Reset

Navian

12/06/2020

Indie Recordings

Et si nous basculions du côté obscur pour nus offrir une bonne dose d’instrumental ? Enfin, une bonne dose, toutes proportions gardées puisque ce premier EP n’excède pas les vingt minutes, mais qui se révèle suffisamment riche pour proposer autant d’idées qu’un LP. Nous en venant d’Oslo en Norvège, les NAVIAN se posent visiblement comme les ANIMALS AS LEADERS locaux, bien que leur musique soit éminemment moins complexe que celle proposée par Tosin Abasi et sa bande. D’ailleurs, les norvégiens ne s’arrêtent pas à cette influence éventuelle, et citent un panel assez large de références, POLYPHIA, PLINI, CHON, INTERVALS, COVET, OWANE, ce qui permet de se reposer sur un spectre conséquent au moment de juger de leur potentiel. Renouvelant le concept du power-trio, les norvégiens (Martin - guitare, Ola - batterie et Alex - basse) se proposent d’incarner en quelque sorte un point équidistant entre les ANIMALS AS LEADERS et LIQUID TENSION EXPERIMENT, sans négliger les enseignements de l’école Jazz-Rock des années 80. En résulte un mélange très coloré, hypnotique, extrêmement mélodique mais rythmique en diable, dont les idées s’entrechoquant permettent facilement d’oublier l’absence de chant. Le label national Indie Recordings ne s’y est donc pas trompé en signant le trio, qui nous offre avec Reset un festival de dextérité caché sous une épaisse couche d’harmonies zen, de mélodies apaisantes, le tout sous couvert d’une énergie incroyable. Très portés sur la théorie, les trois musiciens n’hésitent pas à comparer l’apprentissage musical à une compétition sportive, et n’hésitent pas à relever des défis techniques pour atteindre une sorte de plénitude.

Et autant dire qu’ils n’abordent pas vraiment le business comme les autres. Se voyant proposé une participation à un festival alors qu’aucun répertoire digne de ce nom n’était encore écrit, les trois norvégiens se sont vus offrir un défi de taille. Devoir écrire en moins d’un mois assez de morceaux pour mériter leur place sur scène, mais les défis n’étant pas chose tétanisante pour eux, ils se sont acquittés de leur tâche avec un brio exceptionnel pour nous proposer ce premier format court qu’ils défendent avec sincérité. Cinq titres qui font la part belle à la technique sans oublier les harmonies au placard, pour une démarcation sur un thème Djent pas trop poussé pour ne pas passer pour des démonstrateurs Charvel et Tama, et de sérieuses réminiscences des années 80, lorsque les albums de ce genre étaient monnaie courante dans la production. Recyclage ? Non, juste un moyen d’expression qui sied merveilleusement bien à nos trois finlandais, qui parviennent avec flair à placer des licks très accrocheurs entre deux acrobaties rythmiques. L’analogie avec les funambules d’ANIMALS AS LEADERS est évidemment patente dès les premières notes, mais ne vous attendez pas pour autant à un succédané flagrant et trop facile. Un morceau comme « Blank Space » le prouve d’ailleurs de sa simplicité de surface, qui ne cache en rien la dextérité des trois instrumentistes. Rois de la fluidité, les norvégiens passent par diverses ambiances et humeurs, mais restent positifs et presque joyeux, sans que la mélancolie ne soit négligée. En découlent des parties de guitare lumineuses, qui rappellent parfois la science exacte de Joe Satriani, sur fond de tapis rythmique tissé avec précision par le tandem Ola/Alex. Percussions à la TOTO, nuances, délicatesse, et les vingt minutes passent comme dans un rêve en technicolor, le tout disposant évidemment d’une production cristalline.

Il parait même que leur premier public a repris en chœur le thème de « Schoolyard », alors même que l’instrumental est un genre impossible à chanter par définition ! Ce qui en dit long sur le potentiel de compositeurs des trois larrons qui musicalement, s’entendent comme s’ils dirigeaient la même foire aux attractions. Mais ne les prenez surtout pas pour des freaks qu’on exhibe comme l’élite étrange d’une caste déjà chargée en animaux bizarres, puisque le seul but de ces musiciens est de partager leur amour de la musique simple, mélodique, mais précisément ouvragée. Il n’est pas rare en effet que l’on se mette à siffloter quelques harmonies vraiment entêtantes, alors que le spectre de LIQUID TENSION EXPERIMENT se rapproche de votre lit. Avec seulement cinq entrées, les NAVIAN développent pourtant une belle diversité, louvoyant entre agressivité amplifiée et subtilité harmonique, mélangeant les courants, assimilant le Jazz pour faire passer plus facilement la Pop, et le talent incroyable de Martin à la guitare n’est pas sans évoquer la facilité de Petrucci, mais aussi la complexité Jazz-Rock d’Allan Holdsworth, sans oublier la facilité déconcertante de Steve Lukather pour faire passer des plans incroyables pour de simples exercices de style. On en demande encore, mais les vingt minutes se montrent impitoyables de leur brièveté, alors que des segments comme « Matcha Tea » en appellent clairement à un effort longue-durée qu’on souhaite le plus proche possible. Il est impossible de ne pas sourire à l’écoute de cette musique riche et positive, dans un univers Rock qui a souvent tendance à se cacher derrière la banalité de la nostalgie ou le pessimisme de la violence la plus gratuite. Ici, le lundi est en effet au soleil, et vous pouvez en profiter pour vous allonger sous le ciel en appréciant ces étoiles musicales, tentant d’imaginer ce que représentent les silhouettes des nuages qui volent dans un ciel bleu azur.

NAVIAN transforme donc le défi instrumental en réussite euphorisante, et offre au public un visage séduisant et rassurant, aux expressions gentiment mutines.              

   

Titres de l’album:

                     01. Blank Space

                     02. Schoolyard

                     03. Shiba

                     04. Matcha Tea

                     05. Multiplayer


Facebook officiel


par mortne2001 le 23/07/2020 à 17:29
80 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Par contre, quand même fort de voir que la sortie d'un morceau de Gojira est devenue un évènement mondial dans la scène metal.
Les mecs sont vraiment au sommet.

07/08/2020, 18:44

RBD

Ça fait rebut retravaillé des sessions de "Magma". Le clip cartoon à base de prêche écolo dans l'air du temps avec références ciné évidentes peut agacer ceux qui préfèrent un Metal plus obscur et rebelle, c'est sûr. Mais ces thèmes ne sont pas nouveaux du tout chez Gojira. La référenc(...)

07/08/2020, 12:24

Satan

A Kairos : Exactement. Il est l'homme de l'ombre, une sorte de fil-rouge. D'ailleurs souvenons-nous comment Abbath galérait à la guitare sur la tournée de "Blizzard Beasts" (si mes souvenirs sont bons).

07/08/2020, 12:20

David Martin

Mortuary mérite vraiment , pour leur 30 ans, de sortir leur meilleur album !! Les connaissant depuis 1989 (Leurs premiers gigs furent les premières parties d'Asshole à Nancy dont j'étais le chanteur) et les ayant suivis depuis tout ce temps, je me réjouis de voir qu'enfin, ils ont un label qui (...)

07/08/2020, 12:19

LeMoustre

C'est a cause de l'argent comme dirait Popeye

07/08/2020, 07:15

Kairos

Kerry king, demonaz a toujours été impliqué dans le groupe, au niveau compo et textes, mais il était dans l’incapacité de tenir la guitare pour raisons de santé.

07/08/2020, 06:59

adrtq

on s'en cogne, les 2 projets sont merdiques,

07/08/2020, 06:46

adrtq

rien de vraiment clack metal ici. Un black thrash bien boring

07/08/2020, 06:45

Satan

Immortal a réussi l'exploit d'être encore plus ridicule que les anciens démêlés de Gorgoroth. Chapeau bas!

06/08/2020, 22:24

Kerry King

Deja Horgh est arrivé tard dans le groupe je crois ?

Mais en soit seul Abbath était sur tout les albums et depuis le début, Demonaz a quitté le groupe pendant une dizaine d'année je crois...

Bref n'y queue n'y tête...

06/08/2020, 21:48

Buck Dancer

C'est vraiment triste et pathétique à lire ce genre de news.

06/08/2020, 21:25

Vincent

C’est PAS BATUSHKA bordel c’est le mec qui a volé le nom et qui a fait Hospodi. Vous le faites exprès c’est pas possible ? Vous voyez bien que la musique n’a rien à voir avec Litourgiya et Panihida.

06/08/2020, 17:53

Humungus

Il est loin le temps ou le Black se voulait aussi le garant d'une certaine spiritualité et intégrité... ... ...

06/08/2020, 17:14

JTDP

En attendant, il y en a un qui doit bien se marrer...

06/08/2020, 14:48

Tranbert

Le R'n'B metal à retenu mon attention donc j'ai ecouté...Ah oui quand même. Faut de tout pour faire un monde. Je dois être trop vieux. Les instrus passent encore, mais la façon de chanter... !NON!

06/08/2020, 12:43

Tranbert

Je l'aime bien aussi ce morceau, et le clip est vachement bien foutu. Rien de très original dans le son et le visuel mais ça le fait bien

06/08/2020, 12:39

Invité

Interstellar 666.6

06/08/2020, 09:32

Gargan

Comme le climat, mouarf.

05/08/2020, 21:55

Oliv

Réchauffé

05/08/2020, 18:54

JTDP

Oui d'accord avec toi Buck Dancer, c'est dans la droite ligne de "magma". Et je le trouve aussi plutôt bon, envoûtant ce morceau. Et le clip est franchement bien foutu !

05/08/2020, 17:29