Animal Hambriento

Suicida

15/01/2022

Autoproduction

En écoutant le premier morceau de ce premier album, je fus pris d’une joie intense. Une sensation de découverte d’un trésor caché m’envahit le cœur, l’impression d’avoir exhumé une bande improbable que le temps, toujours taquin, avait laissé traîner sur les étagères de l’oubli, comme un frisson d‘interdit me secouant l’échine. « Suicida », morceau éponyme incroyable, me fit croire pendant un instant que le regretté David Wayne de METAL CHURCH avait un jour, en cachette, enregistré un album en langue espagnole avec SLAYER. Je vous le concède, l’idée est assez saugrenue, et pourtant, ce riff sombre agité de mélodies de biais, cette ambiance pesante, cette voix de sorcière perchée sur sa montagne, tout portait à croire que ce scénario improbable s’était bien tourné à une époque lointaine. Mais non, l’œuvre était bien celle d’un groupe équatorien, à l’identité valide et au parcours bien concret.

SUICIDA est né à Cuenca, Equateur en 2008, après avoir officié quatre ans sous le patronyme de BAJO TIERRA. En quatorze ans, le quintet n’a pris le temps que d’enregistrer une poignée de formats courts, et trois EP’s successifs, Rarezas (2005), Kamikaze (2014) et Sexo, Thrash y Cerveza (2015). Un parcours plutôt erratique donc, avec de longues périodes de silence interrompues par des cris tonitruants, et enfin, ce premier long que leurs fans attendaient de cartouchière ferme.

Sexe, Thrash et bière, ce fut le dernier menu pas très gastronomique que les équatorien nous avaient servi il y a déjà sept ans, et leur approche plutôt second degré d’un style violent avait légèrement agité l’underground. Aujourd’hui, la secousse sera plus conséquente, puisque la déflagration atteint la demi-heure de jeu, et affiche une forme olympique.

Sans évidemment atteindre les sommets de l’ingéniosité, en totale autoproduction, la bande (Ruth GL - basse, Beto Chávez - batterie, Pablo Tenelanda & William Freire - guitares et Galo Sanmartín - chant) nous développe donc de séduisants arguments entre Thrash factuel et Death larvé, pour une musique qui se rapproche dangereusement d’un crossover entre le Groove Metal et le SLAYER des années 90. Méchant comme une teigne, mais fluide, leur musique, assez générique, est sauvée par des passages vraiment sauvages, dignes d’un CARCASS des grands jours (spécialement au niveau des chœurs, surtout même), et le chant de Galo Sanmartín, totalement possédé mais fier de ses filtres et autres potions.

Du méchant donc, de l’agressif, du classique dans le fond et la forme, une batterie ultra-compressée insupportable dans les passages les plus intenses, mais une sacrée collection de riffs à rendre fiers Kerry et feu Jeff. Une attitude générale très frondeuse, une énergie de tous les diables pour compenser un collectif créatif trop modeste dans ses ambitions, et un premier album qui se déguste sur le pouce, entre deux sorties plus importantes. Avec une emphase Thrash mise sur les morceaux les plus formels, les SUICIDA se hissent à un niveau tout à fait respectable (« Borregos de Dios »), et peuvent donc apprécier ce premier achèvement de carrière, sanctionnant enfin plus d’une décade de longévité.    

Si la production n’en fait pas trop dans le revival eighties, les structures s’y attachent comme du lierre à un chêne, si les guitares sont encore un peu trop fidèles au radicalisme de la Californie de SLAYER, le chant et les chœurs permettent de se rapprocher d’une Amérique du Sud peu portée sur les nuances et autres fioritures, et l’équilibre est donc intéressant, d’autant que le groupe trouve quelques arrangements savoureux, entre voix d’enfants et déliés de basse ronds comme un caillou (« Fanatismo »).

Soli propres, durée raisonnable, le temps passe donc vite malgré des liaisons évidentes entre les titres, mais quelques syncopes astucieuses en blasts fumeux (« Suplantación de Identidad »), et un final EXODUS plus vrai que nature (« Animal Hambriento ») font de cet Animal Hambriento une jolie surprise, classique, mais appréciable. De l’entrain, une voix qui conchie le Christ, et une puissance notable, largement suffisant pour retenir l’attention des thrasheurs les plus consommateurs.    

 

                                                                                                                                                                                                                

Titres de l’album:

01. Suicida

02. Corrupción

03. Conciencia

04. Sal de Mi Cabeza

05. Borregos de Dios

06. Fanatismo

07. Suplantación de Identidad

08. Falsa Religión

09. Animal Hambriento


Facebook officiel


par mortne2001 le 18/11/2022 à 17:54
72 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51