Depuis 2012 et leur premier album, la musique de PALLBEARER a interpellé quelque chose en moi, une lourdeur, une noirceur associées à une mélodie entêtante, un choix de chant plus qu'audacieux, un choix qui divise d'ailleurs, signe de l'originalité. Pourtant, déjà Foundations Of Burden était pour moi un ton en dessous de Sorrow And Extinction, un peu plus réfléchi et donc plus structuré.

Toutefois, l'apparition de ce troisième album Heartless paru chez Nuclear Blast suscite en moi des interrogations, refroidi que j'ai été par l'expérience de WHILE HEAVEN WEPT absolument excellent et duquel j'ai été tellement déçu de l'album paru chez le grand label Allemand après des années d'underground qui semblait parfaitement collé à la peau du groupe. PALLBEARER saurait il gérer cette pression d'un grand label et tout ce que cela implique. A cette question, la réponse est oui, oui et oui ! Mais... parce qu'il y a un mais... au dépend d'un choix qui suscitera l'adhésion ou non de son public. Et ce choix est une musique qui tire franchement sur le Post Rock et quelques lignes de chant dont on a l'impression que la recherche de complication a été le moteur. Pourtant, l'ouverture avec le sublime "I Saw The End" nous permet de nous replonger directement dans l'univers des Américains, un titre parfaitement calibré mais qui fait incroyablement mouche, le chant y est magnifique, les lignes de guitares harmonisées sublimes avec ce côté PARADISE LOST d'une mélancolie forte. Avec "Thorns" on entre déjà dans un titre bien moins facile d'accès et les lignes de chant n'y sont pas étrangères mais la lourdeur, notamment au début du morceau, ne nous éloigne pas tellement du propos habituel du groupe.

Avec "Lie Of Survival", son introduction mélodique parfaitement posée, son chant très lumineux qui varie entre un WHILE HEAVEN WEPT avec quelques réminiscences d'ALICE IN CHAINS et puis surtout cette impression que certaines lignes n'étaient pas indispensables comme lorsque Brett Campbell monte dans les aigus, cela parait déjà moins fluide. Alors, OK, on est là dans le chipotage, n'importe quel groupe de Doom qui débarque avec un tel premier album serait vite affublé de l'étiquette de "Découverte Doom de l'Année" mais voilà PALLBEARER a déjà tellement montré que l'on en attend un peu plus. Par contre, côté production, clairement, le groupe a franchi un pas, finies les petites productions, tout y est incroyablement équilibré et rien que sur "Dancing In Madness" avec son côté Progressive Rock est un petit bijou de qualité sonore, ces cymbales qui résonnent, mais pas trop, ces guitares aux effets subtils et ces claviers présents mais pas envahissant jusqu'à ce que la guitare lead, pleine de feeling fasse son entrée, c'est le trip, les yeux fermés, on s'oublie rapidement !

C'est donc dans ces moments là où le groupe réussi encore à faire de cet album quelque chose de spécial mais il manque encore tout ce qu'il y a autour pour rendre le truc absolument parfait, peut-être moins chercher à se compliquer la tâche et pour être direct, sur les sept titres présentés là, seul "Cruel Road" apparait comme étant bien en dessous du reste (surtout à cause du chant au début du titre qui est là vraiment too much si ce n'est ce refrain facilement mémorisable) car pour le reste, l'étiquette de Doom Metal est assez réductrice et PALLBEARER nous offre de nouveau une galette de subtilité, de mélodicité pure, presque trop pure et trop lumineuse comparée à ce que l'on pouvait connaitre de ce groupe sur les deux premiers opus. 

Donc oui, le groupe a réussi sa transition vers un gros label établi, oui, le groupe a réussi à se renouveler sans trancher franchement avec ses racines et oui cet Heartless est une réussite.

Ensuite pour la forme un mot d'"Heartless" et "A Plea For Understanding" mais quoi en dire de plus ? Si ce n'est qu'ils apparaissent comme étant deux des meilleurs titres de cet album alors, balancer un début d'album comme celui-ci et se payer le luxe de finir sur ces deux pépites n'est pas anodin, Nuclear Blast a eu le nez très creux en signant ces Américains et la tournée Américaines, dont quelques dates avec GOJIRA, et surtout la tournée Européenne en première partie de PARADISE LOST devraient définitivement installer le groupe là où il mérite d'être, à condition que le rendu live soit fidèle à ce que le quatuor fait sur disque... 

  1. I Saw The End
  2. Thorns
  3. Lie Of Survival
  4. Dancing In Madness
  5. Cruel Road
  6. Heartless
  7. A Plea For Understanding

Facebook


par Simony le 06/06/2017 à 08:18
89 %    136

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
07/06/2017 à 21:11:34
Musicalement, c'est tout à fait ça. On les aurait bien vus signés chez Holy Records à l'époque.

Ayant eu la chance de les découvrir directement sur une petite scène il y a deux ans et demi je peux dire que ça assure tout à fait. Il n'y a que le look des musiciens, assez décalé par rapport au style pratiqué voire au Metal globalement. Ils avaient l'avantage d'être avec une tête d'affiche compatible mais différente, ça met en valeur. Avec Paradise Lost, ils vont gagner des fans. Je serais curieux de voir ce que ça donnerait dans une salle moyenne.

Ajouter un commentaire


Reverorum Ib Malacht

Ter Agios Numini

Division Zero

Old Blood Noise

Orbseven

Cosmos Out Of Chaos

Pizzatramp

Revenge Of The Bangertronic Dan

Void Prayer

Stillbirth From The Psychotic Void

Rex Brown

Smoke On This

Kavrila

Blight

Horrid

Beyond The Dark Border

Entrench

Through The Walls Of Flesh

Prong

Zero Days

Karpathian Relict

Beyond The Over

Deamon's Child

Deamon's Child

Seventh Circle

Voluntary Torture

Crashdeath

Conspiracy Theories

Tommy Stewart's Dyerwulf

Tommy Stewart's Dyerwulf

Path Of Cestoda

Fermented In Jaws Of Time

Rage

Seasons Of The Black

Praise The Flame

Manifest Rebellion

In Articulo Mortis

Testament

Wintersun

The Forest Seasons

Ils ouvriront le Motocultor : à découvrir

Simony / 13/08/2017
Motocultor

interview de DRAGUNOV réalisée par mail

Simony / 03/08/2017
Doom Metal

Xtreme Fest Albi J1

RBD / 03/08/2017
Death Metal

Concerts à 7 jours

Nervosa

22/08 : Le Midland, Lille (59)

+ August Burns Red

28/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Imagina Connect = Super appli pour le Motocultor !


Hâte de lire ça!


De retour du fest ! Usé mais content :) Je vous mijote un report de cette édition bien chargée !


Super groupe live.
Par contre à 12 h 45, cela risque d'être bien moins intéressant qu'à l'obscurité d'une petite salle...


L'edition avec les 3 cd a l'air superbe. Hâte de l'avoir! mais je le commande pas chez Peaceville les frais de port (c?) coûtent une blinde...en même temps l'objet est gros. J’espère le chopper en France.