J’avoue une méconnaissance totale de la musique d’inspiration nordique traditionnelle, mes connaissances s’arrêtant aux quelques influences Folk-Metal et BM que j’ai pu grappiller durant mes longues années d’apprentissage d’auditeur passionné. La vulgarisation étant souvent de mise dans la traduction d’idiomes musicaux ancestraux, je me garderai donc bien de me baser sur cette dite expérience pour juger du cas que je vais traiter aujourd’hui, qui mérite d’ailleurs une virginité d’opinion à l’échelle de ses ambitions. Je l’avoue sans honte, lorsque Solstice Promotions m’a fait part de sa volonté de promouvoir le projet SKÁLD, j’étais dubitatif sur ma capacité à en appréhender les tenants et aboutissants, me méfiant de cette pochette fleurant bon la fascination Viking de bas étage, et semblant flatter les instincts « sauvages » d’un public toujours friand de casques à cornes (qui eux aussi découlent d’une mythologie fantasmagorique et non de faits historiques d’ailleurs). Mais après lecture du contenu promotionnel en question, je notais avec satisfaction l’implication d’un musicien/producteur bien connu, Christophe Voisin-Boisvinet, qui a notamment travaillé avec de grands noms de la chanson francophone (Natasha St Pier, Florent Pagny), mais aussi avec des groupes internationaux au rayonnement certain. Dès lors, la chose m’intriguait suffisamment pour que j’y consacre mon temps, et grand bien m’en a pris, puisque le projet Le Chant des Vikings est de cette catégorie d’œuvres en immersion totale, et dont la passion se ressent à chaque mélodie et intervention vocale. Et en préambule, j’accorderai d’ailleurs un espace à la genèse de ce concept, qui mérite assurément toute votre attention. Voici donc quelques explications qui doivent être portées à votre connaissance en amont :

Mûri de longue date par un groupe de passionnés, ce projet est né de la rencontre du producteur et compositeur Christophe Voisin-Boisvinet avec un trio de chanteurs talentueux aux timbres atypiques. Ensemble, ils ont entrepris de faire revivre la poésie des anciens scaldes qui chantaient dans leur langue - le vieux norrois - l’histoire des peuples et des dieux vikings. Dans la société scandinave de la première moitié du Moyen Âge, les scaldes sont conteurs, poètes et musiciens. Au même titre que les bardes celtes, ils chantent les louanges d’une lignée, narrent l’épopée d’un héros ou les exploits des dieux, dans un temps où l’oralité est reine.

C’est cet héritage que l’ambitieux projet musical SKÁLD fait revivre aujourd’hui en immergeant l’auditeur dans un paysage sonore riche et évocateur, utilisant pour cela une palette d’instruments spécialement choisis pour l’occasion. Les percussions tribales, comme les tambours chamaniques de différentes tailles, évoquent la puissance martiale et les conquêtes ; les petites percussions constituées d’ossements d’animaux et de bois de cerf s’inspirent surtout du paganisme, alors que la musicalité des cordes - comme la Lyre, la Talharpa, la Maurache à archet, le Jouhikko ou la Nyckelharpa – dévoile toute la richesse de la culture scandinave. Quant au chant, omniprésent, il porte en lui tous ces aspects à la fois.

Dans les faits, comment se traduit cette volonté de coller à une tradition ancestrale, tout en proposant une musique susceptible d’intéresser un public généraliste, et non un groupuscule d’amoureux des coutumes utilisées et vulgarisées par une industrie du spectacle qui a tendance à souiller de populisme tout ce qu’elle touche ?  Simple, et terriblement complexe à la fois. En adaptant ces techniques anciennes à une approche moderne, sans dénaturer le propos d’origine, mais en lui donnant une lumière contemporaine apte à fédérer tous les véritables esthètes d’une musique peaufinée et incroyablement sauvage à la fois. Et en s’appuyant sur un triple organe de tête aux registres et tessitures différents, Christophe Voisin-Boisvinet a pu mettre en place des ambiances à la mystique prenante, mais aussi des harmonies en complétude d’une beauté formelle assez remarquable. S’il est toujours délicat de retranscrire des émotions qui font appel au ressenti le plus personnel, il est nécessaire d’apporter quelques précisions, tout en ayant la franchise de dire que seules plusieurs écoutes vous permettront d’apprécier toute la richesse de l’œuvre du projet SKÁLD. La richesse de ce projet justement, outre son classicisme formel, réside en la complémentarité de la créativité d’un réalisateur et le talent des trois chanteurs, qui dès « Rún » prouvent que leurs voix s’entremêlent avec une magie palpable. Ainsi, les timbres de Justine Galmiche, Pierrick Valence et Mattjö Haussy, venus tous trois d’horizons musicaux différents, s’associent dans un unisson transcendant, tout en gardant leur emprunte vocale propre. La gravité des timbres masculins, apportant de la profondeur aux volutes de Justine créent un décalage fascinant, admirablement bien mis en exergue par l’utilisation des percussions, comme on peut s’en rendre compte sur « Valfreyjudrápa ». Les clés utilisées, et les instruments traditionnels produisent un effet lyrique qui n’est pas sans rappeler la musique bretonne folklorique, effet appuyé par des textes concentrés sur les légendes d’autrefois, qui reprennent vie au vingt-et-unième siècle.

Les compositions en elles-mêmes ont été pensées pour offrir au projet une patine onirique, et « Níu » de sonner comme une transposition contemporaine de mélodies anciennes, l’orchestration ayant toujours la délicatesse d’enrichir et de soutenir les prestations vocales, et non de les enterrer sous un maelstrom de sons étouffants. La fragilité de la voix de Justine est de fait transcendée par un instrumental aux intonations aussi emphatiques que humbles, et le tout prend parfois des allures de voyage dans le passé en forme de quête (« Flúga »), ou d’introspection à la recherche de réponses, nous tournant vers la mythologie des anciens Dieux nordiques, du Valhalla ou les neufs royaumes d’Yggdrasill (« Gleipnir », encore un travail superbe des percussions et des harmonies de voix). Le choix d’avoir opté pour un format la plupart du temps court (seuls deux morceaux dépassent les quatre minutes, et à dessein) permet de passer d’une atmosphère à une autre sans tomber dans le piège du passage en revue en fausse compilation, et lorsque les cordes s’imposent dans une union sacrée (« Krákumál »), la profondeur de la voix masculine offre un contrepoint puissant à des arrangements d’arrière-plan dramatiques mais subtils. Il n’est alors pas difficile de se croire plongé dans un passé magnifiquement ramené à la vie, comme un livre de coutumes qui s’extirperait de ses propres pages pour s’incarner en personnage à part entière. On retrouve d’ailleurs des inflexions caractéristiques de musiques d’un autre monde, lorsque l’aspect tribal nous ramène sur les rivages de l’Inde et de ses drones si caractéristiques (« Krákumál » tellement hypnotique qu’on en devient imperméable au monde extérieur), ou lorsque les harmonies vocales occupent l’espace pour un court moment de grâce pure (« Ec man iötna », mélange de chants grégoriens et d’incantations indiennes).

Et de fil en aiguille, le voyage nous immerge totalement dans son univers, transformant Le Chant des Vikings en bande-originale de fantasme intégral, film musical étrange mais passionnant, et susceptible de fédérer l’adhésion d’un public hétéroclite. Car tout le monde peut se retrouver dans ces treize morceaux aussi puissants que délicats, et qui parviennent à recréer une ambiance mythologique en évitant les clichés les plus dangereux. Que vous soyez intéressés par les thématiques abordées, ou que vous cherchiez une pièce musicale unique en son genre, SKÁLD vous offrira non seulement un concept solide, mais aussi des chansons dignes d’intérêt, et surtout une complétude entre le travail d’un réalisateur réellement investi, des vocalistes unis, et des instrumentistes au touché crédible. Une aventure universelle à l’unicité indéniable, et plus prosaïquement, un disque pénétrant, et un souvenir qui vous hantera pendant longtemps. Et pour les accros, sachez que l’album sortira en trois versions : en pack CD Collector, en vinyle et en CD livre-disque édition limitée de 32 pages, contenant les paroles et leurs traductions en français. Un joli cadeau de Noël en avance en somme.  

           

 

Titres de l’album :

                      1. Enn átti Loki fleiri börn

                      2. Rún

                      3. Valfreyjudrápa

                      4. Níu

                      5. Flúga

                      6. Gleipnir

                      7. Krákumál

                      8. Ó Valhalla

                      9. Ec man iötna

                     10. Yggdrasill

                     11. Ódinn

                     12. Ginnunga

                     13. Jóga

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/01/2019 à 16:02
90 %    158

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!