétantes à une course poursuite éclair (« Coffin Earth »).

Nous avons même droit à des passages Crust pur jus (« Circling The Drain »), des transitions qui font mal aux oreilles (« Squalor »), et un final à rendre tous les groupes de Sludge malades des nerfs (« Endless Stream Of Disgusting Li(v)es »). On dit souvent en écoutant l’un de ses groupes préférés en live, que « c’est la guerre ». Mais Unstoppable War, c’est vraiment la guerre. Et rassurez-vous, vous n’en sortirez pas vainqueur.   

                                                                                              

Titres de l’album :

                      01. Force Fed

                      02. Critical Mass

                      03. Fever Dreams

                      04. Set Yourself Free

                      05. Coffin Earth

                      06. Circling The Drain

                      07. Eye For An Eye

                      08. Squalor

                      09. Endless Stream Of Disgusting Li(v)es

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/10/2020 à 18:39
88 %    599

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Aaargh ! Quand est-ce que nous pourrons à nouveau recevoir des groupes venus de l'autre côté de l'Atlantique ? Il faudra encore quelques mois j'en ai peur.

20/10/2021, 12:39

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHH !!! !!! !!!Cela fait plaisir d'avoir ce genre de commentaires pour ce groupe extraordinaire digne de faire parti des références pionnières et ultimes en Doom Trad' que sont SAINT VITUS, TROUBLE, PENTAGRAM et CANDLEMASS.Bones, tape toi t(...)

20/10/2021, 08:34

Oliv

Y'aura t'il des concerts métal  en 2022 en Europe ?? 

20/10/2021, 08:01

Bones

Sans vos commentaires enthousiastes j'avoue que je n'aurais pas spontanément cliqué sur "play".Pfouah ! Mais quel son et quelle efficacité !!! C'est vraiment très très bon !Franchement je serai attentif aux chroniques de ce(...)

19/10/2021, 22:28

Pomah

Ah ouais je plussoie je plussoie... Ce riff marteau. Sur que ca te reste dans la caboche.

19/10/2021, 20:16

Simony

N'est-ce pas ?

19/10/2021, 11:27

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16