Il est assez fréquent que j’aille dans des concerts peu chers ou à prix libre, mais cela faisait longtemps que je n’étais pas allé à un spectacle gratuit. C’était même assez surprenant puisque la tête d’affiche jouit d’une certaine notoriété en Amérique, et que c’est le groupe du fils adoptif de Max Cavalera, né de la première union de Gloria son épouse (celle par qui le drame serait arrivé selon certains historiens…). Comme je le craignais il n’y avait pas foule, même si évoquer un bide serait aussi hors de propos. Les concerts gratuits marchent plus facilement quand c’est dans le centre et qu’il y a pas mal de promo’. Et du reste, il y avait aussi du Metal ailleurs en ville ce qui a contribué à diviser les troupes. Enfin, vous connaissez ma sentence habituelle : ce sont les absents qui ont tort.

En voyant les filets de pêche posé sur les retours et les chaînes pendant au micro central, j’étais perplexe envers SKAPHOS sur qui je ne m’étais pas renseigné à l’avance et je n’étais pas d’humeur à me farcir un mini Alestorm. Loin, de là les cinq Lyonnais arrivèrent dans une pénombre où on distinguait à peine des visages fardés sur des dégaines suggérant plutôt le Black Metal, ouvrant le set sur un sample de bruits abyssaux. Musicalement c’était du lourd, du bien lourd, ce Death à influence Black à la façon de la décennie qui vient de s’achever, dans ces tréfonds sans lumière où se tapissent Sulphur Aeon, Mitochondrion, Portal ou Teitanblood. On ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi extrême en première partie, mais ce n’est pas moi qui irai m’en plaindre. Quelques ponts aux riffs lisibles assumaient la filiation avec un Death plus traditionnel, derrière ce chant très rauque et l’épaisseur apportée par deux guitares. C’était surtout le batteur qui attirait l’attention avec sa frappe basse qui ne me paraissait pas être du pur gravity blast. Le son grave de la caisse claire était un détail capital pour la cohérence de l’ensemble. Parfois il put passer quelques breaks à la place des riffs, notamment un arpège de cymbales simple mais pertinent avec l’ensemble. Quelques samples aquatiques suggéraient Ce style ne porte pas au pogo ni aux grands discours mais plutôt au headbang mesuré et à la communication réduite (un peu de voix claire surprend toujours dans ce maëlstrom même si ce n’est que pour les pauses !). Plutôt que de paumer sa vocation, ce jeune groupe apporte une contribution de qualité dans un style encore assez neuf, où notre pays ne s’était pas encore vraiment illustré à ma connaissance.


Changement d’atmosphère avec INCITE, qui nous ramenait instantanément aux années 90 et leur cortège de groupes de Thrashcore à la suite de PanterA, Machine Head ou Prong. On avait généralement la dent dure contre ces disciples dont la vie fut généralement courte, mais ceux-là amenaient pour aujourd’hui de leur Arizona une énergie contagieuse. Richie Cavalera, au chant, sautait partout sur l’étroite scène et haranguait son petit public avec une attention régulière envers le fond et les côtés. L’attitude globale du groupe illustrait bien le professionnalisme du Métal Américain dans ce qu’il a de meilleur : les trois compères se bougeaient aussi, sans fausses notes, avec autant d’entrain que s’ils étaient sur un gros festival. Le son était le seul point faible du spectacle, puissant mais primaire, assez sale pour un groupe aussi costaud par ailleurs. Mais avec une telle envie et des titres aussi pêchus, cela restait bien plus excitant qu’un Lamb of God mollasson et propre. Décidé à ne pas laisser de temps mort, Richie C. n’oublia pas pour autant de faire acclamer le "first band" dont il ignorait le nom ni d’inviter les gens à venir au stand acheter du matériel (le professionnalisme à l’américaine, disais-je…).

L’enthousiasme du quartet et les annonces bourrées de clichés et d’emphases (dans le genre "et maintenant nous allons vous tuer, soyez prêts, etc.,") laissait tout de même un arrière-goût de surjoué quant au fait que les compositions étaient certes efficaces, mais nullement inoubliables, ni novatrices. Mais par chez nous, les gens ne détestent pas ces manières. Incite est clairement un groupe de scène, comme on le vit aussi lors des deux minutes de gloire ménagés au guitariste pour qu’il tente quelques improvisations à la Kirk Hammett sous les objectifs des téléphones… Il n’y eut pas de rappel au bout d’une heure de set passée somme toute très agréablement (professionnalisme américain là encore). Il faut enfin souligner qu’aucune allusion au lien de proche parenté avec l’une des grandes figures de la scène Metal n’a jamais été faite au cours du set : aucune référence dans les nombreux laïus ; aucune reprise, pas même pour recaser quelques secondes un riff célèbre pour un pont ou une clôture… Noblesse oblige, au-delà des facilités que cette filiation procure inévitablement pour naviguer dans le réseau des orgas et des labels, ils entendent faire leurs preuves par eux-mêmes musicalement. Ce qui est cohérent avec le fait de partir tourner gratis dans des villes européennes de province. Cela devrait forcer le respect de certains.


par RBD le 04/02/2020 à 12:04
   162

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)