Aujourd’hui est le dernier jour de l’automne, et le premier de l’hiver. Amusant de constater que cette coïncidence de calendrier me permet de faire la transition avec la publication d’une nouveauté, venant d’un pays ou la rigueur hivernale est l’une des plus rudes, provoquant une sorte de nuit éternelle propice aux songes et autres rêves glacés. La Suède, une fois encore, nation reine en Rock d’or, qui depuis une bonne dizaine d’années nous donne la leçon dans tous les domaines, se montrant souveraine en matière d’extrême, mais aussi en termes de Hard-Rock léché et peaufiné, un peu comme si cette dualité de ton illustrait à merveille son mode de vie. Ainsi, nous retrouvons en ce jeudi 21 décembre un groupe qui arpente les routes depuis le début des années 2000, et qui se paie le luxe de publier son quatorzième album studio, alors que le projet n’en était qu’un de côté à ses origines…Un peu d’histoire pour situer le contexte. Les LAST AUTUMN'S DREAM ne sont donc pas nés d’hier, mais ont commencé leur périple en 2002, sous l’impulsion du vocaliste/claviériste Mikael Erlandsson et du guitariste Andy Malecek (ex-FAIR WARNING, pointure donc). En s’adjoignant à l’époque les services de trois ex-EUROPE en rupture de ban, le groupe faillit rentrer dans l’histoire, mais très rapidement, John Leven, Ian Haugland et Mic Michaeli reprirent la route des studios et de la scène avec leur ancien redevenu nouveau combo, ce qui n’empêcha nullement le concept de continuer sa route, en proposant des albums toujours plus peaufinés au Hard Rock subtilement léché. Il convient donc aujourd’hui de fêter les quinze ans d’existence d’une formation qui n’a pas chômé, et qui a trouvé au Japon sa terre d’asile, lui réservant même l’exclusivité de certains de leurs albums pour les remercier.

Ces albums sont donc au nombre de quatorze en version studio, et si Paintings l’année dernière avait convaincu les plus romantiques des rockeurs, In Disguise proposait en 2017 ses propres versions de classiques pas forcément typiques, choisissant de reprendre à sa sauce ABBA, LOVERBOY, et autres incongruités hors du champ d’action habituel, mais avec un brio démentiel. C’est donc avec un énorme plaisir que nous retrouvons le combo en pleine forme via ce Fourteen, qui de sa magnificence ne fera pas oublier le parcours jonché de difficultés qu’ont dû affronter les européens. Entre les départs inopinés, les décès ne l’étant pas moins (le suicide du bassiste Marcel Jacob en 2009, tragique), il convient de saluer la foi de musiciens n’ayant jamais cessé d’y croire, et se permettant même de sortir l’un de leurs meilleurs disques pour cette transition automne/hiver qui nous offre un catalogue de compositions riches et mélodiques. L’art de la troupe n’a pas changé d’un iota (Mikael Erlandsson - chant/claviers, Peter Söderström - guitare, Jamie Borger - batterie, Nalle Påhlsson - basse et Ulf Wahlberg - claviers), et on découvre que Fourteen est toujours aussi axé sur ce Hard-Rock tirant sur le FM et l’AOR, spécialité des suédois qui n’en manquent pas, mais qui atteint ici un niveau de perfection rarement atteint. Il est certain que les plus revêches d’entre vous risqueront de trouver ça un peu mièvre, le son se rapprochant de la West-Coast US des années 80, suggérant bien évidemment aussi quelques allusions à ECLIPSE, FAIR WARNING et autres combos au talent consacré, mais en substance, et si votre cœur est encore assez léger, impossible de trouver la moindre faille dans cette entreprise de mélodisation des décibels, qui trouvent ici un écrin à la hauteur de leur beauté rebelle. Et après une courte intro au solo élégiaque, l’aventure commence, nous transportant vers des paradis de Rock mélodique mais hargneux, comme ce « Go ! » en signal du départ un poil teigneux.

Archétype d’un Hard-Rock de grande classe évitant les poncifs les plus regrettables, ce nouvel effort studio des LAST AUTUMN'S DREAM est une acmé de créativité, respectant les codes pour mieux les transcender, et évoquant au gré des pistes tous les aspects de jeu d’un Rock qui se veut aussi tendre que nerveux. Le génie des suédois, et le mot n’est pas usurpé, est de se contenter de structures bien cadrées pour ne jamais se montrer redondant ou trop surfait, et de signer des refrains terriblement accrocheurs ne masquant pas le vide de couplets qui ne sont pas uniquement là pour les amener. Certes, j’en conviens, les tonalités sont d’usage, comme le riff d’intro de « Siren », qui paie son tribut à « Kashmir » des ZEP, mais le talent individuel incroyable de ces musiciens de premier plan transforme chaque intervention en épiphanie, donnant à ce nouvel LP des allures de Greatest Hits à peine déguisé. On y retrouve tout ce qui a toujours fait le charme du quintette depuis ses origines, essence qui embaume de plus en plus les oreilles de son charme tout sauf suranné. Car au-delà de la sensibilité, c’est le feeling qu’il faut aller chercher, sans avoir à fouiner trop loin pour le trouver. En enjambant la frontière entre Rock et Pop, le groupe se permet des choses plus légères, mais pas moins conséquentes, à l’image de ce « I Don’t Wanna Wait », que le Richard MARX de Rush Street ou le JOURNEY de Escape n’auraient certainement pas repoussé. Les morceaux se suivent, s’enchaînent et nous déchaînent sans marquer le moindre temps mort au niveau de ces harmonies subtiles et envoutantes, et même la reprise de notre Pat BENATAR chérie passe largement la rampe, dans une version très respectueuse de l’originale, qui aurait pu être euphorisée par des DANGER DANGER enthousiasmés. C’est beau, énergique, costaud, romantique, mais c’est surtout incroyablement bien fait, et en ne dépassant que très rarement la limite imposée des quatre minutes, les suédois ont fait le bon choix, lâchant les hymnes comme les colombes de la paix, tout en trépidant d’un Rock pas si tranquille qu’il n’en a l’air (« Turn It Up »).

Loin d’un Hard bubble-gum que les américains apprécient tant, et même si l’ombre des ROUGH CUTT plane parfois au-dessus de l’œuvre, les LAST AUTUMN'S DREAM préfèrent consacrer leur talent à des titres qui valent tous leur pesant, de mélodies évidemment, mais aussi d’arrangements, sobres, mais bien présents, et qui agrémentent des déhanchés donnant méchamment envie de se trémousser (« Let The Curtain Fall »). N’encombrant pas la déclaration de ballades sirupeuses dangereuses et porteuses de diabète, les esthètes préfèrent régulièrement atténuer la puissance pour taquiner la romance (« Wouldn’t U Like »), tout en appuyant fermement sur l’accélérateur pour verser avec bonheur dans le burner (« Get Them All »). Seul le final cristallin de « Love Again » vous permettra de déclarer votre flamme à votre bien-aimée, sans pour autant passer pour un romantique englué aux sentiments bloqués sur des claviers. Bien que présents, ces derniers savent s’effacer pour laisser s’exprimer une guitare qui ne demande qu’à bavarder, sans se montrer trop envahissante pour ne pas déséquilibrer. Au final, on reste admiratif devant une telle entreprise, qui valide des années d’une carrière que les tragédies n’ont pas réussi à ébranler, et qui nous offre encore aujourd’hui une démonstration de savoir-faire sidérante de pertinence. Une bien belle façon de célébrer l’arrivée de l’hiver et de ses paysages enneigés, les oreilles bien au chaud d’un Hard-Rock de saison, qui regarde la nature se transformer au son de chansons simples mais sincèrement incarnées.


Titres de l'album:

  1. Rise An' Shine
  2. Go!
  3. Siren
  4. I Don't Wanna Wait
  5. Shadow Of The Night
  6. Turn It Up
  7. Let The Curtain Fall
  8. Wouldn't U Like
  9. Get Them All
  10. Walkin' Talkin' Miracle
  11. Love Again

Myspace officiel


par mortne2001 le 06/01/2018 à 14:19
90 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever