Du nom à la pochette, des titres à l’ambiance dégagée, tout guide sur la piste d’un Power Metal raffiné, aux références amalgamées. Mais au moment de juger du potentiel de l’œuvre, il serait de mauvais ton de dire que l’on croit connaître les DARKTRIBE. Pourtant, le fan pourrait se prévaloir de sa fidélité et anticiper en se basant sur ce que les sudistes ont déjà produit jusqu’à lors. Après tout, avec deux longue-durée et des concerts en compagnie de pointures comme JADED HEART, Derek SHERINIAN, BUMBLEFOOT, SONS OF APOLLO, et d’autres avec les frères d’armes d’ADX, KLONE, ou NO RETURN, il y a de quoi se montrer exigeant et se penser capable de deviner l’évolution sans défier la logique. Mais l’intelligence de DARKTRIBE est justement d’évoluer à son rythme, ce rythme tranquille que le groupe s’est imposé depuis 2004, ce rythme qui fit que le premier chapitre ne fut gravé qu’une décennie plus tard ou presque, lorsque Mysticeti Victoria frappa les consciences en 2012. Et si ce premier tome éveilla les esprits curieux et mit en appétit les fans d’un Heavy Metal noble et joué avec esthétisme, c’est évidemment The Modern Age qui attira les projecteurs sur le quatuor, avec ses faux-airs de Power Metal joué légèrement progressif, mais trop humble pour complètement s’affilier au créneau. En 2020, les originaires des Alpes Maritimes n’ont pas changé leur fusil d’épaule ni leur partition de chevalet, mais sont allés jusqu’au bout d’un concept de nivellement mélodique qui n’a en rien entamé leur soif de puissance. Et il n’est pas illogique de voir en Voici l’Homme un épitomé du Heavy mélodique des années 90 poussé dans les derniers retranchements des exigences de ce nouveau siècle. Et plus qu’un album de Power Metal, ce troisième chapitre est un album de Metal dans le sens le plus respectable du terme, qui n’est ni Power, ni True, ni Sympho, ni vraiment progressif, et pourtant tout ça à la fois. A tel point qu’on a parfois le sentiment d’écouter un projet commun à Neal Schon et Timo Tolkki.

JOURNEY/STRATOVARIUS, le parallèle ne manque pas de culot, et pourtant, s’approche de la vérité, en tout cas, d’une des vérités. Et en écoutant « Back in Light », vous comprendrez exactement de quoi je parle, sans être surpris par ma comparaison. Puisque cette comparaison aurait pu être faite il y a quelques années déjà en écoutant « Wild Call » sur The Modern Age qui montrait déjà des signes d’assouplissement et de simplification. Mais si la musique proposée par les DARKTRIBE se veut subtilement moins complexe dans les faits, elle n’en reste pas moins d’une richesse incroyable. Toujours aussi attachés à leurs racines et références (IRON MAIDEN, KAMELOT, STRATOVARIUS, GOJIRA, OPETH, SYMPHONY X), les quatre musiciens (Anthony Agnello - chant, Loïc Manuello - guitare, Bruno Caprani - basse et Julien Agnello - batterie) ont donc fait le choix de trouver le plus parfait équilibre possible entre la puissance et la mélodie, constat que l’on peut tirer assez vite, après la découverte du premier morceau « Prism of Memory ». On pense évidemment au HELLOWEEN le moins farceur, au STRATOVARIUS le plus appliqué, et plus généralement, à un Heavy Metal aux harmonies très prononcées et à la technique peaufinée, avec ces chœurs à la scandinave, ce refrain qui sent bon l’acier, ces riffs solides mais musclés, et cette production larger than life qui n’en fait pourtant pas trop. De la mélodie donc, mais pas au détriment du volume, ce que la guitare toujours aussi volubile de Loïc Manuello assure de ses riffs presque néo-Thrash qui s’accommodent fort bien du virage mélodique prononcé. L’homme est toujours aussi à l’aise dans tous les registres, et son jeu n’est pas sans rappeler celui du maître Petrucci, avec cette facilité déconcertante à servir les morceaux sans oublier ses propres aspirations, sans gonfler son ego. Mais au petit jeu de la qualité, tous les musiciens sortent grandis de cette prestation, et les fans de lignes vocales sublimes ne seront certainement pas les plus à plaindre.   

Une fois encore, celui qui cimente le tout, qui permet aux morceaux de s’envoler et de nous entraîner dans un voyage héroïque, c’est lui, ce chanteur exceptionnel au timbre unique qu’est Anthony Agnello. Voici l’Homme lui permet une fois pour toute d’asseoir sa réputation amplement méritée de chanteur hors-norme, et l’égal des Mickael Kiske, Timo Kotipelto et autres James LaBrie, sans qu’il n’ait besoin d’en rajouter. Entre ses nuances presque AOR et ses capacités à sublimer le Metal pour le faire sonner Pop sans trahir sa virilité, Anthony permet à certains titres de sonner comme des classiques immédiats, comme ce superbe et éponyme « Voici l'Homme » aux harmonies prononcées, aux tierces magnifiées, et au refrain aussi dramatique qu’une pièce de Shakespeare. C’est évidemment - selon moi en tout humilité - ce morceau qui fixe le niveau hallucinant atteint par le quatuor avec ce troisième album. Sans jouer la corde sensible, DARKTRIBE est cette fois ci parvenu à passer à la catégorie supérieure, s’affirmant comme l’un des ténors d’un genre qui finalement, n’appartient qu’à eux, entre Progressif modeste et Heavy de noblesse. Si chaque morceau semble être une preuve de cette marche gravie, certains permettent au groupe de prendre encore un peu plus d’avance, à l’image sonore de l’envoutant et évolutif « The Hunger Theory » et sa courte intro à la QUEENSRYCHE. Parangon de la subtilité qui anime le cœur de cette œuvre, ce titre ciselé dans le cristal est bien plus qu’une vulgaire Power ballad pour attendrir le chaland, c’est une peinture musicale aux couleurs évoquant THE KORDZ, DREAM THEATER, JOURNEY encore, et tous ces groupes qui ont un jour compris qu’une harmonie facile n’était pas la clé d’un achèvement, et qu’il fallait aller chercher au fond de son cœur de quoi toucher vraiment les gens. En modulant ses inflexions, Anthony s’accorde sur la guitare céleste de Loïc, et le tandem de briller de mille feux dans un paysage musical actuel un peu trop prévisible lorsqu’il s’agit de dosage.

Mais à quoi bon vulgariser le propos et sombrer dans l’analyse linéaire alors même que chacun saura pertinemment quel titre lui procure le plus de plaisir. J’ai trouvé le mien dans ceux déjà cités, mais aussi dans la bourrasque provoquée par « Faith and Vision », acmé de puissance, et dans la précision emphatique de « Under the Tree of Life » aussi accrocheur que pertinent. « According to Darkness » d’un autre côté, avec son formalisme Power, prouve que le quatuor est toujours capable d’accoucher de morceaux plus spontanés, et en tout cas affolés et fédérateurs. Avec des arrangements toujours aussi subtils et discrets, des refrains tout sauf putassiers et un travail de cohésion énorme, Voici l’Homme est plus qu’un simple album, c’est une assertion, un vœu pieux, presque un sacerdoce, et en tout cas, plus prosaïquement, la révélation éclatante d’un talent que l’on connaissait déjà, mais qui devient ici une évidence lénifiante.    

                                

Titres de l’album :

                         01. March for a Prophecy

                         02. Prism of Memory

                         03. Voici l'Homme

                         04. A Silent Curse

                         05. Faith and Vision

                         06. Back in Light

                         07. Under the Tree of Life

                         08. According to Darkness

                         09. The Hunger Theory

                         10. Symbolic Story

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/01/2020 à 17:28
90 %    70

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !