Odyssey

Eve To Adam

20/02/2017

Rocktagon Worldwide Music

Alors on va replacer le contexte, bien que tout le monde le connaisse. Nuit des temps, origines, Dieu créé Adam, et comme le pauvre bougre s’ennuie seul dans son jardin sans bégonias à rempoter, le vieux barbu lui pique une côte, et lui invente une Eve pour lui tenir compagnie, dans un accès de Frankensteinite prémonitoire aigue.

Les deux s’entendent suffisamment bien pour commencer à avoir des idées frivoles, et la coquine Eve propose alors un petit goûter sur le pouce à son bien aimé, sous la forme d’une pomme livrée par un serpent malicieux qui malgré son air mielleux, savait très bien ce qu’il faisait.

La suite…

Colère du vieux barbu, deux clampins chassés de leur joli jardin, et humanité condamnée à vivre dans le pêché et la femme à incarner le symbole de la perversion, se voyant reléguée par une religion improvisée au rôle de mère et d’épouse parfaite, bloquée derrière ses fourneaux et son missel tout chaud.

Bla, bla, bla.

Et le Rock dans tout ça ? J’y arrive, puisque la pomme mène à tout, et pas seulement à Magritte et aux BEATLES décoiffés.

EVE TO ADAM, le chemin inverse de la damnation éternelle ? Pas vraiment, plutôt quelque chose de plus musical, et de plus prosaïque…Un groupe, formé par deux frères, Taki et Alex Sassaris à la fin des années 90, après un déménagement de Floride à New York City, pour y rencontrer le gourou du tube radiophonique sur mesure, le blondinet Desmond Child, que tout le monde connaît pour avoir taillé des costumes trois-pièces et #1 dans les charts à BON JOVI, Alice COOPER, AEROSMITH, KISS et bien d’autres.

Sauf que dans le cas des frangins, l’osmose ne marche pas, et l’option « poppy » de ce brave Desmond est beaucoup trop éloignée de leurs considérations Rock.

Marchant de leurs propres pas, le chanteur et le batteur forment leur propre combo, signent leurs propres compos, et de fil en aiguille, finissent par sortir une bonne pelletée d’albums, cinq au total, dont ce petit dernier, Odyssey.

D’innombrables changements de line-up, des orientations artistiques qui évoluent, et finalement, il semblerait que le futur soit dans le viseur d’EVE TO ADAM, puisque c’est ainsi qu’ils conçoivent leur dernier né, qui selon eux représente la musique du futur.

Moi je veux bien, mais elle me semble tout autant piocher dans le passé et le présent…Alors, la question est. Êtes-vous prêts à croquer dans la pomme de l’Alternative Rock des Américains ? Si vous, faites-vous plaisir, le fruit est frais, et donne la pèche de ses acides aminés.

Niveau influences, le quatuor (outres la doublette Sassaris, on retrouve Markus Wells et Matt Spaker aux guitares et chœurs) revendique pas mal de choses, de PANTERA aux STONE TEMPLE PILOTS, en passant par les FOO FIGHTERS, SEVENDUST et STONE SOUR, osant même la citation NINE INCH NAILS, sans pour autant paraître flagorneur.

Et il est certain qu’Odyssey est un peu tout ça à la fois, une sorte de Post Alternatif mélodique, électronique et puissant, qui sait user sans abuser de mélodies accrocheuses pour pondre des hits de Metal moderne à lourde tendance synthétique.

Loin du Metalcore, autant qu’il peut l’être du Hard Rock traditionnel, ce cinquième album de EVE TO ADAM produit par Elvis Baskette (ALTER BRIDGE, CHEVELLE) et DJ Zardonic (AMERICAN GRIM) est une jolie démonstration de Metal up in time, qui montre une nette évolution dans le répertoire du groupe, bien que restant assez symptomatique de leur démarche.

En gros, dix hymnes sur dix morceaux, de quoi rassasier votre soif de Hard Rock contemporain, délicatement teinté d’arrangements typiquement 90/s/00’s, qui parfois ne se gênent pas pour citer quelques références notables dans le texte (le très estampillé LIMP BIZKIT/STONE SOUR « Emergency », et ses gueulantes à la KILLSWITH ENGAGE assez efficaces).

Alors, que le tempo soit mid, qu’il soit up, que les guitares s’effacent devant les rythmiques ou qu’elles laminent les tympans tout en gardant une patine soft, Odyssey sait se montrer aussi dansant que mordant, et n’oublie pas les traces laissées par les STABBING WESTWARD, ORGY et autres SEVENDUST sur des titres comme « Landfill » ou « Altitude », qui nous replongent dans une transition 2K, lorsque les groupes de Metal abordaient le virage du nouveau millénaire en injectant pas mal de sons technoïdes dans leur brouet compact et tassé.

C’est assez agréable en l’état, sans pour autant se révéler d’une foudroyante originalité. La production est bien évidemment taillée pour l’occasion, avec des graves qui bondissent et rebondissent, des couches de chant qui s’empilent et des guitares assez nivelées, évoquant une manipulation de console parfois assez nostalgique d’un Trent Reznor plutôt harmonique (« Altitude » encore, qui rappelle aussi GRAVITY KILLS).

Mais le hit single « Tongue Tied » redresse la barre avec son up tempo qui se permet de mélanger les univers des GUNS, des STONE TEMPLE PILOTS et de SHOTGUN MESSIAH, tandis que le très MOR « The Price » multiplie les bidouillages pour mettre en avant un refrain savamment agencé.

Parfois, le couvercle tangue et la soupe déborde, comme à l’occasion d’un survitaminé « Lucky », qui se prend les pieds dans le tapis WHITE ZOMBIE/ORGY, alors qu’en de rares occasions, l’émotion pointe le bout de son nez pour un « Chasing Ghosts » soft, mais pas forcément mièvre ou trop cuit.

Dans le genre in your face « Hurt Me » se pose en party ultime, un peu comme si les Glam bands des 80’s s’étaient retrouvés propulsés dans le futur pour adapter leur fun music aux standards électro des 90’s.

Le groupe termine même sa revue par un torride tube à la KISS produit par Reznor, et « Day Drinking » de nous laisser sur une note énorme, débordant de virilité et d’un refrain malin à reprendre en cœur un samedi matin.

Odyssey est donc un album qui reste suffisamment frais mais qui assume son professionnalisme de bout en bout. Une variété de ton manifeste, des chansons efficaces et prestes, pour un voyage dans le temps qui lorgne plus vers le passé et le présent que vers un avenir différent.

Une musique bien dans son époque, énergique mais propre, qui s’écoute sans ennui mais n’évoque pas vraiment un éventuel paradis.

 De quoi fournir à Adam et Eve une bonne BO pour dancefloor improvisé, avec serpent au bar et vieux barbu avisé pour leur éviter d’être trop avinés.


Titres de l'album:

  1. Altitude
  2. Tongue Tied
  3. Undertow
  4. The Price
  5. Emergency
  6. Landfill
  7. Lucky
  8. Chasing Ghosts
  9. Hurt Me
  10. Day Drinking

Site officiel


par mortne2001 le 08/03/2017 à 14:32
70 %    569

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49