J’adore chroniquer à l’aveugle, c’est un vrai plaisir…Le cas se reproduit assez régulièrement, en tombant sur des groupes que peu de gens connaissent, ou dont le rayonnement ne dépasse pas leur pays d’origine et ses alentours. Un autre exemple m’en fut donné ce matin, lorsque j’ai cherché à en savoir plus sur un combo qui m’avait intrigué, de sa pochette et de sa musique, assez proche des standards en vogue dans les 80’s du côté de la Californie…Enfin 80’s, presque, plutôt l’orée des 90’s, lorsque les Glam bands de la décennie précédente commençaient à adapter leur musique pour la rendre plus agressive et moins assujettie aux caprices d’un Billboard qui semblait vouloir faire le ménage dans ses rangs…Ainsi, en traquant les news et infos sur la toile à la recherche de compléments à propos de l’histoire des JEV, je me heurtais vite à un mur de silence virtuel, tant leur page Facebook s’est avérée peu diserte sur leur propre sujet, et que les autres sites de référence affichaient un vide absolu. Alors, les JEV, c’est quoi au juste ? Un quatuor semble t’il si j’en juge par les photos promo, qui visiblement a signé un deal avec Warner Chappell, dont on ne trouve trace nulle part, même pas sur la page officielle du label…

On trouve par contre leur musique sur les plateformes habituelles, ce qui vous me direz, est le principal…Mais je ne serai évidemment pas en mesure de vous raconter plus que ce que je viens d’écrire, à mon grand dam…Aucun nom de musicien à vous communiquer, encore moins de background, alors allons-y pour un jugement uniquement basé sur des chansons…

Ce qui est certain, c’est que Jev, l’album, est le premier d’une jeune carrière, et qu’il risque de sonner le signal du départ d’un parcours qui mérite d’être riche et étalé dans le temps. L’approche du Hard-Rock de cette troupe mixte (three boys, one girl) est relativement intéressante dans le fond et la forme, tant on retrouve un paquet d’influences mixées au sein d’un même creuset. Le premier parallèle frappant concerne nos BLACKRAIN nationaux, dont les JEV partagent le point de vue modulé sur un Glam somme toute assez modéré, et plus proche d’un Rock à tendance Sleaze que d’un pur assemblage de marques de cosmétiques et d’anatomies de groupies détaillées au membre près. Les morceaux tournent autour de thématiques simples, et de mélodies facilement assimilables, de refrains assez chatoyants et de couplets attachants, le tout baignant dans une ambiance délicieusement nostalgique rappelant même les périodes de transition des FASTER PUSSYCAT ou des L.A GUNS. Du Hard à la Californienne donc, délocalisé au Brésil, qui n’a pas à rougir d’une quelconque comparaison. Chant nasillard de rigueur, et guitares gentiment provoc’ pour un résultat qui n’a pas à rougir de sa jeunesse par rapport à la production globale du genre. Les hits s’accumulent sans temps mort, et bénéficient d’une production à la patine subtilement passéiste. Son bien rond, un peu compressé sur les bords, mais qui permet quand même au duo basse/batterie de s’illustrer dans un écho très mat mais profond. Jev est donc un disque vraiment attachant, pas vraiment tape à l’œil, mais qui s’incruste dans votre mémoire et votre cœur à pas de loup, avant de se révéler dans sa richesse globale au bout d’une bonne poignée d’écoutes.

Je pourrais m’arrêter là, et me satisfaire d’un travail bien fait, mais l’énergie et la malice dont font preuve ces musiciens brésiliens méritent bien quelques lignes de plus. Si le côté spectaculaire du Glam a été occulté au profit d’une solidité Rock tangible, qui suggère même des efforts de mémoire AC/DC/CATS IN BOOTS (« Over This Time », au riff ample et à la rythmique binaire souple), la folie n’a pas non plus été enfermée dans le placard des travers juvéniles à oublier, ce que démontre à merveille l’explosif « Move It On », qui associe la rage d’un RATT en folie et la démence d’un KIX bien rageur. C’est énergique en diable, et les pieds trépignent vite d’impatience à l’écoute de ces chansons pleines d’indécence, de celle qui vous fait vous lever la nuit pour rejoindre une quelconque party. Les arrangements sont sobres, à l’image de l’intro/sonar/interlude « Syren », qui justifie son titre d’un rappel à l’ordre des troupes, pour une réunion sous le soleil de nuit. Ce rappel mène à un rassemblement massif sous l’invective d’un Hard N’Heavy vraiment plombé et affirmé, à la basse grondante et brillante, et au chant susurré. « Wildest Youth », sans se frotter à l’hymne définitif « Youth Gone Wild » des SKIDS en a au moins l’envergure, et se veut déclaration d’intention d’une jeunesse pas forcément dupe de son époque, mais qui n’en a pas jeté l’éponge pour autant. Revendiquer le droit au fun ? C’est légitime, et cette guitare qui lacère un riff sincère nous en rappelle toute la pertinence, alors même que l’ambiance générale se veut toujours autant en demi-teinte, adoptant les reliefs de vocalises pas vraiment franches et qui jouent de la moue lippue avant de s’envoler vers le paradis des cris aigus.

Si les titres les plus courts sont aussi les plus nombreux, et toujours bordés d’idées généreuses, les JEV se permettent parfois des digressions un peu plus conséquentes, et les placent d’ailleurs en enchaînement, avec un diptyque « Heaven »/ « Over This Time », nous offrant plus de douze minutes atypiques. « Heaven », à des kilomètres de la ballade éponyme des WARRANT joue pourtant sur du velours et impose une douceur n’Roll assez délicate, profitant toujours d’une production un peu cosy. Soft, mais suffisamment hargneux pour convaincre, et un peu Nostalgic Rock scandinave pour rester up in time, avec une patine bizarrement synthétique alors même que les claviers jouent les arlésiennes, ce final aux allures de hard un peu bancal achève de nous convaincre de la différence de ces brésiliens qui refusent la facilité, même si certains de leurs thèmes sentent quand même un peu le réchauffé. Lorsque la tension baisse, ça ne pardonne pas, même si ce chanteur et son timbre aux abois parvient à sauver l’ensemble de l’effroi (« Over This Time », trop long, pas assez bon, et aux licks qui traînent le long de trottoirs sans raison), mais heureusement, le groupe nous laisse sur une dernière intervention à l’émotion palpable et à la mélodie en rébellion (« Everytime I'll Loose My Mind »), pour un épilogue à mi-chemin entre les THE LOCAL BAND et FASTER PUSSYCAT, dans l’attitude et dans le son. Le sans-faute n’est donc pas à portée de main, mais même ces quelques approximations achèvent de rendre ce premier jet hautement attachant.    

Long live the Rock N’Roll ? C’est un peu la leçon à tirer de ce premier jet, encore un peu trop naïf pour truster les premiers rôles, mais suffisamment éclectique et séduisant pour vous faire passer le temps de la plus agréable des façons.

Une approche du Glam et du Hard pas vraiment brésilienne, plutôt européenne, mais qui délivre un message de métissage plutôt probant. Et peu importe que les informations sur les intéressés soient impossibles à dénicher, puisqu’on s’en sort toujours avec deux ou trois formules bien tournées.

Comme cette musique. Simple, mais qui séduit sans forcer.


Titres de l'album:

  1. The Racing
  2. Driver
  3. Move It On
  4. Syren
  5. Wildest Youth
  6. Your Look
  7. When Is Love
  8. Heaven
  9. Over This Time
  10. Everytime I'll Loose My Mind

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2017 à 17:16
75 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes