Jev

Jev

15/09/2017

Warner Chappell

J’adore chroniquer à l’aveugle, c’est un vrai plaisir…Le cas se reproduit assez régulièrement, en tombant sur des groupes que peu de gens connaissent, ou dont le rayonnement ne dépasse pas leur pays d’origine et ses alentours. Un autre exemple m’en fut donné ce matin, lorsque j’ai cherché à en savoir plus sur un combo qui m’avait intrigué, de sa pochette et de sa musique, assez proche des standards en vogue dans les 80’s du côté de la Californie…Enfin 80’s, presque, plutôt l’orée des 90’s, lorsque les Glam bands de la décennie précédente commençaient à adapter leur musique pour la rendre plus agressive et moins assujettie aux caprices d’un Billboard qui semblait vouloir faire le ménage dans ses rangs…Ainsi, en traquant les news et infos sur la toile à la recherche de compléments à propos de l’histoire des JEV, je me heurtais vite à un mur de silence virtuel, tant leur page Facebook s’est avérée peu diserte sur leur propre sujet, et que les autres sites de référence affichaient un vide absolu. Alors, les JEV, c’est quoi au juste ? Un quatuor semble t’il si j’en juge par les photos promo, qui visiblement a signé un deal avec Warner Chappell, dont on ne trouve trace nulle part, même pas sur la page officielle du label…

On trouve par contre leur musique sur les plateformes habituelles, ce qui vous me direz, est le principal…Mais je ne serai évidemment pas en mesure de vous raconter plus que ce que je viens d’écrire, à mon grand dam…Aucun nom de musicien à vous communiquer, encore moins de background, alors allons-y pour un jugement uniquement basé sur des chansons…

Ce qui est certain, c’est que Jev, l’album, est le premier d’une jeune carrière, et qu’il risque de sonner le signal du départ d’un parcours qui mérite d’être riche et étalé dans le temps. L’approche du Hard-Rock de cette troupe mixte (three boys, one girl) est relativement intéressante dans le fond et la forme, tant on retrouve un paquet d’influences mixées au sein d’un même creuset. Le premier parallèle frappant concerne nos BLACKRAIN nationaux, dont les JEV partagent le point de vue modulé sur un Glam somme toute assez modéré, et plus proche d’un Rock à tendance Sleaze que d’un pur assemblage de marques de cosmétiques et d’anatomies de groupies détaillées au membre près. Les morceaux tournent autour de thématiques simples, et de mélodies facilement assimilables, de refrains assez chatoyants et de couplets attachants, le tout baignant dans une ambiance délicieusement nostalgique rappelant même les périodes de transition des FASTER PUSSYCAT ou des L.A GUNS. Du Hard à la Californienne donc, délocalisé au Brésil, qui n’a pas à rougir d’une quelconque comparaison. Chant nasillard de rigueur, et guitares gentiment provoc’ pour un résultat qui n’a pas à rougir de sa jeunesse par rapport à la production globale du genre. Les hits s’accumulent sans temps mort, et bénéficient d’une production à la patine subtilement passéiste. Son bien rond, un peu compressé sur les bords, mais qui permet quand même au duo basse/batterie de s’illustrer dans un écho très mat mais profond. Jev est donc un disque vraiment attachant, pas vraiment tape à l’œil, mais qui s’incruste dans votre mémoire et votre cœur à pas de loup, avant de se révéler dans sa richesse globale au bout d’une bonne poignée d’écoutes.

Je pourrais m’arrêter là, et me satisfaire d’un travail bien fait, mais l’énergie et la malice dont font preuve ces musiciens brésiliens méritent bien quelques lignes de plus. Si le côté spectaculaire du Glam a été occulté au profit d’une solidité Rock tangible, qui suggère même des efforts de mémoire AC/DC/CATS IN BOOTS (« Over This Time », au riff ample et à la rythmique binaire souple), la folie n’a pas non plus été enfermée dans le placard des travers juvéniles à oublier, ce que démontre à merveille l’explosif « Move It On », qui associe la rage d’un RATT en folie et la démence d’un KIX bien rageur. C’est énergique en diable, et les pieds trépignent vite d’impatience à l’écoute de ces chansons pleines d’indécence, de celle qui vous fait vous lever la nuit pour rejoindre une quelconque party. Les arrangements sont sobres, à l’image de l’intro/sonar/interlude « Syren », qui justifie son titre d’un rappel à l’ordre des troupes, pour une réunion sous le soleil de nuit. Ce rappel mène à un rassemblement massif sous l’invective d’un Hard N’Heavy vraiment plombé et affirmé, à la basse grondante et brillante, et au chant susurré. « Wildest Youth », sans se frotter à l’hymne définitif « Youth Gone Wild » des SKIDS en a au moins l’envergure, et se veut déclaration d’intention d’une jeunesse pas forcément dupe de son époque, mais qui n’en a pas jeté l’éponge pour autant. Revendiquer le droit au fun ? C’est légitime, et cette guitare qui lacère un riff sincère nous en rappelle toute la pertinence, alors même que l’ambiance générale se veut toujours autant en demi-teinte, adoptant les reliefs de vocalises pas vraiment franches et qui jouent de la moue lippue avant de s’envoler vers le paradis des cris aigus.

Si les titres les plus courts sont aussi les plus nombreux, et toujours bordés d’idées généreuses, les JEV se permettent parfois des digressions un peu plus conséquentes, et les placent d’ailleurs en enchaînement, avec un diptyque « Heaven »/ « Over This Time », nous offrant plus de douze minutes atypiques. « Heaven », à des kilomètres de la ballade éponyme des WARRANT joue pourtant sur du velours et impose une douceur n’Roll assez délicate, profitant toujours d’une production un peu cosy. Soft, mais suffisamment hargneux pour convaincre, et un peu Nostalgic Rock scandinave pour rester up in time, avec une patine bizarrement synthétique alors même que les claviers jouent les arlésiennes, ce final aux allures de hard un peu bancal achève de nous convaincre de la différence de ces brésiliens qui refusent la facilité, même si certains de leurs thèmes sentent quand même un peu le réchauffé. Lorsque la tension baisse, ça ne pardonne pas, même si ce chanteur et son timbre aux abois parvient à sauver l’ensemble de l’effroi (« Over This Time », trop long, pas assez bon, et aux licks qui traînent le long de trottoirs sans raison), mais heureusement, le groupe nous laisse sur une dernière intervention à l’émotion palpable et à la mélodie en rébellion (« Everytime I'll Loose My Mind »), pour un épilogue à mi-chemin entre les THE LOCAL BAND et FASTER PUSSYCAT, dans l’attitude et dans le son. Le sans-faute n’est donc pas à portée de main, mais même ces quelques approximations achèvent de rendre ce premier jet hautement attachant.    

Long live the Rock N’Roll ? C’est un peu la leçon à tirer de ce premier jet, encore un peu trop naïf pour truster les premiers rôles, mais suffisamment éclectique et séduisant pour vous faire passer le temps de la plus agréable des façons.

Une approche du Glam et du Hard pas vraiment brésilienne, plutôt européenne, mais qui délivre un message de métissage plutôt probant. Et peu importe que les informations sur les intéressés soient impossibles à dénicher, puisqu’on s’en sort toujours avec deux ou trois formules bien tournées.

Comme cette musique. Simple, mais qui séduit sans forcer.


Titres de l'album:

  1. The Racing
  2. Driver
  3. Move It On
  4. Syren
  5. Wildest Youth
  6. Your Look
  7. When Is Love
  8. Heaven
  9. Over This Time
  10. Everytime I'll Loose My Mind

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/10/2017 à 17:16
75 %    469

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Voilà 

03/12/2020, 23:19

Satan

@ Gargan : Tu n'as jamais écouté "Weiland" semble-t-il? J'ai failli m'étouffer quand j'ai lu que tu trouvais ça kitsch, car si un titre aussi luxueux est kitsch pour toi, tout dans le métal ou apparenté le devient.

03/12/2020, 21:30

Vink Dup

Excellente chronique !Il devient rare de nos jours de tomber sur des pepites du genre.Un album explosif !!Une bonne continuité depuis Expneration Denied.

03/12/2020, 13:37

Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50