Dawn

Emissaria

21/01/2020

Autoproduction

EMISSARIA propose un univers qui n’est pas ancré dans un style, du Metalcore au Thrash Metal.  

Avec cet avertissement (courtois au demeurant), les parisiens balisent déjà le terrain en anticipant les interrogations éventuelles. Mais on connaît cette vieille astuce d’évitement des étiquettes pour ne pas avoir à expliquer des choix artistiques. Selon le principe, le concept consistant à rester vague permet de louvoyer entre les styles en cas de véracité, ou de passer pour des esprits affranchis en cas de tromperie. Mais dans le cas très concret de ce premier EP, la vérité est de mise, et la catégorisation n’est pas simple. Si selon les plateformes les parisiens s’épanouissent dans un Thrash/Death progressif, la réalité, pas forcément éloignée n’en est pas pour autant si simple. Jeune quatuor (Sophian 'Midnight' - chant/guitare, Thomas - guitare, Nicolas - basse et Francis - batterie), EMISSARIA est donc un groupe aux influences multiples, jouant une forme d’extrême assez intéressante et pas forcément sous perfusion, même si certaines de ses influences sont notables. D’ailleurs, les musiciens ne se gênent pas pour nommer les leurs, et c’est ainsi que nous retrouvons les noms de METALLICA, A PERFECT CIRCLE, ARCH ENEMY, JIMI HENDRIX, VIVALDI, SLAYER, BEHEMOTH, IRON MAIDEN, BLACK LABEL SOCIETY, PANTERA, SOAD, RATM, GOJIRA, THE ARRS, ou KORN dans le recensement de leurs possibles inspirations. Comment dès lors se faire une idée de la voie artistique suivie dans ce dédale de mentions complémentaires, mais pas forcément homogènes ? Simple, en écoutant la musique jouée par le quatuor, qui s’avère aussi riche et simple qu’elle n’est complexe et dense dans les faits. Cinq morceaux, dont une transition pour ce premier EP Dawn, qui a en effet des airs d’aube ensoleillée mais chargée pour les parisiens. Disponible sur toutes les plateformes de streaming, ce premier jet, non exempt de défauts, évoque tour à tour plusieurs acteurs de la scène extrême des vingt dernières années, et se présente sous une lumière étrange, puissante, mais modulée.

On pense évidemment en premier lieu et eu égard à l’aspect progressif de l’entreprise à nos GOJIRA nationaux, mais la musique d’EMISSARIA est encore un peu trop mélodique et abordable pour s’accoler aux débordements dantesques de la bande aux frangins Duplantier. On pense plutôt à un mélange générique, évoquant les débuts d’OPETH, de PARADISE LOST, mais aussi au SAMAEL le plus sombre, et si le groupe suggère des accointances avec le Metalcore, voyez ça comme un désir de balayer d’un revers de manche les questions trop précises. Le flou convient d’ailleurs très bien au projet qui préfère s’exprimer en musique plutôt qu’en mots, mais avec des réminiscences de CARCASS, de CREMATORY, mais aussi d’IRON MAIDEN pour l’aspect plus classique, Dawn est plein de surprises, et aménage des moments de furie pure, comme en témoigne le très peu complaisant « Winter Nights ». C’est évidemment ce morceau de plus de sept minutes qui intrigue le plus, avec son entame franche et mid tempo qui nous écrase les tympans de sa puissance, le chant très grave et rauque de Sophian conférant une patine très sourde à l’instrumental ciselé, précis, mais éminemment bruyant. Aussi Death qu’ils ne sont Heavy, les EMISSARIA n’ont effectivement cure des querelles de style, et affinent le leur, entre Death catchy et légèrement thrashy, Heavy sombre et ambitieux, mélodies amères très prononcées, le tout agité d’une énergie de tous les diables et agrémenté de motifs catchy qui retiennent l’attention. Très capables, les musiciens sont aussi probants en version collective, et l’osmose qui se dégage de ce premier EP est manifeste, et caractéristique d’un groupe qui a bien bossé sa copie avant de la rendre.

Il est toutefois difficile de se faire une idée précise avec quatre véritables titres, mais l’éventail proposé et sa diversité ont valeur de critère important. On se croirait dès l’entame propulsé en arrière, dans les affres de nineties qui cherchaient encore le renouveau, et « Whisper » d’évoquer un croisement assez finaud entre le CARCASS des deux derniers albums et le GOREFEST le plus domestiqué. Riffs carrés qui jouent la précision dans un contexte sauvage et sans concessions, plans qui s’enchaînent avec fluidité, coupures mélodiques mais pas trop, pour un premier morceau qui marque les esprits. Certes, l’optique « progressive » n’est pas évidente dès le départ, mais c’est « Dawn & Twilight » qui donne le signal des ambitions, avec son intro délicate et ses guitares en son clair. Prônant le respect du Heavy dans un cadre plus brutal, les parisiens ne se sont pas contenté d’accumuler les riffs pour bomber le torse, mais ont pris grand soin de composer de vraies chansons, structurées mais pas forcément prévisibles, et le tout tient debout, reste logique, et surtout, convaincant, avec en exergue un dernier titre qui lâche un peu la vapeur et assure la caution Thrash que l’on attendait encore au tournant. Aussi persuasifs dans la vélocité que dans la solidité, les EMISSARIA nous présentent donc une carte de visite qu’on gardera précieusement dans sa poche, pour la ressortir à l’occasion d’un premier album qu’on espère aussi dense que cette mise en bouche. Et si le chant de Sophian gagnerait à être plus modulé, le reste est inattaquable, et laisse augurer d’une journée agitée succédant logiquement à cette aube chaotique.              

   

Titres de l’album :

                          01. Whisper

                          02. Erosion

                          03. Dawn & Twilight

                          04. Winter Nights

                          05. Into the Wheels

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/05/2022 à 18:06
78 %    57

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32