Inferna Kabbalah

Ectoplasma

24/01/2022

Memento Mori

La pochette, qui évoque les premières œuvres de Repka pour DEATH ne trompera personne : les grecs d’ECTOPLASMA sont de retour, et n’ont pas mis d’eau dans leur fiel. Deux ans après leur dernier méfait putride White-Eyed Trance, les originaires de Nikaia continuent leur entreprise de mise en terre d’un Death moderne et aventureux, et s’en remettent aux techniques ancestrales de violence, celle qui était prônée à l’orée des années 90 et durant toute la décennie. En résulte donc un album formel, ultimement traditionnel, qui recycle des idées déjà largement exploitées, mais qui le fait avec une sincérité hors-norme qui le confine au sacerdoce.

ECTOPLASMA est en quelque sorte la première ligne nostalgique de la brutalité européenne. Giannis Grim (chant/basse) et Dimon's Night (guitare/batterie), qui comme tout le monde ont dû faire face à la pandémie et l’absence de perspectives, sont donc resté ensemble et ont resserrés leurs rangs, abandonnant la formule quatuor qui avait fait le succès de leur album précédent. Mais avec Inferna Kabbalah, les deux musiciens prouvent qu’ils n’ont besoin de personne pour accoucher d’une œuvre bestiale d’importance, et les trente-cinq minutes de ce nouvel effort prouve que leur investissement a eu raison de tout obstacle.

Evidemment, un album du duo ne ressemble à rien de plus ou de moins qu’un autre album du duo. Et entre les quatre mains de deux labels, Memento Mori pour la version CD et  Rotted Life pour la rondelle et la tape, Inferna Kabbalah est en confiance et promis à un destin enviable. Il faut dire qu’une fois encore, les riffs font le show, entre classicisme exacerbé et groove impitoyable, ce qu’on ressent très rapidement : le groupe a fait l’économie d’une intro pour nous plonger dans le vif du sujet blasphématoire en citant le Rosemary’s Baby du sieur Polanski et ses obsessions sataniques. Alors, on vibre, on se déhanche au rythme d’un mid tempo efficace comme un psaume lu à l’envers pour évoquer le diable, et la prise de contact est rapide : impossible de ne pas succomber à ces lignes de chant graveleuses et à ce festival de licks qui tournent comme des vautours.

Comparé par un argument promotionnel assez fier au BOLT THROWER de For Victory, Inferna Kabbalah n’en a pas moins son identité propre comme le démontre le tortueux et vicieux « Infestation Of Atrocious Hunger », et son entame presque joyeuse. Le duo n’a pas cherché l’innovation, mais l’assise, et s’en est remis à son savoir-faire ancestral : des citations dans le texte entre SUFFOCATION et AUTOPSY pour les cassures les plus traumatiques, et un poil de modernité dans l’agencement des idées. L’équilibre rythmique, très bien pesé, permet de supporter les changements de BPM incessants qui confèrent à l’œuvre le beat d’une mise en bière un peu trop arrosée.  

Comme d’habitude, les réfractaires argueront d’un caractère trop prévisible et de compositions trop respectueuses pour être honnêtes. S’il est vrai que le duo n’a pas cherché la complication, les atmosphères, les couches de voix, et les riffs à la MORBID ANGEL (« Inferna Kabbalah ») suffiront largement à faire le bonheur des psychopathes de Floride, tout comme la joie des maniaco-dépressifs anglais sevrés à BENEDICTION. Les clins d’œil sont légion, mais l’appétit des morts-vivants est concret, et l’album possède cette énergie glauque des films les plus sombres de l’histoire du surnaturel, comme si Lucio Fulci revenait d’outre-tombe pour s’approprier le travail d’Ari Aster.

Conséquents, les morceaux se suivent et se ressemblent certes, mais développent des astuces intelligentes, comme cette entame Thrash sur l’imparable « Gruesome Sacred Orgasms ». On se replonge donc dans le passé d’un genre qui renaît sans cesse de sa propre pourriture, et celle recouvrant  Inferna Kabbalah est justement noble, aux tâches verdâtres repoussantes, mais à l’odeur familière. Celle d’un Death que l‘on aime pour ce qu’il est, nauséabond, violent, impitoyable dans l’agression, et profond dans la terre.

On aurait peut-être aimé un titre plus lapidaire que la moyenne, mais les blasts furieux de « Filth-Ridden Flesh » font parfaitement l’affaire, pour une fin d’album qui ressemble à une fin de vie. Entre les allées d’un cimetière désolé, ECTOPLASMA déambule parmi les esprits les moins amicaux, et nous livre sa propre version de la vie après la mort. Une vie infâme, basée sur les plus bas instincts terrestres, partouze des sens dans une mare d’essence prête à prendre feu, pour le plus grand plaisir de Lucifer.

Mais après tout, lorsqu’il n’y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur terre, et vous pouvez faire confiance à ces deux-là pour les accueillir comme il se doit. Au son d’un Death Metal old-school, sombre, grossier, mais savoureux et sincère.

Scream, bloody, Gore. Encore.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. God Is Dead, Satan Lives (Rosemary's Baby)

02. Appalling Abomination

03. My Medieval Urges Materialized

04. Infestation Of Atrocious Hunger

05. Inferna Kabbalah

06. Gruesome Sacred Orgasms

07. Filth-Ridden Flesh

08. Desecration Of The Christian Existence


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/01/2022 à 15:15
78 %    105

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23