On vous l’a déjà dit, mais entre Metalnews et le Grind, c’est une vieille histoire d’amour. Enfin, pour être plus précis, entre moi et le Grind, c’est une très vieille histoire d’amour. A vrai dire, je me souviens encore avec émotion de mes années 80, lorsque mes yeux se penchèrent sur le tracklisting d’un album sorti de nulle part, dont j‘ignorais tout des tenants et aboutissants, mais qui osait plus de vingt compositions dans un timing très resserré. Depuis Scum, je n’ai jamais lâché l’affaire, mais j’ai compris depuis très longtemps que ce style si absolu était en quelque sorte ma catharsis ultime, au point d’y revenir régulièrement y chercher les pansements moraux dont j’avais besoin. Alors, certes le Grind n’est pas vraiment l’apanage de la variété et de la diversité, et pourtant, de par le monde, des groupes continuent d’en propager les enseignements lapidaires, histoire de nous offrir le plus bel exutoire qui soit, à grands coups de blasts, de cris porcins, de riffs sommaires et de textes souvent politiques, mais parfois bien crétins. Et si l’Angleterre et les Etats-Unis (en rude compétition depuis quelques années avec les Philippines, la Colombie et les pays de l’est) se partagent depuis trente ans le leadership, admettons quand même que nos amis australiens ont tendance à rattraper leur retard, et à le combler petit à petit. Ainsi, au hasard des sorties et productions, je suis tombé sur le nouvel EP des flingués de CUMBOMB, qui ont une façon bien à eux d’accueillir le public dans les salles de concert, jouant volontiers en sous-vêtements pour ne pas s’encombrer d’une armure dispensable. Mais au-delà de ce gimmick somme toute assez sympathique, c’est surtout leur musique qui attire l’attention, puisqu’elle nous propose un voyage dans le temps, à une époque où le Grind se voulait encore analogique et délicatement dangereux, gentiment provocateur et globalement heureux.

Se revendiquant des éternels références velues, Jay (guitare/programmation/chant) et Mike (chant/basse) se voient eux-mêmes comme un mixeur géant éclaboussant d’un cocktail relevé au jus ANAL CUNT/AGORAPHOBIC NOSEBLEED/THE MEATMEN/NAPALM DEATH, ajoutant à leur purée une bonne dose de piment ASSUCK, WORMROT, INSECT WARFARE, NASUM, PIG DESTROYER, et autres chanteurs de comptines pour désaxés du bulbe. Légèrement portés sur la gaudriole, nos deux amis austraux proposent donc leur quatrième sortie depuis leur récente création en 2017, après les deux premières éjaculations rigolardes et longue-durée Forced Waste Consumption et Capitalism Is Pretty Cool, tous deux jutés en début d’année 2018. Does This Look Offended ? est donc leur troisième exercice de style en 2018, et autant dire que malgré leur productivité, les deux gus maintiennent un haut niveau de qualité. Il est certain que composer des hymnes Grind à la pelle ne nécessite pas d’attendre que les feuilles mortes tombent, mais autant dire que composer du bon Grind n’est pas donné à tout le monde. Et les CUMBOMB font partie des bons ju(s)tement, puisque les dix pistes qu’ils nous balancent en forme de giclée dans la gueule garantissent un orgasme auditif assez intense. Découpé en deux parties bien distinctes, ce troisième LP des originaires de Perth (blanche, bien sûr) nous offre donc deux visages distincts, aussi différents que similaires, et ce sont donc neuf morceaux lapidaires qui nous attendent en premier lieu, et un ultime segment de plus de dix minutes qui referme les débats. Aucune raison de craindre la redondance donc, mais bien un motif de plus de fêter l’épiphanie bruitiste que représente le Grind intelligent, et si les titres brefs s’accommodent parfaitement d’intitulés paillards, ils n’en sont pas pour autant des excuses à un défouloir à peine agencé.

Et si le sens gentiment provocateur d’ANAL CUNT a visiblement fait des émules (« Tu es une Féministe », « Tu vas à l’Eglise Baptiste de Westboro », « Tu es un Combattant Social », « Aime Ça pour Sauver un Enfant »), le barouf produit ne vise pas les débordements bordéliques indigestes, mais agence les idées pour mieux propulser la folie de ces deux animaux hors de leurs frontières. Je l’admets, leur nouvel effort m’a méchamment séduit, et rappelé les meilleurs instants des AGATHOCLES, d’AGORAPHOBIC NOSEBLEED, mais aussi les pires exactions nihilistes des BRUTAL TRUTH, de NAPALM DEATH et même de GODFLESH. Si les premières dix minutes s’avalent d’un trait comme le final d’un Bukkake rondement mené, les dix dernières passent comme dans un cauchemar, et nous prouvent que Jay et Mike sont un peu plus que de vulgaires amuseurs publics avides de pets de fouffe et autres blagounettes à base de déjections et de papier toilette. D’une parce qu’ils sont vraiment drôles, et de deux, parce qu’ils ont le talent indispensable pour tailler des riffs poilus et violemment accrocheurs, histoire de se replacer dans les contextes les plus anglais et belges de la thématique. Alors, après, vous n’avez plus qu’à faire votre marché dans les neuf premières compositions qui divulguent les secrets les plus enfouis du Grind AOC, avant de vous plonger dans le marigot Indus final de « Cunt Isn’t a Derogatory Term », qui de ses dix minutes s’évertue à propager les enseignements dissonants de Justin Broadrick et MEATHOOK SEED, traitant le tout comme un pamphlet définitif des FETISH 69. Ça pulse, ça blaste, ça rythmique en lard fumé, ça grogne hurle et couine comme un orang-outang coincé dans le cul d’un goret, mais ça défouraille comme pas deux, et ça se déguste comme une lichette de liquide séminal oublié dans un préservatif abandonné. Alors oui, le Grind et Metalnews, c’est une vieille histoire d’amour. Mais un amour bestial qui vous laisse la rondelle en éventail.


Titres de l'album:

     1. You Are A Feminist

     2. Sound Of Cucks Crying Makes Me Hard          

     3. Like This Post To Save A Child              

     4. You Attend The Westboro Baptist Church     

     5. Are you in your safe space? 

     6. Offended By The Mean People On The Internet       

     7. You Are A Social Justice Warrior         

     8. Fucking Under The Cross       

     9. Snowflake Season    

    10. Cunt Isnt A Derogatory Term

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/05/2018 à 18:18
80 %    117

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.