Un petit split 7’’ pour bien commencer la journée avec dix minutes de créativité libre et Noisy, tel est le programme de ce mercredi matin. En présence, deux forces, l’une Américaine et l’autre Européenne, Dallas, Texas, et Manchester, UK, et deux conceptions de l’extrême via un prisme bruitiste aux points communs plus nombreux qu’il n’y parait.

Et si ma prose vous est connue, vous savez d’ors et déjà que j’ai traité le cas des CARA NEIR à plusieurs reprises, en solo comme en duo, et c’est une fois de plus avec bonheur que je les retrouve pour ce single édité par les bons soins de Broken Limbs Recordings, toujours très à cheval sur la qualité.

Un morceau par groupe/projet, c’est maigre mais tel est le concept du split-single qui ne laisse pas traîner les choses, et comme la discographie de chaque artiste est suffisamment conséquente, si le manque venait à se faire sentir après ces six-cents secondes passées en leur compagnie, je ne saurais que trop vous conseiller de vous y intéresser de plus près, tant ils ont à offrir chacun de leur côté.

Traitons donc le casting par ordre d’apparition, avec en premier lieu les Mancuniens de CAÏNA. Projet fondé en 2004 en tant que side-project d’ACB, musicien énigmatique, CAÏNA mixe donc des éléments de Black Metal, de Post Black et Post Rock, le tout traité avec la rigidité et le rigorisme d’un Industriel assez compact et terrifiant.

Mis en hibernation entre 2011 et 2013, le projet ressurgit donc plus menaçant que jamais avec un Setter Of Unseen Snares, devenu alors le vecteur d’expression d’ACB seul, épaulé par quelques musiciens bien connus de la scène underground locale. Christ Clad in White Phosphorus voit donc le jour en 2016, avec Laurence Taylor en tant que co-vocaliste, et c’est donc le triptyque Andy Curtis-Brignell (tous les instruments/chant), Laurence Taylor (chant) et Paul Robertson (basse) que l’on retrouve aujourd’hui aux commandes (selon la page Facebook) sur cet unique morceau, « Rhosneigr », qui l’année dernière fut composé en amont du LP à venir.

Si ce morceau porte bien sur la marque de l’album dont il était l’éclaireur, on y retrouve tous les éléments de la musique d’Andy, ces développements qui laissent les idées aller jusqu’à leur terme, ces changements de tempo assez manifestes, mais aussi ce chant typiquement BM qui s’exhorte sur une trame Post Black Industrielle compacte et opaque.

Stridences, riffs acides qui se dédoublent entre graves assourdissants et aigus pétrifiants, schizophrénie vocale théâtrale, brutales accélérations en blasts succédant à des syncopes diablement entraînantes, pour finalement mieux nous écraser les tympans de longs passages en rythmique aplatissante. C’est du travail carré, dont chaque détail est soigné sans nuire à la cohésion globale prônant la diversité dans la brutalité. Un seul morceau, c’est court, mais « Rhosneigr » fait le job en nous rassasiant à sa façon. Dommage que ce Split doit le testament d’un groupe qui avait encore beaucoup à offrir, mais gageons que nous ne tarderons pas à retrouver Curtis-Brignell pour d’autres aventures tout aussi extrêmes et fascinantes.

De son côté, le duo CARA NEIR n’a absolument pas l’intention de raccrocher les gants, et « Stained Grey Bones » est plutôt annonciateur d’un futur toujours aussi sombre et pluriforme. Il semblerait même que 2017 fasse partie d’un agenda plutôt chargé pour les deux complices (Garry Brents – instruments, Chris Francis – textes/chant), qui se contentent ici d’un peu moins de quatre minutes pour exposer leur présent toujours aussi marqué par une hybridation de plusieurs courants toujours aussi bruyants.

On retrouve toujours sur « Stained Grey Bones » ce mix entre BM et Hardcore, sans tomber dans les systématismes irritants du Blackened Core, avec de petites touches de Grind, de Screamo, le tout joué avec une fronde Punk à l’énergie incroyable.

Certes, ce nouveau titre semble emprunter les chemins tortueux d’un Black très marqué par le nihilisme mélodique mais l’énergie déployée est toujours aussi impressionnante, et dans la plus droite lignée de leur dernier chef d’œuvre Perpetual Despair is the Human Condition, dont j’avais dit le plus grand bien l’année dernière.

Les Texans sont toujours aussi prompts à dégainer des passages en mid tempo diablement accrocheurs, ou de semer sur leur passage quelques accalmies presque mélodiques qui laissent une basse volubile s’exprimer avec délicatesse.

En gros, un melting-pot assez intense, pour un seul morceau qui se veut avertissement de mois à venir chargés en électricité et en activité.

Quoiqu’il en soit, et indépendamment du destin des deux groupes en lice, ce split 7’’ aura de quoi satisfaire les fans des deux entités en présence, mais aussi les aficionados d’un Metal extrême multiple qui refuse de se cantonner à la violence la plus explicite et outrancière.

Post Black autant qu’il n’est Hardcore, ce simple ne dépasse certes pas les dix minutes, mais il n’est pas parfois nullement besoin de s’étendre pour se faire entendre.


Titres de l'album:

  1. Caïna - Rhosneigr
  2. Cara Neir - Stained Grey Bones

Caïna Facebook

Cara Neir Bandcamp


par mortne2001 le 10/05/2017 à 14:03
70 %    310

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)