Reset

Navian

12/06/2020

Indie Recordings

Et si nous basculions du côté obscur pour nus offrir une bonne dose d’instrumental ? Enfin, une bonne dose, toutes proportions gardées puisque ce premier EP n’excède pas les vingt minutes, mais qui se révèle suffisamment riche pour proposer autant d’idées qu’un LP. Nous en venant d’Oslo en Norvège, les NAVIAN se posent visiblement comme les ANIMALS AS LEADERS locaux, bien que leur musique soit éminemment moins complexe que celle proposée par Tosin Abasi et sa bande. D’ailleurs, les norvégiens ne s’arrêtent pas à cette influence éventuelle, et citent un panel assez large de références, POLYPHIA, PLINI, CHON, INTERVALS, COVET, OWANE, ce qui permet de se reposer sur un spectre conséquent au moment de juger de leur potentiel. Renouvelant le concept du power-trio, les norvégiens (Martin - guitare, Ola - batterie et Alex - basse) se proposent d’incarner en quelque sorte un point équidistant entre les ANIMALS AS LEADERS et LIQUID TENSION EXPERIMENT, sans négliger les enseignements de l’école Jazz-Rock des années 80. En résulte un mélange très coloré, hypnotique, extrêmement mélodique mais rythmique en diable, dont les idées s’entrechoquant permettent facilement d’oublier l’absence de chant. Le label national Indie Recordings ne s’y est donc pas trompé en signant le trio, qui nous offre avec Reset un festival de dextérité caché sous une épaisse couche d’harmonies zen, de mélodies apaisantes, le tout sous couvert d’une énergie incroyable. Très portés sur la théorie, les trois musiciens n’hésitent pas à comparer l’apprentissage musical à une compétition sportive, et n’hésitent pas à relever des défis techniques pour atteindre une sorte de plénitude.

Et autant dire qu’ils n’abordent pas vraiment le business comme les autres. Se voyant proposé une participation à un festival alors qu’aucun répertoire digne de ce nom n’était encore écrit, les trois norvégiens se sont vus offrir un défi de taille. Devoir écrire en moins d’un mois assez de morceaux pour mériter leur place sur scène, mais les défis n’étant pas chose tétanisante pour eux, ils se sont acquittés de leur tâche avec un brio exceptionnel pour nous proposer ce premier format court qu’ils défendent avec sincérité. Cinq titres qui font la part belle à la technique sans oublier les harmonies au placard, pour une démarcation sur un thème Djent pas trop poussé pour ne pas passer pour des démonstrateurs Charvel et Tama, et de sérieuses réminiscences des années 80, lorsque les albums de ce genre étaient monnaie courante dans la production. Recyclage ? Non, juste un moyen d’expression qui sied merveilleusement bien à nos trois finlandais, qui parviennent avec flair à placer des licks très accrocheurs entre deux acrobaties rythmiques. L’analogie avec les funambules d’ANIMALS AS LEADERS est évidemment patente dès les premières notes, mais ne vous attendez pas pour autant à un succédané flagrant et trop facile. Un morceau comme « Blank Space » le prouve d’ailleurs de sa simplicité de surface, qui ne cache en rien la dextérité des trois instrumentistes. Rois de la fluidité, les norvégiens passent par diverses ambiances et humeurs, mais restent positifs et presque joyeux, sans que la mélancolie ne soit négligée. En découlent des parties de guitare lumineuses, qui rappellent parfois la science exacte de Joe Satriani, sur fond de tapis rythmique tissé avec précision par le tandem Ola/Alex. Percussions à la TOTO, nuances, délicatesse, et les vingt minutes passent comme dans un rêve en technicolor, le tout disposant évidemment d’une production cristalline.

Il parait même que leur premier public a repris en chœur le thème de « Schoolyard », alors même que l’instrumental est un genre impossible à chanter par définition ! Ce qui en dit long sur le potentiel de compositeurs des trois larrons qui musicalement, s’entendent comme s’ils dirigeaient la même foire aux attractions. Mais ne les prenez surtout pas pour des freaks qu’on exhibe comme l’élite étrange d’une caste déjà chargée en animaux bizarres, puisque le seul but de ces musiciens est de partager leur amour de la musique simple, mélodique, mais précisément ouvragée. Il n’est pas rare en effet que l’on se mette à siffloter quelques harmonies vraiment entêtantes, alors que le spectre de LIQUID TENSION EXPERIMENT se rapproche de votre lit. Avec seulement cinq entrées, les NAVIAN développent pourtant une belle diversité, louvoyant entre agressivité amplifiée et subtilité harmonique, mélangeant les courants, assimilant le Jazz pour faire passer plus facilement la Pop, et le talent incroyable de Martin à la guitare n’est pas sans évoquer la facilité de Petrucci, mais aussi la complexité Jazz-Rock d’Allan Holdsworth, sans oublier la facilité déconcertante de Steve Lukather pour faire passer des plans incroyables pour de simples exercices de style. On en demande encore, mais les vingt minutes se montrent impitoyables de leur brièveté, alors que des segments comme « Matcha Tea » en appellent clairement à un effort longue-durée qu’on souhaite le plus proche possible. Il est impossible de ne pas sourire à l’écoute de cette musique riche et positive, dans un univers Rock qui a souvent tendance à se cacher derrière la banalité de la nostalgie ou le pessimisme de la violence la plus gratuite. Ici, le lundi est en effet au soleil, et vous pouvez en profiter pour vous allonger sous le ciel en appréciant ces étoiles musicales, tentant d’imaginer ce que représentent les silhouettes des nuages qui volent dans un ciel bleu azur.

NAVIAN transforme donc le défi instrumental en réussite euphorisante, et offre au public un visage séduisant et rassurant, aux expressions gentiment mutines.              

   

Titres de l’album:

                     01. Blank Space

                     02. Schoolyard

                     03. Shiba

                     04. Matcha Tea

                     05. Multiplayer


Facebook officiel


par mortne2001 le 23/07/2020 à 17:29
80 %    399

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11