Mind Over Matter

Walk On Fire

21/04/2017

Escape Music

Voici donc une sortie assez mystérieuse dans les faits…Mais replaçons le contexte initial pour tenter d’y voir plus clair.

Formé par le chanteur Alan King et le claviériste/compositeur David Cairns en 1987, WALK ON FIRE fait partie de ces groupes à la demi-gloire très éphémère, signés par de gros majors flairant le bon coup, soudainement abandonnés sur le bord de la route pour cause de mode un peu trop capricieuse. En l’occurrence, le Grunge tua dans l’œuf tous les espoirs de ce combo Anglais pourtant composé de quelques pointures, et surtout, de musiciens racés au pédigrée certain qui ne demandaient qu’à exprimer leurs vues sur un Hard-Rock hautement mélodique tirant sur l’AOR énergique.

Las, après un premier et unique LP publié en 1989 par MCA, Blind Faith, le silence lourd se fit, et plus personne n’entendit parler de l’entité qui se désagrégea en individualités se consacrant à d’autres projets, ou servant les intérêts de musiciens plus prisés (Bowie, Seal, etc…)

Mais le temps faisant parfois quelques caprices, des bandes datant du début des 90s furent exhumées par le label Escape Music, bandes devant à l’époque se concrétiser dans la réalisation d’un second LP qui ne vit jamais le jour…Enregistrées en 24 pistes, ces mêmes traces furent remasterisées, ou bien réenregistrées ou remixées, puisque les infos sont inexistantes, pour nous permettre aujourd’hui de découvrir la suite d’une histoire fugace, qui aurait pourtant vraiment mérité de voir son second chapitre gravé sur vinyle ou CD…

Ce Mind Over Matter des WALK ON FIRE est donc si j’en juge par les quelques éléments fournis par le label une sorte d’album posthume, rendant gloire à un groupe vraiment attachant et efficace dans son style, bien que très classique dans son inspiration.

Nous retrouvons donc au casting un défilé de vieux briscards au CV long comme un concert de Springsteen…Au générique, Alan King et Dave Cairns évidemment, les deux membres fondateurs, mais aussi Mike Casswell à la guitare (ex-Brian May Band), Trevor Thornton à la batterie (ex-ASIA), Phil Williams à la basse (ex-SPANDAU BALLET) et Richard Cottle à la programmation (David BOWIE et Seal), soit une sérieuse union de requins connaissant la musique et les chansons en découlant directement.

Il est toujours difficile de chroniquer un album fantôme, spécialement lorsque celui-ci est ancré dans un passé plus ou moins lointain, mais en admettant que le lifting opéré par la production permet à Mind Over Matter de sonner plus ou moins contemporain, il est donc possible de l’aborder en tant que fausse nouveauté, puisque je ne suis pas certain que le groupe ait encore une actualité quelconque.

Mais en faisant fi de toutes ces considérations somme toute assez futiles, il est tout à fait aisé d’apprécier ce second LP pour ce qu’il est, à savoir un redoutable disque de Hard Rock plus saignant qu’il n’y parait, orienté AOR à guitare, qui mord tout autant qu’il ne caresse. Les mecs connaissaient leur boulot et aimaient le genre qu’ils pratiquaient et ça se sent à chaque refrain ou couplet de ces treize morceaux qui ne se moquent clairement pas des fans passés et présents du groupe, et qui lui permettront même de s’en faire de nouveaux pour peu qu’Escape Music fasse correctement son boulot de promotion.

On sent donc la passion transpirer à chaque thème mélodique évaporé, et si les WALK ON FIRE se voulaient aussi romantiques que possible, ils n’en oubliaient pourtant pas de montrer les dents, par l’entremise de la guitare affamée de Mike Casswell, qui riffait aussi Hard qu’il le pouvait pour ne pas faire sombrer le navire dans les eaux de mélasse du radiophonique gluant.

Et en écoutant attentivement ce Mind Over Matter, on reconnaît bien la patte du groupe qui rendait Blind Faith si attachant il y a près de trente ans. Même facilité à distiller des harmonies typiques de la West Coast des eighties, teintées de mordant Hard Rock Européen sans trop en faire. Loin des poncifs éculés de bon nombre de leurs contemporains, les WALK ON FIRE jouaient la carte du mélodique agressif, et ne tombaient jamais dans le piège de la tendresse excessive et dégoulinante de bons sentiments.

Il n’est d’ailleurs pas incongru de les comparer à quelques collègues de l’époque, MAGNUM et SHY en tête, pour cette façon de rendre le sentimentalisme harmonique assez rugueux.

Mais c’est évidemment à d’autres pointures auxquelles on pense, notamment à FOREIGNER, eut égard au voilage prononcé de la voix d’Alan King, rappelant les intonations les plus crues du Lou Gramm période IV, ou même au DARE de Darren Wharton, pour cette collaboration entre des claviers assez frappés et une guitare volontiers agitée.

Tout cela nous donne un mélange assez homogène et surtout accrocheur, tendant parfois à rigidifier la New-Wave et la Pop au sein d’un contexte Rock très abrasif (le très dansant et riffant « Save Your Lies (We’ve Had Enough) », l’un des meilleurs segments du lot), ou d’une atmosphère cotonneuse et confinée qui assume toutes les facettes d’une relation amoureuse complexe (« Pleasure of Pain », aussi HAYWIRE que LED ZEP, très surprenant, mais handicapé par une production étonnamment déficiente et sourde).

Bien sûr les standards AOR sont respectés dès le morceau d’intro, « Mind Over Matter », qui de son entame dramatique et synthétique très marquée 1988/90, nous entraine sur les traces d’un Rock mainstream très en vogue à l’époque, juste avant sa lente agonie. Mais entre la dextérité et le flair de musiciens qui refusent la facilité et l’édulcoration, des mélodies vraiment prenantes et une énergie qui ne se dément jamais, Mind Over Matter parvient à transcender ses influences post-mortem, transformant ainsi cette relique en véritable album qui aurait très bien pu voir le jour en 2017.

Dès lors, les hits s’enchaînent, hits que les radios ne passeront plus jamais, du chaloupé et sensuel « Long Live Love » que Mike Rutherford aurait pu signer en compagnie de Mick Jones, au final rebondissant de « Blood Is The Colour », Funky Hard en diable.

Entre temps, quelques perles bien sûr, aux arrangements parfois inhabituels (« Madhouse »), et à la sensibilité exacerbée (« The Price Of Love », qu’on imagine bien sur la BO d’un épisode de Miami Vice), pour un résultat global d’une très grande qualité qui justifie ce travail de réhabilitation un peu surprenant et inattendu.

Difficile de savoir si les WALK ON FIRE se verront intronisés à postériori à l’AOR walk of fame grâce à la découverte de ces bandes cachées pendant presque trente ans, mais il est évident que ce second album avorté aurait mérité de voir le jour en temps en en heure. Injustice réparée donc, qui vous permettra de vous rassasier d’une grosse dose de Hard Rock mélodique et radio friendly, aussi convaincant et plus authentique que bon nombre de sorties actuelles du genre.


Titres de l'album:

  1. Mind Over Matter
  2. Spinning Wheel
  3. Pleasure of Pain
  4. Reign Down
  5. Long Live LOve
  6. Save Your Lies (We've Had Enough)
  7. Wicked
  8. Bad Attitude
  9. Madhouse
  10. Big Gun
  11. The Price Of Love
  12. Drag Me Down
  13. Blood Is The Colour


par mortne2001 le 26/05/2017 à 13:34
85 %    606

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16

Jus de cadavre

C'est bien qu'il y ai de temps en temps des albums qui rappellent aux gens ce que c'est le Black Metal. Comment c'est sensé sonner. Sans compromis, nihiliste, violent, sombre et dérangeant.Une autre tuerie de 2020 (oubliée dans mon top tiens !). Et (...)

14/01/2021, 20:33

Jus de cadavre

Une des baffes de 2020. Y a pas à chier la scène Death Metal nord-américaine a su se renouveler et nous propose des trucs de plus en plus sauvages et violents tout en gardant les pieds dans la tradition. Et ça moi ça me plait !Excellent.

14/01/2021, 20:21

Saddam Mustaine

Peter Tagtgren pour le remplacer j'avais pensé, ça serait un delire c'est sur.

14/01/2021, 18:58

Saddam Mustaine

Clairement, on oublie presque qu'il est arrivé qu'en 2001 apres 3 albums de Nightwish, il était encré dans le groupe.

14/01/2021, 18:57

metalrunner

Un très bon groupe l Angelcorpsemorbidangel Français 

14/01/2021, 17:48

Steelvore 666

Génial !!!!!!!

14/01/2021, 12:25

Chemikill

Ça le fait ! 

14/01/2021, 11:09

JTDP

@jus : hmm...je suis à la fois d'accord et pas d'accord avec toi. D'accord parce que oui, là son message, ça sent clairement le mec qui va pas bien. Je pense aussi que lorsque les choses se seront tassées il reviendra. Mais de toute faç(...)

13/01/2021, 23:42

Jus de cadavre

"Je suis le seul à n'avoir pas tout compris à son message ? J'ai relu l'original en anglais et c'est pareil, on dirait un remake de Kamoulox..."Oui le message d'origine en anglais est chelou, c'est pour ça que je pense q(...)

13/01/2021, 18:41

Bones

Show business.5% show.95 % business.Les groupes nous apportent passion, art, divertissement... mais il ne faut pas se voiler la face, autour d'eux gravite un business et une industrie qui souhaitent se gaver, comme autour de n'importe quelle activité humaine.(...)

13/01/2021, 18:11

Hoover

Je viens de voir que le mec avait gagné l'édition finlandaise de Masked singer. Quand t'en arrives là tu as quand même un léger déficit d'amour propre...

13/01/2021, 17:26

Hoover

Il était plus que temps d'arrêter la blague... Nightwish ça aurait pu être un truc rafraichissant sur 1 ou 2 albums du temps de Tarja, là ça fait longtemps que la date de péremption est passée.

13/01/2021, 17:16

Arioch91

Le documentaire d'ANVIL montrait bien les choses justement, sur ce point là.

13/01/2021, 16:26

Simony

La situation actuelle accentue les mauvais côté du music business car les musiciens cherchent des sources de revenus qui leur reviennent justement. Je suis assez d'accord sur le gavage de mecs peu scrupuleux et surtout chez les tourneurs. Combien de groupes ont reçu une p(...)

13/01/2021, 15:57