Peu d’informations à vous communiquer sur ce groupe finlandais qui a sorti cette année son deuxième longue-durée, si ce n’est que les MALUM (aux homonymies nombreuses) ont entamé leur carrière en 2013, et qu’ils ont depuis sorti un certain nombre de publications. Deux EP pour l’année 2014 (Malum et Burning Trident), un premier album en 2015 (Crowned with the Serpent Sun), un troisième EP en 2016 (Awakening of the Black Flame), ainsi qu’un split en compagnie des INSANE VESPER début 2017, Luciferian Dimensions. Leur page Facebook n’est pas plus diserte sur leur sujet, et inutile de compter sur une quelconque bio pour tenter d’en savoir plus. Vous voici donc avec le minimum d’éléments pour jauger l’évolution du combo si vous n’avez pas suivi l’affaire depuis le début. Ayant quand même tendu une oreille sur leurs efforts passés, histoire de pouvoir juger en toute objectivité, je dirais que leur approche d’un BM foncièrement brutal et occulte a atteint aujourd’hui une sorte d’apogée, puisqu’ils se rapprochent de plus en plus des racines les plus élémentaires du genre, sans trahir leur propre personnalité. Mais autant avouer de suite que leur optique est résolument traditionnaliste, et ne remet aucunement en cause les dogmes établis par les figures de proue des années 90 et 2000.

Il serait même possible, après dissection des quarante-cinq minutes de ce Night Of The Luciferian Light de situer les MALUM en convergence du triumvirat MAYHEM/MARDUK/BEHEMOTH, avec un petit bémol pour ces derniers, dont les finlandais n’empruntent qu’un certain désir de grandiloquence dans la puissance. Mais ces références semblent pertinentes, d’autant plus que les nuances sont quasiment absentes de la progression de ce second LP.

Le quintette (Tyrant : chant/composition, VT & Ev - guitares, HH – batterie et KK – basse) ne cherche aucunement à approfondir les fondements qui lui servent de base, et utilise la violence en tant que but, et non comme fin en soi, modulant quelque peu sa rythmique pour ne pas trop se reposer sur un lit de blasts stable. Notons quand même un jeu assez impressionnant du batteur HH, qui joue avec ses toms comme Hellhammer les maltraitait au sein de MAYHEM, mais qui rappelle aussi Fredrik Andersson pour cette fluidité dans l’enchaînement des plans puissants. Les ambiances sont globalement délétères, avec ce petit apport de mélodies discrètes qui valident une corrélation avec les errances symphoniques de DISSECTION, sans bien sûr en approcher le génie harmonique.

L’aspect occulte est bien évidemment en pleine emphase, ce que démontre l’intro maléfique de « O Satan, O Lucifer », au tocsin résonnant funèbrement dans un écho de grondements inquiétants, comme une version moderne et délibérément satanique des litanies originelles de BLACK SABBATH. De là, les poussées de violence ne connaissent que peu de rémission, sauf au détour de quelques breaks qui jouent sur l’ambivalence d’un Heavy vraiment malsain, tournant les choses à l’avantage d’un Doom salement efficace. Les morceaux, s’ils ne se distinguent pas forcément de la masse globale, ont tous quelque chose à proposer, même si l’homogénéité tient une place importante. On se retrouve donc face à des titres qui n’hésitent jamais à jouer la montre en frisant systématiquement les sept minutes, handicap certain lorsque les idées se répètent ou viennent à manquer en se rassurant de plans déjà entendus ailleurs.

Mais là est l’écueil principal d’un BM qui refuse toute forme d’évolution, et qui préfère piocher chez ses influences pour avancer. On pense ainsi de temps à autres au Heaven Shall Burn de qui-vous-savez, même si les chansons ici sont moins marquées d’un tempo unique, et laissent même assez souvent une basse proéminente et ronde s’exprimer plus librement (« Kaste, Kirous Ja Kuolema »). Le traitement vocal est par contre le point fort de Night Of The Luciferian Light, spécialement lorsqu’il se dédouble pour incarner une schizophrénie palpable, rendant ainsi les interventions de Tyrant très efficaces, et parfois, relativement effrayantes.  

 

Une fois assimilés les riffs circulaires, et les changements de direction somme toute amenés avec douceur, le cheminement de l’œuvre est assez simple à saisir. Tout au plus pouvons-nous souligner des segments plus volontiers lourds, à l’image sonore de « Altar Of Ritual Death », au chant sous-mixé et à l’ambiance DARKTHRONE/early MARDUK assez agréable. Difficile d’en dire beaucoup plus au sujet d’un disque qui se veut formellement franc dans l’outrance, qui reste d’ailleurs modérée. Les accélérations ne prennent personne au dépourvu, et les roulements de toms qui sont souvent calés sur le même modèle confèreront pour certain une patine hypnotique à l’ensemble, mais entraîneront une lassitude indéniable pour les plus exigeants (« Where Light Ascends »). Les plus mauvaises langues diront qu’une fois parvenus au dernier morceau, ils se sont sentis libérés, tant le manque de variations les aura éprouvés, mais admettons quand même que pris en tant que bloc monolithique, Night Of The Luciferian Light sent le soufre et les effluves putrides du BM nordique des origines, genre qu’il ne contribue toutefois pas à faire avancer d’un iota.

Mais tout le monde n’a pas de grandes aspirations artistiques, et celles de MALUM restent dans une moyenne raisonnable de véhémence et de violence. Sans être fondamental, ce qu’il n’est assurément pas, ce second LP se situe dans une moyenne agréable de Black brutal, qui sait quand même faire monter la sauce et la diluer pour ne pas la rendre trop épaisse et indigeste. Espérons qu’à l’avenir les finlandais se montrent plus entreprenants, sous peine de rester dans un anonymat qu’ils ne méritent pas forcément. On les sent capables de faire beaucoup mieux que ça, et de prendre suffisamment de risques pour laisser une emprunte durable dans le grand livre des maléfices qu’ils semblent suivre à la lettre.


Titres de l'album:

  1. O Satan, O Lucifer
  2. Perdition
  3. Awakening Of The Black Flame
  4. Kaste, Kirous Ja Kuolema
  5. Altar Of Ritual Death
  6. Where Light Asecends
  7. Night Of The Luciferian Light

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/10/2017 à 18:25
70 %    349

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
22/10/2017 à 18:37:58
Je vais me jeter ça dans les oreilles ce soir !

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks \,,/ good news


Je ne sais pas si le groupe a été créé de toute pièce, mais je l'ai découvert lors du Clermont metal fest et c'était très très bien . Ca joue très bien et le chant est au top niveau avec quelques poussées très graves. Ok elles sont charmantes et ce n'est pas déplaisant mais leur jeu es(...)


Putain, mais c'est encore plus merdique qu'avant. Ou comment progresser dans la médiocrité.


ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.