J’ai un parcours musical assez typique finalement. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai eu 15 ans en 1986, et à cette époque-là, mis à part le Hard-Rock, les films d’horreur et les filles, pas grand-chose ne m’intéressait. Que voulez-vous, lorsqu’on est adolescent, on n’a pas beaucoup de centres d’intérêt, et ceux-ci en valait bien d’autres. Mais avouons quand même que nous étions salement gâtés à cette époque-là…Entre Wes Craven, les Vendredi 13, Stuart Gordon, et puis nos chers JUDAS PRIEST, MAIDEN, qui tout à coup s’adaptaient aux standards de composition et de production du tournant d’une décennie, le choix était vaste, tout comme l’était la folie. Quel plus beau bonheur que de dévorer un Phenomena de Dario Argento en se délectant de sa BO MOTORHEAD/MAIDEN, ou de bouffer un Shocker, aux éclats de riffs de MEGADETH et DANGEROUS TOYS ? Le souvenir de ces soirées passées devant la télé ou à côté de la platine m’émeut encore, et je sais de source sure que je ne suis pas seul dans ma nostalgie loin de là…Il suffit de jeter un coup d’œil à tous les slasher rétro ou même à une série comme Stranger Things pour comprendre que cette fameuse nostalgie fait vendre, qu’elle fait regarder et écouter. Et ça, beaucoup l’ont compris, mais ont au moins l’honnêteté de faire leur boulot avec envie…

Tout comme les espagnols d’ALAE NOCTIS, qui avec leur quatrième album ont fait un admirable boulot de plongée dans le passé pour en ramener les sons les plus typiques et les riffs les moins cryptiques.

L’histoire des originaires de Carthagène remonte à 1998, lorsque Diego « Noctis », chanteur/guitariste et Daniel Garcia, batteur, émergeant de la scène Post-Punk décident de changer de décor et d’influences pour se concentrer sur un Rock basé sur des guitares synthé midi et des accords classiques du Rock. De fil en aiguille, et en complétant leur line-up, les espagnols ont doucement évolué vers d’autres horizons, tâtant même d’un Indus timide, avant de se recentrer sur un Hard-Rock légèrement électronique, typique des mid 80’s. Avec une bonne quantité de LP à leur actif (Alae Noctis en 2009, démo, Cyborgs en 2012, Rising From The Grave en 2014 et Omega Force en 2015, suivis d’une compilation l’année dernière), les carthaginois se sont imposés comme une valeur sûre de la scène Retrowave ibère, frappant de leur sceau unique cette vague si répandue ces dernières années, grâce à une implication totale et une mémoire fidèle, qui leur a permis de retrouver les sonorités qui ont bercé notre adolescence, sans totalement renoncer à leur identité Post originelle. C’est en tout cas ce que prouve avec brio leur petit nouveau Slasher, de sa pochette rappelant le graphisme de Laurent Melki, mais qui ne cache en rien son admiration pour la saga lancée en 1980 par Sean S. Cunningham… Slasher, c’est un peu le Back to the future musical que tous les quadras vont dévorer, pour peu qu’ils n’aient pas totalement renoncé à leurs jeunes années. On y retrouve tous les impératifs d’une prod’ caractéristique, mais aussi les clins d’œil et références indispensables à toute entreprise de nostalgie suggérée. Mais pas que ça, et c’est sans doute ce qui rend cet album des espagnols si attachant…

L’entreprise était donc une fois encore très séduisante sur le papier et sur pochette, mais les chansons renfermées par ce trait grossier et ces couleurs délicieusement néonées confirment tout le bien que l’on était en droit de penser de ce tableau subtilement recopié. Alors que les fans du JUDAS de Turbo, et du Alice COOPER de « He’s Back (The Man Behind The Mask) » se réjouissent, puisque les espagnols leur ont offert un beau cadeau, certes, un peu bref de sa demi-heure un peu écornée, mais salement épicé pour qui trouve les sorties actuelles un peu trop fades. Bien loin de se contenter de miser sur un vintage éculé, les ALAE NOCTIS ont pris le temps de composer de véritables hymnes au passéisme amusé, qui étanchera la soif des plus jeunes des vieux d’entre vous, mais aussi de tous les autres qui trouvent dans les années 80 un enthousiasme que leur propre époque ne sait plus susciter. Huit petits morceaux et puis s’en vont, ce qui est bien dommage, puisque ce voyage organisé nous faisant passer par les cases DOKKEN, KING KOBRA, Miami Vice, Friday The 13th et tant d’autres est un véritable délice, qui nous ménage de longs couplets découlant sur des refrains déchaînés, entonnés de voix possédée par un vocaliste qui n’a pas oublié ses cordes vocales dans une vieille boite de VHS. Des guitares assassines mais mutines, dans la grand tradition du PRIEST de Turbo (« Murder One », qu’on pense leftover d’une collaboration entres les anglais et le Coop’) des allusions Glam assez finaudes (« Crazy Oldman », genre de Speed Sleaze complètement déjanté), une batterie au synthétisme léger, mais à la frappe affirmée (« Old School Rebel », Hard-Rock de tradition taillé pour un slasher sanglant de saison), en gros, toute la panoplie d’un combo qui semble n’avoir jamais quitté cette époque bénie ou tout était encore permis, même les choses les plus approximatives et honnies.     

Nous avons même droit à de petites choses délectables, comme cet overspeedé « Spoils Of Crime », croisement entre un DOKKEN survitaminé et un MOTORHEAD allégé, ou un « Borderline », qui en effet joue avec les frontières entre la New-Wave, le Post Rock et le Dark Rock, pour trois petites minutes de délice à la CURE/DEATHCULT/JESUS AND MARY CHAIN. Mais ne l’oublions pas, c’est quand même le Rock qui fait sa loi, et le Hard-Rock même, ce que démontre avec syncopes « C.O.D. (Rock N’Rolll Duty) », qui se gave d’un lick groovy et de lignes de synthé moody. En final, le groupe nous réserve une sortie en climax d’un film pour les oreilles, et « Slasher » de cavaler comme les plus dératés des groupes de la NWOAHM lorsqu’un serial killer venait les chatouiller (« Slasher » donc, tendu comme une course poursuite dans la nuit, avec tueur fou increvable et victime qui se cache derrière l’étable).

Slasher se déguste donc comme les films du genre du même nom, et se veut plaisir pas si coupable que ça, que l’on partage entre initiés, avec quelques potes éclairés qui préfèrent un samedi soir devant la télé qu’à se déhancher dans une boite faisandée. Un album qui aurait sans problème pu être édité il y a une trentaine d’années, et qui réussit sa mission sans broncher. Ces espagnols sont donc des gens lettrés et cinéphilisés, et connaissent leur bréviaire Gore’n’Rock sur le bout des membres coupés. 

Un truc qui donne envie de dépoussiérer son vieux magnétoscope pour se repasser jusqu’à en crever les bandes de notre adolescence qui piétinaient le bon goût et la décence. Mais qu’est-ce que ça fait du bien parfois !


Titres de l'album:

  1. Crazy Oldman
  2. Bounty Hunter
  3. Murder One
  4. Old School Rebel
  5. Spoils Of Crime
  6. Borderline
  7. C.O.D. (Rock'n'Roll Duty)
  8. Slasher

Site officiel


par mortne2001 le 05/09/2017 à 14:31
78 %    309

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Bonjour, moi aussi j’ai été arnaqué de plus de 178.000 euros, je l’ai rencontré sur Meetic un site de rencontres, il est parti soi-disant en Côte-d’Ivoire à Abidjan pour travailler (photographe), il vit dans un hôtel, et bien sûr il s’est fait agressé en sortant de cet hôtel, plus (...)


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)