J’adore chroniquer à l’aveugle, c’est un vrai plaisir…Le cas se reproduit assez régulièrement, en tombant sur des groupes que peu de gens connaissent, ou dont le rayonnement ne dépasse pas leur pays d’origine et ses alentours. Un autre exemple m’en fut donné ce matin, lorsque j’ai cherché à en savoir plus sur un combo qui m’avait intrigué, de sa pochette et de sa musique, assez proche des standards en vogue dans les 80’s du côté de la Californie…Enfin 80’s, presque, plutôt l’orée des 90’s, lorsque les Glam bands de la décennie précédente commençaient à adapter leur musique pour la rendre plus agressive et moins assujettie aux caprices d’un Billboard qui semblait vouloir faire le ménage dans ses rangs…Ainsi, en traquant les news et infos sur la toile à la recherche de compléments à propos de l’histoire des JEV, je me heurtais vite à un mur de silence virtuel, tant leur page Facebook s’est avérée peu diserte sur leur propre sujet, et que les autres sites de référence affichaient un vide absolu. Alors, les JEV, c’est quoi au juste ? Un quatuor semble t’il si j’en juge par les photos promo, qui visiblement a signé un deal avec Warner Chappell, dont on ne trouve trace nulle part, même pas sur la page officielle du label…

On trouve par contre leur musique sur les plateformes habituelles, ce qui vous me direz, est le principal…Mais je ne serai évidemment pas en mesure de vous raconter plus que ce que je viens d’écrire, à mon grand dam…Aucun nom de musicien à vous communiquer, encore moins de background, alors allons-y pour un jugement uniquement basé sur des chansons…

Ce qui est certain, c’est que Jev, l’album, est le premier d’une jeune carrière, et qu’il risque de sonner le signal du départ d’un parcours qui mérite d’être riche et étalé dans le temps. L’approche du Hard-Rock de cette troupe mixte (three boys, one girl) est relativement intéressante dans le fond et la forme, tant on retrouve un paquet d’influences mixées au sein d’un même creuset. Le premier parallèle frappant concerne nos BLACKRAIN nationaux, dont les JEV partagent le point de vue modulé sur un Glam somme toute assez modéré, et plus proche d’un Rock à tendance Sleaze que d’un pur assemblage de marques de cosmétiques et d’anatomies de groupies détaillées au membre près. Les morceaux tournent autour de thématiques simples, et de mélodies facilement assimilables, de refrains assez chatoyants et de couplets attachants, le tout baignant dans une ambiance délicieusement nostalgique rappelant même les périodes de transition des FASTER PUSSYCAT ou des L.A GUNS. Du Hard à la Californienne donc, délocalisé au Brésil, qui n’a pas à rougir d’une quelconque comparaison. Chant nasillard de rigueur, et guitares gentiment provoc’ pour un résultat qui n’a pas à rougir de sa jeunesse par rapport à la production globale du genre. Les hits s’accumulent sans temps mort, et bénéficient d’une production à la patine subtilement passéiste. Son bien rond, un peu compressé sur les bords, mais qui permet quand même au duo basse/batterie de s’illustrer dans un écho très mat mais profond. Jev est donc un disque vraiment attachant, pas vraiment tape à l’œil, mais qui s’incruste dans votre mémoire et votre cœur à pas de loup, avant de se révéler dans sa richesse globale au bout d’une bonne poignée d’écoutes.

Je pourrais m’arrêter là, et me satisfaire d’un travail bien fait, mais l’énergie et la malice dont font preuve ces musiciens brésiliens méritent bien quelques lignes de plus. Si le côté spectaculaire du Glam a été occulté au profit d’une solidité Rock tangible, qui suggère même des efforts de mémoire AC/DC/CATS IN BOOTS (« Over This Time », au riff ample et à la rythmique binaire souple), la folie n’a pas non plus été enfermée dans le placard des travers juvéniles à oublier, ce que démontre à merveille l’explosif « Move It On », qui associe la rage d’un RATT en folie et la démence d’un KIX bien rageur. C’est énergique en diable, et les pieds trépignent vite d’impatience à l’écoute de ces chansons pleines d’indécence, de celle qui vous fait vous lever la nuit pour rejoindre une quelconque party. Les arrangements sont sobres, à l’image de l’intro/sonar/interlude « Syren », qui justifie son titre d’un rappel à l’ordre des troupes, pour une réunion sous le soleil de nuit. Ce rappel mène à un rassemblement massif sous l’invective d’un Hard N’Heavy vraiment plombé et affirmé, à la basse grondante et brillante, et au chant susurré. « Wildest Youth », sans se frotter à l’hymne définitif « Youth Gone Wild » des SKIDS en a au moins l’envergure, et se veut déclaration d’intention d’une jeunesse pas forcément dupe de son époque, mais qui n’en a pas jeté l’éponge pour autant. Revendiquer le droit au fun ? C’est légitime, et cette guitare qui lacère un riff sincère nous en rappelle toute la pertinence, alors même que l’ambiance générale se veut toujours autant en demi-teinte, adoptant les reliefs de vocalises pas vraiment franches et qui jouent de la moue lippue avant de s’envoler vers le paradis des cris aigus.

Si les titres les plus courts sont aussi les plus nombreux, et toujours bordés d’idées généreuses, les JEV se permettent parfois des digressions un peu plus conséquentes, et les placent d’ailleurs en enchaînement, avec un diptyque « Heaven »/ « Over This Time », nous offrant plus de douze minutes atypiques. « Heaven », à des kilomètres de la ballade éponyme des WARRANT joue pourtant sur du velours et impose une douceur n’Roll assez délicate, profitant toujours d’une production un peu cosy. Soft, mais suffisamment hargneux pour convaincre, et un peu Nostalgic Rock scandinave pour rester up in time, avec une patine bizarrement synthétique alors même que les claviers jouent les arlésiennes, ce final aux allures de hard un peu bancal achève de nous convaincre de la différence de ces brésiliens qui refusent la facilité, même si certains de leurs thèmes sentent quand même un peu le réchauffé. Lorsque la tension baisse, ça ne pardonne pas, même si ce chanteur et son timbre aux abois parvient à sauver l’ensemble de l’effroi (« Over This Time », trop long, pas assez bon, et aux licks qui traînent le long de trottoirs sans raison), mais heureusement, le groupe nous laisse sur une dernière intervention à l’émotion palpable et à la mélodie en rébellion (« Everytime I'll Loose My Mind »), pour un épilogue à mi-chemin entre les THE LOCAL BAND et FASTER PUSSYCAT, dans l’attitude et dans le son. Le sans-faute n’est donc pas à portée de main, mais même ces quelques approximations achèvent de rendre ce premier jet hautement attachant.    

Long live the Rock N’Roll ? C’est un peu la leçon à tirer de ce premier jet, encore un peu trop naïf pour truster les premiers rôles, mais suffisamment éclectique et séduisant pour vous faire passer le temps de la plus agréable des façons.

Une approche du Glam et du Hard pas vraiment brésilienne, plutôt européenne, mais qui délivre un message de métissage plutôt probant. Et peu importe que les informations sur les intéressés soient impossibles à dénicher, puisqu’on s’en sort toujours avec deux ou trois formules bien tournées.

Comme cette musique. Simple, mais qui séduit sans forcer.


Titres de l'album:

  1. The Racing
  2. Driver
  3. Move It On
  4. Syren
  5. Wildest Youth
  6. Your Look
  7. When Is Love
  8. Heaven
  9. Over This Time
  10. Everytime I'll Loose My Mind

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2017 à 17:16
75 %    307

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)