Into the Maelstrom

Hyperion

21/04/2020

Fighter Records

New Wave of Traditional Heavy Metal from Italy

 

C’est ainsi que se présentent les italiens d’HYPERION, et la formule, quoique pleine de sens, suscite l’interrogation. Dans le fond, cette contradiction implicite échauffe l’imagination, et fait fonctionner le cerveau à rebours. Comment une jeune génération peut proposer une nouvelle vague qui n’est que la prolongation d’une ancienne, et donc…Une nouvelle ancienne vague ? Je me pose cette question depuis un certain temps déjà, et j’avoue ne pas avoir trouvé de réponse satisfaisante, préférant rester acteur passif de ce déferlement constant de nouveaux visages adoptant les grimaces des anciens. Oyez, oyez fans de Metal non édulcoré, aux chromes rutilants et à l’acier trempé, puisque ces preux chevaliers sont du genre à manier l’épée avec dextérité, mais avec pas mal de finesse aussi. Originaires de Bologne, les membres d’HYPERION se sont donc réunis en 2015 dans le seul but de défendre un certain idéal du Heavy Metal en vogue dans les années 80, celui-là même pratiqué par les légendes MAIDEN, JUDAS PRIEST, et que la jeune génération découvre toujours avec un plaisir non feint. Ce quintet propre sur lui (Michelangelo Carano - chant, Davide Cotti & Luke Fortini - guitares, Antonio Scalia - basse et Marco Jason Beghelli - batterie) nous a déjà offert un large aperçu de ses capacités en 2017, avec un premier long intitulé Dangerous Days, qui nous permettait d’entrevoir un potentiel de mimétisme certain, mais surtout une foi sans bornes en des dogmes anciens. Privilégiant largement le classicisme à l’opportunisme en vogue dans les années 2010, le groupe ose donc le traditionalisme à outrance, ce qui n’a pas manqué de séduire le label conservateur espagnol Fighter Records. Des italiens au destin confié à des espagnols, voilà qui ne risque pas de nous faire perdre nos latines, brunes comme cette ambiance fière, galbées comme cette basse gironde, mais aux griffes acérées comme ces guitares effilées.

Into the Maelstrom dans le fond et la forme, n’offre aucune surprise. Son style est bien défini, ses arrangements carrés, son interprétation au-dessus de tout soupçon, et tout est prévisible, jusqu’au moindre solo brûlant de ses sextolets. En se basant sur une rythmique solide mais versatile, les italiens font preuve d’un minimum de diversité, mais restent solides. On sent du SAVATAGE là-dedans, mais aussi quelques traces de Power à la GAMMA RAY, tout comme la noblesse exsudant des pores de NIGHTMARE ou MANIGANCE. De quoi se remémorer en toute quiétude la plénitude des eighties qui peaufinaient leur approche grâce à des musiciens moins timorés et plus exigeants que la moyenne. Enrobé dans une production efficace qui n’en fait pas trop, mais qui ne cherche pas non plus à copier les tics de Martin Birch, ce second long reprend les principes du premier en poussant la perfection dans le style à son paroxysme. On comprend cette envie d’aller plus haut et plus loin dès le bondissant et tressaillant « Into the Maelstrom », qui nous plonge dans un bain bouillant de Metal en fusion, PRIEST style, avec toutefois des prétentions techniques pas si éloignées de Malmsteen ou des premiers DREAM THEATER. Techno les italiens ? Non, capables et doués, ce qui permet à cette doublette de guitaristes de nous enivrer de soli puissants et de riffs tranchants. Autant dire que tous les instrumentistes sont d’un niveau très élevé, mais ce qu’on aime par-dessus tout, c’est leur façon de faire passer l’efficacité au même niveau que la technique pure. Ce qui donne lieu à des plans bluffant de dextérité, sans pour autant nuire à la cohérence des morceaux. Ajoutez à ça une utilisation très pertinente des chœurs, qui préfèrent l’optique mélodique anglaise au remplissage roboratif allemand, et vous obtenez un cocktail revitalisant et galvanisant.

Heavy Metal donc, par passion, mais un Heavy Metal extensible à toutes ses ramifications. Parfois l’intensité se rapproche d’un Thrash légèrement Power sur les bords, pas totalement libéré de ses chaînes, mais faisant trembler les murs de la cave. Mais en version mid et tempérée, le groupe reste toujours aussi convaincant, et prouve que la flamboyance italienne a encore de beaux jours devant elle (« Ninja will Strike »). On pense à une version très light et apaisé de PRIMAL FEAR, mais une version plus dense et complexe, qui s’autorise des intros ambiancées très réussies (« Driller Killer »), et une précision rythmique chirurgicale, digne du meilleur ANNIHILATOR. D’ailleurs les albums early 90’s de Jeff Waters n’ont pas du tomber dans l’oreille de sourds transalpins, puisque l’influence lointaine de Set The World On Fire est très palpable sur certains morceaux. Pas d’excès cependant au regard de la durée des morceaux, qui gardent à l’esprit que la concision est reine. Ce qui n’empêche pas les quatre ou cinq minutes habituelles de déborder d’idées, toutes pertinentes, certaines plus marquées par le passé que d’autres, mais toujours avec cette approche millimétrée et précieuse (« The Maze of Polybius »). Mais comme chaque règle à une exception, HYPERION se lâche en une occurrence, celle de « The Ride of Heroes » qui s’étale sur plus de neuf minutes mais…pas pour rien. Sommet du Heavy épique et progressif, cette composition est un petit bijou payant son tribut au MAIDEN le plus évolutif, pour un riff redondant à l’extrême qui n’est pas sans rappeler METAL CHURCH ou METALLICA. De l’énergie donc, et pas une simple révérence à un Heavy qui n’en n’a pas besoin, et beaucoup de créativité dans le formalisme.

En version très courte, le groupe se permet aussi des audaces, comme ce court instrumental percutant qui met une fois de plus en avant les qualités individuelles (« From the Abyss », ANNIHILATOR, encore), ou ce final au tempo échevelé qui laisse sur une note de liberté et d’envie d’ailleurs. En acceptant que le Heavy peut être Speed, légèrement Thrash, sentencieux mais digérable, noble mais accessible, HYPERION nous prouve qu’il fait partie des fers de lance de cette fameuse nouvelle vague de Heavy traditionnel italienne, qui malgré son appellation un peu bizarre, prend tout son sens entre les mains de musiciens aussi capables et inventifs dans la nostalgie.     

                                                                                                        

Titres de l’album :

                      01. Into the Maelstrom

                      02. Ninja will Strike

                      03. Driller Killer

                      04. The Maze of Polybius

                      05. From the Abyss

                      06. Bad Karma

                      07. Fall after Fall

                      08. The Ride of Heroes

                      09. Bridge of Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/09/2020 à 14:33
82 %    431

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Raumsog
membre enregistré
30/09/2020, 14:03:40

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?


Humungus
membre enregistré
30/09/2020, 14:17:01

Hé hé hé...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07