Aujourd’hui est le dernier jour de l’automne, et le premier de l’hiver. Amusant de constater que cette coïncidence de calendrier me permet de faire la transition avec la publication d’une nouveauté, venant d’un pays ou la rigueur hivernale est l’une des plus rudes, provoquant une sorte de nuit éternelle propice aux songes et autres rêves glacés. La Suède, une fois encore, nation reine en Rock d’or, qui depuis une bonne dizaine d’années nous donne la leçon dans tous les domaines, se montrant souveraine en matière d’extrême, mais aussi en termes de Hard-Rock léché et peaufiné, un peu comme si cette dualité de ton illustrait à merveille son mode de vie. Ainsi, nous retrouvons en ce jeudi 21 décembre un groupe qui arpente les routes depuis le début des années 2000, et qui se paie le luxe de publier son quatorzième album studio, alors que le projet n’en était qu’un de côté à ses origines…Un peu d’histoire pour situer le contexte. Les LAST AUTUMN'S DREAM ne sont donc pas nés d’hier, mais ont commencé leur périple en 2002, sous l’impulsion du vocaliste/claviériste Mikael Erlandsson et du guitariste Andy Malecek (ex-FAIR WARNING, pointure donc). En s’adjoignant à l’époque les services de trois ex-EUROPE en rupture de ban, le groupe faillit rentrer dans l’histoire, mais très rapidement, John Leven, Ian Haugland et Mic Michaeli reprirent la route des studios et de la scène avec leur ancien redevenu nouveau combo, ce qui n’empêcha nullement le concept de continuer sa route, en proposant des albums toujours plus peaufinés au Hard Rock subtilement léché. Il convient donc aujourd’hui de fêter les quinze ans d’existence d’une formation qui n’a pas chômé, et qui a trouvé au Japon sa terre d’asile, lui réservant même l’exclusivité de certains de leurs albums pour les remercier.

Ces albums sont donc au nombre de quatorze en version studio, et si Paintings l’année dernière avait convaincu les plus romantiques des rockeurs, In Disguise proposait en 2017 ses propres versions de classiques pas forcément typiques, choisissant de reprendre à sa sauce ABBA, LOVERBOY, et autres incongruités hors du champ d’action habituel, mais avec un brio démentiel. C’est donc avec un énorme plaisir que nous retrouvons le combo en pleine forme via ce Fourteen, qui de sa magnificence ne fera pas oublier le parcours jonché de difficultés qu’ont dû affronter les européens. Entre les départs inopinés, les décès ne l’étant pas moins (le suicide du bassiste Marcel Jacob en 2009, tragique), il convient de saluer la foi de musiciens n’ayant jamais cessé d’y croire, et se permettant même de sortir l’un de leurs meilleurs disques pour cette transition automne/hiver qui nous offre un catalogue de compositions riches et mélodiques. L’art de la troupe n’a pas changé d’un iota (Mikael Erlandsson - chant/claviers, Peter Söderström - guitare, Jamie Borger - batterie, Nalle Påhlsson - basse et Ulf Wahlberg - claviers), et on découvre que Fourteen est toujours aussi axé sur ce Hard-Rock tirant sur le FM et l’AOR, spécialité des suédois qui n’en manquent pas, mais qui atteint ici un niveau de perfection rarement atteint. Il est certain que les plus revêches d’entre vous risqueront de trouver ça un peu mièvre, le son se rapprochant de la West-Coast US des années 80, suggérant bien évidemment aussi quelques allusions à ECLIPSE, FAIR WARNING et autres combos au talent consacré, mais en substance, et si votre cœur est encore assez léger, impossible de trouver la moindre faille dans cette entreprise de mélodisation des décibels, qui trouvent ici un écrin à la hauteur de leur beauté rebelle. Et après une courte intro au solo élégiaque, l’aventure commence, nous transportant vers des paradis de Rock mélodique mais hargneux, comme ce « Go ! » en signal du départ un poil teigneux.

Archétype d’un Hard-Rock de grande classe évitant les poncifs les plus regrettables, ce nouvel effort studio des LAST AUTUMN'S DREAM est une acmé de créativité, respectant les codes pour mieux les transcender, et évoquant au gré des pistes tous les aspects de jeu d’un Rock qui se veut aussi tendre que nerveux. Le génie des suédois, et le mot n’est pas usurpé, est de se contenter de structures bien cadrées pour ne jamais se montrer redondant ou trop surfait, et de signer des refrains terriblement accrocheurs ne masquant pas le vide de couplets qui ne sont pas uniquement là pour les amener. Certes, j’en conviens, les tonalités sont d’usage, comme le riff d’intro de « Siren », qui paie son tribut à « Kashmir » des ZEP, mais le talent individuel incroyable de ces musiciens de premier plan transforme chaque intervention en épiphanie, donnant à ce nouvel LP des allures de Greatest Hits à peine déguisé. On y retrouve tout ce qui a toujours fait le charme du quintette depuis ses origines, essence qui embaume de plus en plus les oreilles de son charme tout sauf suranné. Car au-delà de la sensibilité, c’est le feeling qu’il faut aller chercher, sans avoir à fouiner trop loin pour le trouver. En enjambant la frontière entre Rock et Pop, le groupe se permet des choses plus légères, mais pas moins conséquentes, à l’image de ce « I Don’t Wanna Wait », que le Richard MARX de Rush Street ou le JOURNEY de Escape n’auraient certainement pas repoussé. Les morceaux se suivent, s’enchaînent et nous déchaînent sans marquer le moindre temps mort au niveau de ces harmonies subtiles et envoutantes, et même la reprise de notre Pat BENATAR chérie passe largement la rampe, dans une version très respectueuse de l’originale, qui aurait pu être euphorisée par des DANGER DANGER enthousiasmés. C’est beau, énergique, costaud, romantique, mais c’est surtout incroyablement bien fait, et en ne dépassant que très rarement la limite imposée des quatre minutes, les suédois ont fait le bon choix, lâchant les hymnes comme les colombes de la paix, tout en trépidant d’un Rock pas si tranquille qu’il n’en a l’air (« Turn It Up »).

Loin d’un Hard bubble-gum que les américains apprécient tant, et même si l’ombre des ROUGH CUTT plane parfois au-dessus de l’œuvre, les LAST AUTUMN'S DREAM préfèrent consacrer leur talent à des titres qui valent tous leur pesant, de mélodies évidemment, mais aussi d’arrangements, sobres, mais bien présents, et qui agrémentent des déhanchés donnant méchamment envie de se trémousser (« Let The Curtain Fall »). N’encombrant pas la déclaration de ballades sirupeuses dangereuses et porteuses de diabète, les esthètes préfèrent régulièrement atténuer la puissance pour taquiner la romance (« Wouldn’t U Like »), tout en appuyant fermement sur l’accélérateur pour verser avec bonheur dans le burner (« Get Them All »). Seul le final cristallin de « Love Again » vous permettra de déclarer votre flamme à votre bien-aimée, sans pour autant passer pour un romantique englué aux sentiments bloqués sur des claviers. Bien que présents, ces derniers savent s’effacer pour laisser s’exprimer une guitare qui ne demande qu’à bavarder, sans se montrer trop envahissante pour ne pas déséquilibrer. Au final, on reste admiratif devant une telle entreprise, qui valide des années d’une carrière que les tragédies n’ont pas réussi à ébranler, et qui nous offre encore aujourd’hui une démonstration de savoir-faire sidérante de pertinence. Une bien belle façon de célébrer l’arrivée de l’hiver et de ses paysages enneigés, les oreilles bien au chaud d’un Hard-Rock de saison, qui regarde la nature se transformer au son de chansons simples mais sincèrement incarnées.


Titres de l'album:

  1. Rise An' Shine
  2. Go!
  3. Siren
  4. I Don't Wanna Wait
  5. Shadow Of The Night
  6. Turn It Up
  7. Let The Curtain Fall
  8. Wouldn't U Like
  9. Get Them All
  10. Walkin' Talkin' Miracle
  11. Love Again

Myspace officiel


par mortne2001 le 06/01/2018 à 14:19
90 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli